Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

À qui profite la formation d’une droite "hors les murs" ?

La démission de Chauprade n’est qu’une étape supplémentaire dans le projet buissonien de Droite « hors les murs », qui se dessine depuis déjà plusieurs semaines.

Le démarrage médiatique de cette opération remonte à la sortie du livre de Philippe de Villiers, Le moment est venu de dire ce que j’ai vu, voire à la sortie de l’ouvrage de Geoffroy Lejeune intitulé Une élection ordinaire.

Et depuis, des éléments épars, qu’il faut faire l’effort de recouper, vont tous dans cette direction.

Robert Ménard s’en fait le héraut dès qu’on lui tend un micro sur l’air bien connu du : « fédérer toutes les bonnes volontés de la droite patriote et populaire ». Henri Guaino, lui, chante les louanges de Marion Maréchal-Le Pen, cette dernière rencontre Patrick Buisson, Nicolas Dupont-Aignan tempère certaines de ses critiques à l’égard de membres du FN susceptibles d’abandonner Marine Le Pen, Villiers félicite Dupont-Aignan pour son parcours et sa permanence doctrinale, Aymeric Chauprade quitte le FN et demande à Villiers de reconsidérer « son abandon définitif de la politique ».

On peut faire le pari que dans les prochaines semaines des personnages comme Christian Vanneste, Dominique Jamet et des transfuges de la Droite populaire (l’aile droitière de l’UMP) viendront se joindre au cortège.

Le relais-médiatique tout désigné de cette opération Droite « hors les murs » sera évidemment Éric Zemmour. Et l’organe officiel du « parti » : Valeurs actuelles. On mettra aussi en avant certaines « prises de guerre » venant de la rive gauche du spectre politico-intellectuel, à commencer par Michel Onfray, qui a déjà été approché par plusieurs des personnes précitées. [...]

La question est : contre qui sera tournée cette tentative de reconfiguration de la Droite ? [...]

Si la Droite « hors les murs » n’avait pas surgi dans l’esprit de Patrick Buisson, Cambadélis la lui aurait soufflée tendrement à l’oreille.

Lire l’intégralité de l’article sur agenceinfolibre.fr

Voir aussi, sur E&R :

Décrypter l’actualité politique avec Kontre Kulture :

Retrouvez Maurice Gendre chez Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1315008

    Je l’avais pas vu venir, mais j’espère que Maurice Gendre va y revenir sur Méridien Zéro.

    En réalité, les articles se développent sur ce phénomène ("les démons de la droite" en une de l’Express, Zemmour président en couverture de Valeurs Actuelles et cette semaine c’est De Villiers, ou un autre article trouvé dans Challenges).

    L’avis de Gabrielle Cluzel, journalise à Bv Voltaire, qui bien qu’elle aie de nobles valeurs, mais plus riche sur l’échelle sociale (et donc pouvant plus être séduite) est plus mitigée sur cette dream team dans son dernier papier, celle-ci redoutant un éparpillement du vote FN.

    Il est peut-être encore un peu trop tôt pour se prononcer.

    Mais concrètement on a :

    - Un F.M. partisan du choc des civilisations (Chauprade) qui fait des appels du pied au très catholique et royaliste De Villiers (cherchez l’erreur).

    - Un auteur à succès sur les trahisons des politiques (De Villiers) s’alliant avec l’ex-conseiller de N. Sarkozy (P. Buisson) actuellement entendu sur 3 millions pour sondages surfacturés quand son ancien patron était aux manettes.

    - Un éditorialiste politique qui n’a jamais vraiment quitté la France pour un reportage (contrairement à R. Ménard) que l’on aimerait placer sur une orbite vers l’Élysée qui se donne la main avec un autre pestiféré des médias mainstream, philosophe athée et créateur d’universités populaires (Onfray).

    Bonjour les antagonismes.

    Mais qui mène vraiment le jeu dans tout ça ? Là est la clé de l’énigme.

     

    • De toute façon faut que ça change, on ne peut plus rester comme ça avec le théatre de guignol qu’on a.



    • Mais qui mène vraiment le jeu dans tout ça ? Là est la clé de l’énigme.




      À mon avis personne, car tous ces acteurs sont indépendants les uns les autres.


    • #1315098

      @ Mandylion

      Tu veux parler des guignols actuellement aux manettes ? Sur ça je suis d’accord.

      Mais question de remette le compteur à zéro dans la maison France, on peut dire que l’on a vraiment l’embarras du choix de nos jours.

      Objectivement, je trouve que ça reste en réalité très société de consommation.

      Ah, la démocrassie.


    • Depuis 30 ans, cette droite à la Dupont gnangnan fait des scores à moins de 5% au premier tour et se rallie à l’ UMP, RPR, RPF ...etc au deuxième . Ils ne sont là que pour pomper des voix au FN au premier tour , en jouant sur l’illusion d’une vraie démocratie , et servir de réservoir de voix de secours au deuxième , en échange d’un maroquin , ou d’une sinécure confortable et ou l’on mange bien !


    • Les dissensions sont choses naturelles, humaines et compréhensibles, en tous les cas inévitables, et donc il est vain de les déplorer au lieu de les comprendre. Après, à chacun de faire la part des choses pour se faire son propre avis et ses analyses en fonction de ce que disent les uns et les autres. Ici, en l’occurrence, je crois que ce sont les médias qui ont tout intérêt à capitaliser sur ces divisions, par un conservatisme tout à fait logique. Charge par ailleurs aux principales " têtes de gondole " politiques de savoir fédérer autour d’elles, car il ne sert à rien de venir ensuite pleurer. La caporalisation, ça ne marche jamais durablement et ce n’est de toute façon jamais rien d’autre qu’un aveu d’échec.


  • Tout court à favoriser François Hollande.

    La montée du FN corrélée à la division de l’UMP en une frange Juppette molle et une recomposition droite Pasqua qui s’annonce autour de l’agité du bocage Villiers (+ tous ceux qui le veulent : Morano, Chauprade, Guaino, Sarkozy, Fillon...)

    Dès lors UMP en morceaux, Hollande et FN au deuxième tour, Hollande vainqueur. Un vrai petit Mitterrand ! Le seul problème sera de rassembler la "gauche" au premier tour.


  • Tous ces individus méprisent la démocratie car ils prétendent être des êtres supérieurs. Ne comptez pas sur eux pour prôner la suppression des partis politiques.


  • #1315180
    le 11/11/2015 par The Shoavengers, le réveil de la Farce
    À qui profite la formation d’une droite "hors les murs" ?

    Cher Maurice Gendre, vous avez oublié Philippe Bilger. Ainsi vous avez là l’essentiel du staf et de la ligne éditoriale de Boulevard Voltaire. Félicitations pour ce décryptage.
    Cela dit, électoralement, toutes ces secondes têtes d’affiche ne valent quasiment rien. En plus ils ne respectent pas la parité. Que des hommes. Monter une formation politique en si peu de temps est irréaliste sans réseaux de soutiens.
    Que cachent toutes ces manoeuvres ?


  • En France comme en Italie, on a toujours eu une droite nationaliste qui appréciait fort peu l’alignement atlantiste du vieux continent. En France, il s’agissait de la droite gaulliste. En Italie, les néofasciste, même s’ils furent en grande partie infiltrés par les réseaux "Gladio", rejetaient la démocratie chrétienne pantin de Washington. Et même au sein de la démocratie chrétienne trouvait-on des éléments qui souhaitaient s’affranchir de la tutelle yankee. Comme le regretté Aldo Moro qui déplaisait autant à Washington qu’à Tel aviv (il faut se rappeler que le Pacte Moro accordait aux résistants palestiniens le droit de circuler sur le territoire italien).
    Depuis que Marine Le Pen a accédé à la présidence du FN, ce parti est devenu l’incarnation de la droite gaulliste, c’est à dire d’une droite souhaitant libérer le pays des influences étrangères. Favorable à un monde multipolaire, elle fait peur à Washington.
    Le point commun entre toutes les personnalités de droite citées dans l’article ? Depuis le Young leader Dupont Aignant, en passant par l’ex président de RSF, Robert Ménard, ONG de laquelle Jean-Claude Guillebaud démissionna tant elle lui semblait s’aligner systématiquement sur les positions des néo-conservateurs judéo-yankee), pour terminer par Philippe de Villiers issu d’une famille violemment anti-gaulliste, famille que semble caresser dans le sens du poil le pouvoir actuel puisque son frère Pierre de Villiers a été nommé en 2014 chef d’Etat major des armées, les Etats Unis et Israël ne sont pas perçus comme des menaces pour la paix mondiale, mais comme des alliés fidèles. Ils veulent créer un nouveau CNI, parti conservateur, libéral et atlantiste, qui fut dirigé par le pédophile Antoine Pinay.


