Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : mardi 21 février 2017

Casseroles des candidats, électeurs dégoûtés, pouvoir profond à poil

 

 

Voilà deux mois que les médias nous bassinent avec les casseroles des uns et des autres. On sait bien que les programmes de ces derniers sont très théoriques, voire mensongers (par omission... des conséquences ou du prix à payer) mais cette furia permanente bloque la pensée politique, celle qui va au cœur des idées, de l’idéologie, du positionnement réel des 5 canassons principaux.

 

L’emballement des médias mainstream dans la dénonciation d’affaires de plus en plus minables

On se répète, mais on aurait aimé une espèce de campagne à l’allemande, où des journalistes sobres (pas de bimbos des 2 sexes ou des 2 deux lobbies comme chez nous) posent des questions précises sur l’engagement de la Nation dans des conflits (Sahel, Proche-Orient, Yémen), sur les contrats d’armements et leurs conséquences, sur la politique sociale (Sécu, hôpital), sur la fonction réelle du renseignement et ses dépendances géopolitiques (OTAN, CIA, Mossad), sur la politique pénale (prison ou pas prison), sur le coût du travail (TPE et PME en première ligne), le RSI, le statut d’auto-entrepreneur, la violation des frontières, les subventions accordées à des associations communautaires qui outrepassent leurs droits, sur l’incroyable parti pris des médias dominants, privés mais aussi publics, ce qui est un comble...

Non, au lieu de cela – la politique sérieuse, qui élève le niveau de conscience des Français –, de la casserole au quotidien, chez Fillon (pour 5 000 euros par mois, un procès de Moscou !), chez Marine Le Pen (oh, une assistante du FN à Paris payée par le Parlement européen... qui coûte si cher aux peuples), chez, non enfin surtout chez eux, puisque ces deux candidats, objectivement, déplaisent au Système, à l’oligarchie ou au Média Unique. Cependant, effet pervers il y a. On apprend ce lundi 21 février 2017 que les trois-quarts des électeurs de droite, ceux qui ont porté Fillon au pinacle en novembre 2016, sont toujours prêts à voter pour lui, soi-disant parce qu’il n’y aurait pas de remplaçants à droite.

 

 

Non, en vérité, c’est parce que l’injonction médiatique crée son propre rejet. Un pouvoir contesté est foutu : tout ce qu’il peut faire, et parfois faire bien, lui revient dans la gueule. C’est ce qui arrive à notre pouvoir politique, laminé il est vrai par 10 ans de sarko-hollandisme, à notre pouvoir médiatique, qui n’a jamais été qu’aligné sur les intérêts de l’oligarchie, et aujourd’hui ça lui pète à la gueule. On peut ajouter à ces deux entités traîtres à la Nation le pouvoir juridique, qui s’est grillé depuis la décision du Conseil d’État anti-Dieudonné en janvier 2014, sur ordre du CRIF, qui représente de fait le pouvoir juridique dans notre pays.

Quand on est un électeur lambda – Lambda n’existe pas, et cette dénomination est très réductrice – on a le choix entre le dégoût et la colère. C’est tout l’objet du livre du sondeur Brice Teinturier, dont l’avis est très recherché par les politiques, qui sont un peu perdus. Le sondeur est au politique ce que la voyante est à Lambda, si vous voulez. Il prévoit tout, et si la prévision foire, il explique que la foirade est logique, et passe à la prévision suivante qui inclut la foirade. Et ça rapporte bien. La nouvelle théorie de Brice, c’est le prafisme. Le Monde, qui lui aussi a perdu le contact avec le peuple (s’il l’a jamais eu) l’interroge sur ce barbarisme :

Cette force n’a pas de visage, mais le directeur général délégué de l’institut de sondages Ipsos lui a donné un nom : le « PRAF ». Traduction polie : « Plus rien à faire ». Ou, plus exaspérée : « Plus rien à foutre ». De quoi ? D’une parole publique démonétisée, de jeux politiques artificiels et tournant à vide, d’un système démocratique privé de sens et d’efficience.

Cette attitude a une histoire et des racines multiples. Pendant un quart de siècle, entre 1958 et 1982, les Français ont été des « croyants » de la politique : « On était passionnément gaulliste, communiste ou socialiste », rappelle l’auteur. Durant un autre quart de siècle, entre 1982 et 2007, c’est la déception qui s’est installée : la promesse mitterrandienne de « changer la vie » s’est envolée, l’engagement chiraquien, en 1995, de réduire la « fracture sociale », aussi, et le FN a fait son miel de ces désillusions.

On confirme : depuis 50 ans, les hommes qui se sont succédés à la tête de l’État n’ont pas changé grand chose, ni proposé de vision qui transcende le peuple de France. Depuis le Général, franchement, à l’image de l’école publique (après Mai 68), le niveau a décliné, tranquillement mais sûrement. C’est peut-être dans nos gênes, allez savoir... Mais tout le monde ne s’y résout pas ! Le constat du PRAF inquiète l’oligarchie : que nous réservent ces Français qui grognent dans un coin, comme un chien qui aurait été trop battu ?

Les enquêtes d’Ipsos sont, à cet égard, cruellement éclairantes. Quand on les interroge sur leur attitude envers la politique, 18 % des Français expriment un sentiment positif (passion, intérêt, espoir), mais sur les 82 % restants, 40 % parlent de déception, 13 % de colère, 20 % de dégoût et 9 % d’indifférence. Ces 29 % de « dégoûtés » ou d’« indifférents » constituent les gros bataillons des « prafistes ».

 

C’est marrant : Le Monde interroge un des représentants d’un des piliers du système de contrôle politico-médiatique – un sondeur – qui remarque que le Système produit immanquablement des opposants. Il produit du rejet (à son égard), marginalise et condamne les gens qui pensent, promeut et récompense ceux qui divertissent (ou qui bloquent la pensée, c’est pareil). Il produit de l’ignorance et interdit la connaissance, c’est ça qui est remarquable. Mais personne ne peut plus contrôler cette machine, qui va vers son anéantissement. Regardez, avec les casseroles des candidats à la présidentielle, la machine médiatique, pour recoller au public perdu, joue la carte de la transparence. Là encore, deux effets pervers.

Le premier, c’est qu’il s’agit uniquement d’une transparence superficielle, et elle ne suffit plus à calmer la foule : on en reste toujours aux petites cachotteries des uns et des autres, ce qui occulte les vrais sujets : le pouvoir profond, son intérêt par rapport à ceux des Français, sa puissance de conviction, ses moyens de pression (chaos social, migratoire, terroriste).
Second effet pervers, la transparence, quand on l’utilise, va dans les deux sens. C’est un boomerang. Quand un média l’applique à un candidat à qui il baisse la culotte en public, il se trouvera toujours quelqu’un pour lui baisser son froc à lui aussi, et en public. À la fin, tout le monde se retrouve à poil. Ce qui est du plus mauvais effet, car et les politiques et les médias sont les représentants de ce pouvoir profond. Le Système déglingue lui-même ses propres outils.

Le prochain slip à baisser est bien celui du pouvoir profond. « Au suivant ! », comme chantait Jacques Brel...

 

Voir aussi :

23 juin
Un jour en France : vendredi 23 juin 2017
La vérité sur les affaires NKM, Grégory et Hanouna
23
22 juin
Un jour en France : jeudi 22 juin 2017
Zemmour défonce (Aurore) Bergé, le cinoche Mélenchon, Macron un Roi seul ?
23
21 juin
Un jour en France : mercredi 21 juin 2017
Fête de la Musique mondiale, Starbucks aime les migrants, les multi(anti)nationales
13
20 juin
Un jour en France : mardi 20 juin 2017
Alerte canicule, alerte terrorisme social, deux morts pour la France
31
19 juin
Un jour en France : lundi 19 juin 2017
Lendemain de cuite politique
24
16 juin
Un jour en France : vendredi 16 juin 2017
La France dit adieu à Helmut Kohl, le bac d’histoire-géo, l’affaire Grégory-Bayrou
11
15 juin
Un jour en France : jeudi 15 juin 2017
Le petit Grégory rebondit, Hidalgo reine du chemsex, Booba corrige le bac de philo
37
14 juin
Un jour en France : mercredi 14 juin 2017
Sauvez Najat !, sauvez Bayrou !, sauvez l’école !
13
13 juin
Un jour en France : mardi 13 juin 2017
Musée de l’Homme antiraciste, députée LREM foireuse, Michel Onfray est Dieu
57
12 juin
Un jour en France : lundi 12 juin 2017
La mort du politique, la naissance de l’a-politique, et la victoire des mathématiques
31
9 juin
Un jour en France : vendredi 9 juin 2017
Blanquer dénajatise l’école, le boum du télétravail, Hanouna contre le CSA
10
8 juin
Un jour en France : jeudi 8 juin 2017
Taxi 5 sans Samy Naceri, Yannick Noah paye sa prune, Lefebvre balance et Griveaux blanchit
9
7 juin
Un jour en France : mercredi 7 juin 2017
Le Quasimodo de Notre-Dame, Barbier sur Macron TV, suicide paysan
13
6 juin
Un jour en France : mardi 6 juin 2017
Taddeï dans le cul chic, Dieudonné contre le Giflé (Valls), une Seconde Guerre mondiale sans guerre
11
5 juin
Un jour en France : lundi 5 juin 2017
Ruquier "cocufié" par Mélenchon, Drucker "déplacé" sur France 2, Les Enfants de la télé sans Arthur
8
2 juin
Un jour en France : vendredi 2 juin 2017
Thomas Pesquet atterrit, un Sénégalais patriote, Têtu contre les Grosses Têtes
24
1er juin
Un jour en France : jeudi 1er juin 2017
Aubenas se paye Ruffin, Tony Parker lâche Najat, la semaine de 4 jours
5
31 mai
Un jour en France : mercredi 31 mai 2017
Maxime Hamou dérape, Hanouna contre les gays, StreetPress dénonce
16
30 mai
Un jour en France : mardi 30 mai 2017
Arte antisémite ?, Blanche allume Polanski, Diane Kruger l’antinazie primaire
18
29 mai
Un jour en France : lundi 29 mai 2017
La milice Act Up primée à Cannes, la SNCF contre le public, Despentes dévisse
24
26 mai
Un jour en France : vendredi 26 mai 2017
Burkini contre nudité à Cannes, les LGBT en Corse, Ozon le cul
28
25 mai
Un jour en France : jeudi 25 mai 2017
Collomb ministre des Gaffes, Ferrand dans la merde, Schiappa et le sexe, Nyssen à l’assaut du Ridicule (8991m)
15
24 mai
Un jour en France : mercredi 24 mai 2017
Godard par Hazanavicius, Rodin par Doillon, le fils Garrel et la fille Higelin
25
23 mai
Un jour en France : mardi 23 mai 2017
Hanouna l’homo, les (gros) nichons d’Afida Turner, Clitorine de Haas
20
22 mai
Un jour en France : lundi 22 mai 2017
France/Brésil en pots-de-vins sous-marins, les gros sponsors du Macron, L’Anne Hidalgo sur la sellette
3

Des éclairs de lucidité dans le nuage de confusion, avec Kontre Kulture

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1670492

    les seuls visés dans ces "affaires" sont Fillon et mme Le Pen,la presse aux ordres évite soigneusement de s’intéresser de près au patrimoine de Macron qui est multi-millionnaire mais qui n’est pas soumis à l’ISF.
    après avoir laminé politiquement le candidat de la droite proche de la France profonde et des chrétiens cette presse fera tout pour mettre hors-jeu la candidate du FN.
    tout sera fait pour favoriser jusqu’au bout le candidat de l’oligarchie mondialiste.


  • #1670559

    La connaissance, c’est le pouvoir...il se trouve que le système n’est plus le détenteur de la connaissance. Il ne peut donc qu’utiliser la force pour se maintenir aux commandes ou se suicider. Le plus prévisible est l’autodestruction...
    La bête féroce a dans sa colère déjà ouvert la boîte de Pandore : On attend avec impatience la sortie de l’affaire Pizzagate...alors commencera le vrai ménage et permettra d’y voir plus clair pour ceux qui se bercent d’illusions !
    La vérité, c’est maintenant


  • #1670721

    Et ce qu’a produit M.Mélenchon ?
    Un programme chiffré, expliqué aux plus simples , c’est pas de la politique, c’est pas de l’économie ?

    Attention, tout cela peut n’est peut être que mensonge, forfaiture, avec la complicité des journalistes habituels, je ne dis pas.

    Mais sur le plan politique, ça s’impose, la fameuse relance par la dépense publique, que tout le monde attend, il est le seul à l expliquer frontalement.

    C’est quand même malheureux que ce soit le seul à tenir des discours intelligibles, sans trop d émotionnel, compassionnel et autre.

     

    • #1670788
      le 22/02/2017 par TeddyTed
      Un jour en France : mardi 21 février 2017

      En terme d’économie, la chose la plus innovante ces derniers temps a été l’intervention de cet universitaire suisse (relayé par ER entre autres) qui propose un "revenu universel" et/ou la disparition de l’impôt (devenu un racket fiscal) grâce à la taxation des échanges monétaires numériques. Une solution indolore pour le citoyen lambda, et carrément "révolutionnaire", qui nécessite d’être approfondie (et encadrée lors d’une éventuelle mise en application).
      Je suis étonné qu’aucun candidat ne s’intéresse à cette solution.
      La plupart des programmes économiques des candidats font penser aux "business plans" bidons que les banquiers réclament aux entrepreneurs (dans 95% des cas rien ne se passe comme prévu).


    • #1670826
      le 22/02/2017 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Un jour en France : mardi 21 février 2017

      @ metal

      Mélanchon est un organisme parasitaire FM issu du trotskysme-traître et fait partie de cette communauté dont, "même avec beaucoup d’amour, ce qui en sortira n’est pas près d’aller à la maternelle", il ne sait rien non plus de la société civile (comme tous les autres d’ailleurs)... Et vous voudriez accorder un quelconque crédit à ce qu’il dit ? Etes-vous sérieux ?


    • #1671091
      le 22/02/2017 par Nadjeul
      Un jour en France : mardi 21 février 2017

      Des chiffres édulcorés d’un programme économique qui viendra ponctionner une nouvelle fois la classe moyenne en dernier recours : sil le fait sur les PME c’est la fin du plus gros employeur de france, sil le fait sur la fonction publique c’est son électorat qu’il tuera, sil le fait sur les grosses entreprises ou sur les >csp+ il n’aurait pas eu de financement de sa campagne, et sil endette le pays ca ne saura qu’une raison de plus pour que les libéraux viennent nous vendre leur rigueur. Même sil reste attrayant je vois mal ce qu’il améliorera une fois en place, a part le flux migratoire.


  • #1670756

    Pendant qu’on parle des affaires ,on ne parle pas du fond ,tout ça parce que les adversaires de MLP n’ont soit pas de programme ou soit des programmes de destruction contre le peuple . Le merdia tente de brouiller les cartes ,mais n’apporte rien au débat ,si ce n’est que piétiner le FN ,Fillon pour relever Macron .Mais apparemment plus on avance plus les baudruches se dégonflent .Le média pense qu’il a la main,mais se tire une balle dans le pied tout les jours un peu plus .


  • #1670845
    le 22/02/2017 par Zoralarousse
    Un jour en France : mardi 21 février 2017

    Entendu a la radio ce matin....Hamon, Macron Fillon au diner du Crif ce soir...pas Mlp, melenchon je ne sais pas...


  • #1670861

    Le Pouvoir profond à Poil !

    C’est exactement çà le fait nouveau .
    Merci à tous ceux connus ou anonymes,
    qui ont contribué à Démasquer ...
    le système ou Pouvoir Anonyme .
    Le Roi est nu ,Enfin !


  • #1671871

    Je dis, arrêtons de nous morfondre. Il faut sortir les drapeaux français et faire la fête.

    Regardez l’image au dessus, ils ont décoloré tous les candidats sauf 3... Ca tue le pays. Il faut célébrer notre front et en faire un mouvement vivant, populaire comme l’a été celui de Trump.

    Effaçons-nous en n’étant que joie et enthousiasme pendant cette campagne, en annonçant Marine. Je n’aime pas le Fn, j’aime la France ; et les autres ne sont plus la France, ne sont plus rien. E&R vous avez une responsabilité historique : lancez les festivités ! Si ça vient pas d’ici ça ne viendra de nulle part :) Mon avis...