Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Une cour d’assises acquitte un homme qui à 20 ans a violé une fille de 11 ans

Normalement, le bon titre est « Une cour d’assises acquitte un homme accusé d’avoir violé une fille de 11 ans ». Et c’est celui du Monde de ce 11 novembre 2017. Pour une fois, Le Monde n’y est pour rien : c’est la justice qui est devenue dingue.

 

On sait depuis Zemmour que « la justice ne dit pas le bien ni le vrai, mais le droit ». Et dans cette décision de justice, c’est le droit, complètement déconnecté du réel, qui l’a emporté.

En l’occurrence, l’homme de 20 ans (on n’a pas écrit « jeune homme » sinon ça prêtait à confusion) a eu une relation sexuelle avec une fille de 11 ans. Dans ce cas, pas besoin de violence, des paroles douces suffisent, une pression constante mais pas de violence, et l’affaire est dans le sac.

Mais les juges n’ont pas retenu le viol, puisque « la contrainte, la menace, la violence et la surprises n’étaient pas établis » pour ces faits datant de 2009 ! Ce qui veut dire que n’importe quel enfant de 11 ans peut être violé par un être maléfique qui le manipule « correctement ». Si ça n’est pas une ouverture au viol pédophile, on ne sait pas ce que c’est.

Une décision révoltante parce que tous les connaisseurs de ces dossiers sensibles savent comment se pratique un viol sans violence.

La famille de la victime a découvert la chose en découvrant que leur fille était enceinte. Le bébé a été confié à une famille d’accueil, et la mère de la jeune fille déclare au Parisien :

« Cet homme a détruit la vie de ma fille, qui est tombée dans son piège. Après le viol, elle avait été placée dans une famille car elle était enceinte, c’était pour éviter les contacts avec les voisins. »

Ne parlons pas de « destruction » de la vie, car la fille est toujours vivante, même si une partie d’elle est probablement morte à l’intérieur. Mais un viol est réparable... s’il est reconnu comme tel ! Et la justice n’aide pas cette jeune fille qui a aujourd’hui 20 ans à se reconstruire, c’est le moins qu’on puisse dire.

Pour information, et pour ceux qui se demandent pourquoi une jeune fille peut se laisser faire, qu’ils se réfèrent à la tétanisation qui s’empare d’une proie qui n’a plus d’option de fuite ou de lutte lorsqu’un prédateur la piège.

On rappelle que l’âge de majorité sexuelle est de 15 ans en France et qu’en deçà, on ne peut présumer que l’adolescent ou l’enfant a consenti à l’acte sexuel. Il est donc encore manipulable. CQFD.

On savait les juges inféodés au pouvoir profond et à la pensée dominante, on sait maintenant qu’ils peuvent être dangereux.

Sur notre justice et leurs failles bien comprises,
lire chez Kontre Kulture

 

La pédocriminalité et la justice, sur E&R :

 






Alerter

68 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents