Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Hong Kong – Retour sur le traité de Nankin

Un peu d’histoire pour les manifestants chinois anglophiles

Des centaines de jeunes Chinois, devant le Consulat britannique à Hong Kong, chantent God Save the Queen et crient « Grande-Bretagne sauve Hong Kong », appel recueilli à Londres par 130 parlementaires qui demandent qu’on donne la citoyenneté britannique aux résidents de l’ex-colonie. Ainsi fait-on apparaître la Grande-Bretagne à l’opinion publique mondiale, en particulier aux jeunes, comme garante de légalité et droits humains. Pour le faire on efface l’Histoire.

 

Il est donc nécessaire, avant toute autre considération, de connaître les épisodes historiques qui, dans la première moitié du XIXe siècle, amènent le territoire chinois de Hong Kong sous domination britannique.

Pour pénétrer en Chine, gouvernée alors par la dynastie Qing, la Grande-Bretagne recourt à l’écoulement de l’opium, qu’elle transporte par mer de l’Inde où elle en détient le monopole. Le marché de la drogue se répand rapidement dans le pays, provoquant de graves dégâts économiques, physiques, moraux et sociaux qui suscitent la réaction des autorités chinoises. Mais quand celles-ci confisquent à Canton l’opium emmagasiné et le brûlent, les troupes britanniques occupent avec la première guerre de l’opium cette ville et d’autres cités côtières, contraignant la Chine à signer en 1842 le traité de Nankin.

- À l’Article 3 il stipule :

« Comme il est évidemment nécessaire et souhaitable que des sujets britanniques disposent de ports pour leurs navires et leurs magasins, la Chine cède pour toujours l’île de Hong Kong à Sa Majesté la Reine de Grande-Bretagne et à ses héritiers. »

- À l’Article 6 le traité stipule :

« Comme le gouvernement de Sa Majesté britannique a été contraint d’envoyer un corps expéditionnaire pour obtenir le dédommagement des dégâts provoqués par la violente et injuste procédure des autorités chinoises, la Chine consent à payer à Sa Majesté britannique la somme de 12 millions de dollars pour les dépenses encourues. »

Le traité de Nankin est le premier des traités inégaux par lequel les puissances européennes (Grande-Bretagne, Allemagne, France, Belgique, Autriche et Italie), la Russie tsariste, le Japon et les États-Unis s’assurent en Chine, par la force des armes, une série de privilèges : la cession de Hong Kong à la Grande-Bretagne en 1843, la forte réduction des taxes sur les marchandises étrangères (au moment même où les gouvernements européens érigent des barrières douanières en protection de leurs industries), l’ouverture des principaux ports aux navires étrangers et le droit d’avoir des aires urbaines sous leur propre administration (les « concessions ») soustraites à l’autorité chinoise.

En 1898 la Grande-Bretagne annexe à Hong Kong la péninsule de Kowloon et les dits News Territories, concédés par la Chine « en location » pour 99 ans.

Le vaste mécontentement pour ces impositions fait exploser vers la fin du XIXe siècle une révolte populaire – celle des Boxers – contre laquelle intervient un corps expéditionnaire international de seize mille hommes sous commandement britannique, auquel participe aussi l’Italie (et la France, NdT).

Débarqué à Tianjin (T’ien Tsin) en août 1900, il saccage Pékin et d’autres villes, détruisant de nombreux villages et y massacrant la population. Par la suite, la Grande-Bretagne prend en 1903 le contrôle du Tibet, tandis que la Russie tsariste et le Japon se partagent la Mandchourie en 1907.

Dans la Chine réduite à l’état colonial ou semi-colonial, Hong Kong devient la principale porte des trafics fondés sur le saccage des ressources et sur l’exploitation esclavagiste de la population. Une masse énorme de Chinois est contrainte à émigrer surtout vers les États-Unis, l’Australie et le Sud-Est asiatique, où elle est soumise à des conditions analogues d’exploitation et de discrimination.

Une question surgit spontanément : sur quels livres d’histoire étudient les jeunes qui demandent à la Grande-Bretagne de « sauver Hong Kong » ?

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2279787
    le 18/09/2019 par spiritof76
    Hong Kong – Retour sur le traité de Nankin

    Savoureux... D’autant plus que parmi la foule des manifestants, on a vu fleurir des pancartes en anglais qui proclamaient ceci :

    "Not Forgive, Not forgot"

    On pourrait traduire par : "Ni Pardon, no oubli". Je suis sûr que ça rappel des choses à beaucoup d’entre nous, quant à notre situation actuelle et l’emprise de certains sur notre pays...

    Moralité, les révolutions colorées ou non ont toujours besoin d’un gros bataillon de couillons d’étudiants incultes, gavés de Starbucks et de Mc Donald. Ainsi on peut recycler à l’envie des slogans venus d’ailleurs.


  • #2279788

    Pour maintenir leur niveau de vie 4 fois plus élevé que celui des Chinois de la RPC, les Chinois de HK préfèrent être sous domination des judéos-britons que sous la domination des "communistes" chinois . Entre leur portefeuille et la "Patrie", ils ont choisi le portefeuille, et on en ferait peut-être autant .

     

    • #2279879
      le 18/09/2019 par La honte de l’Empire du milieu
      Hong Kong – Retour sur le traité de Nankin

      Sauf pour ceux qui ot deja le porte-feuille vide et sont nés avec... L’argent avillit tellement les gens, quant aux soumises de HK, c’est plus de l’abaissement la, ils ont la tete dans le sol et seul leur cul jaune depasse...


    • #2279892
      le 18/09/2019 par Nicolas Tesla
      Hong Kong – Retour sur le traité de Nankin

      Tout est dix fois plus cher à HK pas sur que le niveau de vie soit plus élevé... C’est sur si on se base sur les salaires mais combien en pouvoir d achat réel ? Indice essayer d’acheter un appart à HK...


  • #2279804

    En Angleterre en 1840 l’honnête William Gladstone était contre une éventuelle "guerre de l’opium" . Le juif Benjamin Disraeli y était évidemment favorable . L’opium "hindou" provenait probablement… d’Afghanistan, son commerce était aux mains des juifs "britanniques", en fait originaires de Bagdad . Ce sont eux qui donneront l’ORDRE à l’armée GB d’intervenir en Chine .

     

    • #2279832

      pas l’Afghanistan mais tout le cashmere Pakistanais (les anglais n’ont jamais réussi à s’implanter durablement en Afghanistan. ce sont les anglais qui ont crée et imposé ces cultures de pavot sur les contreforts de l’Hindou Kouch car le triangle d’or ne produisait pas assez d’opium pour le marché chinois.
      quand j’ai parcouru tout l’Afghanistan (à la recherche des meilleurs crus de charas afghan) avant la guerre contre les soviétiques, il n’y avait pas encore de champs de pavot dans le pays excepté dans la région de Jallalabad soit en pays Pachtoune. les deux ou trois fumeries de Kaboul et de Kandahar étaient approvisionnées depuis les zones tribales pakistanaises par contre dès passée la khyber pass, on voyait les ravages des opiacés dans la population pakistanaise, plus de quarante fumeries rien qu’à Peshawar, Morphine et héroïne en vente libre dans toutes les pharmacies (merci les britanniques). C’est la région du monde où j’ai cotoyé le plus de junkies.


    • #2279864

      Exactement, c’est la famille juive Sassoon qui chapeautait le commerce mondial d’opium au 19ème siècle. Hong-Kong n’a d’ailleurs jamais cessé d’être un comptoir pour le peuple élu puisque tous les milliardaires non chinois y sont encore aujourd’hui juifs, Kadoorie (une autre famille de trafiquants d’opium originaires de Bagdad), Miller etc...


