Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Soral répond... sur ERFM ! – Fournée de Noël !

Note de la rédaction

Émission initialement diffusée en exclusivité sur ERFM le 24 décembre 2019 à 19 h.

Après deux ans de questions-réponses en vidéo sur ERTV, l’émission Soral répond revient sous un nouveau format sur ERFM, la radio en ligne et en continu d’Égalité & Réconciliation.

 

Le principe : les auditeurs qui le souhaitent posent leurs questions sur le répondeur d’Alain Soral, qui choisit les meilleures et y répond !

 

Le numéro du répondeur :

0 899 25 22 66

(0,25 €/min)

 

Le numéro est surtaxé afin de limiter les insultes et les messages interminables. Pour ne pas payer trop cher, soyez clairs et concis !

 

Au sommaire de cette dix-septième fournée :

00:27 : Quelle formation de philosophie ?
08:30 : Peut-on être intellectuel et de droite ?
13:43 : La séparation de l’artiste de l’œuvre
22:05 : Laurent Alexandre
28:46 : Les économistes à la télé
33:19 : Frédéric Lordon
35:42 : La mixité à l’école
41:29 : Les MGTOW
48:42 : Joker
54:38 : J’accuse et l’affaire Dreyfus

 

Pour écouter et télécharger l’émission en podcast,
rendez-vous sur le site d’ERFM !

 

À ne pas manquer

Le cours de Sociologie profonde dispensé par Alain Soral, à découvrir sur Kontre Kulture !

 

 

Pour soutenir Alain Soral dans son combat pour la vérité,
rendez-vous sur la page de financement participatif dédiée :

 

Ne manquez pas les dernières analyses d’Alain Soral !

 

Voir aussi :

26 septembre
Soral répond... sur ERFM ! – Vingt-et-unième fournée !
Au sommaire : Véronique Lévy, Jean-Marie Bigard, Julien Rochedy, Kémi Séba et Freeze Corleone !
46
28 août
Soral répond... sur ERFM ! – Vingtième fournée !
Au sommaire : Raspail, Houellebecq, le développement personnel, Dechavanne et QAnon !
115
17 mai
Soral répond... sur ERFM ! – Dix-neuvième fournée !
Au sommaire : la chasse, l’alcool, le SIDA, Asselineau et Vincent Lindon !
87
6 février
Soral répond... sur ERFM ! – Dix-huitième fournée !
50
Novembre 2019
Soral répond... sur ERFM ! – Seizième fournée !
119
Octobre 2019
Soral répond... sur ERFM ! – Quinzième fournée !
89
Août 2019
Soral répond... sur ERFM ! – Quatorzième fournée !
108
Juin 2019
Soral répond... sur ERFM ! – Treizième fournée !
68
Mai 2019
Soral répond... sur ERFM ! – Douzième fournée !
61
Mars 2019
Soral répond... sur ERFM ! – Onzième fournée !
54
Février 2019
Alain Soral – Gilets jaunes : analyse et synthèse
Soral répond... sur ERFM ! – Dixième fournée !
161
Novembre 2018
Soral répond... sur ERFM ! – Participez à la fournée spéciale Gilets jaunes !
9
Octobre 2018
Soral répond... sur ERFM ! – Neuvième fournée !
31
Juin 2018
Soral répond... sur ERFM ! – Huitième fournée !
57
Mai 2018
Soral répond... sur ERFM ! – Septième fournée !
77
Mars 2018
Soral répond... sur ERFM ! – Sixième fournée !
70
Février 2018
Soral répond... sur ERFM ! – Cinquième fournée !
55
Décembre 2017
Soral répond... sur ERFM ! – Quatrième fournée !
22
Novembre 2017
Soral répond... sur ERFM ! – Troisième fournée !
6
Octobre 2017
Soral répond... sur ERFM ! – Seconde fournée !
54
Octobre 2017
Soral répond... sur ERFM ! – Première fournée !
48
Septembre 2017
Soral répond... sur ERFM !
19

L’émission culte Soral répond ! en vidéo, chez Kontre Kulture :

 

Rendez-vous sur kontrekulture.com
pour découvrir les nombreux autres ouvrages d’Alain Soral !

 

Soutenir ERFM

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

100 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2349362

    Un cadeau de noël ? Moi je suis pas abonné, alors je prends cette heure de vidéo comme un cadeau de noël.


  • #2349370

    Soral est toujours un peu gêné parce qu’il n’a pas fait d’études, alors qu’il est bien plus savant que beaucoup de professeurs d’université, même si il n’est pas spécialiste mais généraliste, comme il le dit lui même.Et puis si on veut etre un peu taquin, on dira qu’il est autodidacte comme l’était Adolf Hitler

     

    • #2350069

      Alain Soral a l’esprit français de la synthèse, à partir de faits, d’évènements, et grâce à son érudition (comme l’explique très bien Roger Dommergue, en montrant la différence entre l’esprit analytique de l’esprit de synthèse ; André Gernez le montre très bien également, pour expliquer ses découvertes)


  • #2349486
    le 25/12/2019 par toujourspascharlie
    Soral répond... sur ERFM ! – Fournée de Noël !

    Merci du cadeau !
    Que c’est agréable d’écouter régulièrement quelqu’un qui a une pensée construite, cohérente et qui maîtrise son sujet.
    Alain, je remarque une qualité dont on peut percevoir l’évolution dans le temps à travers les vidéos : l’expression d’une certaine humilité.
    Je vous sens plus calme malgré vos péripéties judiciaires.
    Est-ce le temps de la sagesse ?


  • #2349516

    Rappel de la conclusion des invités de M. K sur l’émission consacrée à l’affaire Dreyfus :
    Bruno Gollnish : « Tout dans cette affaire doit être pesé » (vaste programme, rien que les dossiers des trois procès de Dreyfus faisant la bagatelle de 30 000 feuillets d’archives).
    Mme Delcroix : « Dreyfus innocent, peut-être pas. Dreyfus coupable, je n’en sais rien ». (ben oui, tout ça pour ça !).
    Mais des bonnes choses ont bien été rappelées à l’occasion de cette conclusion fatalement floue, en particulier le fait troublant -surtout pour le petit Abauzit- que la majorité des dreyfusards à vingt ans ont fini au mieux vichystes et au pire collabos quarante ans plus tard.
    Simon Epstein (l’historien, pas le proxo pédo), auteur d’une enquête célèbre sur le sujet, voyait une continuité évidente dans les deux phénomènes, celle qui menait de la haine de l’armée en 1900 au « plutôt Hitler que la guerre » des pacifiste bêlants de juin 1940.
    D’autres éléments en vrac à l’attention des passants :
    Le rôle du général Mercier, ministre de la guerre en 1893, a été généralement occulté dans l’événement.
    Adversaire implacable de Dreyfus, il avait été pourtant celui qui avait organisé une véritable politique « d’affirmative action » pour assurer la promotion des officiers juifs après le fameux décret Crémieux (le meilleur exemple contre la thèse de l’armée « antisémite », il y en avait plus de 70 dans le seul état major au moment de l’affaire).
    Cette politique fut très critiquée et tout s’est passé par la suite comme si Mercier voulait s’en faire pardonner à tout prix.
    Parmi les « intellectuels » dreyfusards finement analysés par Michéa, on trouve aussi pas mal d’inclassables. Le catholique patriote Péguy comme le marxiste nietzschéen Georges Sorel, aux sentiments pour le moins mitigés vis à vis des juifs.
    Les violences antisémites pendant l’affaire sont effectivement une fable. Il n’y en eut qu’en Algérie (dégât collatéral du décret Crémieux -qui fit des indigènes juifs des citoyens français honnis) et en Alsace (ô paradoxe, le juif traître étant assimilé au boche occupant).
    Le charivari général contre les juifs était par contre bien réel, la liberté d’expression d’alors n’étant pas celle d’aujourd’hui. C’est ainsi que des milliers de clébards se sont vu affublés du nom de Dreyfus suite à la campagne originale d’un journal parisien.
    Ce genre de passage à l’acte était sans doute chez nous le meilleur garde-fou contre la véritable violence ethnique.
    Je dis bien « était ».


  • #2349535

    Laurent Alexandre ne sait pas ou feint de ne pas le dire concernant
    Trading Hign Frequence THF qui conduit les bourses mondiales a une grande escroquerie et a une deregularité invraisemblable faisant quitter les bourses des sentiers du réel. Algorythme falacieux . En 1 minutes 1 millions d operations, achat Ventes, Achat..ventes....etc.. C est un Casino. Villani a du avoir la bonne idée d acheter des parts de la Francaise de jeux, lui qui est bon en math probalilité. Car il mise sur la pauvreté des francais qui sont endettés jusqu a la mort et qui pour se refaire et remplir leur frigo de pauvres vont depensé leurs piecettes pour encore rever au loto.
    En clair : 1 chance sur 2 millions d obtenir les 5 numero loto
    1 chance sur 20 millions d obtenir les 5 numeros loto + numero chance
    les drogues, les alcooliques, ou les addict aux jeux impulsif comme les joueurs de poker Patrique Bruel, ou joueurs de loto.
    L indice de la pauvreté d un pays : le nombre de loto par semaine. nombre de Euromillions par semaine. Avant c etait une fois par semaine le samedi. maintenant c est 3 fois par semaine loto et 2 fois par semaine Euromillion.
    le grand gagnant c etait l etat qui recupere le fric avant que Macron rachete avec ses copains la Francaises des jeux.
    Comment fonctionne le cerveau drogué, Addict ? et comment le reguler ?
    https://youtu.be/MVJETAzOjnY?t=1250

     

    • #2353903
      le 01/01/2020 par toto la ciboulette
      Soral répond... sur ERFM ! – Fournée de Noël !

      Qiand le Loto est arrivé il ya 30 ans, j’ai pensé au livre d’un certain Horace Mc Coy qui se nomme "On achève bien les chevaux", le livre parle aux US pendant la grande depression de concours de dances qui durent plusieurs journées et qui se finissent par un prix en dollars convoités par les pauvres danceurs.

      Quand un pays n’a plus que des loleries pour faire réver les gens c’est que ca commence et que ça finit par shlinguer très fort


    • #2368590

      Je trouve se Laurent Alexandre assez méprisant à l’égard des Gilets Jaunes, ça ne vaut pas mieux que Rhodam qui traitaient les électeurs de Trump de déplorables. Ses gens ont une haute opinion du peuple ça se vois.


  • #2349552
    le 25/12/2019 par Internaute Moderne
    Soral répond... sur ERFM ! – Fournée de Noël !

    Pas de contrôle du volume sur le site (par ailleurs très bien fait, moderne, réactif, et très créatif/ambitieux) d’ERFM ? C’est un vrai problème, pour le dire simplement. Et poliment. Sérieusement, faut expliquer pourquoi toutes les sources doivent avoir un contrôle de volume ? Et ça fait longtemps en plus ; mes respects à toute l’équipe, cela dit. Bizoux, Noyeux Joël et Bananier :)

     

  • Dans mon lycée (spécialisé dans les métiers de l’habitat), la séparation s’est déroulée naturellement.La loi naturelle s’appliquant, Pour les femmes, bep vente, cap peintre.


  • #2349592

    Bonjour , auriez vous la source concernant la séparation des garçons et des filles en classe de sciences en Allemagne ?

    Ce n’est pas la première fois qu’il en parle et je n’ai pas réussi à retrouver l’autre vidéo .

    Merci .


  • #2349611

    "Joker" (fait par on sait qui) contient un fort message meta-politique et subversif en filigrane, trop souvent mal compris.

    Le Joker n’est plus ici perçu comme un criminel mais comme un bogue dans la matrice, un type lambda qui pète presque légitimement les plombs, comme l’anti-héros des dystopies classiques. Ce film incite à la haine et à la rébellion contre le Système par le meurtre et l’émeute, sans modération (modération qui est présente dans "Fight Club" ou "Chute Libre" avec Michael Douglas).

    Or le Système y est ici assimilé insidieusement au mythe du "mâle blanc suprémaciste" qui est au cœur (non en périphérie) de ce que déteste toute l’extrême gauche américaine contemporaine (SJW, Black Lives Matter, féminisme de 4ème génération, antifas, et même l’écologisme apocalyptique...).

    Outre de multiples autres indices (qu’on pourrait lister) et pour faire court, la cible à abattre sans merci y est désignée sous les traits de la riche famille Wayne, du mâle blanc de plus de 50 ans de la télé qui s’y incruste illégitimement (De Niro), ou encore des blancs aisés en costume-cravate qui harcèlent des femmes et agressent des gens dans le métro (c’est bien connu...).

    Le choix scénaristique si incongru de tels agresseurs pour cette scène pivot du métro (où le Joker tue pour la première fois) est un véritable délire féministe, qui démasque tous les autres procédés. Il y a une volonté scénaristique de présenter les agresseurs sous un tel aspect pour susciter de la haine à l’encontre de leur groupe social et racial à des fins idéologiques (selon une technique archi-éprouvée de propagande qu’on retrouve aujourd’hui systématiquement dans le cinéma hollywoodien et sur Netflix).

     

    • #2349773

      "Joker un film 100% gilet jaune" ?
      Tu es sérieux ? J’ai éclaté de rire avec ta connerie, t’es un gauchiste ou quoi ? C’est de l’insulte pur et simple du "riche". Aucun sens profond, c’est un film communiste riche VS pauvre, le monde ce n’est pas ça.


    • #2349901

      A Henri L : je suis la personne que l’on entend sur le film joker. Je persiste et signe c’est un film gilet jaune voire même fasciste quoiqu’en pense Soral.
      Je vais essayer d’argumenter :
      On peut faire plusieurs parallèle entre le film et notre réalité à commencer par le fait que gotham city est une ville sale ( comme bcp de villes Française), violente( comme bcp de villes Française), le peuple y est abandonné par la classe politique( tiens tiens la encore), tenue par un groupe de personnes meprisantes et a qui on ne peut rien dire (ça ne vous rappelle aucun pays familier) et où règne les émissions de télé d’abrutissement de masse ’orchestré’ par un homme sans talent qui méprise et moque tous ses invités du moment que ça fait de l’audimat(parallèle avec ruquier, hanouna etc). Joker est victime de violence gratuite, il est tabassé, il est viré de son emploi comme un chien, moqué par son collègue de travail,son assistante sociale ne s’intéresse pas a lui mais uniquement à sa petite personne, le présentateur tv l’invite pour le ridiculiser et faire de l’audimat etc...
      Il abat le présentateur tv comme un chien, présentateur qui fait partie intégrante de tout un système corrompu, malsain et cynique alors qu’au même moment les rues sont le théâtre de scènes de revolte et de chaos de la part d’un peuple qui ne porte non pas un gilet jaune mais un masque et qui ne peut exprimer son désarroi et sa colère que dans des actes ultras violents dont le joker deviendra le symbole en tuant d’une balle dans la tête ce présentateur tv tandis qu’un ’gilet jaune masqué’ tue le politique.
      Ce film est un miroir de notre société : violence gratuite, corruption et mépris de nos elites envers le peuple, tiers mondisation de la ville, abandon des plus faibles, joker pète un câble car il est aux premières loges de cette chienlit comme le Français lambda que je suis qui est excédé par la decadence de notre société ou plus rien ne va.Bref il ne manque que l’immigration finalement.
      Je le considère comme un film fascinant, ’fachisant’ dans le bon sens du terme ou les salauds sont abattus comme des chiens d’une balle dans la tête car c’est tout ce qu’ils méritent.
      Certaines personnes ne veulent ni la paix ni l’harmonie devant tant de décadence, mais juste que ça brûle et que ça saigne pour ainsi faire table rase et tout reconstruire. A little less conversation, a little more action.
      Je ne suis pas gauchiste, je suis un homme de 33ans excédé par ce que je vois au quotidien.
      Bonnes fêtes.


    • #2350128

      D’accord avec vous @Jo-1515. J’ai vu le film et je l’ai apprécié. Outre l’immense Joaquim Phœnix, j’ai apprécié le côté jusqu’au boutiste nihiliste assumé du film même s’il faut considérer qu’en cela il n’est pas gilet jaune (comme le rappelle A. Soral), ou alors il l’est à la racine mais pas dans son développement. Par ailleurs, s’il est effectivement et évidemment ultra-référencé, il faut reconnaître au réalisateur d’avoir assumé explicitement (lors de nombreuses interviews) ses deux principales sources d’inspirations cinématographiques que sont les deux films de Scorsese « Taxi Driver » et « King of comedy » auxquels il rend plus qu’un hommage. Il est clair que le film tourne au numéro d’acteur et que le réalisateur semble fasciné par son interprète. Mais en même temps, quel acteur ! J’ajoute que la lecture du premier commentaire me semble binaire et tout simplement fausse sur certains points, notamment sur le « blanc aisé en costume cravate », « délire féministe », etc. Non seulement il s’agit de Yuppies bourrés incarnant sous une certaine forme la violence « d’en haut », la couleur de l’épiderme pouvant paraître ici hors-sujet. Qui plus est, il me paraît excessif de qualifier une scène comme relevant du « délire féministe » quand il s’agit de défendre une femme malmenée. Faudrait peut-être pas raconter n’importe quoi et plaquer systématiquement des grilles de lecture pas forcément appropriées, voire pas du tout. D’ailleurs, une autre scène au tout début du film nous montre un Joker en butte à la violence et à l’humiliation par une bande d’ados bigarrés me semble-t-il. Bref. La « violence » d’en bas n’est pas niée et pas grand monde n’est à sauver il me semble.


    • #2350153

      @Jo :

      Vous vous êtes laissé avoir par le côté "lutte des classes" greffé - maladroitement et très grossièrement - sur la trame solitaire du personnage, comme si les gens dans la misère s’identifiaient massivement à ce mec qui pète les plombs, sans parler de la débilité profonde de la scène du métro - on remplace les racailles immigrées par des mâles blancs en costard, du grand n’importe quoi mais ô combien dans l’esprit du système que le film entend dénoncer, en réalité il met ce masque et vous vous laissez berner, ne voulant vous arrêter qu’à la surface, au factice !

      Parasite est, à mon humble avis, un film bien plus "gilet jaune" dans l’esprit, et plus subtil, plus juste malgré ses excès, que ce Joker nanardesque et cynique qui ne comprend rien à l’essence du mal prolétaire, la lutte des classes y est affichée comme un truc de dessin animé sans nuances, le réalisme est irréaliste au possible par volonté d’encrasser exagérément l’image. Niveau divertissement c’est très pénible comme le dit Alain Soral, le truc avec la musique de Full Monty est ultra-lourdingue, les flashbacks sentent la mauvaise série B des années 90. Ce film n’a rien de neuf, rien de différent qu’un banal "rape and revenge" des années 70. Le Joker est plus un film sur le "boloss", le grand sensible maigre et faible qui se fait maltraiter par les mâles alpha, bout intérieurement jusqu’à exploser. Un truc de femmelette.


    • #2350296

      @Jo-1515

      Vous n’avez pas la bonne grille de lecture et vous assimilez sans la déceler la propagande insidieuse de votre adversaire principal, qui sait vous flatter. Votre comparaison avec les Gilets Jaunes n’a de sens qu’en classant les GJ comme un mouvement d’extrême gauche antifa (ce qu’il est globalement devenu).

      @Eric

      Niez-vous que la scène du métro (où de jeunes "yuppies" blancs en costume-cravate harcèlent une femme puis agressent le joker) soit absolument irréaliste, en contradiction totale avec la réalité sociologique comme avec le bon sens (éviter de tâcher sa veste ou ruiner ses souliers Goodyear par exemple), au point que vous n’avez vous-même jamais rien observé de tel dans la vie réelle (mais bien souvent vu des types de profils radicalement différents commettre les mêmes méfaits, les "racailles" qui peuplent les prisons en France comme aux USA), et qu’il y a une volonté scénaristique malsaine de dévier le ressentiment du spectateur à l’encontre du coupable vers l’innocent ?

      La violence sociale "d’en haut" dont vous parlez ne s’exprime pas dans le métro. Quant à la race elle n’est "hors-sujet" que jusqu’au jour où il y a de l’argent public et des quotas de représentation à réclamer... En tout cas certainement pas dans cette œuvre de propagande.

      Les ados "bigarrés" de la scène dont vous parlez sont justement métis, racialement neutres, et ont l’excuse de leur jeune age en plus du réalisme sociologique. C’est simplement l’unique alibi scénaristique placé là exprès pour vous fournir un faible argument de déni.


    • #2350445

      Jo1515

      Comme Soral et Todd Philips l’ont indiqué ce film est une sorte de Mash UP de king of comédy et Taxi driver de Martin Scorsese. Le réalisateur s’est simplement servi du personnage du Joker dans le seul but de faire le buzz et s’assurer un succès au box office. Le personnage du joker étant le bad Guy suprême de la pop culture et le seul qui puisse voler la vedette a Batman.
      Soral a raison sur le fait que ce film n’est pas un film gilet jaune et que le réalisateur parle de la working class sans la connaître.
      Par ailleurs la scène de fin dans laquelle joker est arraché de la.voiture de police et porté aux nues par la foule est sans aucun doute un rêve du personnage qui je le rappele est victime d’hallucination tout au long du film(il pense baiser sa voisine et avoir une liaison avec elle alors que ce n’est pas le cas et qu’il est sans doute puceau).
      Cette caractéristique du personnage a été dégoté dans le comics Book d’Alan moore, the killing joke qui nous présente joker comme un comédien raté qui n’arrive pas a nourrir sa famille puis devient fou après avoir été poussé par Batman dans une cuve de produit chimique. Seulement on est jamais sur que cette histoire est vrai car le personnage a un esprit déranger et ne distingue plus le reel et son imagination.

      Pour moi ce film a fait beaucoup de bruit pour pas grand chose. C’est vrai que Joaquin Phoenix est extraordinaire , que la mise en scène est inspiré et que la musique est superbe mais bon si le film ne s’appelait pas joker, il n’aurait pas eu autant de succès. Néanmoins je pense qu’il faut classer ce film dans la catégorie de fight club , orange mecanique, chute libre etc... Ces films tirent la sonnette d’alarme sur les dérives et les excès de nos société et faudra pas s’étonner de voir des types sévèrement peter une durite si on fait rien...


    • #2350450

      @Matthieu et @Jean-Paul
      Totalement d’accord avec vous, le problème de nos amis plus haut c’est qu’ils sont encore plus ou moins bloqué dans le logiciel universaliste et égalitariste issue des lumières ! C’est à dire qu’ils sont dans une vision utopique de ”lutte des classes” qui inclut les différents autres groupes humains, alors qu’ils ont leurs propres problèmes internes qui n’ont rien à voir avec ceux des européens(Francis Cousin lui même l’admet) d’où leurs facilité à fermer les yeux sur la réalité bien réelle du terrain qui contredit complètement leur vision des choses !
      Pour finir tout ce qui sort d’Hollywood est pourris et contient de la propagande gauchiasse comme par exemple dans le Joker les ennemis sont les ”méchants riches”.... c’est du Juan Branco en fait en plus il y à le sinistre Robert de Niro(excellent acteur mais gauchiasse finit) dans le film hors il ne participera jamais à un film ”anti-système” sérieux voir ”nationaliste/facho/identitaire/droitard ” sauf si le film les diabolise ou les dénigre !


    • #2350491

      Je ne suis pas sûr de pouvoir répondre précisément à votre interrogation pour ce que je comprends du paragraphe confus qui m’est adressé. En quoi et où ai-je dis que la scène que vous évoquez est ou serait « irréaliste » ?! Par ailleurs, je dis qu’il faut veiller à mon avis à ne pas faire preuve de la même stupidité que celle de l’antiracisme, mais à front renversé, qui consisterait à évoquer à chaque fois qu’un caucasien est dépeint sous des traits négatifs ou agissant mal comme étant de la propagande anti blanc. De la même façon que les antiracistes de mes deux crient au loup et hurlent à l’indiscutable racisme et à la haine à chaque fois que des personnes basanées peuvent être représentées commettant des actes délictueux. Il faut à mon avis éviter de faire systématiquement du sous-Ryssen du pauvre mal compris (on peut d’ailleurs noter avec ironie que lui a énormément apprécié ce film, parlant même je crois de chef-d’œuvre). Qu’il y ait de la propagande dans de nombreux films est une évidence, mais il faut peut-être à la fois éviter de la voir partout mais aussi de livrer une interprétation catégorique et unilatéral quand un film laisse d’évidence la place à différentes interprétations possible (la preuve ici même !). Je passerai sur les âneries toute en finesse et mesure de @Pierre-loup plaquées sans réfléchir sur tout ce qui ne correspond pas à ses outrances grossières. Amabilité pour amabilité, on a juste envie de lui dire d’essayer d’élever un minimum le niveau et d’arrêter de jongler toujours avec les clichetons pour essayer de se faire passer pour plus fin qu’il n’est peut-être en réalité.


    • #2350591

      @Eric Je suis entièrement d’accord avec vos analyses.Parler de "délire féministe" alors que Joker défend une femme est complètement hors sujet @Jean-Paul b.
      @Matthieu La scène du métro est loin d’être débile, c’est un message subliminal que le réalisateur envoie : les agresseurs travail dans la finance, agressent une pauvre femme se sentant au dessus des lois car appartenant à "l’élite" et sont abbatus.Ils font ensuite la une des journaux (journaux appartenant à cette même caste mélangeant : Banquiers/politiques) et sont dépeint comme des citoyens honorable alors que : ils emmerdent une femme dans le métro ; ils se font un max de fric sans suer la moindre goutte contrairement aux vrais travailleurs (je n’appelle pas ça des gens honorables pourtant ils sont ainsi présentés.La encore parallèle avec le réel quand on nous présente des types sans fois ni lois comme des gens biens).Hors quand on voit la scène de multiples lectures sont possibles comme le dit Eric : Celle dont je vous parle, à savoir qu’on abat des banquiers donc processus réactionnaire/révolutionnaire/fasciste en se moquant de la race, l’ethnie, la couleur de peau mais pas de l’origine sociale, c’est bien la violence sociale "d’en haut" qui est affichée ; on abat de simples agresseurs et on s’arrête à ça, donc réaction héroïque du citoyen lambda défendant une femme, ou alors on lit cette scène en se disant que Joker, lassé de se faire agresser sans réagir, décide de ne plus se laisser faire et réagit par l’ultra-violence en l’occurence le triple meurtre, ou alors on occulte le fait qu’ils soient banquiers comme vous tous le faîtes,on ne voit que la blancheur de leurs peaux et on se dit "bah merde, ils vont nous faire gober qu’on se fait agresser au quotidien par Maxime, Etienne et Paul alors que dimanche dernier mon pote a été pris à parti par Rachid et Bambouli" et fin de l’histoire.@Jean-Paul b et vous me dites que je n’ai pas la bonne grille de lecture ?
      @El didou, Croyez-vous vraiment qu’il faut faire partie de ’la working class" ou du peuple en bon Français pour ressentir et exprimer ce que des millions de gens se disent ?C’est faux.Soral vient de la bourgeoisie et décrit très bien une réalité qu’il ne vit pas de même que Mick Jagger est un bourgeois qui a écrit de superbes textes dans de superbes chansons faisant références aux simples travailleurs que nous sommes alors qu’ils n’a jamais travaillé de sa vie (vrai travail j’entends).Et je pourrai continuer...


    • #2350608

      @Eric

      J’ai écrit "niez-vous que la scène soit irréaliste", c’est le contraire. Nous n’avons pas le même ressenti sur ce film, pour moi son message subliminal dont j’ai parlé est évident et même caricatural. Si Ryssen a vraiment aimé, pourriez-vous fournir le lien ? Ce serait un comble en effet... Il suffit pourtant souvent de constater qui a scénarisé, produit, et réalisé un film, en particulier un film à succès.


    • #2350624

      J’ai vu JOKER.

      C’est pas du tout un "film GJ" : mais simplement la sempiternelle rédemption du looser, soit celle du rêve américain où chacun peut s’en sortir, à coup de flingue éventuellement.

      Mais en plus glauque : à la fin ils veulent tous être des loosers ou des clowns, c’est-à-dire pas dans le sérieux de la question sociale.

      Donc Soral a raison. C’est un énième film "entertainment" pour frustré qui rêverait de célébrité, un trip d’individualiste.


    • #2350710

      @jo-1515

      Vous essayez de résumer les enjeux moraux du scénario, mais tout le monde a bien compris que les méchants sont méchants... On vous dit qu’il faut voir au-delà de cette trame fictionnelle et analyser (entre autres) le choix des personnages.

      Ensuite le fascisme ne se résume pas à vouloir tuer de méchants banquiers. Ouvrez les yeux, et lisez par exemple les pancartes des émeutiers dans le film : ce sont des antifas. En fait vous confondez fascisme et néo-marxisme...

      Enfin je n’occulte pas la question sociale, j’ai écrit à propos des agresseurs de cette scène du métro qu’elle incite à la "haine à l’encontre de leur groupe social ET racial". Vous faites une inversion accusatoire.


    • #2350744

      « Eric
      J’ai écrit "niez-vous que la scène soit irréaliste", c’est le contraire. »
      Le contraire de quoi et quel rapport avec mes propos ? Aucun ! Pas plus d’explication donc que précédemment.
      Pour Ryssen, c’était il y a quelques semaines de cela sur sa page vk. Comme quoi les choses sont souvent moins simplistes qu’il n’y parait.


    • #2350906

      @Eric

      Ryssen a aimé le film, soit, mais a la même lecture de la symbolique raciale que moi sur le point précis dont nous essayons laborieusement de débattre, merci d’apporter de l’eau à mon moulin (cf https://vk.com/hryssen?w=wall454905...)


    • #2350968

      Toujours pas d’explication, c’est laborieux comme vous dites, mais passons.Je ne cherche pas à me prononcer pour ou contre vous et me tamponne bien de votre moulin qui n’a clairement besoin de personne d’autre que vous pour tourner. Je me contentais de dire qu’il l’avait apprécié malgré tout, ce qui vous étonnait précédemment. Comme quoi ! Et donc, comme je le disais, ce film en particulier mérite mieux que la lecture simpliste que vous en faites. Pour le reste, je suis d’accord avec lui en partie mais pas sur la lecture qu’il fait de la scène dont vous parlez dont il dit par ailleurs que ce n’est pas l’essentiel du film. Mais c’est un biais fréquent chez lui, parfois approprié et d’autres fois excessif, toujours selon moi.


    • #2351105

      @Jo-1515 : je partage complètement votre point de vue. J’ai trouvé que c’était un grand film, et je ne pense pas rien connaitre à la lutte des classes. Déjà, comme vous dites, le film montre le futur qui attend les grandes métropoles, avec saleté, insécurité, misère sociale grandissante.... bref tiers-mondisation des grandes villes. Je comprends certaines remarques de Soral, notamment celle sur l’esthétisation... mais l’esthétisation me semble justifiée puisqu’on est dans l’univers de la BD, et esthétisation ne veut pas dire absence de substance. Un élément qui me semble important dans le film, c’est le fait que le Joker a grandi dans une famille monoparentale, et sans père. Cette absence de père est à la base d’une grande partie de sa souffrance. Il se fantasme un père en la personne du présentateur... il espère ensuite que sa mère dise vrai et que son père soit Thomas Wayne. Cet aspect m’a beaucoup touché parce que je pense vraiment que l’absence de père est facteur de violence chez les garçons. A travers son histoire imaginée avec la voisine, le film montre la misère sexuelle de l’hétérosexuel cis-blanc pauvre. Autre facteur de maladie mentale et de violence. Je me souviens être sortie du cinéma assez retournée par le film, qui a un peu été une catharsis pour moi. La violence contre les élites méprisantes, même si un peu binaire dans le film, est libératrice, surtout dans le contexte actuel. La grande lacune du film, pour moi, réside dans le fait que le film dresse un portrait très rapide des élites. Quelles politiques ont-ils appliqué ? Quel est leur logiciel politique ? Sont-ils mondialistes ? Je me souviens avoir été très touchée par le monologue de fin sur le plateau télé, qui dénonce le politiquement correct des médias, leur empathie sélective, leur dénonciation hypocrite de la violence physique. C’est un film nihiliste, on va pas se le cacher... mais je peux comprendre le nihilisme dans un certain contexte. Derrière le nihilisme et l’appel au chaos d’une génération, d’un peuple, il y’a souvent l’envie de tout détruire pour tout recommencer.
      Enfin, je partage un peu l’avis d’Alain Soral sur le fait qu’il peut être un peu gênant d’assimiler révolte sociale et folie. Le film montre très bien comment un environnement et un certain contexte personnel mènent un homme à la folie, mais le Gilet Jaune est plus un père de famille qui bosse et qui galère pour s’en sortir financièrement ou un ouvrier à la retraite qui arrive pas à se chauffer.


    • #2351182

      @elisa Quand je disais que ce film est ’gilet jaune’, je fais référence à la révolte sanguinaire du peuple envers l’élite méprisante en l’occurrence une balle dans la tête pour le présentateur tv, les traders assassinés et le meurtre du politique en occultant tout le reste ( Joker ou pas Joker qui commet les crimes, pourquoi il les commet, fou ou pas fou on peut débattre un moment et chacun aura sa vision). Certes les gilets jaunes sont des travailleurs pères de familles (pas que), jen sais quelque chose, j’en étais ! Cette violence est libératrice comme vous dîtes, comme le faisait Scorsese à sa grande époque où il utilisait l’ultra violence dans ces films sachant qu’un paquet d’hommes s’y retrouveraient. Après avoir vu joker, j’ai eu (à nouveau) envie de me revolter contre toute forme d’oppression et de tyrannie quelle qu’elle soit, et je ne pense pas être un cas isolé.Rares sont les films laissant cette impression il faut le noter. Sa dimension sociale n’est pas à négliger, je rappelle que le film commence par la radio en fond sonore de joker décrivant une ville ou tout déraille ( encore une fois saleté, violence, chômage ) c’est très important. Une autre scène m’est revenue d’ailleurs, celle ou Joker est dans le métro et joue avec le gosse dans le dos de la mère. La encore plusieurs lectures sont possibles et à mettre en parallèle avec le réel...
      La frustration sexuelle dont vous parlez est importante aussi, frustration que connaissent beaucoup d’hommes malheureusement...
      Le film a de multiples interprétations possibles, quand j’entends Jean-Paul b parler de néo marxisme au lieu de fascisme et blablabla, on tombe dans la philosophie de comptoir et je m’en tape. Je ne dis pas que j’ai la vérité, mais peut-être une des vérités que propose ce film quand ceux qui me répondent ne proposent rien si ce n’est de la philosophie de comptoir encore une fois en jouant sur les mots et en pretendant que je n’ai pas la bonne lecture et patati et patata car eux ont compris. Comme l’a dit eric, faudrait arrêter de se prendre pour plus malin que l’on est.


  • #2349667

    Salut patron !
    De ce que j’ai entendu le CV de laurent alexandre se résume à
    HEC et Médecine, il est spécialiste en Uro
    Le mec transpire le mépris de tout ce qui n’est pas bac+15 et revenus corrélés.
    Mais d’un point de vue strictement analytique il est handicapé par ses certitudes.
    Marde


  • #2349732
    le 25/12/2019 par Le Carthaginois
    Soral répond... sur ERFM ! – Fournée de Noël !

    Bonjour Mr Soral, joyeux noël,
    Je voulais vous faire part d’une exaltation particulière que j’ai eu hier ou j’ai fait le tour de 5 librairies à Tunis à la recherche d’un livre et ou j’ai eu le plaisir de voir étalé en tête de gondole pour 3 d’entre elles, une partie des livres de Kontre Kulture. Je ne sais pas si cela n’arrive pas un circuit officiel ou par l’intermédiaire d’un maître quenellier mais peu importe, bravo
    Juste une remarque je me permet de vous déconseiller de discuter avec ce Laurent Alexandre qui est un usurpateur de première classe loin de votre sérieux,
    C’est un chirurgien Urologue accusé aujourd’hui par la communauté scientifique de plagiat, de soutien et de financement à l’eugénisme, mais aussi de falsification et bientôt d’escroquerie aux investissements. Personne ne croit un seul instant qu’il a écrit lui-même ses livres, la différence de niveau entre le précis des écris et ses conférences totalement confuses sur les principes de l’IA, le mélange des concept d’une vidéo à l’autre font rire n’importe quel étudiant en la manière ou amateur averti.

    il a cocréer le site Doctissimo ce qui la mis en relation avec de vrais geeks effectivement et il a par la suite crée une quinzaine de sociétés dont toutes les ramifications et les flux financiers sont très douteux et opaques via une holding au Luxembourg,
    Il est impliqué notamment dans des filières sur le séquençage de l’ADN et tournent autour de lui des sociétés écrans issues de société de renseignements de l’armé la plus morale du monde et de google genX.
    C’est un membre du siècle et surtout intime de Attali et toute la fine équipe, qui l’ont présenté à JF Copé avec qui il a soi-disant écris un livre sur l’intelligence artificielle. (Laurent Alexandre est incapable de détailler ce qu’il écrit dans ce livre)

    Laurent Alexandre évoque vous avez raison de vraies questions de sociétés mais contrairement à vous il n’a ni les compétences ni les armes ou la simple volonté pour approfondir, et expliquer réellement les concepts. (Il me fais penser à ces journalistes qui parlent de terrorisme et qui sont incapables de faire la différence entre une milice chiites et sunnites).
    La question n’est pas de dire que seuls les techniciens peuvent parler de techniques. Laurent Alexandre est un opportuniste qui a compris que la masse ne comprend rien à ce qu’il raconte . Vous n’êtes pas dans la même catégorie
    Amicalement Le Carthaginois

     

    • #2349926

      Bonjour,

      Je reviens sur le sieur Alexandre après lecture du Carthaginois dont j’approuve pleinement l’analyse.
      Alexandre est là pour promouvoir le transhumanisme et très certainement pour draîner des fonds destinées à la recherche sur l’utérus artificiel.
      Il suffit à la façon du Carthagiinois de le profiler un peu pour mettre à jour sa proximité avec Loki.
      Un très sombre personnage qui ne peut rien vous apporter même dans un débat.
      Molière le qualifierait d’essence du fourbe.
      Marde


    • #2350350
      le 26/12/2019 par Le Carthaginois
      Soral répond... sur ERFM ! – Fournée de Noël !

      @Marde, merci pour votre réponse je découvre le plaisir d’être lu grâce a E.R, pour continuer dans votre sens aujourd’hui l’armée Américaine vient d’interdire a ses soldats le recours aux Kits d’analyse ADN grand cheval de bataille de ce Laurent Alexandre qui détourne les lois françaises pour promouvoir ses propres Kits et dont personnes ne sais ce qu’il fais des données.
      De plus pour sourcer un peu mes attaques, plutôt que de discuter avec un petit démon sans envergure autant discuter avec le vrai lieutenant du Diable, les travaux de Laurent Alexandre sont des plagiats d’un vrai maître en Futurologie de Satan Mr Raymond Kurzweil , la ou est au niveau de MR Soral sur la précisions et la maîtrise des concepts et la formalisation quasi mathématique de tout ce que l’on combat ici
      Merci a vous
      Le Carthaginois


    • #2368597

      Merci pour tout ses renseignements, cela explique son mépris des Gilets Jaunes.


  • #2349741
    le 25/12/2019 par Lance évolienne
    Soral répond... sur ERFM ! – Fournée de Noël !

    Merci pour vos analyses monsieur Soral, force à vous et portez-vous bien.


  • #2349745

    Il me semble que l’un des meilleurs commentateurs de l’Affaire est André Figueras avec ’’Ce canaille de D...’’
    Le commentaire d’Alain Soral sur cette affaire est d’ailleurs très bon, mais cela ne surprendra pas.
    A noter que, curieusement (mais est-ce une surprise ?) l’attaché militaire allemand chez qui le bordereau a été découvert, Schwarzkoppen, était l’amant (inverti) de l’attaché militaire italien Pannizardi.
    C’est d’ailleurs en interceptant la correspondance licencieuse ente les deux hommes que le contre-espionnage français a ’’levé’’ le lièvre qu déclenche tout.
    Voir, d’un œil critique : https://www.cairn.info/revue-d-hist...
    On comprend mieux comment tout cela s’emboîte, si j’ose dire...


  • Comme quoi je ne suis pas toujours d’accord avec Mr SORAL. J’ai trouvé "once upon a time in Hollywood " très moyen, et j’ai par contre adoré Joker que je suis allé voir deux fois...... Si tous les films pouvaient être aussi "mauvais" que ce dernier, on s’ennuierait moins au cinéma.

     

    • #2349985

      Idem, je ne partage absolument pas l’avis de Soral sur le film "Joker". Joker est un très beau film que j’ai également vu deux fois, sans compter la relecture de certains passages.

      Le dernier Tarantino est très bon également. C’est en regardant une analyse du film, que j’ai compris qu’il s’agissait d’un réinterprétation de l’affaire Charles Manson.

      Quel plaisir de voir deux mâles alphas défoncer du babtou hippies : )

      Le final m’a réchauffé le coeur ^^


  • #2349777
    le 26/12/2019 par Artémis anonyme
    Soral répond... sur ERFM ! – Fournée de Noël !

    Merci M. Soral.
    Rien à voir avec votre vidéo, mais je voulais simplement saluer et remercier ce combat que vous menez pour nous avec cette vidéo-ci. Petit cadeau pour vous pour Noël.
    Avec toute mon estime
    https://youtu.be/fcWo1hKHu40

     

  • #2349794

    Pour info à Alain Soral ...
    _
    Oui, la collection " Que Sais-je ? " ... existe toujours.

    Depuis décembre 2016, elle est une marque du groupe d’édition Humensis.


  • #2349820

    Alain Soral a mis dans le mille à propos du réalisateur de "Joker".
    D’après sa page wikipedia en anglais, Todd Phillips est issu d’une famille juive, a grandi à Long Island (banlieues huppées de New York) et à obtenu un diplôme de cinéma à l’université de New York.


  • #2349829

    Ne vivant pas en France, je ne peux poser la question via le numéro sur-taxé, aussi je la pose ici, dans le forum et j’ose espérer qu’elle attirera l’attention, si ce n’est de M Soral, tout au moins des autres lecteurs du site.

    Un sujet que je ne vous ai jamais vu aborder mais qui pourtant a une importance majeure.

    Plus de 80,000 enfants en France sont placés par les services sociaux et l’ASE. Quand on étudie un peu le sujet, on se rend compte qu’il s’agit là d’une véritable institution mafieuse qui détourne l’argent publique à hauteur de 80,000 Euro par an et par enfant placé.

    Ces gens utilisent tous les moyens possibles pour empirer les situations familiales difficiles et ainsi enlever les enfants à leurs parents, souvent avec l’aide des forces de polices et parfois même avec violence contre les parents et même contre l’enfant qui ne comprend pas qu’on le sépare de sa famille et qui refuse la situation.

    On ne parle pas ici de lobbies juifs, féministes (même si le milieu social est plutôt féminin), mais d’une organisation franco-française qui détruit des familles par dizaines de milliers et qui détourne des fonds publics.

    Certains gilets jaunes ont été réprimés par ces mêmes services sociaux et se sont vus soustraits de leurs droits parentaux. L’état ayant transformé ce qui aurait du être un outil social en un outil de repression.

     

    • #2349929

      Salut !
      On est dans la nouvelle inquisition républicaïne sur le mode Suédois.
      Mis à part qu’en France cela est passé sous le boisseau alors qu’en Suède cela se fait aux vues et aux sus de tous et tous applaudissent quand les gosses sont arbitrairement soustraits à leurs familles.
      Je suis expat également et dernièrement l’état suédois s’en est pris à une famille du pays où je réside. Scandale national mais aucune possibilité d’action !
      Vive l’UE le nouveau bagne ! Je ne crois plus que les urnes soient la réponse


  • #2350008

    Quand on entend des mecs dire que Le Joker est un film 100% gilets jaunes on a envie de désespoir de se frapper la tête contre un mur jusqu’à mort s’ensuive ! Seigneur Dieu ! Il y a encore du boulot pour relever le niveau des consciences de notre pauvre France à l’agonie !
    On n’a pas besoin de dingos nihilistes mais de gens structurés, avec la tête sur les épaules capable de reprendre les choses en mains !
    Les gens aujourd’hui sont tellement frustrés et inhibés que si tu leur balances un anti-héros qui n’a plus de limite et qui ose n’importe quoi cela te fait bander les mecs qui s’identifie dessus. Désolé les enfants, mais on ne reprendra pas les choses en main en brûlant des voitures ni en tuant au hasard dans la rue des bobos !

     

    • #2350068

      Oui, Joker est le pendant citadin un peu parisien dépressif, du Gilet jaune. Le parisien s’enferme dans sa solitude, quand le GJ des provinces s’unit.
      Par contre c’est un chef d’oeuvre. Il montre la destruction de l’homme blanc et désigne l’homme blanc riche comme coupable. Faut juste changer de curseur pour avoir la réponse.


    • #2350108
      le 26/12/2019 par Pour bien rire dans les tranchées
      Soral répond... sur ERFM ! – Fournée de Noël !

      Évidemment, dans ce film la révolte sociale est associée au ratage social, aux pathologies psychologiques et à une violence nihiliste, et d’ailleurs le pendant positif du joker est Bruce Wayne, justicier-milliardaire compensant les carences d’une puissance publique faillie. Le bourgeois Balzac nous avait déjà faut le coup, avec plus de talent, avec son Vautrin, le bagnard rousseauiste.


    • #2350166

      En effet, je ne pense pas qu’on puisse considérer Joker comme un film "Gilets Jaunes" (étonnant qu’on le vende comme cela d’ailleurs) malgré une vision de la lutte des classes aperçue dans le film très manichéenne et assez maladroite (à étudier et à discuter cet aspect).

      Déjà, le film propose une origine "originale" du Joker (même si fortement inspirée de la BD "The Killing Joke" que je recommande au passage) qui correspond pour cette occasion à ce qu’un individu lamba (malgré qu’il en ait bavé pour ne pas trop dévoiler l’intrigue) ressent dans cette société actuelle qui va atteindre tôt ou tard sa fin, et qui plutôt que résister à la pression sociale, va complétement lâcher prise et devenir donc le Joker. La réalité en fin de compte... Frédéric Delavier en parle pas trop mal d’ailleurs de cette vision du film et je suis assez d’accord avec lui.

      Mais c’est une origine, pas l’origine officielle (il y’en a pas vraiment d’ailleurs pour le Joker, on va dire qu’il y’a des constantes comme par exemple : le Joker n’est personne, il n’a aucune racine, son rire bien sûr et son goût pour le spectacle, la mise en scène).

      Et je finirai en disant que Monsieur Soral n’a pas tort concernant les références : en étudiant les inspirations pour le film, il s’est avéré que le film s’inspire (grandement ?) de Taxi Driver et surtout de la valse des pantins (The King of Comedy) que j’ai vu peu après Joker. Et c’est vrai qu’il y’a quand même quelques ressemblances, il y’a même un plan qui est pratiquement similaire repris dans Joker. Etonnant aussi l’appartement du Joker pour un prolo, j’avais ressenti quelque chose de bizarre en voyant cela...

      Néanmoins, le film n’est pas complètement à jeter pour moi (comparé à d’autres films de cette année, c’est quand même vraiment correct) malgré ces points noirs que j’ai décrits plus haut.

      N’hésitez pas à commenter et à partager votre point de vue (dans le respect et la politesse toujours :)) Je serais curieux de connaître vos avis.

      Bonnes fêtes à vous tou(te)s !


    • Joker énième avatar d’un Hollywood qui sait mieux que personne mettre en scène la subversion, ca permettra juste question merchandising de vendre un max de masques de clowns aux mêmes esclaves du système qui compléteront leur collection de déguisement d’anonymous ou de Dali histoire de se donner un peu de "frisson".

      Le système pourra continuer à se marrer tant il n’a rien à craindre des mutins de panurge et autres rebellocrates au courage en toc, d’un point de vue cinématographique c’est effectivement moyen (la créature sonne faux mais qu’il danse bien avec ses ralentis répétés jusqu’à la nausée), d’un point de vue d’ingénierie sociale c’est par contre une franche réussite, comment dépenser de l’énergie (et du pognon) pour que rien ne bouge n’est pas à la portée des amateurs.


    • #2353488

      Joker est un film pénible dont le sujet est la violence meurtrière de certains schizophrènes.

      Taxi driver est 100x meilleur.


  • #2350077

    Si j’ai bien compris, in fine c’est dysfonctionnel ?

     

  • #2350143

    L’analyse du Joker est on ne peut plus juste. De la merde esthétisante, agaçante, interminable. Et qui surfe cyniquement sur la vague "soulèvement des prolétaires" dont le réal - un gros bourrin auteur de comédies US pas désagréables du reste - n’a rien à foutre.


  • Et à votre avis, Monsieur Soral, cet art libéral spécifiquement polonais (pas arménien, roumain ou ukrainien) vient plutôt du soviétisme ou du catholicisme ?


  • Alexandre n’est qu’un oxymore extrême ( simplement un *** ;) sur pieds !

    Si l’intelligence artificielle qui mène le monde dépasse les capacités humaines de façon inquantifiable, du moins sa puissance de traitement de l’information et ses interconnections quasi infinies... à quoi bon s’instruire pour atteindre un niveau d’exigence inatteignable ???

    Très instruits (privilégiés) ou pas du tout, il faudra être augmentés, implantés.

    Bref, on ne peut être qu’écolosceptique lorsqu’on a si peu de respect pour ce qui est vivant

     

    • #2353945
      le 01/01/2020 par toto la ciboulette
      Soral répond... sur ERFM ! – Fournée de Noël !

      Si l’humain et augmenté intellectuèlement, il ressemblera à ces types qui se font gréffer des faux muscles, je lis énormément et pourtant les plus belles pensées m’ont été "offertes" par un ami qui lisait seulement auto-moto,

      Nous vivons déja dans un monde factice, où les gens pour tirer un coup passe par le Net, quel intérêt ?, il n’y a aucun jeu de la séduction, comment peuvent-ils gonfler leur égos (sans être narcissiques,), comment se satisfaire quand ses insctincts sont comblés sans lutte ?

      Comme disait LFC l’homme est lourd, alors l’homme et sa connerie augmentée, au secours.

      In fine, l’augmentation de camarades est la seule valable, si AS n’était pas entouré (et heureusement) par les gens d’E&R, pourrait-il être entendu, seul et dépressif ?

      Je souhaite aux gens d’E&, à AS et à tous ses lecteurs une bonne année 2020, en priant le ciel que la suisse n’extrade pas ses ressortissants (au cas où).


  • #2350194

    Si vous voulez vous initier à la philosophie, commencer plutôt par les auteurs antiques et fuyez Kant, Hegel ou Heidegger, du moins dans un premier temps.
    Dans l’ordre :

    1) Vie, doctrines et sentences des philosophes illustres de Diogène Laërce qui est une compilation de la philosophie antique et donne une excellente approche des différents courants philosophiques.

    2) Lettres à Lucilius de Sénèque, très simple à lire et pragmatique.

    3) Lettre à Ménécée d’Epicure, texte magnifique d’un auteur majeur qui a fait des disciples plus de 500 ans après sa mort et dont peu d’ouvrages nous sont parvenus car censurés par le christianisme

    4) N’importe quel ouvrage sur Diogène de Sinope

    A partir de là cad une fois abordé le stoïcisme, l’épicurisme et le cynisme, on peut passer à :

    5) Platon : Le Lysis, Apologie de Socrate et Le Banquet

    Il est important aussi d’avoir lu les tragiques grecs, au moins certaines oeuvres d’Euripide et d’Aristophane pour comprendre les enjeux de la société antique.

    Bonne lecture !

     

    • #2350404

      Et qu’a lu Socrate avant de pouvoir « philosopher » ?


    • #2351032
      le 27/12/2019 par ProtégeonslaPalestine
      Soral répond... sur ERFM ! – Fournée de Noël !

      @Wesh gros : J’allais écrire que, paradoxalement, une bonne initiation à la philosophie fera l’impasse sur les auteurs de l’antiquité, qui sont (hormis Aristote) des moralistes chiants comme un jour de pluie, lorsque j’ai lu que vous suggériez l’inverse, ce qui m’a fait sourire.

      Selon moi, un dilettante soucieux d’acquérir une culture philosophique ira droit au but, et de manière préférentiellement thématique. Pourquoi ? L’approche chronologique est en parfaite résonance avec la sociologie et l’histoire, qui se proposent d’analyser les événements de manière diachronique. Or, le développement de la pensée dont procède la philosophie ne peut qu’être appréhendé de façon synchronique, attendu que la logique est une donnée qui ne s’inscrit guère sur l’axe du temps, qu’elle se situe dans une intemporalité, dans un hors temps où elle relève de l’évidence plus que de la découverte. Par exemple, la conscience de l’Autre et la compassion qui en découle ne sont pas apparues à un siècle donné, comme un progrès de l’humanité dans le temps, mais concomitamment avec l’apparition de la première forme de vie où l’enfantement, la reproduction met en évidence les liens d’interdépendance et d’obligations réciproques. De ce fait, l’approche thématique sert l’histoire des idées, donc la philosophie, tandis que l’approche chronologique sert l’histoire tout court.

      Pour un rattrapage accéléré, voici une proposition :
      - KANT et les fondements manichéens de la morale et du droit, tels que nous les connaissons.
      - DESCARTES et les fondements de la rationalité, science des évidences, de la conscience de soi et de la preuve empirique de l’existence de Dieu.
      - NIETZSCHE et la découverte horrifiée du nihilisme des temps modernes, cette maladie du néant qui a tué Dieu dans les consciences ; cette perte de la transcendance a pour issue le suicide.
      - PASCAL et sa stigmatisation de la vanité de l’ego ("Le moi est haïssable"), de la vanité du divertissement (précurseur de l’étourdissement, de la frénésie du consumérisme), d’où l’appel à croire en Dieu (parier sur Son existence, c’est gagner la félicité éternelle et s’Il n’existe pas, on ne perd rien à croire en Lui).
      - EPICURE, philosophe de l’antiquité mal compris (être épicurien = être un jouisseur) qui a fait une critique acerbe des désirs "non nécessaires" (les développements de Baudrillard et Francis Cousin sur la société du spectacle et de la marchandise aliénatoires ont un fondement épicurien, au sens de restriction du désir).


  • #2350198

    Longue vie à tous les insoumis Sion et merci à notre Président qui est un exemple pour tous ceux qui commencent à ouvrir les yeux !


  • #2350236

    Bonsoir, revoir cette conférence sur la perte de sens depuis des dizaines d’années.

    « Mensonges et destruction du sens – Conférence de Pierre de Brague à Marseille »

    https://www.egaliteetreconciliation...


  • #2350292

    Merci à Monsieur Soral pour ce beau cadeau de Noël.
    Concernant le phénomène du MGTOW, merci d’avoir rappelé que :
    1/ Se séparer et rester chacun de son côté n’est en aucun cas la solution, bien au contraire.
    2/ Les femmes-femmes aiment les hommes-hommes ! L’indifférenciation permanente et obligatoire est tragique, à tel point que certains hommes , tentant vaguement de vous séduire, vous demandent désormais si vous aimez les jeux vidéos, le cross fit , la musculation et le foot pour "partager ces activités" une fois en couple. Non merci. Il y a des territoires à partager oui, mais d’autres qui doivent rester propre à chacun. D’autant que tout faire ensemble, quel tue l’amour !
    Bref Soral l’explique parfaitement, chapeau bas une fois de plus !

     

    • #2350930
      le 27/12/2019 par Lecteur Soralien
      Soral répond... sur ERFM ! – Fournée de Noël !

      @Mélissa : je constate l’inverse. Surtout à Paris, les femmes gravitent autour d’hommes dits "mignons" (très androgynes, limite effeminés..), les hommes dont vous louez la virilité sont considérés comme mal dégrossi, vulgaires, beaufs et de status social jugé bas.

      Vous me direz que Paris n’est pas la France, je suis désolé mais c’est Paris qui donne le LA en général.. et toutes les nanas veulent monter ici (pour monter socialement et échanger leurs faveurs).. l’homme au physique normal, à la vie normale et qui garde quelques valeurs saines, pensez-vous réellement qu’il va intéresser une jeune française d’aujourd’hui ? Mieux vaut tenter sa chance ailleurs ..

      Soral conseillait dans une vidéo précédente (podcast NICPIC si je me souviens bien) de laisser tomber la française qui "fait perdre beaucoup de temps" et de tenter sa chance à l’est ou en Amérique Latine (ou le français y est bien vu.. donc possibilité de se démarquer).

      Ici c’est morbide. Aucune femme n’interagit ou regarde ailleurs (zéro jeu de séduction) elles sont totalement hermétiques et hautaines. Ça ne me donne pas l’impression qu’elles ont de la nostalgie pour les hommes, mon sentiment est qu’on s’y juste une nuisance de plus dans leurs quotidien de princesses.


  • #2350327

    J’ai du mal à avoir pitié d’un homme qui a drogué fait boire et violé une fille de13 ans, quelle que soit l ’époque, cette femme aujourdh’ui rase les murs et ce monsieur vit dans le luxe, et je ne dis pas luxure, et jouit toujours de la plus grande aura, certes distinguons l’homme de l’artiste, mais de là à avoir pitié de lui, non, et ce n’ext pas cela en fait la vraie charité chrétienne, ce n’est pas vrai, même si ça se discute, ce n’est pas ma conception.


  • #2350342

    Que l’on apprécie ou non A. Abauzit, son livre sur Dreyfus est très bien. La SIHAD (Société International d’Histoire de l’Affaire Dreyfus) a tenté de mettre en pièce l’homme et le livre sur son site, c’était sans compter sur l’auteur qui a magistralement et non sans un certain humour, répondu sur tous les points incriminés..

    https://www.editions-altitude.fr/wp...


  • #2350347

    J’ai du mal à éprouver de la pitié pour un mec qui a fait boire, drogué et violé une fille de 13 ans et ce quelle que soit l ’époque , cette femme est obligée encore aujourd’hui de se justifier et doit raser les murs tandis que ce monsieur vit dans le luxe et est invité partout, peut-être faut il distinguer entre l’homme et l’artiste, mais rien ne m’oblige à lui offrir ma pitié, ce n’est pas ma conception de la chrétienté , ni de la pitié !


  • #2350370

    Un excellent article sur le film Joker proche de l’analyse de Soral et sur Foucault :
    Joker : la dernière farce de Michel Foucault


  • Merci pour cette nouvelle fournée. C’est un grand bonheur à chaque fois de vous écouter vous acharner à nous faire comprendre un peu plus le monde. J’ai hâte de lire votre prochain livre.

    Je suis tellement d’accord avec vous concernant Lordon. Mais je vais être plus lapidaire, je trouve ces intellectuels marxistes particulièrement inutiles, inefficaces, stériles. Jamais d’aucune manière un type comme Lordon ne fera progresser concrètement la cause des travailleurs, ni ne contribuera à freiner le délire neo-libéral. Du marxisme de salon théorisant. Et puis il est si ennuyeux, si soporifique, si verbeux et inutilement long dans ses explications. Et pourquoi donne-t-il toujours l’impression de trembler comme une feuille ? Pas surprenant que les travailleurs ne s’identifient pas une seconde à lui.


  • Pour rattraper le retard dans l’« intelligence artificielle », sortir de l’ue est une solution.

     

    • #2351076
      le 27/12/2019 par Le Carthaginois
      Soral répond... sur ERFM ! – Fournée de Noël !

      @mi effectivement et si vous me le permettez je rajouterai refaire des alliances inter pays comme pour Airbus à l’origine, avec des pays hors UE dont le Maghreb,
      vous avez rien qu’en Tunisie 3500 Doctorants au chômage dont des docteurs en IA, Robotique etc... qui ont TOUS fais leurs thèses en collaboration avec des grands labos occidentaux !!!!

      j’ai rencontré un jeune doctorant qui a fait sa thèse à la NASA (sur l’IA artificielle des systèmes multi-agents pour les initiés) qui a du rentrer a Tunis après sa thèse (car financé par la Tunisie) et qui aujourd’hui se fait chier dans un obscur département informatique d’un boite industrielle à l’informatique dépassée


  • #2350734

    Merci à AS pour ces analyses toujours magistrales.
    Sur la séparation des sexes, AS dit que dans un mode de vie traditionnel, il y a distribution des tâches et donc séparation (« l’homme et la femme se retrouvent dans le foyer - dans la chambre à coucher »). Tout dépend à quel « monde traditionnel » on fait référence. Si on pense à la bourgeoisie de la première moitié du 20ème siècle, d’accord. Pour ma part ce n’est pas ce que j’entends quand je pense « mode de vie traditionnel ». N’oublions pas qu’il y a quelques générations nos ancêtres étaient presque tous paysans. Or, dans le monde paysan il y a bien certaines tâches dévolues aux hommes, certaines aux femmes, mais il y en a également beaucoup qui sont des tâches partagées et surtout la distribution des tâches ne signifient pas qu’hommes et femmes sont séparés. J’ai connu le monde paysan dans mon enfance (années 1970) et il n’y avait aucune ségrégation. Les hommes s’occupaient des réparations mécaniques et des travaux de force - en effet c’était déjà de l’agriculture mécanisée, mais les plus gros tracteurs étaient des machines rudes à manier à l’époque. A l’âge de 10 ans je conduisais les (plus petits) tracteurs dans les champs, tout comme les enfants des paysans. On nous confiait donc des machines (aux garçons tout comme aux filles) et ça montre (en passant) que dans ces années-là on surprotégeait moins les enfants qu’aujourd’hui. Donc, travaux de force aux hommes. Travaux dévolus aux femmes : les tâches du foyer, bien sûr, mais aussi par exemple plumer les volailles, ou effectuer la vente directe. Au-delà de ça, il y avait un grand nombre de tâches qui se faisaient en commun : les récoltes et le tri des fruits et des légumes, les soins au bétail (et autrefois il y avait aussi les foins), souvent en groupe composé (de manière variable selon l’organisation du travail et selon les priorités du moment) du père et de la mère de famille, de l’ouvrier agricole, des enfants, des grands-parents ou de membres d’autres familles paysannes quand il fallait du renfort. Le souvenir que j’en ai est que la répartition des tâches était absolument non problématique. Quand on doit faire tourner une exploitation agricole, on n’a pas le temps de se préoccuper de l’orgueil des uns et des susceptibilités des autres. On bosse en fonction de ses possibilités où il y a un besoin, un point c’est tout. Qu’un sociologue appelle ça le patriarcat ou autre chose, le monde paysan « traditionnel » s’en fout complètement.

     

    • #2350931

      Je complète votre commentaire par une remarque historique :

      Lorsque le christianisme a été introduit en Gaule, nos ancêtres ont élaboré au fil des générations qui ont suivies une nouvelle manière de fonctionner à l’intérieur des foyers, pour le moins originale. Du fonctionnement tribale des anciennes tribus et du fonctionnement patriarcale de la société antique romaine, on est passé à des droits non plus octroyés à des individus en particulier mais à l’unité que représente la famille.

      Cette petite différence n’a l’air de rien mais dans les faits elle change tout, car non seulement elle limite les abus de pouvoir des individus au sein de leur propre foyer (abus de pouvoir récurrent sous la Rome Antique, puisque le père avait droit de vie ou de mort sur les membres de sa famille, il n’est jamais bon d’offrir un pouvoir sans limite à un seul individu, homme ou femme d’ailleurs, aujourd’hui, c’est le féminisme qui nous le prouve à son tour ! nos ancêtres ont donc fait preuve d’une grande intelligence mais aussi d’une certaine sagesse en donnant la priorité non plus à l’homme ou la femme, au père ou à la mère, mais à la famille toute entière) mais en plus, elle pousse les individus qui le composent à faire preuve de solidarité entre eux pour renforcer ce qu’ils partagent, leur vie quotidienne et leurs biens.

      Nos ancêtres ont vécu très longtemps de cette manière, durant de siècles, jusqu’à ce que le droit romain soit de nouveau réintroduit dans la société, soit après la Révolution française, et, avec lui, le droit patriarcal.

      Durant la période médiévale, c’est l’harmonie, le respect et l’entraide qui devaient régner au foyer et non la domination. Pourtant, il y avait bien différenciation entre les sexes, les femmes faisaient beaucoup d’enfants et étaient respectées et honorées dans leur rôle de mère, mais elles travaillaient aussi parfois si il le fallait ou si elles avaient certaines qualités ou compétences utiles, et les hommes avaient la charge d’administrer les biens de la famille, c’est à dire de les préserver et de les faire fructifier, afin de pouvoir les transmettre aux enfants.

      Aujourd’hui, on est bien sûr très loin de tout cela, mais quand j’entends les revendications des hommes et des femmes, j’ai l’impression que les français ont besoin de vivre dans ce type de cadre car depuis qu’ils en sont sortis, ils se mènent une guerre perpétuelle et n’arrivent plus à se rencontrer.


    • #2351043

      @Michal
      Merci pour ces précisions très intéressantes ! Est-ce que vous auriez une référence à un bouquin qui détaille tout cela ? J’aimerais bien creuser !


    • #2351088
      le 28/12/2019 par Le Carthaginois
      Soral répond... sur ERFM ! – Fournée de Noël !

      @ guili guili : il se trouve que je un passionné du sujet et j’ai donc discuté (en OFF) avec de nombreux paléontologues et voici une théorie que l’on ne peut pas dire sans blasphémer
      Les recherches récentes sur les muscles fossilisés montrent qu’à l’époque des chasseurs cueilleurs la répartition des taches étaient égalitaires, les fossiles montrent toujours un des deux bras plus musclés que l’autre comme au tennis ce qui suppose que la femme maniée la lance ou javelot, autant que l’homme. L’analyse des outils en pierre montrent que c’est plutôt les femmes qui taillées les pierres et pas forcément les hommes.
      Contrairement a ce que l’on nous raconte les sociétés primitives ne se faisaient pas la guerre, peu peuplé les tribus étaient contentes de se rencontrer et collaborer. L’analyse des tombes montrent que la guerre était plutôt dans la tribu on se tue entre soi. Les charniers qui permettent de détecter des guerres n’arrive qu’après l’avènement de l’agriculture.

      Les rôles ont commencé à être différenciée non pas avec l’agriculture mais avec l’élevage. Le théorie interdite arrive ici : Tout démontre que ce sont les femmes qui ont décidée de répartir les rôles car avec l’élevage née les premières prêtresses et les premières religions primitives organisées avec des rituels.

      Pour se mettre à l’abris du soleil dans les hauts pâturage les femmes s’installent dans grottes pour surveiller les troupeaux (Greces, Turquia, Syria) ces grottes contiennent des émanations de souffre hallucinogènes (on peut visiter l’entrée de ces grottes aujourd’hui) . Ces Hallucinations donnent naissances a ces prêtresses. Elle instaure la polygamie elles ont droit à 4 hommes et seule le plus riche peut élever les enfants. Les hommes dorment dehors et lorsqu’elles ont "envie" elles mettent un foulard rouge à l’entrée de leurs tentes.
      L’agriculture née de ces grands rituels comme à Göbekli Tepe (mégalithe Turquie/Syrie) (proche des grottes de souffre) Les rituels deviennent de plus en plus long et il faut nourrir les pèlerins. Les prêtresses deviennent de vraies Chefs d’états, elle créent la dictature et le népotisme et les premières guerres (les premiers charniers) . Je vais vite pour finir :
      Les hommes se révoltent massacrent les prestesses. Interdisent aux femmes de pratiquer la religion, prennent plusieurs femmes pour épouses et les sumériens sont nées avec une société patriarcale dur dont s’inspire le monde !!!!


    • #2351193

      Guili guili

      Régine Pernoud "Lumière du Moyen age". Faites vous plaisir ! Vous allez y découvrir d’autres inovations de nos ancêtres pour gérer leur vie en société, qui méritent réellement d’être connues et même réappliquées dans certains cas, car au final, elles correspondent assez justement aux attentes de notre peuple, même encore aujourd’hui !


    • #2351276

      @Michal
      Merci beaucoup pour cette référence - vous m’avez offert ma prochaine lecture ! :-)
      Et merci à ER de permettre de tels échanges !


    • #2353849

      Très intéressant vos commentaires.
      Je note la référence également, lecture à joindre avec Evola ? Même si il est vraiment rigide, notamment sur la civilisation chrétienne, c’est à lire (tout n’est pas bon à prendre à mon avis !)

      Merci et bonne année !


  • #2350842

    C’était Parasite, le film à voir cette année.

     

    • #2351039

      Oui bof faut pas exagérer...
      De bonnes séries comme breaking bad, ou night of, en disent plus, et mieux , et sur d’avantages de sujets ...
      Les films s’avèrent trop courts pour rivaliser avec les livres, depuis les series ...


    • #2351216

      "Parasite" est nul, et toutes ces séries sont vides. Feriez mieux de ressortir vos Zola et vos Balzac.


    • #2351914
      le 29/12/2019 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Soral répond... sur ERFM ! – Fournée de Noël !

      ah, non ! @ Juliette

      Émile Zola et son naturalisme...
      c’est un gros lourd, le mec

      à l’école, on nous avait fait lire L’Œuvre
      comment c’est mauvais...
      (je peins, je sais de quoi je parle)

      tu sais qu’il n’avait pas du tout compris
      son "ami" Paul Cézanne, qui lui, par contre, est un vrai génie
      et dans la tradition française, ni plus ni moins, le Paulo

      ah non, c’est pénible
      Albert Camus, aussi, insupportable
      aux chiottes, tout ça

      Breaking Bad, génial
      Bryan Cranston, de ouf
      grosse tragédie d’un personnage "normal" qui devient un sociopathe


  • #2351229

    Partie 1/2 :
    La première question se rapportant à la nécessité d’une bonne formation en philosophie pour pouvoir penser est,à l’évidence une question centrale pour tout citoyen. Soral y a appporté des éléments clés,mais de par la dimension vertigineuse de la question,ces éléments ouvrent des pistes intéressantes,mais sont à compléter et à enrichir indéfiniment. Dans cet esprit,il me semble qu’il faut adopter la démarche du mathématicien ; à savoir : partir d’un cadre qui guide la construction d’un ensemble cohérent. Ce cadre,le mathématicien l’appelle,axiomes. Pour le citoyen,les axiomes,prendraient racines sur nos convictions intimes,qui elles-mêmes sont nourries du but ultime de la vie. Et d’emblée ce premier jalon,dépend à son tour,de notre milieu,la culture de notre société,de nos parents...C’est alors que les axiomes,dont l’équivalent pour le citoyen serait les principes. Pour un certain nombre de gens,ces principes seraient,par exemple :
    - la vie est une lutte à mort du Bien contre le Mal,
    - la vie ne prend pleinement son sens que s’il est mise au service de cette lutte,
    - le savoir est l’une des armes les plus efficaces pour lutter contre le Mal. Les disciplines les mieux recommandées pour ce combat titanesque : l’Histoire,la littérature,la psychologie et la philosophie qui s’inscrivent dans cette vision,un minimum de sciences dures,mathématiques,physiques,chimie,médecine,techniques liées à l’industrie,l’agriculture,le climat,...
    D’autres personnes,peuvent avoir pour convictions intimes que le but de l’avis est d’en tirer le plus de plaisirs et de profits personnels. Et cette catégorie,posent un corpus de"principes"qui s’articulent avec ces"convictions-ci.
    Les citoyens,au fur et à mesure qu’ils prennent de l’âge et grâce aux enseignements tirés des succès,des déboires,des fidélités et trahisons finissent par amender,un tel ou tel axiome,c’est-à-dire un tel ou tel principe. ( à suivre )


  • #2351231

    Partie 2/2 ( suite et fin ) :
    Mais en règle générale,et sans trop rentrer dans les détails,personnellement je recommande à ce monsieur de lire :
    - pour la philosophie : La République de Platon,L’éthique de Nicomaque d’Aristote, Le monde comme volonté et comme représentation de Schopenhaüer,La critique de la raison pure de Kant,Le capital de Karl Marx,La phénoménologi de l’esprit de Hegel.
    A noter que le site : Les philosophes.fr sur internet aide à approfondir le contenu de ces ouvrages et sur bien d’autres auteurs.
    - pour la philosophie de l’histoire,il est indispensable de lire le monument de la littérature de tous les temps,le livre"Guerre et paix"de Tolstoï.
    - pour la littérature : "Les possédés" de Dosteïveski,"Pour qui sonne le glas"d’Ernest Hemingway","La caverne"José Saramago,...
    Bon courage. ( Fin )

     

    • #2351447

      Bonjour, j’ai posé la question 1. Je vous remercie de votre réponse complémentaire à celle de M. Soral.

      Merci d’avoir pris le temps de la rédiger.

      Bien à vous,
      Brice


    • #2353955
      le 01/01/2020 par toto la ciboulette
      Soral répond... sur ERFM ! – Fournée de Noël !

      @papi

      Pour Dostoievsky, rien ne vaut les frêres Karamasof.

      Sinon en lecture je conseille Friedrich Nietzsche avec Aurore qui est une compilation d’aphorisme, où avec des mots simples l’auteur traite de sujets profonds, alors qu’un Kant utilise des mots d’érudits pour définir des choses simples (si je peux m’exprimer ainsi)


  • #2351258

    Merci pour toutes ces explications qui nous éclairent sur bien des points et montrent la richesse et l’étendue de votre culture.

    Pour Once upon a time in Hollywood de Tarantino, j’ai cru comme vous que c’était un exercice de style (pas si bon). Ce film parle en fait du tournant et la fin de la contre culture voulue par la nouvelle intelligentsia communautaire d’Hollywood. Il se sert de deux marqueurs : les angoisses existentielles d’une star de télé finissante, le Dalton moyen, jouant des westerns conventionnels puis des séries spaghettis, et le meurtre de la femme de Roman Polanski, Sharon Tate par les adeptes du malade Charles Manson. Sharon Tate, représente la star montante (a peine reconnue par le gérant du cinéma) de cette nouvelle élite de la société ouverte de Polanski et Hugh Hefner du manoir Playboy.

    Il y a une courte allusion au pouvoir asiatique montant et à la force mâle représentés par Bruce lee, défoncé par Brad Pitt, le pouvoir profond US.

    Les adeptes de Manson avaient séduit le vieux George Spahn qui avait un ranch de location de chevaux. Manson y a créé la famille, un groupe qui passait son temps à se droguer, voler et baiser.
    Charles Manson, n’était ni un prédicateur ni un agitateur politique mais un musicien raté. Manson envoya ses adeptes se venger d’un producteur Terry Melcher, qui l’avait éconduit. Ce producteur n’habitait plus sa maison de Cielo Drive qui était maintenant occupée par Polanski. Lui était parti mais sa femme et 3 amis y étaient et furent assassinés.

    La contre-culture qui avait servie à éliminer la société patriarcale US menaçait le pouvoir de la société ouverte des élites communautaires qui l’avait créé. Leurs médias se sont servis du meurtre de Tate pour enterrer la contre culture. Les hippies sont décrits comme des végétatifs, des prostituées et des violents. Des goyim zombis qu’ils faut éliminer au lance-flamme, comme les nazis.
    Tarantino se sert de Dalton, l’ancienne Amérique carriériste qui noie son inconscience dans l’alcool, pour éliminer les révoltés du consumérisme en faisant croire que ce sont eux qui détruisent sa société.

    Les assassins de 69 ne furent pas exécutés car en 1972 la Californie bannit la peine de mort. 50 ans après, Tarantino se venge de façon tribale, rendant ainsi son honneur à sa " famille ", une autre escroquerie de grande ampleur toujours active celle-là, complice et coupable de millions de morts.

     

    • #2351600

      J’ai une analyse similaire à la vôtre que je synthétiserai de la manière suivante : tout goym qui remettrait en cause le pouvoir communautaire d’Hollywood, et qui serait de surcroît anti consumérisme, doit être éliminé sans scrupule et violemment par la force .... au lance flamme.... tel un nazi.....

      Un film de propagande pour ceux qui ne sont toujours pas sortie, ou intérêts à sortir, de la 2ème guerre mondiale.....


    • #2351925
      le 29/12/2019 par Karl Hambourg
      Soral répond... sur ERFM ! – Fournée de Noël !

      Et pour tout dire : le showa must goy on. Que seraient des maitres sans esclaves, ce bétail qui s’achète au rabbais ? On s’extasie sur la couleur des murs de notre prison.


    • #2351935
      le 29/12/2019 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Soral répond... sur ERFM ! – Fournée de Noël !

      "Les hippies sont décrits comme des végétatifs, des prostituées et des violents."

      je n’ai pas encore vu le film, mais :
      de quoi ils vont se nourrir, tes hippies ?
      ils habitent où, chez qui ?

      on parle des États-Unis, les petites gens qui sont hors la loi,
      ils vont en prison
      où ils ont éventuellement la "chance" de joindre un gang, et puis, c’est tout

      y’a pas de "contre-culture"
      y’a que la violence

      réveillez-vous
      s’ils ont essayé de te fourguer une "contre-culture", c’est forcément une merde trafiquée
      tout est sous contrôle
      depuis le rappeur jusqu’au punk mes couilles

      accroche un pin’s "Peace & Love" sur ta veste


  • #2351536

    Mais quel contre sens !!
    Si mon fleuriste grille un feu rouge, il doit en subir les conséquences... malgré son génie incontestable pour les compositions florales.

    N’importe quel individu contrevenant à la loi doit rendre des comptes (dans un monde idéal)

    Polanski a violé des femmes (c’est avéré). Il doit répondre devant la loi pour ses actes criminels. Punkt.

    ... son talent pour raconter des histoires ne rentre pas en ligne de compte.

    Céline n’a ni violé, ni drogué, ni abusé de personne... de quoi Céline est-il accusé. ?? quels sont ses crimes, ses délits ?? tu peux nous le rappeler, tu sera mignon !


  • #2351923
    le 29/12/2019 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Soral répond... sur ERFM ! – Fournée de Noël !

    Alain aiguisé sur le cinoche, ça fait plaisir
    et puis, nuancé, fin, impeccable
    merci

    ça fait plusieurs jours que j’ai reçu le dernier Tarantino
    (qui avait fait un gros effort vers l’âge adulte avec Les Huit Salopards)
    mais toujours pas vu, parce que je suis sur une série en 6 saisons :
    - Justified

    je ne sais pas si notre ami Pierre-Marie est au courant,
    mais c’est pile pour lui, me semble-t-il

    du white trash en veux tu en voilà, des embrouilles à n’en plus finir
    des personnages savoureux

    n’oubliez pas non plus celle que que je vous ai déjà conseillée :
    - Banshee

    et c’est pas de la telenovela,
    c’est formellement bien gaulé

    au plaisir du prochain Soral répond
    perso, j’ai pas de questions, mais j’écoute attentivement
    et c’est toujours un kiff


  • #2352575

    C’est marrant on nous bassine tous les jours sur l’égalité des sexes, l’égalité des genres, l’égalité des sexualités, l’égalité des formes de familles...

    Mais ils ne semblent pas s’intéresser à l’égalité financière. C’est bizarre hein ? C’est tellement bien l’égalité de tout. ^^

     

  • #2353189

    Quelque chose me chiffonne sur la notion intellectuel de gauche et penseur de droite.

    La gauche est l’avant-garde du capitale puisqu’elle le reproduit à niveau supérieur, tout en y réintroduisant faussement l’humain.

    L’intellectuel de droite à par définition un train de retard sur celui de gauche, car la droite évolue toujours vers la gauche.

    Monsieur Soral est parfois un intellectuel de gauche, parfois de droite mais le plus souvent il est neutre, ni de droite ni de gauche, il ne promeut pas le capital mais le critique.

    Le vrais intellectuel à mon sens n’est ni de gauche, ni de droite mais bien au contraire, ce que vous êtes monsieur Soral. Merci de m’avoir éduqué !


  • #2353800

    Haha, "Voltaire-Zola-BHL", excellent ! Pour en finir une fois pour toute avec le gros Zola - que j’ai pourtant encore vu cité ici ou là dans les commentaires aux côtés de...Balzac (! !!) - lire le truculent "Je m’accuse" du grand Léon Bloy. Compte est bon !

     

  • #2354401

    sur la première question, apprendre la philo : les que-sais-je sont bien, il y a aussi l’Encyclopédia Universalis qui est difficile mais complète, c’est là que j’ai appris, mais faut savoir que c’est franchement difficile d’apprendre la philo, il faut beaucoup de temps pour s’habituer au langage et à la forme d’esprit avant de pouvoir se faire une idée de ce que ça raconte et de ce que ça vaut, à mon avis faut pas compter trouver réponses aux questions que vous vous posez. (le cours de Soral en mp3 est très bien niveau philo, parfois super-profond.)

    Mais faut surtout savoir que c’est mort la philo, fini, totalement mort, parce que Hegel à achevé la philo et la théologie et pour une raison beaucoup plus profonde : ce qui caractérise la modernité et qui devient officiel dans notre post-modernité c’est -en deçà de l’achèvement hégélien- la défaite de la pensée dans l’incapacité crasse de l’humain à se penser lui-même ; post-modernité, apocalypse, fin de l’histoire, mort de l’Homme désignent ce même état de fait : l’échec, la défaite de la pensée. Même s’il ne connaissent pas forcément le détail hégelo-marxiste, les gens savent parfaitement que la pensée ne marche pas, qu’elle a conduit aux grandes guerres et exterminations du 20ème siècle, c’est ce qui définit précisément la post-modernité : personne ne va croire qu’un système philosophique puisse changer les choses, sauf en pire. Donc l’intérêt pour la philo ne peut être qu’un passe-temps nécrologique, faut pas espérer trouver une solution au monde dans la philo, c’est vraiment mort.

    Ce qui va vraiment changer la condition humaine dans un avenir relativement proche c’est l’immortalité biologique par manipulation de l’ADN.


  • #2365494

    La grande nouvelle c’est la préparation du prochain Best Seller d’Alain Soral... si dans le pays de "la liberté d’expression" une coédition avec un grand éditeur (Blanche par ex) est encore possible pour "l’ennemi médiatique numéro 1".


  • #2368586

    Hum pour en revenir à Joker cet auditeur a fait l’erreur d’en faire un film Gilet Jaune car il voulu transposer un problème français sur un film américain, or Joker traite d’une problématique très américaine qui est le déremboursement des médicaments pour les malades mentaux se qui posent de gros problèmes de sécurité aux États-Unis.

    N’ayant pas vu le film mais lu seulement quelques spoilers et avis sur Twitter je ne pourrais pas juger, cependant je pense que le film à voulu se la jouer faussement dissident afin de faire un max de pognon mais qu’au fond cela reste du Marvel movie classique c’est juste le fait que le méchant soit le héro qui le rend novateur, mais à part ça c’est tout.


Commentaires suivants