  • La Droite "hors les murs", ça sera un regroupement et une fade copie d’Egalité et Réconciliation, mais évidemment sans les couilles, c’est à dire sans l’anti sionisme . L’imitateur des patriotes Zemmour sera plébiscité à la place du patriote authentique Soral . " Tout ce qui n’est pas triomphe en ce monde " (Céline) .


  • Il s’agit de duper les naïfs qui ne voient pas la différence entre la copie et l’authentique .


  • Il est vrai que pour l’essentiel ces personnalités se retrouvent sur une ligne droite "dure" souverainiste et (nationale) libérale, assez pro-russe mais pas complètement anti-atlantiste non plus et plutôt pro-sioniste/ islamophobe, ce qui en fait des pions idéaux pour l’Empire et ce malgré eux (je pense surtout à de Villiers que je trouve bien naïf sur certains aspects, ce qui en fait une proie facile pour les manipulateurs et à ce titre j’espère qu’il ne reviendra pas...).
    Après, de là à redouter un siphonnage des voix du Front je ne le croit pas pour plusieurs raisons. Déjà cela a un air de déjà vu à toutes les élections depuis 20 ans. Encore faut-il que cette force politique voie le jour, rien n’est encore fait.
    Pour l’électorat populaire, ces gens sont trop marqués bourgeois et classes dirigeantes. Ils ont des convictions mais peu de charisme ; pas de quoi séduire le CGTiste de base qui vote Le Pen depuis le départ de Georges Marchais.
    De fait ils ne peuvent compter que sur un électorat correspondant à leur milieu social d’origine, classes moyennes catho de bonne famille lisant "Valeurs Actuelles", très "droite des valeurs", mais à qui il manque malheureusement la "gauche du travail". Or cet électorat n’a jamais représenté plus de 5% des voix à la présidentielle, c’était le score de Villiers en 1995.
    Par conséquent cet espace politique entre UMPS et FN est une illusion. Il n’existe pas et n’a jamais existé autrement que dans "l’offre" virtuelle médiatique, dans le seul but d’enlever des voix au FN. Voix qui feront cruellement défaut au premier tour, mais qui cette fois devraient revenir au second ; c’est ça qui est nouveau car avant il y a rarement eu de FN au second tour... Et que la "gauche" risque de partir aussi très désunie, la "popularité" du PS devrait faire le reste, leur électeurs déçus des classes pop vont bien aller quelque part...


  • #1315536

    J’ai quand même le sentiment que certains ont tendance a avoir la critique facile.
    J’ai lu le dernier livre de Devillier et celui-ci reprends les thèmes défendus par Soral. Je ne vois pas ce que l’on peut lui reprocher, si ce n’est d’être une variante Soralienne du patriotisme Français sans évoquer le sujet qui fache de la communauté organisé. Mais l’essentiel y est !
    Si ensuite un mouvement de politique patriotique de Droite prends forme, pourquoi critiquer ou insigner une quelconque manipulation. Que voulons nous au final ? Promouvoir nos valeurs et une certaine idée de la France ou bien préférons-nous voir des complots partout et se complaire dans le dénigrement et la rancune permanente.
    De mon point de vue, toute initiative patriotique défendant les valeurs et l’indépendance de la France qui iront à l’encontre de la politique actuelle de l’UMPS et du Front variante Marine est une bonne chose pour notre pays, voilà tout !