    • #2280902

      L’opium provenait de la région du Bengale. Après avoir conquis la région durant la guerre de Sept Ans la Compagnie britannique des Indes orientales se trouvait être devenue une véritable puissance territoriale, devant ainsi entretenir une armée de plusieurs dizaines de milliers d’hommes. Ce sans compter qu’elle devait payer ses importations de thé chinois rubis sur l’ongle au moyen d’argent métal provenant du Bengale. Ceci fini par entraîner rapidement à tout à la fois la faillite de la compagnie, une crise monétaire au Bengale et une crise financière au Royaume-Uni en 1771. C’est à partir de 1773 que le nouveau gouverneur du Bengale eu l’idée de faire planter du pavot au Bengale, ce qui permis tout à la fois de renflouer les caisse de la Compagnie, de régler la crise financière au Royaume-Uni, de mettre un terme à la crise monétaire au Bengale et enfin d’équilibrer la balance commerciale britannique avec la Chine.

      Astucieux, hein... mais terriblement immoral, ce qui provoqua d’ailleurs quelques remous au Royaume-Uni où certaines sociétés chrétiennes demandèrent la fin de ce commerce honteux, mais que voulez-vous l’argent y avait supplanté le Christ, ce qui permis à l’un des plus gros trafiquants d’opium de la première moitié du XIXème, William Jardine (un "chrétien" médecin de formation soit dit en passant), de déclarer le plus tranquillement du monde : " L’Opium c’est la spéculation la plus sûre et la plus honnête que je connaisse." Une spéculation qui a entraîné un tel effondrement physique et moral dans le pays qu’il n’était pas rare, à l’occasion des batailles contre les armées occidentales, que des généraux de l’armée chinoise soient plus occupés à fumer de l’opium qu’à commander leurs troupes... consternant, mais terriblement instructif sur la véritable nature de l’impérialisme britannique... et peut-être aussi sur la récente invasion de fentanyl chinois aux Etats-Unis.

      Autant je comprend que l’on ai aucune envie de vivre dans le régime quelque peu totalitaire de Xi Jinping (auquel nous éviterons quand même de donner des leçons de morale), autant je trouve honteux ce qu’ils font. Je ne serais d’ailleurs pas étonné qu’à terme, c’est-à-dire dès le mois prochain lors du 70ème anniversaire de la Révolution, ces imbéciles ne servent finalement qu’à démontrer à tous les autres Chinois que la lutte contre l’impérialisme anglo-américain est loin d’être terminée, et donc finalement à renforcer la légitimité du parti communiste.


  • #2279814

    Les hongkongais manifestent pour la "démocratie" car ils sont contre la loi d’extradition (première inversion des valeurs) ,cette loi d’extradition à été décidé suite au massacre d’une chinoise par un hongkongais (détail jamais révélé par les merdias de la désinformation) https://www.gearoidocolmain.org/the...

    Ces manifestants pour la "démocratie" veulent absolument être soumis à des étrangers (ici un esclave qui demande le retour de son maître http://asianstraightshooter.com/201...
    Certaines ,comme par exemple Frances Hui, le revendiquent haut et fort en reprochant aux chinoises d’en face de ne sucer que des "sucreries" au lieu s’adonner à la sodomisation https://shuzheng.wordpress.com/2019...


  • #2279819

    Pour joindre l’utile à l’agréable si vous voulez en savoir plus sur cette période tourmentée, lisez ou relisez Le lotus bleu de Georges Rémi, alias Hergé.

     

  • #2279984

    L’opium est un opiacé (voir la crise actuelle).


  • #2280033
    le 18/09/2019 par Le Malicieux
    Hong Kong – Retour sur le traité de Nankin

    Incroyable quand même.

    Ces petits cons sont des traitres à leurs patrie : que la Chine les traitent comme ils le méritent.

    Schouch, comme du riz...


  • #2280059

    Flagrant délit de bien pensance. On dirait la prose de mes professeurs maoïstes des Langues’O... c’est bô ! j’en ai la larme à l’oeil ;.-)


  • #2280080

    Une question surgit spontanément : sur quels livres d’histoire étudient les jeunes qui demandent à la Grande-Bretagne de « sauver Hong Kong » ?



    La ras de hong-kong s’occupe certainement des contenus des programmes scolaires.


  • #2280392

    Parfois il est des questions ou des citations, au sein d’articles, qui devraient être nominés au Bal des Quenelles :



    Une question surgit spontanément : sur quels livres d’histoire étudient les jeunes qui demandent à la Grande-Bretagne de « sauver Hong Kong » ?