Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le "Père Pistolet" mexicain ou La Bataille de San Sebastian

L’édito des directeurs de la publication d’E&R

Quand la réalité rattrape et même dépasse la fiction

 

Pour ceux qui ne l’ont jamais vu et ceux qui ne s’en souviennent pas, dans le film dont j’ai repris ici le titre (La Bataille de San Sebastian), Anthony Quinn campe un déserteur de l’armée mexicaine, qu’un vieux et brave curé sauve de ses poursuivants, en affirmant faussement que c’est son vicaire, un vieux et brave curé qui, parce qu’il l’a aidé, se retrouve muté dans cette localité, San Sebastian, aujourd’hui une petite ville de quelques milliers d’habitants, qui n’était alors qu’un tout petit village perdu au fin fond du Mexique, peuplé de paysans qui vivaient sous le joug d’une bande de malfrats, de groupe de bandidos composé d’indiens, de sang-mêlés, de pédés, de gouines et de rappeurs.

Et à la mort de ce curé, assassiné par un des bandidos en question dès leur arrivée au village, Antony Quinn prend sa place, d’abord car les habitants qui, persuadés qu’il est le curé titulaire, insistent pour qu’il le fasse, et ensuite, car s’étant sexuellement entiché d’une des femelles du canton, il décide de mener la résistance contre les oppresseurs.

Mais le chef de ces bandidos (interprété par un Charles Bronson dont c’était le premier grand rôle), lui, n’en veut pas, d’un curé, au village.

Alors tout le film durant il n’a de cesse d’user de la violence la plus féroce pour tenter de le faire partir, et surtout pour l’empêcher de prêcher.

Toutefois, ce faux curé ne s’en laisse pas compter : il répond à la violence par la violence, et à la fin du film, il leur nique leurs mères la pute, à tous ces enculés [1].

Précisément, l’ecclésiastique ad hoc susnommé et lesdits « peones » (en fait ils étaient 53) les noient en faisant sauter le barrage qu’ils avaient construit en amont du village, parce que ça faisait joli.

Et bien Alfredo Gallegos a repris le flambeau, et lui, c’est donc dans la réalité.

En effet, le « Padre Pistola » (« Le Père Pistolet » en espagnol), comme on le surnomme là-bas, curé officiel et authentique de ce qui est donc aujourd’hui la petite ville de San Sebastian, se bat en vrai contre les nouveaux oppresseurs locaux, une bande de trafiquants de drogue qui n’hésitent pas à tuer les curés (ils s’en sont déjà farci un petite quinzaine) qui s’aventurent sur leur territoire, l’exercice de la religion chrétienne nuisant à leur main mise sur la population et à leur business.

Du coup, Alfredo Gallegos est obligé d’être armé en permanence, y compris durant l’office !

Oui, c’est avec à la ceinture un magnifique 9 mm, qu’il délivre la messe, un pistolet à propos duquel il explique à ses aficionados, un sourire irradiant de courage et de ferveur aux lèvres, que s’il ne met jamais le cran de sûreté, c’est parce que les épées des apôtres de Jésus qui assuraient la protection des fidèles, n’en étaient pas équipées. Amen.

Germain Gaiffe-Cohen,
directeur adjoint de la publication d’E&R

 

 

Un court reportage de la chaîne RT sur le « Père Pistolet » :

 

 

Voir aussi :

24 octobre
L’Atelier de chansons potaches présente Les Trompettes de la volupté
5
25 septembre
"Les riches, c’est fait pour être très riches, et les pauvres, très pauvres !"
L’édito des directeurs de la publication d’E&R
14
23 juin
Affaire de la chanson anti-Valls : Germain Gaiffe avait raison !
L’édito des directeurs de la publication d’E&R
15
19 mai
Germain Gaiffe privé de législatives : une incitation à l’évasion !
La réponse du préfet, et la réplique de Germain Gaiffe
7
18 mai
Germain Gaiffe, directeur adjoint de la publication d’E&R, empêché de se présenter aux législatives
17
12 mai
Charité bien ordonnée commence par soi-même (sauf en politique !)
L’édito des directeurs de la publication d’E&R
16
7 avril
Tentative d’évasion électorale de Germain Gaiffe : la profession de foi
L’édito du directeur adjoint de la publication d’E&R
10
24 mars
Ma candidature aux élections législatives, par Germain Gaiffe-Cohen
L’édito des directeurs de la publication d’E&R
22
9 mars
En prison, tout le monde n’est pas Charlie !
L’édito des directeurs de la publication d’E&R
20
10 février
La Chasse aux petits gnons, par Germain Gaiffe-Cohen
L’édito musical des directeurs de la publication d’E&R
34
20 janvier
Prends ça dans ta gueule !
L’édito des directeurs de la publication d’E&R
17
6 janvier
La Cour de justice de la République ou l’impunité des racailles d’en haut
L’édito des directeurs de la publication d’E&R
25
Décembre 2016
Une beauté à couper le souffle – L’édito des directeurs de la publication d’E&R
10
Novembre 2016
Brèves de comptoir – L’édito des directeurs de la publication d’E&R
Hollande au dîner de cons, Belkacem chez les Gaulois, Faurisson au Bataclan !
4
Octobre 2016
Brèves de comptoir – L’édito des directeurs de la publication d’E&R
Juppé président !
15
Octobre 2016
Handicap Zéro : extraordinaire Théo Berlemont
L’édito des directeurs de la publication d’E&R
3
Septembre 2016
Brèves de comptoir – L’édito des directeurs de la publication d’E&R
La gauche, la droite... et Plaintecontrix
12
Septembre 2016
Un Rocard sinon rien !
L’édito des directeurs de la publication d’E&R
15
Septembre 2016
François Hollande, Nicolas Sarkozy et l’esprit olympique
Brèves de comptoir – L’édito des directeurs de la publication d’E&R
15
Août 2016
Brèves de comptoir – L’édito des directeurs de la publication d’E&R
Jean Moulin, le terrorisme et les fabricants de bougies
10
Août 2016
Aimez-vous les uns les autres... OK, mais quand les autres ne veulent pas ?
L’édito de Germain Gaiffe, directeur de la publication d’E&R
32
Juillet 2016
Belote, rebelote et dix d’Eder
L’édito des directeurs de la publication d’E&R
11
Juillet 2016
Le Sénat, Michael Jackson, Belmondo et les seins de Raquel Welch
Brèves de comptoir – L’édito des directeurs de la publication d’E&R
33
Juin 2016
À quand la fin de l’inaptocratie ?
Brèves de comptoir – L’édito des directeurs de la publication d’E&R
21
Juin 2016
Le malade imaginaire – Un vent de folie souffle sur la justice grenobloise
L’édito du directeur adjoint de la publication d’E&R
28

Notes

[1] Ce numéro a été écrit en collaboration avec l’Institut Gilles de la Tourette de Moncuq.

Le christianisme, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1784931

    Interessant commentaire de Germain/gaiffe/cohen et de l’institut mentionné, qui devraient être proposés pour élaborer les discours du Pressident Maqueron. Ils sont largement au dessus du niveau et directs, comme Sibête n’diaye.Ça devrait plaire.


  • #1784952

    Comme un moine-chevalier, dommage qu’il soit conciliaire...


  • « l’exercice de la religion chrétienne nuisant à leur main mise sur la population et à leur business » . Propos qui illustre parfaitement les agissements des antéchrists .


  • C’est comme le commentaire qui a la fin du reportage parle de "évangélisé", alors que l’église évangéliste et une armes des sioniste pour détruire la catholicité.

     

    • Evangéliser signifie répandre la Foi catholique et ne désigne nullement les "évangélistes", sortes de protestants post-modernes utilisés par l’Empire dans sa stratégie offensive contre le Christianisme traditionnel.


  • A la fin, sur l’évangélisation à coups de révolver... Nous sommes là dans une manipulation grossière qui voudrait encore une fois dissimuler le fait que la violence et la corruption sont pharisiennes (collusion avec les autorités corrompues). Les apôtres, disciple du Christ, n’appelaient pas à la violence mais au retour au bien et au salut.