Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

L’Assemblée adopte le projet de loi "Covid-19" amendé par le Sénat

Les députés ont voté en faveur du projet de loi qui rétablit la possibilité d’un test aux frontières en cas de nouveau variant dangereux. La France insoumise a annoncé vouloir saisir le Conseil constitutionnel dans les prochains jours.

 

Comme un air de soulagement pour le gouvernement. L’Assemblée nationale a finalement voté ce lundi après-midi le projet de loi Covid-19 avec 184 voix pour et 149 contre. Le Sénat doit désormais adopter définitivement le texte ce mardi.

Après le camouflet infligé par les oppositions à l’exécutif mi-juillet en l’expurgeant de l’article 2 et sa principale disposition, le retour possible du pass sanitaire aux frontières et entre la métropole et l’Outre-mer et la Corse, le Sénat a joué la carte de la négociation avec le gouvernement.

 

Les LR heureux de ce texte

Au menu de ce texte largement remanié par la chambre haute, désormais adopté par le Palais-Bourbon, on trouve désormais un test PCR obligatoire aux frontières en cas de variant dangereux et la possibilité de réintégrer les personnels soignants non-vaccinés dès lors qu’il n’y aura plus de « raison médicale » de leur demander la vaccination obligatoire.

Lire la suite de l’article sur bfmtv.com

En lien, sur E&R :

 






Alerter

23 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2998854

    PCR obligatoire aux frontières en sachant que ce pseudo test est totalement fantaisiste et ne sert qu’à sortir des "cas positifs" par dizaines de milliers pour justifier la "vaccination" à doses multiples et les restrictions futures,retour de la muselière à l’automne prochain quant les premiers cas de grippe euh pardon de covid19 apparaitront.

     

    Répondre à ce message

    • C’est surtout que ca coute une blinde et que c’est quasiment impossible de s’organiser avec au vu des délais d’obtention et de validité, pour prendre un avion par exemple ca demande un timing prodigieux.

       
    • #2998943

      La propagande covidiste est prodigieuse. Le port du masque n’est plus obligatoire, néanmoins un message vocale et depuis peu un affichage recommande le port du masque dans les transports en commun, et bien les covidiots les remettent y compris les gosses.
      Plus de deux ans de terreur bien orchestrée par nos élites dégénérées, çà laisse des marques...

       
  • #2998859

    "dès lors qu’il n’y aura plus de « raison médicale » de leur demander la vaccination obligatoire.".
    Ah, parceque c’était des "raisons médicales" jusqu’à présent ? Et qui décrète la "raison médicale" ? Un comité de corrompus nommé par les pourritiques et "qui subit des pressions" et peut être "instrumentalisé " ?

     

    Répondre à ce message

  • #2998895

    Il n’y a jamais eu de raison médicale réelle d’évincer les soignants réfractaires...
    La notion de variant "dangereux" est, bien entendu, laissée à l’appréciation du premier ministre...
    Quant à la fausse droite, j’espère qu’elle disparaîtra en raison de ses trahisons répétées.
    Grâce à eux, l’essentiel est préservé : le régime d’autorisation et de traçage cher à l’UE, pour les voyages. En attendant le passe énergétique, puis son extension.

     

    Répondre à ce message

  • #2998904

    Gageons qu’un nouveau variant dangereux surgira dès l’automne, les paris sont ouverts.. tout est prêt pour les festivités, chars anti émeutes flambants neufs, robocops boostés à la méritocratie, population laminée à l’inflation et à l’énergie prohibitive.. Le rêve pour la Macronie et pour l’assemblée de traites qui feignent de la combattre.

     

    Répondre à ce message

  • #2998924

    Pour la réintégration des soignants
    "L’académie de médecine, le conseil scientifique et la Haute autorité de santé ont un avis convergent (...) il est négatif" et "on suit l’avis des scientifiques", a annoncé le ministre de la Santé François Braun, lors d’un déplacement en Seine-et-Marne.
    Et ça c’était vendredi 22 Juillet 2022
    Donc en fait c’est déjà plié.
    Les soignants qui n’ont pas voulu de l’Injection Génétique Expérimentale (appellé Vaccin ??? par certains) pour ne pas risquer d’avoir d’effets secondaires graves pouvant entraîner blessures, mutilations et mort et bien ils vont continuer à être suspendus sans ressource et sans possibilité de travail.
    Et tout ça sans aucune logique scientifique.
    Un injecté 1, 2, 3, 4 doses pouvant être contaminé, et contaminer son entourage tout autant qu’un non injecté.
    Donc de toutes les façons les patients eux auront le même risque voir même plus car les injectés ne sont pas testés donc si ils ont la Macovir (mot valise pour Maladie du Coronavirus) ils contaminent et sans le savoir.
    Donc en gros c’est, marches et crèves et si tu marches pas, crèves aussi.
    Tous les matins intérieurement quand je pense à ce que fait ce gouvernement j’ai la nausée.

     

    Répondre à ce message

  • La compatibilité c’est précisément cela...Ceux-là auront le même destin que qui les a précédé (de triste mémoire), quand on voit vraiment ce qu’ils représentent vraiment, et qui les représente ; quand on voit les ’’valeurs’’ qu’ils portent et qui porte leurs ’’valeurs’’. Le script est écrit d’avance, seul le timing reste quelque peu incertain, encore que le long terme puisse être exclu sans aucune espèce de doute. Le vieil adage qui dit que ’’moins il y a de fond plus il y a de vagues’’ se vérifie une fois de plus.

     

    Répondre à ce message

  • #2998979

    Quand on regarde avec un peu de recul.
    1) "virus" de labo. Avec insertions HIV.
    2) operation psychologique : creer la peur et tuer des gens (interdiction des traitements, euthanasie Rivotril, destruction de lits et de soignants, prise de controle des TV/Radio/Presse etc...
    3) peur devant engendrer une acceptation des injections covid.
    4) injections toxiques et mortelles qui ne generent aucune protection contre la maladie ni transmission
    5) effets secondaires qui augmentent avec les doses.
    6) produits caches dans les vaccins : traceage electronique de la population.
    7) doses a repetition , score social, QR code vaccinal pour manger, voyager, survivre, interneter, parler librement.
    La Bete est en marche.
    Le Peuple commence a comprendre.
    Pour beaucoup c’est trop tard. Les moins malins sont deja injectes. Les plus intelligents ne le feront jamais.

     

    Répondre à ce message

    • Je suis potentiellement pendant encore un temps membre des plus intelligents.. Pour autant.. je sais qu’ils ont les moyens de me faire plier… La résistance n’a pas été facile.. à certains moments tout le monde est contre vous même des membres de la famille. Il ne faut pas que ça recommence car beaucoup d’entre nous sont déterminés à gagner la guerre mais pas toutes les batailles.. Autant être lucide autant sur leur faiblesse mais aussi les nôtres.

       
  • #2999130

    À noter qu’il manquait 24 RN et 14 LFI. Dommage le contre serait passé.

     

    Répondre à ce message

  • #2999203

    À propos de la « possibilité de réintégrer les personnels soignants non-vaccinés », je vous invite à prendre conscience de l’impact social (et conséquemment politique) du travail de Fabien Moine via les projections de son film documentaire intitulé « Soignants suspendus — des soignants entre deux mondes ».

    Cf. la conférence de presse en vidéo (durée 26:59) titrée « SOIGNANTS SUSPENDUS : Alexandra Henrion-Caude et Fabien Moine (conférence de presse) », publiée le 26 juillet 2022 sur la chaîne Youtube Fabien Moine - Exuvie TV.

    Il délivre (de 0:00 jusqu’à 10:22) un très intéressant retour d’expérience, à propos de son film, sur les enjeux — notamment en tant que moyen de fédérer les consciences —, sur les projections — y compris en sale de cinéma — et sur l’accueil par le public.

    Il explique entre autres ceci, en substance (qui devrait intéresser Lucien Cerise qui promeut un travail d’ingénierie sociale positive) :

    - [de 6:09 à 6:36] il y a des gens qui ont reçus leur deux, trois, quatre doses de [pseudo-] vaccin anti-COVID, qui visionnent le film au cinéma (parce qu’ils ont des abonnements, qu’ils se font éventuellement tirer par la manche par des proches), et vraiment ça ne change rien pour eux (relativement à des personnes qui auraient refusé les injections), ils sont très touchés, et souvent en état de culpabilité au titre qu’ils n’avaient pas perçu le problème antérieurement.

    - [de 7:32 à 8:08] il y a beaucoup de soignants encore dans le système, pro-injections, qui sont émus par le film, parce que le film raconte aussi la condition de mauvais traitements des soignants, qu’ils soient suspendus ou pas ; cet accueil favorable (facteur de fédération) par cette population a surpris Fabien Moine (il avait tout de même veillé à faire un film qui ne soit pas reçu de manière agressive par qui que ce soit) ; beaucoup de gens pro-système ont annoncé leur désir de faire tourner le film, des gens qui ont pourtant eu la posture de fustiger les soignants qui n’ont pas voulu se soumettre à l’obligation des injections.

    Note : le film (mis en ligne le 9 mai 2022) peut être visionné sur le site Exuvie.fr (participation libre et consciente). Pour référence, voici la page dédiée au film.

     

    Répondre à ce message

    • #2999477

      [ L’actualité de la défense des personnels soignants non vaccinées par Maître Di Vizio ]

      [ 1/3 ]

      Préambule : cette défense a une incidence, par extension, sur la protection des personnes non vaccinées ainsi que sur la protection des salariés en général (car la suspension des personnels soignants pourrait constituer une sorte de jurisprudence permettant de tordre le droit du travail dans d’autres secteurs et pour d’autres raisons que l’obligation vaccinale).

