Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Pourquoi le métier de chauffeur de taxi va disparaître

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Difficile après les événements de la journée de ne pas vous parler des chauffeurs de taxi, de leur grève et de leur protestation. Je vais essayer d’aborder les choses de façon pragmatique et juste.

Un outil de travail qui coûte cher

N’imaginez pas que je vais me livrer à une défense inconditionnelle des chauffeurs de taxi. Néanmoins, par honnêteté intellectuelle, il est très important de rappeler certaines réalités de cette profession.

Il existe en gros deux types de « taxi ». L’artisan propriétaire de sa « plaque » et celui qui est locataire de sa « plaque ». Une plaque c’est le droit d’exercer comme taxi. Une plaque cela s’achète, cher, très cher, tellement cher qu’en réalité, bien souvent, ce n’est pas tant le chauffeur de taxi qui est propriétaire mais sa banque. 200 000 euros. C’est le prix par exemple à Paris pour devenir taxi.

Un chauffeur va exercer en « nom propre ». Cela veut dire qu’il est solidairement responsable de son activité. Si notre chauffeur de taxi ne rembourse pas son crédit, ou ne paye pas ses charges (le très célèbre RSI), la banque comme les organismes sociaux n’hésiteront pas un instant à venir saisir ses biens, ou sa maison.

Un chauffeur de taxi doit donc payer sa licence (la plaque), il doit payer des charges, il doit aussi financer très régulièrement l’acquisition de son véhicule, une assurance tous risques qui est très chère puisqu’il s’agit d’un métier où l’on transporte du monde, les frais de carburant…

Mais ce n’est pas fini (comme dit la pub), un chauffeur de taxi roule beaucoup. Énormément. Et vu le nombre de radars et de contrôles routiers, le moindre faux pas pour ces professionnels peut rapidement poser des problèmes importants. Bref, vous l’aurez compris, être taxi ce n’est pas forcément une sinécure, les contraintes sont nombreuses, les coûts sont importants et la législation très précise.

Lire la suite de l’article sur 24hgold.com

Voir aussi, sur E&R :

Sur la précarité et la paupérisation de la société,
chez Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

32 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1215401

    Vous avez les moyens de prendre un taxi, vous ?


  • Pourquoi les taxis n’ont-ils pas recours à une appli aussi pratique que celle d’Uber-Pop ?

     

  • Plus le chômage et la misère gagneront du terrain, plus le travail "organisé" reculera ... Le libéralisme conduit lentement mais sûrement vers l’anarchie, seul terrain sur lequel le faible peut prendre sa revanche économique sur son maître. La collectivisation sera ou l’humain disparaîtra !!!


  • Au risque de me faire insulter d’affreux libéral, je serais heureux qu’Uber supplante le système actuel des taxis. Il y a une véritable demande, surtout motivée par la possibilité d’effectuer des trajets plus coûteux, à laquelle les taxis ne peuvent pas répondre. Le métier de taxi avait un sens à l’époque où il fallait feuilleter dans les pages jaunes pour être mis en relation avec un conducteur professionnel, qui connaît (normalement !) la ville dans laquelle il travaille sur le bout des doigts. Avec le GPS et Internet, ce métier est devenu désuet.

    Le gouvernement a décidé de baisser sa culotte face à la violence de cette corporation. Ce n’est pas la première fois. En instaurant un numerus clausus, en limitant le nombre de plaques, le gouvernement a fait exploser le prix de ces dernières. De leur côté, les taxis ont spéculé sur leur prix, pour en tirer une marge maximale. Ils sont co-responsables de cette situation.

    Je me fiche pas mal qu’Uber soit américaine, je sais juste qu’elle rend un meilleur service que les taxis.

     

    • Si le modèle économique des taxis doit être amélioré et ouvert (loyalement) à la concurrence, doit-on pour autant accepter l’ultra libéralisme, représenté ici par la société Uber ("optimisation fiscale, succursales dans les paradis fiscaux, travail non déclaré, etc...), qui appauvri les états et les peuples au profit d’une hyper-classe ? Doit-on tout sacrifier à l’économie au détriment de l’humain ? Alors si on peut regretter les débordements (inévitables lors de rassemblement de gens en colère), leur combat va dans le bon sens. Pendant que eux se battent pour leur bout de steak, nous on laisse passer une loi sur le renseignement liberticide, on laisse s’entasser des êtres humains sur des rocher (encore une question économique), on laisse la "loi du marché" diriger nos vies alors que cela devrait être l’inverse, on laisse Estrosi censurer (avec l’aide de ses amis à la justice) un spectacle, par ailleurs joué partout en France, parce que ça ne lui plait pas,.... je pourrais en écrire encore long. Respect messieurs les taxis !


    • Il y a sans doute des modifications à apporter au système actuel, mais souhaiter que Uber supplante les taxis est parfaitement irresponsable ! Les taxis sont soumis à une régulation très stricte, ce qui permet à la profession de vivre de son métier. Uber participe de la précarisation massive des travailleurs. Tous les secteurs, un à un, passent à la moulinette de l’ultralibéralisme. Cette entreprise est par ailleurs financée par Goldman Sachs. Arrêtez de ne voir les choses qu’en position systématique de consommateur, et essayez de voir la logique économique et politique qui sous-tend ces mutations !


    • "doit-on pour autant accepter l’ultra libéralisme"

      Il est là le problème !
      L’ultra libéralisme est déjà présent partout !
      Pourquoi ce même ultra libéralisme ne s’appliquerai pas pour les taxis ?
      Parce qu’ils ont payé leur licence super cher ?
      Et alors ils se sont fait avoir et puis c’est tout !
      Les anciens taxis qui ont revendu leur licence ne se sont pas fait avoir, bien au contraire ...


  • Excellent article. Ces gens là, les taxis, pensent que leur mode de fonctionnement va durer 1000 ans. Ils sont cons. Ils se sont endettés à hauteur de 230.000€ sur Paris, Ils revenderont leur licence dans 30 ans avec un bénéfice stratosphérique. Ca ne pouvait pas durer éternellement, y a pas un type parmi les taxis qui se doutait que ça risquait un jour de mal finir ?

    Les mecs réalisent que des types de plus en plus nombreux font des courses à leur place, donc là où ils auraient pu faire une course, c’est un Uber ou autre VTC qui la réalise. Multipliez cela par des dizaines, centaines, milliers de chauffeurs Uber, les mecs vont voir leur salaire baisser. Si le salaire baisse, le métier de taxi n’est plus attirant, si le métier n’est plus attirant, moins de gens voudront faire taxi, donc moins de personne à vouloir acheter une licence, donc il faut la revendre moins chère et si on la revend moins chère, il y aura encore moins de type qui l’achèteront car les suivants vont se dire "j’achète une license 200.000€ aujourd’hui au lieu de 240.000, dans 20 ans je vais la revendre combien ? 150.000€ ? 100.000€ ? Si ça se trouve 0".

    Cette histoire de licence payante est délirante, cela aurait du être interdit DES LE DEBUT !!! LA préfecture donnait des licences, il me semble qu’elle n’en a jamais vendu. Ce sont les taxis qui un jour ont commencé cette magouille. Tu veux une licence ? Soit tu fais la queue sur une liste et tu attends 10 ans, 15 ans pour en avoir une gratuite, soit tu me l’achètes et demain tu bosses en tant que taxi.

    L’article est très juste, ces cons là qui ont une noix à la place du cerveau, en plus viennent casser la gueule aux VTC, leur bousiller leur bagnole et casser la gueule à des gens qui ont choisis de se faire conduire par Uber. J’ose espérer que le français moyen en voyant cela boycottera purement et simplement les taxis à partir d’aujourd’hui. Il y a le bus, le train, le métro, son voisin "tu peux m’emmener là, je te paie l’essence", on s’arrange. Faire du chantage en cassant la gueule des autres et en leur bousillant leur bagnole, c’est inacceptable. Comme le dit l’article, c’est le début de la fin. Quand tu vois le prix d’une course en France, ça coûte un bras là où à l’étranger des petites gens peuvent prendre le taxi souvent.

    Il faut évoluer. Il y a un siècle les carrioles à cheval et autres diligences disparaissaient. Oui un métier peut disparaître ou évoluer fortement. Eux pensent que c’est gravé dans le marbre.

     

    • Bien dit et la mort des taxis ne viendra ni de Uber et autres VTC mais de Google et consort lorsque la voiture sans chauffeur sera normalisé. Et pour y parvenir ce seront les services de la ville de Paris qui seront en pointe. Dans moins de 10 ans à Paris il y aura à la sortie des aéroports et des gares des "voitures" Google (ou autres) que vous aurez réservé avec votre billet de train ou avion via internet et qui aura préenregistré votre heure et lieu d’arrivée ainsi que la destination. Le tout payé à l’avance donc sans surprise de surcout et en evitant tant que faire ce peut les embouteillages grace à une liaison GPS+ en temps réel.
      Et il y en aura des centaines partout et là ils feront quoi les chauffeurs de taxis, ils bruleront les véhicules appartenant aux municipalités ???? Direct prison.
      Changez de métier aujourd hui avant de faire faillite sans remission dans 10 ans...


    • D’ailleurs il est intéressant de noter le profil ethnique de ces chauffeurs de taxi violents... n’en déplaise à certains ce n’est pas pour rien que la starlette américaine a tweeté un parallèle avec Bagdad. La deuxième question à se poser c’est comment font ils pour sortir 200.000 euros pour une licence ces racailles taxisés de nos cités ?


  • Lu en entier, cet article est vraiment insupportable, malgré quelques "tristes" réalités bien analysé.
    C’est vraiment de la propagande UMPiste. En substance :
    1) Le "progrès est inévitable, bien que ma grande âme de bourgeois s’en émeuve, et que, attention, je ne suis pas un idiot qui croit religieusement aux bienfaits du progrès.
    2) Mais néanmoins, il est inévitable, et VOUS devez donc vous adaptez, le plus vite possible, quitte d’ailleurs à refiler le paquet pourri (le "pantalon à une jambe" ?) à un niais qui ne le comprendra pas ("revendez votre licence de taxi pendant qu’il en est encore tant", alors que "sa valeur tendra inexorablement vers 0").
    3) Oui, je sais, c’est difficile, c’est douloureux, je compatis, j’ai un grand coeur, etc. Mais c’est inévitable, car en réalité... cela ne me concerne pas ! Car je suis "diplômé de l’Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d’Etudes Diplomatiques et Stratégiques, ancien chargé d’affaire pour BNP Paribas et actuellement directeur des études économiques d’Aucoffre.com".

    Et bien non, Monsieur le directeur de centre d’étude de mes deux, non Monsieur l’économiste.
    1) Votre discours est d’une indécence profonde, car vous prônez une adaptation qui ne vous affecte pas, qui ne vous a jamais affecté, qui ne vous affectera jamais. Oh, bien-sûr : vous arguerait sûrement que vous avez changé maintes fois de profession, vous aussi. Mais pour vous, c’était une perspective de carrière, un jeu de l’offre et de la demande dans lequel VOUS étiez en POSITION DE FORCE. Raison pour laquelle vous n’avez changé de métier que lorsque VOUS en aviez décidé ainsi, au moment ou cela VOUS semblait OPPORTUN : et non parce qu’une bande de connard planqués dans leurs bureaux avait décidé de vous faire entrer en concurrence, afin, en dernière instance, de faire baisser LEURS frais. Serait-ce trop demander à sa Majesté bardée de diplôme que de comprendre que tel n’est pas la réalité du monde du travail pour tous les autres, qui ne font pas partie des élites ? Peut-elle comprendre, a fortiori, que cela ne pourra JAMAIS être le cas, par le simple fait que les élites sont, par définition, limitée en nombre ?

     

    • Moi, je n’ai pas lu le texte en entier mais cette adaptation m’affecte personnellement.
      Je suis en effet un consommateur de taxis et, étant peu fortuné, je me réjouis de toute baisser de prix, quoi qu’il en coûte aux corporations.
      De plus, utilisateur d’Uber, je constate que la plupart des chauffeurs sont des immigrés, qui donc ont ainsi trouvé le moyen de ne pas vivre sur le dos du peuple mais en se rendant utile pour lui.
      Je précise que je suis pour la remigration mais, étant donné qu’elle n’est qu’une décision future, je me plais à constater que certains immigrés s’emploient à être agréables au peuple qui les accueille.
      Certes, les salaires de la branche vont baisser jusqu’à sa probable disparition, du moins dans les grandes agglomérations.
      Mais lorsque j’ai le choix entre deux prix pour un service équivalent non seulement je choisis le plus petit, mais de plus je refuse à ceux que j’ai élus le droit de me forcer à payer plus cher pour protéger des intérêts ultra minoritaires et contraires à ceux de la majorité, à savoir ici les clients.


    • #1216233

      @ nopseudo
      Je trouve votre posture plus que sectaire. Il fallait être prolo sans diplômes pour avoir le droit d’écrire ce bon article sans s’attirer les foudres des "défenseurs de la populace".
      Déjà de une, qui vous dit que ce type est un grand bourgeois ou l’a toujours été. Je suis plus diplômé que lui et je ne suis pas issu d’une famille aisée et je n’estime pas être un grand bourgeois avec ce que je gagne à mon compte.
      Enfin bref, revenons sur le fond de l’article. Je ne vois vraiment pas ce qui vous gêne. Le type n’en a rien à foutre que les taxi s’accroche à leur licence et leur métier ou pas. Il pose juste un diagnostique qui me semble très réaliste et intelligent, dans un article très fouillé et qui regorge d’informations qu’aucun journaliste pro a été capable de nous pondre depuis que ce sujet est traité.
      Bref, il faut arrêter avec la parano ou le complexe d’infériorité. Vous auriez préféré quoi ? Qu’il disent au chauffeurs de taxi ou aux personnes qui veulent se lancer, en dehors de toute réalité : "allez-y ne lachez-rien, c’est un métier d’avenir, vous allez avoir gain de cause et votre profession va perdurer."
      Il y a plein de reconversions possible pour un chauffeur de taxi : ambulancier, livreur, chauffeur de bus, poids-lourd. Pour les deux premiers, il peut même être à son compte.

      C’est évident que tout le monde n’a pas les mêmes ressources intellectuelles et de tempérament pour s’en tirer, mais jamais, même dans la nature, les choses ne se plient pour préserver cette catégorie de personnes.

      En bref, j’ai trouvé cette article très complet et très équilibré. Il a parfaitement mis en avant la concurrence déloyale que constitue UberPop, tout en analysant l’évolution de ces métiers à moyen terme. Maintenant si vous préférez un type qui beugle (à juste titre) parce qu’on touche à son gagne pain, sans plus de vues et d’analyse, c’est vraiment du sectarisme. On ne se transforme pas en super méchant parce qu’on a fait des études ou parce qu’on est plus futé que la moyenne. Ce type prend sur son "temps de bourgeois" comme tu dis pour écrire des articles très variés (euthanasie, économie, phénomènes sociaux), assez dissident et toujours très intelligent.

      Ce qui est d’une d’une indécence profonde, c’est d’exhiber ces types énervés à la télé juste pour le spectacle, sans expliqué la situation et le contexte.


  • Uber-Pop : piraterie US pure et simple et sans impôts Madame !


  • #1215531

    L’hypocrisie quand tu nous tiens ! deux poids deux mesures ; le traité transatlantique TAFTA non , UBER oui . Sauf quand ça vous arrange


  • je prends le taxi 1 a 2 fois par an, quand je suis vraiment obligé, préssé, mais pour moi je me fais taxé...1 journé de smic pour une dixaine de kilometre....

    TAXI = TAXE

    en plus se sont les spécialiste de la fraude, beaucoup d’especes qui passe dans leur poche...


  • Je n’aime pas les taxis en général mais il faut dire qu’ils ont raison et que la violence peut-être saine parfois ( je demande des preuves d’ agressions de passager).Il ne faut plus laisser souffler les marionnettes du gouvernement et suivre cet exemple pour sortir de l’Europe qui nous a ruiner et continue de le faire.
    Les maitres de nos maitres sont au dessus de la logique économique , agenda Gay , attaque des religions, matérialisme,individualisme, attaque de l’enfance et de la famille ,destruction programmé de l’économie etc etc n’ont pour but que l’ingénierie de l’homme nouveau ultra soumis et contrôlé et mort si possible, tout se déroule sous nos yeux et nous nous sommes encore là à polèmiquer sur la merde que BFM nous jette ou la derniere info du Parisien.
    Humour et réinformation c’est bien mais......


  • suite du message précédent.

