Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Stéphane Édouard – Les trolls internet sont des amoureux déçus

Le sociologue Stéphane Édouard, spécialiste des relations homme-femme, propose un postulat sur la psychologie du troll internet.

 

 

Stéphane Édouard, sur E&R :

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ah ah merci d’avoir remit le gros dentiste marseillais à son juste rôle : un paparazzi de la dissidence. Une merde quoi !


  • Sa vidéo était parfait jusqu’à ce qu’il se moque de son métier. Les soudeurs sont très demandés, faut le savoir hein !

     

    • il s’est rattrapé (maladroitement) comme il a pu, mais on sent une certaine condescendance et un melon aussi gros qu’une mongolfière.

      à noter : un troll se déroule sur un forum, sur un sujet précis, ici il s’agit de messagerie privée.


    • On sent un certain règlement de compte perso dans son sujet sur les troll et quand il y a règlement de compte il y a souvent une part d’orgueil ou de fierté qui ressort.

      Tout le monde à un moment de sa vie peut se retrouver dans une situation de "pompage affectif", là où il a raison c’est que les hommes qui n’ont pas fait la nécessaire rupture affective d’éloignement du cocon familial "dans les temps" sont les plus touchés par ce mal qui détruit toute relation dans lesquels ils s’investissent éspèrant y trouver leur salut (ou leur sein maternel).


    • Tout à fait. C’est un mal quasi générationnel. Cela dit, se pose la question de l’empathie et j’allais écrire, de la sympathie qu’on peut avoir pour son prochain étant donné qu’on arrive à analyser ce mal. Personnellement, il m’est impossible de ne pas répondre à quelqu’un qui m’envoie une longue lettre, encore plus s’il montre une fragilité et s’ouvre à moi.. après, un "Merci pour votre intérêt, mais je ne tiens pas à prolonger nos échanges au delà du phone coaching. Bon courage pour votre nouvelle vie au Canada" a le mérite d’être clair, respectueux et décisif.
      Ca prend 10 secondes s’il s’agit d’un cas unique, 5 minutes s’il s’agit de 10 ou 20 personnes, après, au vu du nombres bas de visionnages de sa chaine youtube, je ne pense pas qu’il reçoive 100 lettres de ce genre par jour.
      Chacun est différent, Stéphane est plus un "procédurier logique" (il n’a pas payé = je ne dois rien à cette personne = je ne lui réponds pas). il en faut aussi.


  • (Il a raison Édouard, Apple çà marche vraiment très bien et longtemps, mais c’est pas donné c’est vrai...)
    Les réseaux virtuels (et non pas "sociaux") çà peut être très néfaste et une grosse perte de temps pour ceux qui ne sont pas psychiquement stables ou frustrés (et c’est normal de l’être dans ce monde de tarés), mais décrochez, et collez plutôt au réel...
    Maintenant pour ceux qui ont un manque affectif je leur recommande la chaîne de l’ex Nomade patriote, "Sex Workout".
    On le dit pas assez - parce que c’est invisible - mais ce qui rend la vie tragique c’est réellement cette mésentente entre l’homme et la femme. Du coup beaucoup rêvent leur vie au lieu de la vivre sans même s’en rendre compte - et l’écran (ou plus généralement la consommation) est un moyen facile de fuite et d’évasion.


  • @Stephane

    Exactement la meme psychologie que le troll des années 80 décrit par Scorsese dans Taxi Driver / King of Comedy, la seule différence c’est l’internet.

    ps : la méprise de classe pas cool, je pense qu’il y a des trolls dans la haute société, la seule différence c’est qu’il sont moins - question de nombre, mais la proportion doit etre la meme.


  • 1) Les trolls sont toujours accusés d’être des ratés, des marginaux. Mais dans le monde dans lequel on vit, n’est ce pas bon signe de ne pas avoir réussi ( : à devenir une merde comme les autres) ?

    2) Quel est le problème avec la provocation ? Elle est plus stimulante et souvent plus profonde que les discussions qui se veulent factuelles.

    3) Oui, ils ne feraient pas ça comme ça dans la vie réelle. Et donc ? On écrit pas comme on parle et on ne parle pas au bureau comme on parle au bistrot.


  • j’ai regardé mais franchement et je n’ai pas trouvé très intéressante cette vidéo.
    Bon , il y a sans doute un message caché a l adresse de quelque fans dans ce partage .


  • On peut aussi être ouvrier parce qu’on est trop lucide... Je pourrais l’expliquer mais ca risque d’être long... Même si il a des qualités d’analyses intéressante Edouard manque sans doute de cette lucidité liée à l’humilité véritable. L’intérêt pour la réussite personnelle et hiérarchique ne pouvant pas aller de pair avec une véritable compréhension non pas de la société mais des "mystères" qui sous tendent l’existence elle même. Ce qui est tout de même d’un autre niveau de sérieux. Jésus était bien menuisier ou charpentier il était pas banquier ou chef d’une exploitation. En disant qu’il serait chef et non pas simple ouvrier il valide aussi le capitalisme et la pseudo logique consumériste bien plus qu’avec son mac. Il est en effet difficile d’être un chercheur de vérité absolue conséquent. La société vous rejettera et si vous en obtenez des fruits et un vrai confort il faudra alors se poser des questions et choisir. Pour finir justifier le règlement d’un différent personnel sous prétexte d’un postulat à moitié foireux témoigne d’un individualisme et d’un centrisme qui confirme que ses analyses ne pourront pas dépasser une certaine limite de profondeur. On ne peut définitivement pas cheminer vers le profit et vers la vérité en même temps. Ses analyses sont donc intéressantes mais pour fournir un support de réflexion en ce qui me concerne. J’apprécie toutefois une certaine finesse en lui du fait qu’elle est si rare aujourd’hui.