Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

"Les riches, c’est fait pour être très riches, et les pauvres, très pauvres !"

L’édito des directeurs de la publication d’E&R

Madame Irma : 1 – Monsieur Macron : 0

 

Je sais : « Ouragan » est un nom masculin, et du coup j’aurais dû dire « Monsieur » aussi, s’agissant de celui qui vient de refaire toute la décoration aux Antilles, notamment là et là, et surtout ici et ici. Ceux qui ont la carte de la région sous les yeux, peuvent en attester aux autres.

Blague à part, c’est vrai qu’il a sacrément merdé, sur ce coup, Monsieur Macron !

Alors que concernant Madame Irma, tous les voyants étaient au rouge (les prévisions les moins pessimistes faisaient état de dégâts matériels dans les DOM-TOM, pires encore que ceux que le mariage pour tous a causés, niveau morale, en métropole) visiblement les experts de l’Élysée, eux aussi, ils y étaient, au rouge. Au gros rouge, je veux dire.

Non parce qu’il leur aurait suffit d’ouvrir leur dictionnaire, pour savoir où ça allait se passer : « Ouragan : cyclone tropical de l’Atlantique nord et de la mer des Caraïbes. »

Ah ça, à l’époque de Mitterrand, on ne lui aurait pas fait le coup, au père François.

Bin si : rappelez-vous ! Quand il était Président de la République, François Mitterrand consultait une voyante. Ce n’était pas Madame Irma, non, mais Élisabeth Tessier : une astrologue que Jean-Paul Belmondo a emmenée, en tout logique, au 7ème ciel, dans « L’incorrigible », une œuvre majeure du 7ème Art.

Et il est tout aussi certain que si c’était les Îles Caïmans, ou tout autre paradis fiscal cher aux employeurs en chef de l’époux de Brigitte Macron, que sont les Rothschild, Rockefeller et Bilderberg, et autres grands patrons du Nouvel Ordre Mondial, qui avaient été dévastées par un ouragan, son jeune freluquet de mari aurait mobilisé une aide matérielle et humanitaire, et surtout économique, autrement plus conséquente, que simplement le mépris affiché et le dédain palpable qu’il a montrés lors de sa visite, un état des lieux durant lequel, hormis louer les efforts vains de la police pour rétablir l’ordre, il n’a fait que prêter une oreille de sourd à l’appel des plus démunis, et vendre ses salades habituelles sur la solidarité, l’esprit de corps, et le fait qu’il va falloir se mettre au travail, prouvant là une nouvelle fois que s’il existe un point commun entre Emmanuel Macron et l’ouragan Irma, c’est bien celui-là : tout ça, ce n’est que du vent !

 

Ordonnances : quoi de neuf docteur ?

 

Alors que lors de la campagne présidentielle, où chacun faisait état de ses solutions miracles pour y remédier, tous les candidats disaient que la France va mal, paradoxalement tous aujourd’hui s’insurgent contre le fait que le docteur en chef que les électeurs ont choisi pour la soigner, procède par ordonnance.

Comme dirait Bali-Balo, le Rocco Siffredi des chansons potaches, qui comme l’Étalon italien, peut le faire, lui, bien que fort peu souple au demeurant (toujours raide qu’il est à l’endroit de sa principale source de revenus) :

« Avouez qu’il y a de quoi se la prendre et se la mordre ! »

En outre, « Ordo » étant le mot qui précède « Ordonnance » dans le dictionnaire, j’aurais envie d’ajouter, mes bien chers frères, mes bien chères sœurs, concernant la contestation sociale mort-née, de cette loi Travail à laquelle le gouvernement va donc procéder, comme promis, par ordonnance, que quelque part la messe est dite.

En effet, si j’en crois la référence officielle en matière de Sainte-Axe chère à Laure Tograf, un « Ordo » est un « calendrier liturgique indiquant pour chaque jour l’organisation dans tel ordre de la messe et des offices ».

Amen.

Voilà. Et Jean Roucas (à qui vous devez ces jeux de mots, Maître Capélo, à 2 balles) m’ayant repassé le relais, je précise à l’endroit des experts officiels qui souffrent de macronite aiguë, cette psychose délirante chronique qui les fait encenser systématiquement, telle une magnificence absolue, toute théorie économique pourtant manifestement infondée, dès lors que celle-ci est avancée par Emmanuel Macron, et avec comme explication à cela, pour preuve de cela, que c’est grâce à une réforme similaire du droit du travail, que les comptes publics de l’Allemagne, eux, sont en excédent, et que son taux de chômage est inférieur à 5 % (je le jure !), je précise à ces escrocs, qui eux aussi sont à la solde de cette mondialisation synonyme d’esclavage pour les travailleurs, dont Angela Merkel (pion principal des banquiers de Wall Street en Europe), l’idole d’Emmanuel Macron (pion qu’ils ont placé en France) principalement à ce titre (et non pas parce qu’elle est en âge d’être sa mère), je précise (je termine ma phrase), mes chers compatriotes, à ces escrocs, premièrement, que le taux de pauvreté général en Allemagne (c’est-à-dire le nombre d’Allemands qui tentent de survivre avec des ressources en dessous du seuil dit « de pauvreté ») a augmenté de 50 % en dix ans, à savoir depuis l’entrée en vigueur de la réforme du droit du travail opérée par Angela Merkel, et dont Macron et les experts en question nous vantent, nous vendent, plutôt, oui, car c’est nous qui allons payer les pots cassés, les mérites, et deuxièmement, que le nombre de travailleurs Allemands qui doivent cumuler plusieurs emplois pour pouvoir vivre, a augmenté de 150 % durant la même période (traduisez : il y en a 1 fois et demie de plus).

En résumé, ça va tellement bien, en Allemagne, grâce à l’exacte même réforme opérée par Angela Merkel, que celle que va nous imposer, en France, Emmanuel Macron, que non seulement, là-bas, il n’y a quasiment plus de chômeurs, mais de plus, la quasi-totalité des travailleurs les plus pauvres sont tellement sous-payés, que pour pouvoir s’en sortir financièrement, il faut qu’ils en aient 2 ou 3, des emplois de merde, d’esclave, que cette réforme du droit du travail privilégie, le but revendiqué de ceux à qui la mondialisation profite, étant l’application à l’extrême limite possible de cette maxime de « Don Salus », alias Louis de Funès, un ministre des Finances qui a tout d’Emmanuel Macron, hormis son âge, dans ce film dont le titre est le nom de la pathologie qui l’habite, et fait qu’il va nous la mettre à tous bien profond, La Folie des Grandeurs :

« Les riches, c’est fait pour être très riches, et les pauvres, très pauvres ! »

 

Germain Gaiffe-Cohen,
époux Dati et Stranieri,
veuf Dursus et Érignac,
député empêché de la Charente-Maritime,
directeur adjoint de la publication d’E&R

 

Voir aussi :

15 août
Le "Père Pistolet" mexicain ou La Bataille de San Sebastian
L’édito des directeurs de la publication d’E&R
6
23 juin
Affaire de la chanson anti-Valls : Germain Gaiffe avait raison !
L’édito des directeurs de la publication d’E&R
15
19 mai
Germain Gaiffe privé de législatives : une incitation à l’évasion !
La réponse du préfet, et la réplique de Germain Gaiffe
7
18 mai
Germain Gaiffe, directeur adjoint de la publication d’E&R, empêché de se présenter aux législatives
17
12 mai
Charité bien ordonnée commence par soi-même (sauf en politique !)
L’édito des directeurs de la publication d’E&R
16
7 avril
Tentative d’évasion électorale de Germain Gaiffe : la profession de foi
L’édito du directeur adjoint de la publication d’E&R
10
24 mars
Ma candidature aux élections législatives, par Germain Gaiffe-Cohen
L’édito des directeurs de la publication d’E&R
22
9 mars
En prison, tout le monde n’est pas Charlie !
L’édito des directeurs de la publication d’E&R
20
10 février
La Chasse aux petits gnons, par Germain Gaiffe-Cohen
L’édito musical des directeurs de la publication d’E&R
34
20 janvier
Prends ça dans ta gueule !
L’édito des directeurs de la publication d’E&R
17
6 janvier
La Cour de justice de la République ou l’impunité des racailles d’en haut
L’édito des directeurs de la publication d’E&R
25
Décembre 2016
Une beauté à couper le souffle – L’édito des directeurs de la publication d’E&R
10
Novembre 2016
Brèves de comptoir – L’édito des directeurs de la publication d’E&R
Hollande au dîner de cons, Belkacem chez les Gaulois, Faurisson au Bataclan !
4
Octobre 2016
Brèves de comptoir – L’édito des directeurs de la publication d’E&R
Juppé président !
15
Octobre 2016
Handicap Zéro : extraordinaire Théo Berlemont
L’édito des directeurs de la publication d’E&R
3
Septembre 2016
Brèves de comptoir – L’édito des directeurs de la publication d’E&R
La gauche, la droite... et Plaintecontrix
12
Septembre 2016
Un Rocard sinon rien !
L’édito des directeurs de la publication d’E&R
15
Septembre 2016
François Hollande, Nicolas Sarkozy et l’esprit olympique
Brèves de comptoir – L’édito des directeurs de la publication d’E&R
15
Août 2016
Brèves de comptoir – L’édito des directeurs de la publication d’E&R
Jean Moulin, le terrorisme et les fabricants de bougies
10
Août 2016
Aimez-vous les uns les autres... OK, mais quand les autres ne veulent pas ?
L’édito de Germain Gaiffe, directeur de la publication d’E&R
32
Juillet 2016
Belote, rebelote et dix d’Eder
L’édito des directeurs de la publication d’E&R
11
Juillet 2016
Le Sénat, Michael Jackson, Belmondo et les seins de Raquel Welch
Brèves de comptoir – L’édito des directeurs de la publication d’E&R
33
Juin 2016
À quand la fin de l’inaptocratie ?
Brèves de comptoir – L’édito des directeurs de la publication d’E&R
21
Juin 2016
Le malade imaginaire – Un vent de folie souffle sur la justice grenobloise
L’édito du directeur adjoint de la publication d’E&R
28
Mai 2016
Dieudonné expulsé du Canada : l’édito des directeurs de la publication d’E&R
En chanson !
15

La politique française, chez Kontre Kulture :

 






Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article