      A) Dans une courte intervention en vidéo (durée 1:32 ; titrée « Une 4ème dose obligatoire pour les soignants ? A un moment on arrête ! », publiée le 26 juillet 2022 sur la chaîne Youtube TV’ Izio Shorts), Maître Fabrice Di Vizio met l’accent sur une incohérence :

      - d’une part, le gouvernement vient de proposer une 4e dose aux soignants — ceux qui sont encore dans les hôpitaux par ex. — sans l’imposer ;

      - d’autre part, le gouvernement — en congruence avec la déclaration de la la HAS (Haute Autorité de Santé) — vient écrire devant le Conseil d’État que, finalement, il ne faut pas réintégrer les soignants suspendus parce que le [pseudo-] vaccin protège [prétendument] les gens les plus fragiles, et parce qu’on sait que l’immunité vaccinale diminue avec le temps ; par ailleurs, des circulaire DGS (DGS pour Direction générale de la Santé) — Maître Di Vizio déclare les avoir — demandent à ce que les personnes âgées et les personnes en situation défavorables soient vaccinées le plus vite possible parce que l’immunité vaccinale diminue avec le temps.

      ../..

       
    • #2999478

      [ 2/3 ]

      En conséquence, il demande à ce que le ministre se justifie. Pour cela, il fait un référé-liberté — pour la définition, cf. la section dédiée de l’article Wikipédia intitulé Référé en droit français — au nom de l’association [1], de manière à savoir ce qui justifie le traitement différencié entre un soignant qui a trois doses depuis 9 mois (sous-entendu : et qui n’aurait pas à se faire injecter obligatoirement une 4e dose, alors que l’immunité vaccinale a chuté) et un soignant qui n’a pas reçu de dose (sous-entendu : et qui a été suspendu).

      Il demande à ce que cesse la prise en otage des hommes au nom de l’idéologie. Si c’est de la science, alors il demande à ce qu’on aille jusqu’au bout de la science, ou bien c’est de l’idéologie et il demande à ce que ce soit assumé.

      B) Dans une nouvelle vidéo (durée 2:17 ; titrée « la 4ème dose obligatoire pour le personnel soignant ! Soignants suspendus, vaccination.. », publiée le 27 juillet 2022 sur la chaîne Youtube TV’ Izio Shorts), Maître Di Vizio précise que le référé-liberté réclame une obligation vaccinale pour la 4e dose visant les personnels soignants encore en poste. Il ajoute que le but n’est pas d’obtenir l’obligation vaccinale et les chances de l’obtenir sont d’ailleurs quasi-nulles, puisque le Conseil d’État ne fait que ce que dit le ministre. Maître Di Vizio est intéressé non par le Conseil d’État mais par la réponse du ministre, par tout ce qui va pouvoir être utilisé contre eux.

      [1] il s’agit logiquement de l’association « Je ne suis pas un danger » (site web dédié : JeNeSuisPasUnDanger.com) créée en décembre 2021 par Maître Di Vizio pour venir en aide aux personnes non vaccinées.

      ../..

       
    • #2999479

      [ 3/3 ]

      Il veut pouvoir rendre publique le mémoire du ministre par lequel il va expliquer comment il a soutenu, il y a 15 jours, l’obligation vaccinale de la 4e dose pour les personnels soignants, en le justifiant pour des raisons sanitaires, alors qu’il réfute l’obligation maintenant. Plus précisément, le ministre s’est opposé il y a 15 jours à la réintégration des personnels soignant suspendus au titre qu’il y avait des clusters au sein des hôpitaux, que c’était dû au fait que les personnes étaient en défaut d’immunité vaccinale et cela justifiait la 4e dose obligatoire.

      Maître Di Vizio déclare que la réponse du ministre donnera une vision de ce qui va se passer dans les prochains mois. Selon Di Vizio, on va se faire enfumer parce que les soignants qui n’ont pas fait leur 4e dose vont être tenus de la faire (justification quelconque, c’est le sens de l’histoire).

      Deuxièmement, Maître Di Vizio fait un rappel d’éléments juridiques en confrontant la loi du 5 août 2021 — celle traitant de la suspension de personnels pour défaut de vaccination —, versus le statut général de 1983 de la fonction publique : dans le second cas vous êtes suspendu et le juge contrôle si la mesure n’est pas trop longue, si elle n’est pas disproportionnée, alors qu’avec la loi du 5 août 2022, le juge disparait de l’équation. Ainsi, le Sénat et l’Assemblée Nationale ont fait disparaître le contrôle juridictionnel de la proportionnalité de la sanction, ce qui constitue un recul de l’état de droit.

      Dernier élément, Maître Di Vizio et ses équipes vont déposer une série de recours massifs en responsabilité (il en a parlé dans des vidéos antérieures), or des perles à exploiter ont été trouvées (ça va prendre un peu de temps de les exploiter), et il annonce que ça va foutre un bordel sur le plan juridictionnel (et alimenter la doctrine juridique) pendant des années.

       
    • #2999990

      @SamWang

      Toi, t’aimes bien faire tourner la moulinette, on dirait...
      Mais quelle est la conclusion ? Qu’on ne réglera pas le problème par la justice, parole d’avocat.

       
  • Les soignants ne seront jamais réintégrer ou alors dans 5 ans une fois qu iks auront une nouvelle vie professionnelle,

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents