Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : mardi 9 mai 2017

La France qui fait honte : “foodeuses” du Figaro, “interculturalité” d’Anne Hidalgo, électeurs de Macron “sans adhésion”

 

 

L’objet de cette chronique parfois un peu sauvage n’est pas de se moquer des autres, des gens différents. Il n’y a ici ni racisme de classe ni racisme de race. Peut-être une pointe d’huile d’olive première pression à froid de racisme intellectuel, et encore. Quand on ouvre un grand livre, on se sent tout petit, on prend conscience du chemin intellectuel qu’il reste à faire, et on se remet au boulot. Rien de tel qu’une bonne claque pour remettre les compteurs de la vanité à zéro ! Car le vaniteux n’apprend rien. Seule l’humilité donne accès aux choses. C’est le sens du message du Christ qui dit, enfin qui disait : « Soyez comme des enfants. »

 

 

Après ce prélude de très haut niveau, passons au fil rouge du jour. Le fil rouge était cette épreuve de l’émission de télé Intervilles, où des représentants des villes françaises s’affrontaient dans des épreuves rigolotes. C’était un peu les JO du pauvre et de la déconne. À l’époque, les années 60, la France était en paix : plein emploi, croissance folle, rayonnement international, viande rouge, bombe atomique, Bardot. On va arrêter là parce que sinon ça va faire trop mal. Le jeune président qui vient d’être élu, et bien élu – 66% des voix – est l’incarnation d’une France qui a changé. Elle va moins bien, elle en chie, mais c’est souvent dans la tête que ça se passe, même si le chômage de masse est une réalité bien dure.

Quand on écoute ceux qui ont pour tâche de guider les Français, les « journalistes » et les hommes « politiques », parfois, on prend peur. Mais on n’en oublie pas les « électeurs », qui sont loin d’être parfaits. On va commencer par une « politique ».
Voici les deux communications de l’Anne de Paris après le Conseil de Paris du jour...

 

 

 

Oui, vous avez bien lu, la « participation citoyenne inclusive » et « l’interculturalité ». Pendant ce temps-là, Mamadou ramasse les poubelles dans les rues du XVIIIe. Le gros pipeau socialiste continue à jouer pour masquer la réalité, qui déborde de tous les côtés. Pas étonnant que Hamon ait pris une veste. On rappelle, juste pour la cruauté, les scores du PS depuis 1974. Premier tour en 74, Mitterrand pour l’union de la gauche rafle 43,25% des voix. Seul, il fait encore 25,85% au premier tour de 1981, puis 34,11 en 1988. Jospin descend à 23,3% en 1995, on sent que c’est déjà plus le même calibre, et carrément 16,18% en 2002 (avec une gauche totalement désunie), Ségolène remonte à 25,87 en 2007, Hollande fait 28,63 en 2012 (quand même !) et enfin Hamon achève la parenthèse socialiste avec un piteux 6,36 en 2017. Un score de taupe qui va se cacher sous les pierres.

Quand on parle « métissage » et « interculturalité » en période de hausse du chômage et des prix (merci l’euro), on ne peut pas faire des miracles. Le PS c’est un peu comme l’art contemporain : beaucoup de grandes phrases qui cachent des insultes à l’intelligence et de la pollution de l’œil. Le « politique », c’est réglé. Passons au « journaliste ».

Dans la même veine farfelue et hors du temps, on a les « foodeuses » de Madame Figaro, ou du Figaro Madame, le journal qui vante l’art de vivre pour celles qui en ont le temps et les moyens. Le canard qui s’adresse à la bourgeoisie française a lancé une offensive pour promouvoir la « digital food ».

Pur produit de la génération Y, la foodtech a franchi les frontières de la Californie pour déferler en France. Qui l’aurait prédit au pays de Jean-Pierre Coffe, du marché du dimanche et des étoiles Michelin ? Mais c’est un raz de marée. La fièvre culinaire met le Web en e-bullition, aiguisant les appétits des investisseurs, attirant les grands noms du capital-risque. Et à la proue de ces start-up, on trouve très souvent des jeunes femmes.

 

 

Après cette petite blague du Sud-Ouest et une lecture en profondeur de l’article, il semble que la « digital food » soit juste de la vente de bouffe sur place ou à domicile. Mais comme ça vient de « Californie », il faut prendre des pincettes syntaxiques pour un max de respect. Voici la première des six élues de Madame Figaro :

Pour StartHer, le collectif qui scanne les vocations tech et entrepreneuriales les plus pointues (ex-Girls in Paris), elle fait partie des dix femmes à suivre. À 28 ans, Julia Bijaoui a réussi le tour de force de faire de Frichti une des plus belles réussites de la food connection. En 2015, cette diplômée de HEC décide de concilier son appétit healthy avec sa soif d’entreprendre.

Il faut avouer que nous nous sommes un peu désintéressés de l’article, pour nous consacrer à l’avalanche de franglais : la eat-girl, appétit healthy, veggie, no glu, brunch, snack, cook angels, le kit à cookies végans, Eatrip, FoodChéri, energy ball cacao, cook lab... Écoutons les foodeuses :

Le déclic pour vous ?
Julia Bijaoui : « Ras-le-bol de dîner sushis tous les soirs, basta des pasta par manque de temps. Je suis ma première cliente. »

L’esprit foodtech, c’est quoi ?
Charlotte Sieradzki et Joy Solal : « Avoir la tête dans la tech, les mains dans la food, avec le même niveau d’exigence. »

 

JPEG - 147.9 ko
Rebecca glam food pop love crunch

 

Dans le dossier suivant « Trois green influenceuses à suivre », voici « Rebecca Leffler, l’icône green et glam ». Sa signature : « Feel good, look good, do good ». En dessert, la bio de Rebec :

Après des années à arpenter les tapis rouges en tant que journaliste cinéma pour Canal +, Rebecca Leffler décide de changer de mode de vie et d’alimentation. Cette adepte du yoga défend aujourd’hui la « good mood food ».

Voilà, on pense avoir tout dit sur le phénomène. Où est-ce qu’on veut en venir ? Attendez la troisième partie du puzzle. Elle émane du Monde, grand pourvoyeur d’articles oligarchiques en gros, demi-gros et détail. Celui-ci vaut son pesant de look good do good.

« Nous avons voté pour Macron, mais ce n’est en rien un vote d’adhésion »

Ils sont 35 000, tous ont voté Macron, mais ils veulent que le nouveau président de la ROF (République Oligarchique de France) sache que c’est un vote par défaut. En gros c’était pour pas voter Le Pen. Ce que tous les médias leur ont demandé de faire. Une douzaine d’entre eux a manifesté lundi 8 mai devant le siège d’En Marche ! dans le XVe arrondissement parisien. Ils veulent que Macron prenne en compte leur vote « pas pour » selon trois grands principes (il y en a 9 en tout mais on va pas tout balancer) : « Une France juste », « Une France durable », « Une France démocratique ».Quelle insolence ! Culottés les copains d’Eliott et Marie-Céline ! Le nouveau pouvoir (en fait il a pas tellement changé le pouvoir, il a juste mis Macron à la place de François le Cramé) va-t-il tenir sous le choc ?

« L’idée était de faire barrage au Front national en votant pour Emmanuel Macron, mais en soulignant que nous ne soutenons pas son projet, que nous restons une force d’opposition citoyenne, pour ne pas perdre cinq ans de plus », résume Elliot Lepers, qui était, au côté de la militante féministe Caroline de Haas, l’un des initiateurs de la pétition contre la loi travail signée par plus de 1,3 million de personnes.

 

Les andouilles parlent aux andouilles

« Moi, je veux de la démocratie. Je veux lui rappeler en tant que citoyenne que j’ai des droits » (Séverine)

Tu as surtout le droit de te faire rouler dessus par le bulldozer de l’oligarchie, Séverine. Et justement, les 12 apôtres de la Grande Croyance Électorale se sont fait bloquer par un barrage policier. Heureusement, écrit Le Monde, ils « ont croisé Benjamin Griveaux, porte-parole du mouvement. Peu enclin à engager le dialogue, il les a invités à lui “envoyer un mail” ».

Moralité : il va falloir se résoudre à partager le processus électoral avec ces naïfs 7e dan, ces haut gradés de la Franche-maConnerie, ces Aigles de l’Ordre Suprême de l’Andouillerie, ces Illuminés de l’Extinction neuronale.
Comment (re)faire une France forte avec ces mollusques, ces food glam pop green food top curry vegan et cette Anne interculturalité Hidalgo ?
Problème de très haut niveau qui devrait être confié à un très grand mathématicien, et ça tombe bien, puisque dans l’escarcelle du Macron, il y a Cédric Villani. Le dandy foufou a intérêt à faire fort dans sa démonstration parce que là, c’est pas gagné.

Voir aussi :

23 juin
Un jour en France : vendredi 23 juin 2017
La vérité sur les affaires NKM, Grégory et Hanouna
18
22 juin
Un jour en France : jeudi 22 juin 2017
Zemmour défonce (Aurore) Bergé, le cinoche Mélenchon, Macron un Roi seul ?
23
21 juin
Un jour en France : mercredi 21 juin 2017
Fête de la Musique mondiale, Starbucks aime les migrants, les multi(anti)nationales
13
20 juin
Un jour en France : mardi 20 juin 2017
Alerte canicule, alerte terrorisme social, deux morts pour la France
31
19 juin
Un jour en France : lundi 19 juin 2017
Lendemain de cuite politique
24
16 juin
Un jour en France : vendredi 16 juin 2017
La France dit adieu à Helmut Kohl, le bac d’histoire-géo, l’affaire Grégory-Bayrou
11
15 juin
Un jour en France : jeudi 15 juin 2017
Le petit Grégory rebondit, Hidalgo reine du chemsex, Booba corrige le bac de philo
37
14 juin
Un jour en France : mercredi 14 juin 2017
Sauvez Najat !, sauvez Bayrou !, sauvez l’école !
13
13 juin
Un jour en France : mardi 13 juin 2017
Musée de l’Homme antiraciste, députée LREM foireuse, Michel Onfray est Dieu
57
12 juin
Un jour en France : lundi 12 juin 2017
La mort du politique, la naissance de l’a-politique, et la victoire des mathématiques
31
9 juin
Un jour en France : vendredi 9 juin 2017
Blanquer dénajatise l’école, le boum du télétravail, Hanouna contre le CSA
10
8 juin
Un jour en France : jeudi 8 juin 2017
Taxi 5 sans Samy Naceri, Yannick Noah paye sa prune, Lefebvre balance et Griveaux blanchit
9
7 juin
Un jour en France : mercredi 7 juin 2017
Le Quasimodo de Notre-Dame, Barbier sur Macron TV, suicide paysan
13
6 juin
Un jour en France : mardi 6 juin 2017
Taddeï dans le cul chic, Dieudonné contre le Giflé (Valls), une Seconde Guerre mondiale sans guerre
11
5 juin
Un jour en France : lundi 5 juin 2017
Ruquier "cocufié" par Mélenchon, Drucker "déplacé" sur France 2, Les Enfants de la télé sans Arthur
8
2 juin
Un jour en France : vendredi 2 juin 2017
Thomas Pesquet atterrit, un Sénégalais patriote, Têtu contre les Grosses Têtes
24
1er juin
Un jour en France : jeudi 1er juin 2017
Aubenas se paye Ruffin, Tony Parker lâche Najat, la semaine de 4 jours
5
31 mai
Un jour en France : mercredi 31 mai 2017
Maxime Hamou dérape, Hanouna contre les gays, StreetPress dénonce
16
30 mai
Un jour en France : mardi 30 mai 2017
Arte antisémite ?, Blanche allume Polanski, Diane Kruger l’antinazie primaire
18
29 mai
Un jour en France : lundi 29 mai 2017
La milice Act Up primée à Cannes, la SNCF contre le public, Despentes dévisse
24
26 mai
Un jour en France : vendredi 26 mai 2017
Burkini contre nudité à Cannes, les LGBT en Corse, Ozon le cul
28
25 mai
Un jour en France : jeudi 25 mai 2017
Collomb ministre des Gaffes, Ferrand dans la merde, Schiappa et le sexe, Nyssen à l’assaut du Ridicule (8991m)
15
24 mai
Un jour en France : mercredi 24 mai 2017
Godard par Hazanavicius, Rodin par Doillon, le fils Garrel et la fille Higelin
25
23 mai
Un jour en France : mardi 23 mai 2017
Hanouna l’homo, les (gros) nichons d’Afida Turner, Clitorine de Haas
20
22 mai
Un jour en France : lundi 22 mai 2017
France/Brésil en pots-de-vins sous-marins, les gros sponsors du Macron, L’Anne Hidalgo sur la sellette
3

L’impasse du gauchisme, les conséquences du féminisme
et les splendeurs de l’analphabétisme,
sont à découvrir sur Kontre Kulture

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1723777
    le 09/05/2017 par paramesh
    Un jour en France : mardi 9 mai 2017

    A propos de Maïté,un classique :
    le repas de noél cuit à la cheminée, rien que la giclée d’armagnac est d’anthologie
    https://www.youtube.com/watch?v=at3...
    ça c’est la France bordel.

     

    • #1723889
      le 09/05/2017 par Dani
      Un jour en France : mardi 9 mai 2017

      lol, veganisme = Wahhabisme.


    • #1724300
      le 10/05/2017 par Elisa
      Un jour en France : mardi 9 mai 2017

      @paramesh : je pense qu’il ne faut pas tomber dans le piège de rejeter par principe tout ce que font les bobos/progressistes. On tomberait dans une sorte de caricature du macho beauf franchouillard bouffeur de viande (avec le cholestérol qui va avec), modèle qui ne fait pas rêver non plus. Si la mode du vegan m’exaspère, Maïté m’exaspérait tout autant. Elle n’a jamais donné l’envie de cuisiner à personne, et son émission était plus une émission comique qu’un hommage à la cuisine française. Bien que nostalgique de la France d’avant sur bien des points, j’aime le renouveau qu’il y a eu dans la cuisine, et un Philippe Etchebest incarne bien mieux la cuisine française par son mélange de modernité et de virilité. Sans tomber dans la secte vegan, manger moins de viande n’est pas absurde. Manger plus de légumes, de fruits, de fruits secs, non plus. Une des rares qualités des bobos, c’est leur attrait pour une nourriture saine....alors oui, c’est l’avalanche d’anglicismes à visée marketing, un peu comme le McDo y’a 30 ans.... mais proposer des plats sains à prix raisonnables, c’est quand même pas l’anti-France.


    • #1724450
      le 10/05/2017 par Eric
      Un jour en France : mardi 9 mai 2017

      Très juste @Elisa. S’agissant du message de @Dani, no comment !


    • #1724468
      le 10/05/2017 par Stormhorse
      Un jour en France : mardi 9 mai 2017

      @Elisa : Par le passé et avant la terreur hygiéniste, les français, même s’ils mangeaient de la viande, savaient raison garder, déjà parce que elle coutait chère et comme elle avait un prix, elle avait une valeur, donc le plus souvent c’était le dimanche que l’on sortait la pièce de bœuf du boucher. Le plus souvent les viandes les plus abordables étaient les volailles ou le lapin moins grasses et plus digestes qu’ils élevaient eux-même comme mes grand-parents.

      Nous étions à des années lumières des pièces de bœuf de 600 g que s’engouffrent aujourd’hui les américains.

      Sur Maïté ce que vous dites n’est pas juste, de nombreuses recettes qu’elle présentait étaient traditionnelles et pratiquées encore couramment à l’époque de la diffusion de ses émissions (1983-99). Celle en exemple ici, est effectivement une caricature teintée d’autocritique sur la "malbouffe", personne de normalement constitué pouvant se baffrer le burger présenté, même de taille normale !

      Quand aux graines, personnes ne me fera ingurgiter de la bouffe de piaf !!!

      Sans parler de wahabisme qui est effectivement un poil exagéré, les bobos ont une telle conscience d’eux-même comme membre du grand parti du bien qu’ils passent leur temps à se regarder le nombril et tout ce qu’il y a autour et réfléchissent à tous ce qui pourrait être bien et bon pour leur petit corps d’urbains hors-sol, leurs activités professionnelles tertiaires n’arrivant pas à bruler assez de calories. Quant on travaille durement, on mange en conséquence mais avec raison (avec un budget de la classe ouvrière).


  • #1723823
    le 09/05/2017 par Pascal
    Un jour en France : mardi 9 mai 2017

    Vous auriez pu mettre aussi un extrait du "tatoué" quand Jean Gabin dit :
    "Ca va dans la lune avec du coca cola et des ordinateurs mais ça bouffe du gigot à la confiture !"
    https://www.youtube.com/watch?v=w1j...


  • #1723873
    le 09/05/2017 par EnochPowell
    Un jour en France : mardi 9 mai 2017

    Il y avait les mêmes lors de l’écroulement de l’empire romain ?

    Pour information, le générique de La cuisine des mousquetaires était la Sonate a quattro n°1 en sol Majeur - moderato.


  • #1723884
    le 09/05/2017 par emeraldias
    Un jour en France : mardi 9 mai 2017

    j’ai rien compris à ce qu’elles mangeaient au final. Le hamburger de Maite correspond en revanche à un magnifique clin d’oeil et à une belle "assiette" concrète et non pas à un concept d’idée de bouffe fumeux

     

  • #1724071
    le 10/05/2017 par Stormhorse
    Un jour en France : mardi 9 mai 2017

    L’autre jour je me suis mangé une tête de veau sauce gribiche (avec les pieds de cochons ce sont deux petits péchés mignons) et j’ai une petite pensée pour Chirac qui adorait ce plat, on n’était pas d’accord sur tout (sur pas grand chose pour tout dire) mais là on se rejoignaient.

    J’emmerde les "vegans" et les "foodeuses" (ce sont souvent les même), comme disait le père Soral il y a belle lurette, quand les femmes investissent une spécialité, il faut s’attendre à un déclin massif de la dite spécialité. Comme il ne nous restait que la bouffe question exception culturelle...

     

    • #1724752
      le 10/05/2017 par Demacronisator
      Un jour en France : mardi 9 mai 2017

      Excellent, j’adore aussi la tête de veau sauce gribiche et les pieds de porc ! Ça fait du bien d’entendre ça après toute cette avalanche de niaiseries franglaises de bouffe de "pétasse" dégénérée, franchement, appelons un chat un chat. La fin de l’article m’a beaucoup fait rire aussi. J’aime bien me réinformer ici !


  • #1724154
    le 10/05/2017 par redsniper06
    Un jour en France : mardi 9 mai 2017

    Si Macron aime bien les cordons bleus ...les français aiment bien les andouilles !!!...


  • #1724247
    le 10/05/2017 par Cécile
    Un jour en France : mardi 9 mai 2017

    Ahah Merci pour Maïté et le cordon bleu !


  • #1724305

    Belle introduction, bien que le côté Sauvage n’inclut en vérité aucune critique. La vertu du Sauvage est de mettre le doigt sur ce qui n’est pas juste et surtout d’apporter de quoi redonner une dimension saine à ce qui est en détresse : l’acte de Conscience. Il n’y à rien d’autre à penser dans le système...

    C’est bien pourquoi l’’’on’’ a rapporté du passé ’’Soyez comme des enfants’’, parce que jusqu’à un certain âge la relation entre le corps et l’âme (la Conscience étant le cerveau de l’âme) se fait directement, mais hélas, sans Enracinement du corps chez les civilisés, la relation à l’âme devient compliquée à l’âge adulte...