Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La congruence entre terrorisme et libéralisme

Les défections se multiplient parmi les troupes de LREM, qui n’a plus besoin de base maintenant que le pouvoir est pris. Le reportage du 20 Heures du 14 novembre 2017 de France 2 montre des militants macronistes du Gers en colère contre « Paris » après la pseudo-élection de Christophe Castaner à la tête de leur mouvement. C’est un peu « Quand la lucidité vient aux électeurs » pour reprendre le titre d’un film hollywoodien de 1950, Quand l’esprit vient aux femmes...

 

(Bien écouter, en casque et à volume élevé, la voix off entre 0’51 et 0’53)

 

Le sujet date de novembre 2017 mais si nous le diffusons aujourd’hui, c’est pour souligner l’extrême naïveté de ces Français de bonne volonté. N’ayant sans doute pas compris par quels moyens obscurs et avec quels soutiens supranationaux un jeune inconnu a pu se hisser au pouvoir en moins de trois ans, ces Français du quotidien découvrent avec dépit les méthodes forcément pas très démocratiques d’un faux parti créé par le Haut pour piéger le Bas.

Ce n’est pas le cas des autres partis authentiques qui ont une assise historique et sociale. Le mouvement-parti LREM a ceci de spécial qu’il a été conçu pour ratisser large, comme un filet de morutier en mer du Nord. On a pu le vérifier en écoutant un candidat Macron capable de dire tout et son contraire pour faire son marché à gauche aussi bien qu’à droite. Et ça a marché, peut-être au-delà des espérances des ingénieurs du « concept Macron » avec l’aspiration de la presque totalité des voix socialistes et d’une moitié des voix de droite libérale. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : le dimanche 7 mai, au soir de son triomphe, Macron avait séduit, voire subjugué, 80% des électeurs de Hamon et 48% des électeurs de Fillon.

 

 

Ainsi, une figure politique a-t-elle été construite de A à Z pour correspondre en surface aux désirs de l’électeur français moyen (mais) majoritaire. Le programme du Macron a été conçu pour attraper le plus de poissons possible au détriment de toute cohérence apparente. C’est pour cela que sa politique n’est pas lisible pour les Français, qu’ils aient voté pour lui ou pas : un jour il évoque la solennité de la fonction, le lendemain il se laisse appeler par Cyril Hanouna. Un jour il dit qu’il ne faut pas diaboliser l’Iran, le lendemain il laisse son ministre en parler comme de la menace numéro un. Un jour il accorde – grand prince – toute sa légitimité à Assad, le lendemain il le traite de massacreur de son peuple.

Pourtant il y a une cohérence dans ce fatras d’annonces nouvelles, de déclarations enflammées et d’envolées lyriques : la France est gouvernée par un petit noyau de cerveaux ultralibéraux pro-américains. Et dans un pays ultrasensible au social, ce noyau très dur doit avancer masqué. Alors on maquille les décisions de hard politique sous ces discours que les Français aiment entendre. Discours qui entreront bientôt en collision avec les faits, avec les effets de la dureté libérale, c’est-à-dire la paupérisation de beaucoup pour le profit de peu. Faire les poches du Bas pour les poches du Haut.

Quelle différence avec Sarkozy ou Hollande ? Le premier a essayé d’être un libéral de droite, le second un libéral de gauche. Macron, lui, est un libéral ni de droite ni de gauche, un libéral sans complexes qui sait pertinemment que son rôle consiste à ne pas braquer l’électorat. Les Français ont retenu le candidat « ni droite ni gauche » alors que Macron n’était que le candidat libéral. Car le libéralisme n’est ni de droite ni de gauche : il est là où est son intérêt, celui de ses représentants et producteurs.

Le discours macronien a pour fonction d’endormir les défenses du peuple en satisfaisant son imaginaire pendant que l’oligarchie lui fait les poches. Une schématisation brutale, mais tous les soupçons y confluent.

 

 

Si l’on veut élever un peu son regard, on doit considérer la période d’incubation du Macron, soit 2014-2017. Début 2014, le futur Premier ministre Manuel Valls fait sien les intérêts du CRIF et lance sa campagne contre Soral et Dieudonné, les deux personnalités qui entravent le pouvoir du tout-puissant CRIF. Valls sera récompensé au printemps par l’avant-dernière marche – Hollande sera forcé de le nommer Premier ministre – avant le Graal de la présidence.

Une dernière marche qu’il n’atteindra jamais car il sera puni lors de la primaire de gauche. Mais on sent pointer le museau du sécuritaire : Valls, qui manque d’imagination, applique la méthode Sarkozy pour dégager Hollande comme Sarkozy avait dégagé Chirac.

 

JPEG - 151.8 ko
L’oligarchie a toujours deux candidats au feu : le Bon, et le Mauvais... qui pousse les électeurs vers le Bon

 

Les Français ont préféré l’insécurité sociale à l’insécurité terroriste...

La séquence terroriste janvier 2015-juillet 2017 ne servira pas plus ses ambitions : Valls sera sifflé, giflé puis insulté en public. Malgré tous ses efforts – et l’avenir livrera peut-être un jour ses secrets – les attaques sur la France bénéficieront à l’autre versant de l’oligarchie, plus porté sur le sociétal que sur le sécuritaire. Valls sera associé aux attentats, tandis que Macron apparaîtra comme le réconciliateur national. C’est cette image d’anti-Valls qui le portera au sommet.

En vérité, la finale de la présidentielle n’aura pas été un affrontement entre Macron et Marine Le Pen, mais entre Macron et Valls.

N’oublions pas le travail conjoint de la fée Médias : sans la formidable armada du groupe de Patrick Drahi (BFM TV est la première chaîne d’information continue), Macron n’aurait jamais obtenu la surface médiatique nécessaire pour incarner cette image de fédérateur si chère aux Français après le sang coulé. Valls était la blessure, Macron sera le pansement.

 

 

Avec le recul, chronologiquement parlant, Macron a surgi tel un petit diable des entrailles du Système au « bénéfice » des chocs terroristes subis par la France et de la propagande massive des médias complices, avec en première ligne ceux de l’Israélien Drahi.

Certains y verront une série de coïncidences miraculeuses, d’autres le génie d’un jeune général sachant monter dans les bons wagons de l’Histoire. Une poignée y décèlera la plus grande ingénierie politico-sociale que la France ait connue.

Le terrorisme transforme en effet le besoin de sécurité sociale (qui coûte si cher au Capital) en besoin de sécurité individuelle. Le terrorisme casse au sens propre et au sens figuré le collectif : foule, attroupement, collectif... tout collectif devient un danger. Le refuge dans l’individualisme est l’objectif inavoué du libéralisme sociétal. Il y a congruence entre le libéralisme et le terrorisme.

JPEG - 64.7 ko
Sondage du 28 décembre 2017 parus dans Paris Match

 

Triangulation pour une ingénierie gagnante,
sur Kontre Kulture

 

La fabrique du Macron, sur E&R :

 






Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1872496
    Le 3 janvier à 02:31 par Aryakshatrya
    La congruence entre terrorisme et libéralisme

    Je n’ ai jamais voté de ma vie , et je ne suis jamais déçu , je déteste la république et la démocratie , j’ ai 60 ans et mon instinct m’ a éloigné de tout intérêt pour la politique , c’ est pour moi une question d’ hygiène mentale . Mais pour la première fois lors des dernières élections j’ y ai mis mon nez et je n’ arrivai pas a croire ce que j’ ai vue : une escroquerie flagrante basée sur des accointances inacceptables , et ce qui est stupéfiant c’ est la facilité avec laquelle les gens acceptent d’ être trompés . On ne m’ y reprendra plus . Pour moi c’ est Dieu, un Roy, un territoire, un peuple , point barre !

     

    Répondre à ce message

  • #1872516
    Le 3 janvier à 04:43 par deNNoch
    La congruence entre terrorisme et libéralisme

    Par au-dessus et par en-dessous !
    La France s’est violemment "fait mettre" jusqu’à l’os, d’entrée, et la grande partouze finale ne fait que commencer...

     

    Répondre à ce message

  • #1872540
    Le 3 janvier à 07:22 par Thomas
    La congruence entre terrorisme et libéralisme

    Comment ça ? Ces gens se seraient fait avoir par des politicards ?
    Je n’ose le croire...

     

    Répondre à ce message

  • #1872546
    Le 3 janvier à 08:06 par Lolo
    La congruence entre terrorisme et libéralisme

    C’est marrant cette phrase : le déclin du terrorisme islamique.
    Sachant que dans le monde le terrorisme islamique représente 20% des attentats contre 60% qui sont faits par les mouvements révolutionnaires. En France c’est 75% faits par les corses. Sources asselineau et Wikipedia. C’est beau l’ingénierie sociale .
    et comme dit l’article, ils ont choisi l’insécurité sociale face à l’insécurité physique , ils auront les 2 !
    Salut à tous et bonne année 2018 !

     

    Répondre à ce message

  • #1872568
    Le 3 janvier à 09:13 par Domino
    La congruence entre terrorisme et libéralisme

    D’avcord avec vous sur le fond.
    mais, au lieu de libéralisme, il vaudrait mieux parler de capitalisme financier oligarchique.
    Historiquement, le libéralisme est une philosophie du droit qui défend la liberté individuelle dans le cadre du droit naturel (ne pas nuire à autrui).
    Ce libéralisme-là n’a rien à voir avec la spéculation, l’exploitation d’autrui, le capitalisme de connivence ou le pouvoir des banques centrales. Il défend la liberté d’opinion, d’entreprendre et de gérer sa vie du moment qu’on respecte les autres.
    Je pense que cette confusion de vocabulaire est voulue par l’oligarchie orwellienne... (faire passer pour de la liberté ce qui en est le dévoiement : la licence n’est pas la liberté)
    Cela aboutit au résultat que le discours anti-libéral heurte les défenseurs du libéralisme "canal historique", alors que sur le fond, ces libéraux sont d’accord avec vous. Semer la confusion et la division pour garder le pouvoir...

     

    Répondre à ce message

    • #1872762
      Le 3 janvier à 18:19 par Anonymous19
      La congruence entre terrorisme et libéralisme

      Malheureusement, c’est un message qui tombe à plat.

      Les gens continuent de croire que l’ennemi de l’ordre actuel est l’Etat et ce qu’ils appellent socialisme.

      Ils se retrouvent à supporter, à encourager leur pire ennemi : l’étatisme et le collectivisme. Sans comprendre que le pire cauchemar des oligarques est le libéralisme.

       
  • #1872621
    Le 3 janvier à 11:23 par dixi
    La congruence entre terrorisme et libéralisme

    Le Français ne vote pas pour mais contre, et ça, il y a longtemps qu’ils l’ont compris. Il fallait évacuer Fillon pour mettre MLP au deuxième tour .C’est la même parade à chaque élection et ça marche à tous les coups .La preuve .Le Français ne vote pas pour un programme, mais par instinct , souvent physique, il est jeune, beau, et avec sa femme ça fait un beau couple présidentiable .Et puis au FN, ils ont dit qu’ils étaient racistes, xénophobe, antisémite, et c’est le diable incarné, et mettre des Ss au pouvoir ce serait terrible .Le Français de base ne va pas chercher plus loin , la politique, ce n’est pas son truc, il ne comprend rien, et puis il s’en fout .Donc manipulable à souhait , en sortant l’artillerie médiatique pour finaliser, sans oublier les tous contre un, et l’affaire est dans le sac .Quand on a compris comment fonctionne un peuple, on est sûr de ramasser la mise .Le staff à micron l’a compris, une élection ne se gagne pas avec un programme, une image suffit .

     

    Répondre à ce message

  • #1872807
    Le 3 janvier à 19:52 par zuleya
    La congruence entre terrorisme et libéralisme

    La photo de macron est assez saisissante dans la vignette. Suis je le seul à y voir l’happy merchant de wyatt mann ?

     

    Répondre à ce message

  • #1873139
    Le 4 janvier à 13:28 par Marde
    La congruence entre terrorisme et libéralisme

    Qui fait l’homme dans le couple ?

     

    Répondre à ce message

  • #1873151
    Le 4 janvier à 13:49 par Mickaël
    La congruence entre terrorisme et libéralisme

    Suis-je le seul à avoir remarqué le propos relativement audible dans le reportage de France 2 entre 00:51 et 00:53 ? qu’entendez- vous ?

     

    Répondre à ce message

  • #1876169
    Le 8 janvier à 23:19 par Oblabla
    La congruence entre terrorisme et libéralisme

    Bon papier dont je partage souvent l’analyse. Cependant il y a un point sur lequel je suis en désaccord, c’est votre critique et votre diabolisation du libéralisme que vous évoquez à tort et à travers. En réalité comme une immense majorité de français vous ne savez pas ce qu’est le libéralisme et vous n’en connaissez même pas la définition. Rappel : dans le libéralisme c’est le droit qui prime sur l’État et c’est l’individu qui a priorité sur le collectif. Le libéralisme met en avant la liberté, le socialisme (pire le communisme) met en avant l’égalité qui est un mythe et qui débouche systématiquement sur des régimes totalitaires in fine.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents