Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Etienne Chouard sur Agora FM


 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

43 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #124966
    le 27/03/2012 par Protis
    Etienne Chouard sur Agora FM

    Trés interressant , à 12:10 il explique le financement des retraites depuis la fin de la seconde guerre mondiale et pourquoi le système des retraites se casse la gueule écoutez c’est dingue ...

     

    • #125323
      le 27/03/2012 par BabaoRhum
      Etienne Chouard sur Agora FM

      À 12’10" il rassemble le propos en une phrase, mais le sujet est abordé à partir de 9’25"


  • #125005
    le 27/03/2012 par Griever
    Etienne Chouard sur Agora FM

    Cet homme fait penser à un prophète, par son abnégation, sa détermination, sa volonté d’aller vers son prochain et de l’aider... Bien qu’étant athée, sa démarche est tout à fait christique.


  • #125039
    le 27/03/2012 par lodela971
    Etienne Chouard sur Agora FM

    Un grand merci a Mr Etienne Chouard pour son travail et ses explications sur le tirage au sort ainsi que sur le mecanisme des retraites, merci aussi a E&R pour le partage..


  • #125056
    le 27/03/2012 par jaco
    Etienne Chouard sur Agora FM

    Bonjour à tous !Que dire de plus sur Etienne Chouard...Je suis très impressionner de ce plaidoyer... !Ses arguments sont inoxydables... !Comme il le dit si bien...Ne vous focalisez pas sur les conséquences...Aller à la racine du(des) problèmes(s)... ;la cause des causes... !Je conseille à tous cet ouvrage...:La démocratie Athénienne, A l’époque de Démosthène de Mogens H.Hansen...Faire également ses propres recherches sur le sujet...Cordialement.


  • #125061
    le 27/03/2012 par aldebaran
    Etienne Chouard sur Agora FM

    M. Chouard sera en conférence ce soir à 20H sur opinews.com


  • #125063
    le 27/03/2012 par Bill
    Etienne Chouard sur Agora FM

    Magnifique Chouard !
    Surtout lorsque l’on sait que Mélenchon le soutient et qu’il soutient Mélenchon.
    Je comprends pourquoi,on le laisse ainsi dérouler son utopie.

    Ou comment protéger un Système que l’on croit combattre !

     

    • #125282
      le 27/03/2012 par Edgar Detriach
      Etienne Chouard sur Agora FM

      Dans l’histoire y en a un des deux qui est naïf...


    • #125288
      le 27/03/2012 par Matteuv
      Etienne Chouard sur Agora FM

      D’ou tiens-tu l’information qu’il soutient Mélanchon ?? C’est aberrant de dire ça, Étienne Chouard ne soutient aucun candidats puisqu’il estime que le système électif est une mascarade ...


    • #125359
      le 27/03/2012 par Bill
      Etienne Chouard sur Agora FM

      Il suffit d’avoir assisté une fois à une de ses conférences,pour s’apercevoir que le mouvement de Chouard (excellent au demeurant) est phagocyté par l’extrême gauche (ATTAC).
      Comme partout ailleurs (où l’extrême gauche a pris place),il n’y a aucune possibilité de faire entendre une autre voix (en l’occurence la mienne,lorsque présent à une conférence j’ai tenté d’apporter une touche nationaliste au discours ambiant) ;le micro me fut retiré des mains illico-presto.
      Chouard ne peut plus se sortir de cette situation et d’une certaine manière "appartient" désormais (de fait,mais à son corps défendant) à la mouvance gauchiste.
      C’est la raison pour laquelle,je dis que Chouard soutient Mélenchon (même s’il ne le fait pas d’une manière explicite),car il ne peut pas (plus) faire autrement.
      Enfin,le Système a grandement besoin d’homme de la trempe de Chouard (qui au mieux apportera des suffrages à Mélenchon et au pire entrainera certains protestataires vers l’abstention)
      Soit ce que souhaite précisément le Système ;Système qui est très fort lorsqu’il s’agit de promouvoir des impasses.(J’en suis bien désolé,mais ce que propose Chouard en est une).
      C’est pourquoi ce pauvre Monsieur Chouard (le magnifique) protège un Système qu’il croit combattre.


    • #125366
      le 27/03/2012 par Edgar Detriach
      Etienne Chouard sur Agora FM

      @Matteuv

      Chouard a déjà évoqué ses tentatives d’approcher Mélenchon. Il pense sans doute que Mélenchon est un "juste" qui croit aux vertus de la république et pense pouvoir le faire changer d’idée.


    • #125572
      le 27/03/2012 par Hervé
      Etienne Chouard sur Agora FM

      Etienne Chouard, qui appelait à voter non, et Mélanchon qui appelait à voter oui... Paraît peu crédible que E.Chouard soit "mélanchiste". Mais si la parole nationaliste n’est pas acceptée, alors il serait bon que monsieur E.Chouard soit prudent.

      Hervé


    • #126014
      le 28/03/2012 par machiavel1983
      Etienne Chouard sur Agora FM

      1. Etienne Chouard a une sensibilité de gauche , il est normal qu’ il se sente proche de Melenchon.
      2. Mais il a dit ceci : « Je suis nationaliste parce que si je perd la Nation, je perds ce que Robespierre m’a donné comme outil pour résister à Monsanto ».
      3.Il a dit que si il votait pour un parti ,ce serait un parti sans chef !


    • #126062
      le 28/03/2012 par Bill
      Etienne Chouard sur Agora FM

      Chouard a tout à fait le droit de se sentir proche de Mélenchon.
      En revanche,il n’a pas le droit d’être un con !


    • #126094
      le 28/03/2012 par Bill
      Etienne Chouard sur Agora FM

      Un parti sans chef ?
      ça n’existe pas !


    • #126418
      le 29/03/2012 par machiavel1983
      Etienne Chouard sur Agora FM

      Un parti sans chef ?
      ça n’existe pas !

      Biquette !


  • #125092
    le 27/03/2012 par Résistant
    Etienne Chouard sur Agora FM

    Un homme de bien, qui ne souhaite que le bonheur de son prochain.
    Le pire dans cette histoire, c’est que nous voyons tous un système parfait, mais qui ne verra jamais le jour...... C’est bien triste.

    Un jour quand je serais multi-milliardaire, j’achèterais une île, avec une démocratie athénienne et je vous inviterais tous afin de vivre cette experience ;)

     

    • #125239
      le 27/03/2012 par Bill
      Etienne Chouard sur Agora FM

      Le plus triste,c’est que lorsque tu seras multimillionnaire,tu ne seras plus le même et donc,inévitablement, ton point de vue aura changé.

      Notre situation sociale "est" notre pensée.


  • #125129
    le 27/03/2012 par David
    Etienne Chouard sur Agora FM

    Bonjour à toutes et à tous,

    Merci Monsieur CHOUARD pour l’explication relative aux retraites par répartition et la référence à FRIOT.

    C’est bien aussi de faire ce recadrage concernant le fait que nous ne sommes plus des citoyens mais juste des électeurs (consommateurs !!) et que nous n’avons pas le pouvoir mais que nous l’avons laisser à des professionnels : les politiciens.

    "Les Athéniens n’attendaient pas que les gens soient vertueux. Ils ont fait en sorte de créer des institutions qui rendaient vertueux". GROSSE BAFFE !!

    Bon... par rapport à MELENCHON qui le pauvre ne pense pas à proposer des idées "citoyennes" et réellement bonnes pour le peuple parce qu’il n’a pas le temps.... :-(

    Cependant, cette vidéo me redonne tout de même plaisir à écouter E. CHOUARD que j’ai trouvé un peu moins mou et un peu plus "agacé" par le positionnement des "journaleux"...

    Bon courage à toute et à tous.

    David.

    PS : "Arrêtons de croire les boniments des Elus..."... je n’ai pu m’empêcher de sourire !!! ;-)

    PPS : petite question à Monsieur CHOUARD -> Accepteriez-vous pour cette cause supérieure de travailler avec des nationalistes, des patriotes au-delà des gens des gôôches et des bobo écolo ? Allez faites une vidéo commune avec A. SORAL tout le monde vous en sera reconnaissant.



  • #125205
    le 27/03/2012 par pseudonyme
    Etienne Chouard sur Agora FM

    Excellent, une bombe intellectuelle. En plus de ça j’ai l’impression qu’il s’améliore à faire passer son message en l’espace de 30 minute. En esperant que cette idée fasse son chemin...

     

    • #125231
      le 27/03/2012 par greg
      Etienne Chouard sur Agora FM

      Je ne pense pas que ce soit dans son intéret de se marquer politiquement en faisant une video avec Soral.

      Après il risque de se faire diaboliser et de se mettre a dos une partie de ses soutiens.

      Il vaut mieux qu’il reste non partisan et qu’il se concentre sur des messages qui parlent à tous citoyens potentiels normalement constitués.


  • #125247
    le 27/03/2012 par Supermouslim
    Etienne Chouard sur Agora FM

    Ne soit pas si naïf Étienne, Melenchon va te laisser Chouard !..
    Sa nébuleuse 6 ème république, sans avoir l’air d’y toucher, me semble fortement ressembler à la 4ème. On sait se que ça a donné. "Un pot de confiture qui n’en finissait plus de moisir", "Les arrangements de couloir loin du peuple". Le paradis des lobbys, le partisianisme jusqu’à l’impuissance générale :
    Le parlement Européen quoi... .


  • #125315
    le 27/03/2012 par BabaoRhum
    Etienne Chouard sur Agora FM

    Étienne cite deux sources importantes (à la fin de son intervention, vers 37’50") :

    - le livre "Principes du gouvernement représentatif" de Bernard Manin
    ...pour se renseigner sur la démocratie. Il est dur à trouver - trouvable en PDF - Étienne souhaite sa re-publication

    Extrait du lien wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Princi... :
    « essai de science politique publié par le politologue français Bernard Manin en 1995. S’appuyant sur l’étude de la démocratie dans la Grèce antique, où il souligne notamment l’importance du tirage au sort face au vote, il constitue depuis l’un des classiques de la discipline. »

    - les conférences de Henri Guillemin, historien, où sont traités :
    l’assassinat de la révolution française par Bonaparte et Napoléon ; la commune ; la première guerre mondiale.
    Étienne : « ce sont tout le temps les riches qui nous ont fait massacrer et c’est ça contre quoi on peut se battre ».

    Lien wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_...
    Conférences : www.rts.ch/archives/dossiers...

    Étienne à 35’50" : « Chez nous, nous sommes dans une tyrannie. Alors c’est un peu mieux qu’une tyrannie parce qu’on a le droit de parler. Voilà, j’ai le droit de vous parler, mais j’ai le droit de vous parler parce que je ne change rien. Vous verrez que le jour où je pourrai changer quelque chose, on me massacrera. C’est ça la définition d’une tyrannie. Regardez l’histoire des hommes, je vous conseille d’écouter Henri Guillemin... »

     

  • #125318
    le 27/03/2012 par MrVeeshan
    Etienne Chouard sur Agora FM

    Bonjour

    Imparable , un grand merci à Monsieur Chouard pour cette démonstration brillante .
    J’en profite pour , humblement , appuyer le conseil final de visionner ( http://www.rts.ch/archives/dossiers... ) les dossiers d’Henri Guillemin ( perso après la Commune , j’ai vu Jeanne D’arc , Napoléon , Pétain ) c’est éclairant à plus d’un titre !!!


  • #125365
    le 27/03/2012 par jeff
    Etienne Chouard sur Agora FM

    toujours un plaisir d’entendre mr Chouard,les trois sages mr Soral,Chouard,Hillard,je me lasse jamais de leur analyse.merci E&R.

     

  • #125647
    le 28/03/2012 par 693nicolaS
    Etienne Chouard sur Agora FM

    Je pense sincèrement que des gens comme Etienne Chouard sont plus utile que Alain Soral (même si moi j’en ai appris beaucoup en écoutant A.S )

    Mais moins de gens les connaissent ...
    il faut les faire découvrir aux gens, et je suis sûr que les gens les écouteront plus car ils auront moins de problème qu’avec une personne qui parle des juifs pendant 1H ,, mais qui dénonce simplement et efficacement les problèmes et propose même des solutions...
    (perso je ferais plus écouter Chouard à ma mère que Alain Soral)

    Et le système ne peut pas les diaboliser car Chouard ne parle pas des juifs, ni des franc-maçons... pas besoin... il suffit juste de dénoncer les actes, les mensonges etc..des élites et combattre leurs système .
    Par exemple savoir qu’il y a beaucoup de juifs de franc-mac etc dans le mondialisme peut être très intéressant, mais au final passer son temps à le rappeler ne sert à rien je trouve ,
    au contraire les manipulateurs le retourne contre vous et le peuple vous écoutes moins...
    et pour finir en plus on évite que certain esprit extrémiste se servent des analyses que l’on fait sur les juifs ...
    Bref j’y vois que des avantages .

     

    • #125775
      le 28/03/2012 par Bill
      Etienne Chouard sur Agora FM

      Bref,il faut pas dire aux méchants qu’ils sont méchants,sinon ils vont nous faire panpan-culcul !
      Tant que tu ne fais que parler des actes et des comportements,sans désigner leurs auteurs,ceux-ci (pour employer une métaphore assez parlante) se tartineront toujours le fion de ce que tu pourras penser.
      Mais libre à toi de préférer faire écouter Chouard plutôt que Soral ;c’est sur,c’est plus confortable intellectuellement parlant.(ta maman n’aura rien à te reprocher et tu pourras faire de beaux rêves)

       

      • #126228
        le 29/03/2012 par pseudonyme
        Etienne Chouard sur Agora FM

        Je trouve qu’il a raison, pointer du doigt les juifs ne sert à peu près à rien (mais par contre c’est très mal vu) ce qui est important (efficace) c’est de dire comment contrer leur pouvoir de nuisance et comme ça vise aussi bien les usuriers Juifs que goys ce n’est pas une posture diabolisable.


    • #125759
      le 28/03/2012 par Prix Du Consentement
      Etienne Chouard sur Agora FM

      La construction ou la constatation politique de l’hostilité supposée ou véritable dans l’autre est difficilement repérable. Si l’on s’en tient au fait que cette stigmatisation conditionne le repérage possible de la manifestation du politique, en tant que décision discriminatoire, dans le monde, alors la France, précaire d’une opposition jadis inhérente au concept de politique, est dans sa dimension strictement intra-étatique dépourvue des conditions d’une réflexion philosophico-politique sur la qualité et la vision du politique en France. A la guerre communicationnelle et démocratique, où le statut de l’opposant comme le pense Schmitt (homme transparent) doit être, autant que faire se peut, juridiquement maintenu dans les catégories du droit public européen d’autrefois, et pas volontairement et ontologiquement dégradé dans les catégories du droit pénal, s’est substituée un apparent consensus sans ennemis où l’opposition démocratique, pauvre de ses moyens d’expression et d’existence, lutte dans le néant sans que lui soit reconnue sa qualité d’ennemi essentielle. La supposée résistance que l’opposant porte dans son discours est minimisé par l’inintérêt que porte le pouvoir à son endroit. Car la dégradation du statut traditionnel de l’opposant politique, qui permettait au pouvoir de se construire contre cet autre, même pénalement reconnu, a laissé place à un autre type de statut. L’opposant politique n’est plus l’ennemi contre lequel le pouvoir mène ses troupes, pas plus qu’il n’est le criminel que l’on emprisonne par prévention, mais est le silence de la chose qui n’existe pas, la chose ignorée, l’objet d’un mépris qui ne se dit pas. A vrai dire, j’ai toujours pensé que le parlementarisme démocratique était l’expression sinon la forme, malgré ses faiblesses et parfois ses impasses, la plus accomplie de l’Etat, à condition que l’inimitié réelle soit à la base des joutes parlementaires qui en alimentent son contenu, et que ces joutes, par conséquent, défendent d’authentiques visions. Or la valeur intrinsèque d’une opposition politique se mesure à sa diffusion médiatique ; de cette diffusion dépend son seul droit à être. Au droit à être s’est substitué le fait à être ; le fait que l’on décide de montrer et le fait que l’on décide de cacher. Or le dire sur le fait et sur le fait d’expression doit se prémunir de l’encadrement moral du fait qu’il dit, et de l’exclusion faussement juridique des oppositions que les diseurs jugent contraires à leurs principes.


    • #125760
      le 28/03/2012 par Prix Du Consentement
      Etienne Chouard sur Agora FM

      Un principe n’est pas une loi. Le cadre étatique n’est pas un cadre de principe, mais un corpus de loi. Le cadre de la démocratie française se réalise en permanence par-delà son droit, son devoir, et n’est au fond que l’expression des expressions que les médias relayent, et, ne les relayant toutes pas, l’exclusion par conséquent d’un en-dedans de droit dans un en-dehors de fait. L’illégale marginalisation des dissidences politiques opérée par les médias tire son apparente légitimité du caractère privé des supports médiatiques que cette ostentation exige pour se manifester, et être. Les médias, privés ou publics, sont-ils, en dépit des intérêts politiques qui sont les leurs, habilités à choisir et à exclure, au nom de ces mêmes intérêts, et de leurs principes respectifs ?
      A 17 ans, pour la première fois, j’écoutais Alain Soral. Son éjection de l’espace de fabrication du consensus devait en elle-même chercher les raisons et le sens de cette discrimination. Je comprenais progressivement cette analyse, faite à partir de lui-même, et grâce à lui, le pourquoi de son éviction. Il devenait clair qu’Ils travaillaient, tous, malgré leurs différences et divergences (apparences d’apparences), à l’édification d’une même logique, sans référent négatif. A ce titre, l’élément négatif, en raison d’une politique d’ostracisme silencieuse, perdait, ne pouvant se faire entendre, la puissance dialectique propre à sa négativité. A ce niveau, Hegel a juste ; l’actualisation de la puissance a besoin de visibilité, par suite, de reconnaissance, par conséquent d’un espace que peuplent les locuteurs ; car c’est de l’écho seul qu’elle suscite dans son voisinage qu’elle tire sa réalité. Lui supprimer l’espace que nécessite la possibilité de son écho, c’est, au fond, la supprimer simplement, en tant que phénomène, et l’abaisser à la l’impuissance malheureuse du stoïcien. Cette logique sans autre, constamment « débattu » dans l’espace médiatique, pense épuiser sa profondeur dans les problèmes liés à l’espace et à son extension spatiale. Les questions relatives à sa valeur qualitative n’ont quant à elles aucune place dans un débat sclérosé par les fins basses de l’ingérence, de l’interventionnisme, des délocalisations et de l’Europe.


    • #125761
      le 28/03/2012 par Prix Du Consentement
      Etienne Chouard sur Agora FM

      Sa valeur est définitive et s’excepte par conséquent des débats ; cela se tient pour une part à la légalité que lui confère constitutivement la majorité des votants, et pour une autre part, à l’idée que l’Esprit de la Constitution Française est et doit être le cadre définitif et référent à partir duquel se décide le cours du politique. Démocratie, Europe, Droits de l’Homme et du Citoyen, autant d’indépassables, pensent-ils, stoïciens. Murs définitivement charpentés et étroits d’où se décline l’ambition précaire du politique. Il semblerait que la réflexion ait atteint l’indépassable préjugé de l’indépassable… Dire le dépassement, l’alternative, dans ce cadre, c’est être contre le progrès, l’évolution, le darwinisme, c’est prendre le risque de la non-sélection. Seuls les grands hommes, risques pris, s’exceptent du cours. Ils nagent… c’est triste, bien souvent pour pas grand-chose, leur épaisseur n’étant pas celle du peuple, leur bouche n’étant pas celle qui conviendrait à ses oreilles.
      Le problème, pour finir, n’est pas le caractère représentatif de notre démocratie, mais la marginalisation de son essence propre. Le mensonge n’est pas nouveau, cf Platon.

       

      • #126080
        le 28/03/2012 par Pax Al
        Etienne Chouard sur Agora FM

        Quelle remarquable manière de s’exprimer "Prix du consentement". Le niveau de conceptualisation apparait, selon votre style de formulation, trés savant. Il est apréciable de lire un niveau de syntaxe soutenu et avec du vocabulaire ; cela rassure sur l’utilisation de notre langue qui tend à se faire pauvre.
        Toutefois, si je puis humblement me permettre, j’avoue ne pas tirer grand chose de votre éloquent commentaire.
        Je veux bien admettre que l’intellectuel n’a pas vocation à être compris d’une majorité, tel que René Guénon l’exprimait lui-même (et il est parmi ses ouvrages certains faciles d’accés, d’autres réclamant une subtilité conceptuelle particulièrement élevée) mais (par curiosité), parmi vos lecteurs, qui a saisi votre propos ?
        Désolé pour ma franchise que j’ai tenté de nuancer avec empathie : cela vous sera peut-être utile (avoir un retour sur ce que l’on communique pour apprendre sur soi-même).


      • #126393
        le 29/03/2012 par Le Prix Du Consentement
        Etienne Chouard sur Agora FM

        Pax Al, quand j’essaye de me faire comprendre, c’est moche, et j’aime pas le moche. Donc, j’explique. Déduire la démocratie authentique du tirage au sort, c’est la dépouiller, voilà tout, de sa substance propre. Chouard a bien son lu son Robert Manin, certes, mais pour n’en retirer qu’un petit point de vue, proche des trois théoriciens qu’il cite. Que le tirage au sort rende mieux compte de l’égalité des citoyens, c’est un fait, un fait dont la pertinence se caractérise par un contexte très particulier : 30 000 citoyens, problèmes politico-primitifs. De quoi rendre en effet le principe de rotation effectif ; de quoi le considérer, à ce titre, plus respectueux de l’égalité que ne l’aurait été le principe électif. Or notre situation est beaucoup plus complexe et contraignante. Il ne s’agit plus de laisser au hasard la possibilité de choisir de nos constructeurs celui qui aura la charge de concevoir la flotte dont la cité a besoin pour se défendre et marchander. En outre, les prescriptions aristocratiques ont une force que la pratique gratuite du pouvoir n’a pas, une force qui bien souvent motive et détermine les formes que prendra cette politique : l’argent et les pressions physiques que ceux qui le détiennent ont le pouvoir d’exercer. Dans ce cadre, la gratuité du sort reste potentiellement corrompue par le trafic que noue systématiquement l’homme souverain à la pression de l’épargne des bien-nés de la cité. Faire semblant de ne pas savoir que ce système, par sa corruption, fut sans doute partiellement responsable de la mise à mort de Socrate, est malhonnête, tout d’abord. En second lieu, faire dépendre le tout du concept de démocratie de son cadre technique ce dans le but, et c’est prévisible, d’aboutir à l’idée que le peuple ne détient pas le pouvoir est idiot. En effet, lorsqu’une petite fille coupe une part de gâteau pour elle et sa sœur, il paraît logique (de notre point de vue), qu’appartienne à la seconde le droit de choisir sa part. N’importe quel enfant de 12 ans considérerait injuste le fait inverse.


      • #126394
        le 29/03/2012 par Le Prix Du Consentement
        Etienne Chouard sur Agora FM

        C’est que pour ma part, je ne crois pas que la démocratie puisse se comprendre ainsi. Dans ma tête, la démocratie ne désigne pas une pratique singulière du pouvoir, mais au contraire, un espace singulier d’expressions. Conserver ou non les formes démocratiques comme limites du cadre au sein duquel s’exerce le politique - alternance, élection, référendum, représentation, délégation, candidatures limites etc… - ne me semble pas singulièrement problématique. A vrai dire, le vote a malgré tout le pouvoir de tempérer l’action souveraine, en la sanctionnant, et voyez, la possibilité, pour le souverain, de se représenter à l’issue de son mandat implique directement les déterminations qu’il se donne par conséquent, c’est à dire dans la visée de sa réélection. Pour ma part, question de formes, c’est un plus sur la démocratie athénienne. Le joug qui plane là sur le peuple me paraît moins solide.


      • #126395
        le 29/03/2012 par Le Prix Du Consentement
        Etienne Chouard sur Agora FM

        La question du peuple ne se déduit pas des problèmes liés à la pratique du pouvoir, ni de son apparente absence dans cette pratique. Le fait qu’un homme obtienne son pouvoir de domination à l’issue d’un tirage, fondé en principe sur l’égalité réelle des chances accordée à tous, n’a jamais fait de cet homme un peuple, et n’a jamais fait du pouvoir obtenu par cet homme le pouvoir du peuple. Vis-à-vis de cela, là encore, la règle du plus grand nombre, sur le plan de la pratique, me paraît être un plus, car même si la majorité ne représente pas le peuple dans sa totalité, elle parvient néanmoins à le représenter dans sa majorité. Je laisse les questions relatives à la légitimité de cette règle aux autres. La vérité, comme je l’entends, c’est que le peuple, en tant qu’il détient le pouvoir de sanctionner la place que lui confèrent les politiques, n’a rien à voir avec ça. S’il est trop con pour ne pas comprendre qu’il s’est fait rouler par le référendum de 2006, cela ne le concerne que lui, et les instituions bonnes, contrairement à ce qui a été dit au-dessus, ne rendent pas un peuple nécessairement meilleur. Le peuple, que sanctifie, j’insiste, le principe de démocratie, est la force qu’il convient de véhiculer dans toutes les parties qui constituent la mécanique de ce corps. Sa force n’est pas relative à la présence ou à l’absence de ses intérêts propres dans les formes pratiques que prend le pouvoir (le droit de vote, pouvoir de sanction, force réelle, n’étant pas sa vitalité propre), mais à la présence d’alternatives qui malheureusement aujourd’hui peinent à être reconnues, alors qu’elles devraient l’être, visibles et débattues, en raison du principe démocratique lui-même. L’espace de visibilité dans lequel se verbalise la critique, inhérent en droit à cette totalité sans en-dehors qu’est la démocratie, s’est progressivement confondu dans un même et unique consensus, une même et unique question. « Comment s’adapter ? » Voilà le consensus, il faut nous adapter. Cela présuppose en second lieu, qu’il faille débattre quant à ces modalités d’adaptation. Affaire entendue, les médias et les politiques ne nous parlent que de ça. Voilà dans quoi se fige la force que la démocratie permet.


      • #126396
        le 29/03/2012 par Le Prix Du Consentement
        Etienne Chouard sur Agora FM

        Qu’Alain Soral ne puisse pas ouvertement débattre à la télévision, que le groupe « Au bon sens » ne puisse pas bénéficier d’espace, voilà ce qui fragilise notre démocratie. Ce n’est pas le système qui encadre par le droit la pratique, le responsable, mais l’agora, cet espace où ne se débat plus aucune divergence de fond, qui comme le dit Chomsky s’échine à produire du consensus afin de donner au peuple le sentiment de participer à un débat, quand des deux locuteurs aucuns ne s’exceptent du présupposé pris à l’égard du vrai problème. Le peuple dit « on doit s’adapter », le politique dit « on doit s’adapter », le peuple débat « comment doit-on s’adapter », le politique débat « comment doit-on s’adapter ». En cela les politiques n’entachent en rien leur rôle de représentant. Suffit qu’un dise « non » pour qu’on le discrédite. Voilà ce qui est insupportable. Voilà le problème.


      • #126406
        le 29/03/2012 par Le Prix Du Consentement
        Etienne Chouard sur Agora FM

        En gros, l’en dehors du pouvoir a longtemps été maintenu dans le silence, et différent du consentement dont il se faisait malgré lui le nom, s’est exprimé à quelques reprises par la violence. Contre cette violence s’est progressivement bâtie la démocratie parlementaire. L’en dehors devait être intériorisé, dans son expression verbale, par le pouvoir, et à travers cela, devait tempérer différemment le pouvoir, non comme menace physique et réelle, mais comme délibération, dialogue. Les antidémocrates ont toujours dévalorisé l’intégration, par cette forme, de l’en dehors dans le pouvoir, soit en pointant la corruption possible et la malhonnêteté des représentants de l’en dehors de jadis, soit en pointant la mort comme seule menace concrète et capable d’influer directement sur le devenir politique de l’histoire. La menace violente et tempérante détenu par l’en dehors du pouvoir, machine politique éminemment influente, a donc laissé place au parlementarisme. L’ennemi, ici, à toute sa place ; l’inimitié devenait non seulement le moteur systémique de la politique intra-étatique, mais trouvait la matière juridique de son cadre d’exercice réelle. A ce titre, les représentants de l’opposition politique obtenaient donc plusieurs droits, le droit à la parole, et enfin le droit au respect, à la reconnaissance. C’est cette belle idée la démocratie. Cette belle idée de la parole libre que l’on respecte, de la parole capable, vis-à-vis même du consensus, de dire son refus, son refus de tous les présupposés, de tous les consensus, avec la visibilité que cela requiert. Cette idée, c’est un peu la France au fond. Enfin j’sais pas, c’est compliqué. Tout est trop compliqué de toute façon. Malgré tout, je persiste à croire que le parlementarisme démocratique a fait son temps. Mais c’était une belle idée, trop belle idée pour se voir fustigée ici ou ailleurs. C’est ça que je refuse.


      • #126526
        le 29/03/2012 par Pax Al
        Etienne Chouard sur Agora FM

        Certes.
        Si je comprend bien et cela reste une évidence : qu’importe la mécanique formelle de la démocratie, le fait de vivre le paroxysme de l’ère de l’information, l’accélération du temps paradoxalement proportionnelle à l’efficacité technique de la communication et de la diffusion des idées, la confiscation des possibilités d’un débat véritable dans une rhétorique vertueuse, tout cela en vide la substance. On connait la dérive d’usurpation du pouvoir des sophistes par la manipulation des esprits. Rien n’a changé, cela n’a pris que plus d’ampleur. Hormis l’impossibilité métaphysique et logique du caractère opérationnel de la forme démocratique de gestion du collectif, ne pourrait-on pas atténuer ces effets pervers par un haut degré de formation intellectuelle et morale du peuple ? Relever la moyenne de la majorité afin que les moins aptes "sentent" (discernement instinctif) la sagesse et écartent le mensonge. La véritable révolution n’est-elle pas celle de l’éducation des enfants et moins jeunes ? Outre les éveilleurs de conscience, le rôle des enseignants et de leur formation me paraît fondamental ainsi que le principe d’universités populaires multiples.
        Nous vivons hélas une pédophilie politique où le peuple infantilisé se fait violé par des libidineux de pouvoir qui usent de séduction. Dans ma conception, un chef n’a pas besoin de séduire, un véritable chef conquiert le pouvoir intérieur de la sagesse et ne cherche pas l’honneur en exteriorisant un pouvoir sur les autres, il le pratique pour lui-même. Il est. N’ayant pas besoin du mensonge, la recherche du vrai peut prendre sa place et commencer son travail de témoignage, de conseil, de guide.
        Il est reconnu pour ce qu’il est et les autres viennent auprès de lui naturellement requérir sa sagesse. En cela il exerce une autorité qui grandit le peuple et incite tout citoyen à manifester ce pouvoir intérieur fraternellement.
        La dignité, de l’élite au "bas" peuple, permet alors peut-être plus de confiance (foi en l’autre, en soi, en une Transcendance).


      • #129687
        le 04/04/2012 par MAthieu B
        Etienne Chouard sur Agora FM

        Message pour Pax Al

        J’ai le même avis concernant un système qui valorise l’individu dans l’empowerment vis-à-vis son champ politique.Je crois aussi à un système de transition ou les individus sont éduqués ou rééduqués dans le logos,le bien commun,la critique constructive etc.Pour reprendre les lumières une société dite éclairée.De nos jours,le système pyramidale de pouvoir déconstruit la notion de pouvoir individuel sur nos sociétés (impuissance politique).Pour finir,je pense que nous pouvons prendre comme modèle la politique Athénienne et l’adapter à notre situation actuelle comme le dit Prix,elle est plus complexe .


    • #126160
      le 28/03/2012 par fifty miles
      Etienne Chouard sur Agora FM

      Ecoutant les conférences d’Henri Guillemin dans leur intégralité depuis qu’E&R me les a fait connaître, j’adhère totalement à l’analyse de Monsieur Etienne Chouard sur la fausse démocratie mise en place et théorisée plus particulièrement par Adolphe Thiers (traître au peuple et suppôt de l’oligarchie).
      Les conférences sur Bonaparte et la Commune sont incontournables si l’on veut comprendre la situation actuelle qui n’est qu’une continuité des événements initiés par la prise de pouvoir de la grande bourgeoisie en France après 1789.
      Tout ce qu’expose Monsieur Etienne Chouard est d’un bon sens et d’une clarté absolus, mettant à nu la volonté du système de complexifier la politique pour se l’accaparer.


    • #126235
      le 29/03/2012 par 693nicolaS
      Etienne Chouard sur Agora FM

      @Bill



      Tant que tu ne fais que parler des actes et des comportements,sans désigner leurs auteurs,ceux-ci (pour employer une métaphore assez parlante) se tartineront toujours le fion de ce que tu pourras penser.



      J’ai jamais parlé de ne pas désigner leurs auteurs (Attali , sarkozy etc... à la limite les gens découvriront par eux-même d’ou la plus part viennent)

      mais le fais de savoir qu’il sont souvent juif franc-mac etc.. peut être intéressant, mais le rappeler sans cesse ne sert à rien, au contraire comme je l’ai dis, il n’y a que des avantages à ne pas passer son temps à le rappeler . ( bon après chez certain c’est une passion ou une obsession ...donc ils seront en manque si on en parle pas au moins une fois par jours c’est vrais)