Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : vendredi 1er décembre 2017

Porno contre féminisme, Hanouna contre JoeyStarr, Dany Machado contre le Bataclan

 

 

Mac 1er fait feu de tout bois : hier au Burkina, demain en Algérie, avant cela en Arabie, gérant d’un sourcil les affaires de la France, l’omniprésident vient de faire trembler toute l’industrie du porno, « ce genre qui fait de la femme un objet d’humiliation »… C’est fou le pouvoir d’un président ! Ah, s’il pouvait s’attaquer au chômage – la violence faite à tous les travailleurs – comme il s’attaque à la violence faite aux femmes... Mais ne boudons pas notre plaisir, et analysons cela.

« La pornographie a franchi la porte des établissements scolaires. Nous ne pouvons ignorer ce genre qui fait de la femme un objet d’humiliation. »

Face aux humiliations que les femmes subissent dans les films X, et devant le nombre grandissant d’enfants qui se font une idée de l’amour (romantique) en matant sur mobile des gang bangs mexicains qui se terminent en snuff movies pédocriminels, il fallait réagir. Comme souvent en France, derrière les beaux discours, du genre « mon ennemi c’est la finance internationale aux doigts crochus » (OK, Hollande n’a pas exactement dit ça, mais il le pensait très fort), les mesures sont très moyennes. Pour le porno, Mac 1er refile le bébé au CSA, qui doit se débrouiller avec des milliers de sites de cul, des centaines de milliers de vidéos, et des dizaines de millions d’utilisateurs.

Sauf que le CSA ne sait pas comment choper la tête du serpent à 9 têtes. Il ne contrôle rien, à part une télé que plus beaucoup de jeunes ne regardent :

« L’un des fondements de la mission du CSA est de protéger le jeune public. Or les modes de consommation ont changé, les plus jeunes regardent de moins en moins la télévision. Il faut étendre la régulation là où ils se trouvent, en l’occurrence sur Internet. »

 

Et le contrôle du Net, c’est le serpent de mer du pouvoir. Thérèse Hargot, auteur d’Une jeunesse sexuellement libérée (ou presque) (Albin Michel, 2016), évoque une « fabrique du porc » :

« Il y a toujours eu ce problème du “porc”, ce n’est évidemment pas nouveau. Mais aujourd’hui, on se retrouve avec une machine à en “fabriquer”. D’un côté, on entend un discours d’égalité et de respect entre les hommes et les femmes, et de l’autre, on a une industrie pornographique extrêmement puissante qui diffuse ses images au travers des smartphones, ordinateurs et tablettes. Les deux messages sont totalement opposés, mais le second n’étant pas accompagné (car le porno est souvent consommé seul), il est susceptible d’avoir beaucoup plus d’impact. »

Eh oui, Thérèse, et ça s’explique sociologiquement. Quand l’acteur porno Ferrara a lancé son appel à Macron, il a été interrogé par francetvinfo :

« Vous ne pensez pas que ces films peuvent tout de même véhiculer une image humiliante pour la femme, comme le dit Emmanuel Macron ? »

« C’est vraiment simplifier les choses que de dire cela. Il y a une grande partie du porno qui n’humilie pas la femme. Il faut savoir que dans le porno, il y a plusieurs niches. L’homme qui domine la femme soumise est une niche. Mais ce n’est pas la seule. Il y a aussi celle de l’homme dominé par les femmes. Dans tous les cas, attention : on ne fait pas de films éducatifs, on fait du divertissement. On ne prétend pas dire que ce qui est dans les films représente la réalité. On ne dit pas aux gens que c’est ce qu’il faut faire. »

Et nous on pose une question, une seule : la dégradation de l’image de la femme dans le porno serait-elle le prix à payer du pouvoir féministe grandissant ?

Le porno, au public à 95% masculin, serait alors une sorte de session de rattrapage imaginaire des hommes qui ont perdu leur pouvoir sur les femmes… une petite revanche en douce. Les femmes devenant peu à peu intouchables, on le voit avec la campagne géante « Balance Ton Porc », le désir masculin criminalisé, porcisé, sali, trouve le porno comme exutoire.

 

JPEG - 316.3 ko
Les femmes ne sont pas toutes contre les porcs

 

Quand le porno n’était pas aussi présent, par exemple à la fin des années 60, au moment de son démarrage en Scandinavie, les films étaient très féministes : tout tournait autour de la femme et de son plaisir, l’homme n’était qu’un instrument, dont les femmes se servaient à foison. On peut dire que le porno pré-historique était féministe, non machiste, respectueux des femmes. La démocratisation du genre a provoqué deux changements : le premier, c’est l’éventail impressionnant des fantasmes humains qui a fait du X un gigantesque service à la carte pour chaque individu ; le second, c’est la baisse du pouvoir machiste qui a réveillé le besoin de domination – imaginaire – de l’homme sur la femme.

En 1973, les femmes venaient voir du porno avec leur mari ou leur amant dans les salles obscures pas encore classées « X ». En 2017, une écrasante majorité de mecs consomme du porno devant son écran. Le rapport de force s’est retourné : la femme est devenue un objet à dominer, à secouer, à maltraiter. C’est de l’antiféminisme primaire forcené. C’est peut-être bon signe, signe que la violence des hommes sur les femmes baisse dans le réel [1] !
Le gonzo incarne ce retour de bâton masculin contre le féminisme puritain à la sauce américaine : la femme n’est plus la déesse à adorer et dont il faut satisfaire les moindres désirs (offrande), mais la grosse salope à « bifler » [2].

Wallah, comment qu’on s’en sort bien. On vient de déculpabiliser environ 20 millions de mecs, d’un coup. Merci qui ? Merci E&R !

On sait pas exactement pourquoi mais on sent qu’il y a un lien entre les trucs cochons précédents et la brouille JoeyStarr/Hanouna qui suit.
Résumé du clash : Joey sort sa bio – un livre, oui, écrit avec les dents en or – dans lequel il égratigne Hanouna – traité d’« abruti » –, l’animateur aux 250 millions sur 5 ans. Bolloré sait soigner sa poule aux couilles d’or ! Et comme on ne peut pas toucher à Cyril pour plusieurs raisons sur lesquelles on ne reviendra pas, pour cause de dénuement passager, le tyran de Touche pas à mon poste a répliqué, mais en bande. C’est plus sûr, face à la panthère noire de la chanson française.

En vérité Joey ne chante plus trop, on le voit plus souvent à la fashion week ou jouant les tafioles sur grand écran. C’est tout ce que la Grande Famille du Cinéma lui laisse comme rôles... Nous y reviendrons, mais là on n’a pas la place.

Donc Hanouna vanne un peu Joey en retour, mais prudemment – à la télé, on n’est pas des guerriers – et là, boum, Joey dégaine le tweet insolent :

 

 

Voilà, la guerre Noirs/juifs est relancée. Nous on n’y est pour rien. D’après nos calculs, toucher à la maman d’Hanouna c’est quelque chose de grave qui ne va pas rester impuni. On attend le lancement de Lapix au 20 Heures : « C’est un récit glaçant... »

Joey, depuis qu’il s’est rangé des micros, passe son temps à mettre des claques à des gonzesses, des singes ou des crevettes. Il a ainsi souffleté Gilles Verdez, qui doit faire 56 kilos tout mouillé. On ne peut pas légitimer la violence physique, mais quand on écoute Verdez, quelque part, on a envie de le corriger. Idéologiquement, s’entend. Peut-être que si Joey reprenait la chanson, qui adoucit les mœurs, le showbiz bourré de fiottes tremblerait moins. Les chanteurs d’aujourd’hui, c’est pas vraiment Johnny Cash, le bluesman blanc respecté des taulards. C’est plutôt ce genre-ci :

 

 

Oh mince, le « pote » décédé de Dany (Machado) ne figurait pas parmi les 90 victimes du Bataclan ! Cela n’a pas empêché les membres du jury et du public d’être émus aux larmes, comme quoi un mensonge peut émouvoir. Donc méfiance avec les émotions, les émojis, les hémorragies, tout ça. Tous ceux qui vous émeuvent ou cherchent à vous émouvoir cachent quelque chose, une sorte de profit.
Justement, une question malsaine vient de nous remonter au néocortex : cette espèce d’exploitation victimaire à la limite de l’escroquerie, d’où est-ce que ça peut bien venir ? Dany ? Machado ? Allo ?

Machado, Machete, c’est cousins et compagnie ça, donc voici en bonus la bande-annonce de Machete ! Musique, Mexique et jolies salopes ! Nos lecteurs LGBT de gauche pacifiste touchy sur la question genrée sont dispensés de visionnage.

 

 

Voir aussi :

15 décembre
Un jour en France : vendredi 15 décembre 2017
Le retour de la France, le retour de Najat (et Hollande), le départ de Tex
16
14 décembre
Un jour en France : jeudi 14 décembre 2017
Le Thalys de Clint Eastwood, Marsault censuré, la ZAD crade
36
13 décembre
Un jour en France : mercredi 13 décembre 2017
Révolte anti-Ernotte, Masure déchire Haziza, Rokhaya Diallo numérisée
27
12 décembre
Un jour en France : mardi 12 décembre 2017
Terreur et chômage, Balkany et Johnny, sexe et galanterie
20
11 décembre
Un jour en France : lundi 11 décembre 2017
Les matches Mediapart/Bertin, Dupont-Aignan/Mimie Mathy, Rossignol/Ménard
38
8 décembre
Un jour en France : vendredi 8 décembre 2017
Théâtrale Shoah, les Français détestent Manuel Valls, Polytechnique sa mère
17
7 décembre
Un jour en France : jeudi 7 décembre 2017
Sus aux anti-crèches, la croix de Ploërmel, et la croix de Johnny
40
6 décembre
Un jour en France : mercredi 6 décembre 2017
Johnny, le Milieu, la came, les filles et l’alcool
45
5 décembre
Un jour en France : mardi 5 décembre 2017
Macron contre la télé publique, Mélenchon contre miss Salamé-Glucksmann, Blanquer dicte sa loi
22
4 décembre
Un jour en France : lundi 4 décembre 2017
Au fait la dette on la doit à qui ?, Aphatie la grosse balance, Massar mort pour le crack
17
30 novembre
Un jour en France : jeudi 30 novembre 2017
France 2 romantise le Bataclan, Cantat la violence, Hugo Clément dérape et gicle
9
29 novembre
Un jour en France : mercredi 29 novembre 2017
Macron défonce le Burkina, Deschamps Cantona : 1-0, Filoche la grosse pétoche
17
28 novembre
Un jour en France : mardi 28 novembre 2017
Omar Sy en promo au Bangladesh, France 2 dégraisse (ouf), Satan en Concert sur Arte
40
27 novembre
Un jour en France : lundi 27 novembre 2017
Caroline Fourest chérie, autoracisme antiblanc, Patrick Cohen sur liste noire ?
10
24 novembre
Un jour en France : vendredi 24 novembre 2017
Pierre Ménès disjoncte, Raphaël Enthoven s’excuse, Raphaël Glucksmann attaque
11
23 novembre
Un jour en France : jeudi 23 novembre 2017
Emmanuel Petit déprimé, ouvrières harcelées, Najat Belkacem insensée
10
22 novembre
Un jour en France : mercredi 22 novembre 2017
Haziza brûlé, Finkielkraut chauffé, règlements de comptes chez les sionistes
12
21 novembre
Un jour en France : mardi 21 novembre 2017
"Ferme ta gueule", "Touche à ton cul" et "Bouffe ta merde"
29
20 novembre
Un jour en France : lundi 20 novembre 2017
Bienvenue aux réfugiés de Libye !, Dieudonné bat Valls, Moix avale (Attal)
27
17 novembre
Un jour en France : vendredi 17 novembre 2017
Prune pour le PS, Joann Sfar est partout, Patrick Liste Noire Cohen battu
6
16 novembre
Un jour en France : jeudi 16 novembre 2017
Miss Artois & Marion Le Pen, Alice Zeniter pour les lycéens, et la famille Traoré
27
15 novembre
Un jour en France : mercredi 15 novembre 2017
Public fake news Sénat, métro boulot crado, Jamel accuse ses auteurs !
11
14 novembre
Un jour en France : mardi 14 novembre 2017
Le plagiaire Jamel chez Drucker, le caïd Benzema sur Canal, Cantona l’antifrançais
85
13 novembre
Un jour en France : lundi 13 novembre 2017
Plenel plénélisé, dessins interdits, Stéphane Bern catho intégriste ?
16
10 novembre
Un jour en France : vendredi 10 novembre 2017
Macron 1er chez Salman 1er, Brigitte voilée, révolte anti-islam à Clichy
22

Notes

[1] Là, on sait pas pourquoi, mais on devine qu’on va se prendre un retour de bâton pas piqué des hannetons de la part des gonzesses qui sont tombées sur des violents.

[2] Bifler une femme c’est lui gifler les fesses pendant le rapport.

À thèmes légers, analyses profondes !
Lire sur Kontre Kulture

 

 






Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1852277
    Le 1er décembre à 18:11 par Zorgl
    Un jour en France : vendredi 1er décembre 2017

    "Bifler une femme c’est lui gifler les fesses pendant le rapport."
    Non, bifler, c’est gifler avec son pénis. Prochainement, dans votre Larousse illustré.

     

    Répondre à ce message

  • #1852278
    Le 1er décembre à 18:12 par bifleur
    Un jour en France : vendredi 1er décembre 2017

    Pardon mais bifler est la contraction de gifler et de bite. Ca veut dire donc gifler (qui on veut et où on veut) avec sa bite...

     

    Répondre à ce message

  • #1852291
    Le 1er décembre à 18:19 par Saladin
    Un jour en France : vendredi 1er décembre 2017

    Perversion ou/et comment humilier une personne à la télévision pour la détruire ad vitam aeternam, et ou/pour faire monter l’audi-MATE !

     

    Répondre à ce message

  • #1852322
    Le 1er décembre à 19:02 par Kaya4
    Un jour en France : vendredi 1er décembre 2017

    Tant mieux, plus il y aura de la pornographie, plus vite les gens passeront à autre chose..Quand à ceux qui se contente de peu .. tant pis pour eux.

    On a encore jamais vu de clip pornographique mémorable, alors que des livres, de la musique, ou quelques films, ca vous accompagne parfois toute une vie.

     

    Répondre à ce message

    • #1852497
      Le 1er décembre à 23:22 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Un jour en France : vendredi 1er décembre 2017

      "On a encore jamais vu de clip pornographique mémorable, alors que des livres, de la musique, ou quelques films, ca vous accompagne parfois toute une vie."

      Y’a des films, tu ne leur demandes rien de plus que de te faire passer une soirée peinarde, sans trop réfléchir...*
      L’autre soir, j’ai vu un western à vélo : Premium Rush, écrit et réalisé par David Koepp, sorti en 2012, ou encore un western à la surface de l’eau (très grosse inondation, lol) : Pluie d’enfer réalisé par Mikael Salomon et sorti en 1998.
      Ils ont très bien rempli leur fonction de détente, merci à eux.

      *J’avais lu chez Arthur Schopenhauer qu’il est hors de question de réfléchir tout le temps, et qu’il est bénéfique de conserver un contact avec le trivial.
      Alors, hé ! si c’est Schopi qui le dit, hein...

      Tu ne peux pas constamment être dans le sublime... ’faut redescendre, pour pouvoir remonter.
      Si t’as le nez dessus en permanence, tu ne vois plus rien.

       
  • #1852539
    Le 2 décembre à 00:37 par goy pride
    Un jour en France : vendredi 1er décembre 2017

    Nous ne pouvons ignorer ce genre qui fait de la femme un objet d’humiliation.



    Je suis d’accord mais quid de l’homme ? Le porno ne fait pas du mâle un objet de glorification aussi bien pour ceux qui sont acteurs que pour ceux qui s’astiquent le manche les yeux rivés sur un écran ! La pornographie est une insulte à la dignité humaine quelque soit le sexe des individus concernés.

     

    Répondre à ce message

  • #1852543
    Le 2 décembre à 00:58 par goy pride
    Un jour en France : vendredi 1er décembre 2017

    On ne prétend pas dire que ce qui est dans les films représente la réalité. On ne dit pas aux gens que c’est ce qu’il faut faire.



    Il n’y pas besoin de prétendre ouvertement quelque chose pour influer sur le comportement des individus. Un simple matraquage constant dès le plus jeune âge finit par subrepticement influencer la perception des choses et les comportements qui vont avec. Par exemple les jeunes aujourd’hui, notamment les femmes, ont aujourd’hui des comportement sexuels différents d’il y a de 30 ou 40 ans. Ces modifications du comportement ne sont pas le résultat de l’opération du Saint Esprit.
    Pour l’anecdote j’ai jeté un coup d’oeil sur une série américaines qui fait un carton (, et bien dès le premier quart d’heure du premier épisode de la saison 1, il y a une mise en scène d’un comportement sexuel en deux mineurs ! Et avant la fin de l’épisode on a eu droit à une deuxième scène assez chaude entre les deux protagonistes. En tant qu’homme d’une quarantaine d’années, voire la mise en scène de comportements sexuels entre une fille et un garçon d’une quinzaine d’années cela me met mal à l’aise, je trouve cela indécent. Or mon ressenti qui aurait été la norme il y a 30 ou 40 ans de cela tend à être aujourd’hui marginal si bien que de telles scènes indécentes ne suscitent même plus de tollé. ET de Spielberg refait aujourd’hui comporterait au moins 2 ou 3 saines d’ados entrain de baiser, il y aurait plusieurs évocation de la masturbation sur un ton humoristique...

     

    Répondre à ce message

  • #1852587
    Le 2 décembre à 04:55 par ici la monnaie
    Un jour en France : vendredi 1er décembre 2017

    Hanouna, pour moi, c’est une improbabilité tellement je ne peux pas l’encaisser ; même joey starr vaut mieux.

     

    Répondre à ce message

  • #1852641
    Le 2 décembre à 09:24 par Rat Caille
    Un jour en France : vendredi 1er décembre 2017

    les plus jeunes regardent de moins en moins la télévision



    Non, ça je ne crois pas. Comment se dédouaner de faire quelque chose ! Ils regardent juste dix fois plus les écrans que les générations précédentes et cela inclus encore la TV. Sauf que quand y’a plus de tv, ils continuent sur leurs écrans nomades partout où ils vont. Donc ils sont bombardé en permanence d’images, et on connait bien le rôle des images sur le cognitif...
    On en vient même à inventer des filtres de lumière bleue d’un certain spectre car on n’arrive plus à les décoller des écrans. Et hop, encore un business parallèle !

     

    Répondre à ce message

  • #1852653
    Le 2 décembre à 09:56 par xmut001
    Un jour en France : vendredi 1er décembre 2017

    Pour qu’autant de jeunes femmes se lancent dan l’industrie du porno et acceptent les conditions qu’elles connaissent, c’est que çà leur rapporte de larges revenus.
    S’échiner à faire de longues études, c’est trop long et compliqué, et tu n’es pas sûr d’avoir du boulot dans l’immédiat.

    Désolé pour les âmes sensibles, je n’ai pas de compassion pour les actrices amateurs, ou professionnelles de cette industrie.
    De plus, l’Etat perçoit des taxes sur toutes diffusions de vidéos porno légales.
    Alors...

     

    Répondre à ce message

    • #1852760
      Le 2 décembre à 13:18 par Alain
      Un jour en France : vendredi 1er décembre 2017

      C’est surtout de jeunes femmes venues de pays en voie de développement qui pensent que l’herbe est plus verte en occident... La chute est dure.

      Passée quelques années elles retombent dans l’anonymat avec des heures de vidéos d’elles à poil.

      Et parler des "conditions qu’elles connaissent" me fait rire, qu’en savez-vous ? A partir de quel moment le consentement est libre et à partir de quand ne l’est-il plus ?

       
  • #1853480
    Le 3 décembre à 18:05 par jm
    Un jour en France : vendredi 1er décembre 2017

    Je ne connais pas le porno scandinave des années 60 mais ce qui est jouissif, admettez le, c’est de dominer de la femme à travers l’acte sexuel. C’était déjà comme ça bien avant le porno parce que dans c’est la nature de l’homme.
    Le porno est salutaire pour plusieurs raisons mais principalement parce que c’est démonstration par l’image de cette vérité.

     

    Répondre à ce message