    2) Vous affirmez que tout cela est inévitable. Non, Monsieur. L’Economie n’est pas un Dieu (clément pour vous et vengeur pour les autres) qui frapperait de ses foudres le monde des Hommes comme bon lui semble. Elle est une création humaine, et les Hommes restent libre de la modeler comme bon leur semble. Elle est bien sûr une préoccupation légitime, mais une préoccupation parmi d’autres, qui ont toute leur place dans l’équation. Donnons un petit exemple. Savez vous, par exemple, que depuis 3 ou 4 décennies, les dirigeants indiens s’opposent farouchement à l’arrivée des grandes surfaces dans leur pays pourtant en pleine croissance économique. Pourquoi ? Parce que cela foutrait sur la paille plusieurs millions (voire plusieurs dizaines de millions) de petits revendeurs locaux qui n’aurait plus de quoi vivre (et qui ne savent rien faire d’autre). Non pas que celle-ci n’ait pas quelques avantages "objectifs", allant dans le sens du "progrès". Mais seulement, ils savent eux que l’équation est toujours plus complexe, ils savent encore faire un choix, qu’il sauront aussi assumer. Car ils ont encore un véritable gouvernement, et dans celui-ci, quelques personnes dotés d’une paire de couille.
    3) Car au final, voila ce qui manque aux élites dont vous faites partie : la conscience qu’il y a de la violence dans tout cela, et que cette violence sourde, silencieuse (celle qui consiste à flexibiliser les autres, à les forcer à s’adapter à la concurrence, ... et à faire ce qu’il faut pour survivre malgré tout : c’est à dire accepter des conditions de travail proprement inhumaines, et une vie autre -familiale, amicale, amoureuse, etc- réduite à la portion congrue), finira par exploser, et par vous revenir à la gueule comme un boomerang. Et c’est bien parce que vous n’avez même plus conscience de cela que vous êtres profondément dangereux, y compris pour vous-même. C’est pour cela que, pour ma part, je ne vous considère pas comme un homme (au sens masculin du terme), mais plutôt comme un enfant, qui ne va pas tarder à s’en prendre une...
    4) A moins que vous ne préfériez le qualificatif de "judeo-protestant". Car votre "Dieu Economie" est un Dieu qui fait clairement la différence entre les élus et les non élus. D’où votre unique solution : refiler la patate chaude, à plus con que soi. De la part d’une élite, on attendrait mieux, non ?
    J’espère au moins que vous n’avez pas le culot de vous prétendre "catholique" ou "patriote" ...


  • Comme je n’ai pas vu (en gros) ma pensée je vais mettre un commentaire.

    UberPOP est de toute façon illégal puisque c’est du travail dissimulé de gens qui n’ont aucune compétence de + qu’un permis B.
    C’est pour ça que les Taxis tentent d’amalgamé uberPOP et les VTC qui eux ont une formations et sont complétement légaux.

    Je pense qu’il est bon de rappeler que la licence de taxi est à la base délivrée GRATUITEMENT par la préfecture , et que par conséquent si l’état ’devait rembourser les licences’ , rembourser la gratuité serait vite fait.
    En réalité les Taxis ont spéculé sur les licences et c’est ça leur problème.
    Aujourd’hui les Taxis sont à leurs licences , ce que Christian est au pantalon à une jambe d’attali.


  • J’avais lu sur l’autre article un commentaire qui disait qu’en réalité la licence est gratuite, ca m’avait rappelé qu’effectivement, un reportage de l’époque précisait bien que c’était gratuit mais que le délais d’attente était énorme. En réalité ce sont ceux qui ont joués le jeu d’acheter les plaques a des prix de fous qui sont responsable du merdier dans lequel ils sont. Donc quand le mec avance qu’il a payé sa licence cher comme si c’était une obligation pour devenir chauffeur de taxi c’est un mytho qui mérite la situation dans laquelle il s’est mis.

    Et vraiment, faudrait arrêter de comparer cette profession, ses charges avec les autres professions en disant qu’ils en ont plus, parce qu’en fonction de ce que vous faites, vous avez différente charge mais vous payez de la même façon ! Si j’ai un café, je me prends entre 80 000 et 150 000 € de crédit (minimum), je paye un loyer (ce qui est une aberration et qui semble être unique au monde), je paye le matériel (au moins autant que leur voiture) qui a une durée de vie et une garantie limité, je suis aussi dépendant des clients qu’un taxi, pire, j’ai de la marchandise qui doit être vendu sinon elle file à la poubelle ce qui me fait perdre de l’argent, je dois aller faire des courses chez des grossistes donc j’ai besoin d’un véhicule (entre 8 et 15 000 €) que je dois assurer aussi, et consomme aussi de l’essence, je paye aussi une assurance pour le magasin, si j’ai la radio, la sacem me sucre, le RSI pareil....

    Les taxis ne sont pas plus à plaindre que les autres professions qui nécessite un investissement, tout en prenant en considération qu’ils peuvent obtenir une licence gratuite. En tout cas, ils ont intérêt a vite trouver un truc pour la revente de leur plaque parce que dans quelques années j’ai bien peur qu’elle ne leur rapportent qu’une quenelle.

     

    • 2 remarques :
      d’une part le nombre de licences délivrées en IDF est très nettement inférieur aux nombre d’acquéreurs potentiels, le délai d’obtention est donc très long (une quinzaine d’années de mémoire). Les aspirants taxis sont donc obligés de faire une demi-vie professionnelle comme chauffeur salarié ou locataire. En effet, les licences se louent à la semaine ; par qui ? Par les sociétés en détenant un gros paquet, comme d’autres des appartements ou des m² de bureaux. Les plus gros acteurs franciliens en détiennent entre 750 et 850 chacun.
      D’autre part, le prix des licences a explosé en 15 ans : de 21000 euros début 2000, le coût est monté à 65000 euros deuxième moitié de la décennie, et dépasse 210000 euros aujourd’hui. Conséquence parmi d’autres, ce ne sont pas les gros acteurs du secteur qui font monter les prix. Ils se contentent de gérer les licences en portefeuille.

      Si les acquéreurs qui acceptent de payer ces prix sont les indépendants, il me semble qu’ils se tirent une balle dans le pied, en financiarisant leur profession via une bulle spéculative. Comme les facteurs qui se revendent leur tournée, le statut protecteur en moins.


    • Ce qui est rare est cher, c’est connu. Mais ce qui est gratuit est gratuit, c’est connu aussi.

      Ton message va dans mon sens, à savoir qu’un taxi n’est pas "plus à plaindre" dans son investissement dans la mesure ou il se fait carotte de la même façon que quelqu’un qui achète un fond de commerce à des société immo qui détiennent quasiment tous les murs de toutes les villes françaises.

      Par contre je savais pas pour l’augmentation de fou entre les années 2000 et aujourd’hui et là par contre c’est bien ce qu’on dit, ce sont les taxis eux même qui ont contribués à ce délire de la plaque qui coûte un bras, parce qu’ils ont profités de la rareté du produit pour l’augmenté à des prix ridiculement élevés. Sérieux, passer de 20 000 à 200 000, on se fiche de qui ?...

      Le pire dans cette histoire c’est que comme pour tout système spéculatif t’arrives à un moment ou ça ne tiens plus et les derniers arrivés l’auront forcément mauvaise.


  • Bien sûr qu’il faut défendre les taxis,
    car malgré les flous sur la licence, les pratiques anti-commerciales et le refus de se réformer chez certains d’entre eux, c’est un modèle économique de "précariat-flexible" généralisé qui passera dans tout les secteurs de métiers si on laisse le modèle "ubber pop" passer ;
    Cessons un temps avec la vision du consommateur parigo-bobo, qui ne demande qu’à critiquer le taxi alors que ce système, très imparfait certes, reste tout de même le seul viable.....


  • Tout à fait monsieur Sannat, vous avez tout compris ! Le rouleau compresseur capitaliste est en marche et ne comptons pas (surtout pas) sur le gouvernement pour y faire face....


  • Le métier de taxi est peut être mort en province mais il a encore de beaux jours devant lui en région parisienne ( région la plus touristique du monde, il est bon de le rappeler).

    Les tramways, bus, cars, métros et autres vélib n’ont pas eu raison des taxis alors pourquoi uber arriverait à les terrasser ? Leurs chiffres d’affaires sont en baisse, certes, mais ils ont toujours de quoi manger et je peux vous garantir que la plaque se monnaiera toujours au prix fort, pendant encore longtemps.

     

    • Les tramways, bus, cars, métros et autres vélib, voiture électrique ont déjà eu raison des taxis et c’est qu’un début .
      Tous les taxis sont regroupés sur Paris, les gens sont de plus en plus pauvres, je ne parle même pas des bouchons monstrueux sur Paris, Uberpop n’est qu’une excuse pour les taxis qui refusent de voir la réalité à savoir que leur profession est morte, et dire que les transports en commun comme le métro ne fonctionne pas encore 24/24...


    • Probablement non parce que ce métier sera substitué par un "job" sous-payé qui sera réservé aux sans emploi ou à ceux dont l’activité principale n’est pas suffisamment rémunératrice. Taxi deviendra une activité rémunéré d’appoint, plus personne ne sera en mesure de vivre de ce métier en tant qu’activité principale parce que les tarifs du service seront trop bas. Toutefois une chose pourrait éventuellement compenser une chute du prix de la course, l’augmentation massive des usager de taxis...mais la question est de savoir si une telle augmentation de l’usage du taxi est possible et quelle devra être son ampleur quoi pour que l’activité taxi soit rentable à plein temps...


  • Ce qui m’émeut (meuh) le plus c’est de voir la tronche des journalistes, les larmes aux yeux expliquer que l’ Etat devrait sortir des milliards pour racheter les licences des taxi, au cas où...ces licences sont délivrées gratuitement, donc racheter un truc donné, ya comme un blème...ça couterait rien d’autre qu’une grève de supprimer les licences... D autre part rien n’empècherait l’ Etat de ne plus en délivrer et de laisser mourir la profession....Je suis sur que l’ Etat va détruire les taxis comme c’est fait avec toutes les profession réglementées, Notaires, Huissier etc...une sorte de Loi Lechapelier ...


  • On ne le répétera jamais assez : ce n’est pas parce qu’il y a des dysfonctionnements certains dans une profession comme taxi que cela justifie la disparition de cette dernière et l’existence de Uber. Uber c’est une saloperie de l’Empire qui s’inscrit dans un projet global d’éradication complète des derniers bastions de l’économie où il subsiste encore des métiers indépendants. Il s’agit d’un processus voulu de concentration d’absolument tous les moyens et outils de production entre les mains prédatrices de quelques dizaines de grands groupes financiers.
    Uber est l’archétype de la boîte "branchée", "cool" qui plaît tant aux bobos et prolétaires abrutis boboïsés. C’est moderne, pas cher...les fondateurs/gérants de la boîte sont super cools, une bande djeunes ou de "jeunes vieux" avec des allures de "geeks", portant jeans et basket au boulot...mais derrière ce tableau sympathique ce cache le totalitarisme économique le plus brutal qui soit, l’asservissement total de l’humanité à un monde de salariat et prolétarisation généralisé...un monde où la liberté d’entreprendre, la créativité individuelle...sera abolie...le restaurateur indépendant et créatif sera remplacé par un technicien gérant de Mcdo...le boulanger sera employé d’une grande enseigne de magasins de viennoiseries industrielles, son job ne sera pas de fabriquer du pain mais d’enfourner des baguettes surgelées fabriquées dans des usines automatisée (je sais, fut un temps je faisais ce job !)...bien sûr il restera quelques rescapés...des artisans de luxe dont la fonction sera d’offrir des produits et prestations de qualité à des prix indécents aux quelques happy fews qui sauront encore distinguer les choses de qualité à la de la merde, quant à la masse elle bouffera de l’industriel, du surgelé, elle "bénéficiera" de service de médiocre qualité fourni par des prestataires aux mains des groupes financiers...
    Depuis des décennies on vous prévient, depuis des décennies vous nous prenez pour des cons, des vieux jeux, des réac’, fachos...il ne faudra pas pleurer quand l’enfer vous tombera sur le coin de la figure !


  • #1216130

    La vraie question n’est elle pas trop libéralisme a la Uber ou trop d’étatisme et de collectivisme pour les taxis ?

    Quand je lis qu’il faut une licence a 200k pour pouvoir être chauffeur de taxis il y a comme un léger problème...

    Aussi les taxis agissent comme des corporatistes en collision avec l’État !

    Quand les voitures "Google" (sans pilote) débarqueront, ont les interdira aussi ?


  • un boulot si deconnecté des proportions du service rendu ne peut pas durer eternellement de toutes facons...

    ca ne coute pas cher d’aller a l’aeroport en voiture, et pourtant plus qu’un billet d’avion parfois

    donc qu’on le veuille ou non, ca va changer...tout va changer


Afficher les commentaires suivants