Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Amazon : un rapport alarmant sur les conditions de travail à Montélimar

La victoire culturelle des États-Unis sur la France avec la complicité d’une classe politique corrompue c’est ça : l’apparition d’un nouvel esclavage économique.

Le modèle français, plus humain, est dévasté par le modèle américain, aussi efficace qu’inhumain, à l’image de ces espèces invasives (écureuils, écrevisses, grenouilles) qui détruisent la faune locale traditionnelle.

Que ceux qui râlent contre le modèle social français et les « avantages acquis » aillent bosser un jour pour ce nouveau taylorisme qui ajoute une surveillance impitoyable à la robotisation de l’humain.

« Des êtres humains pilotés par ordinateur », selon l’expression de Jean-Baptiste Malet, qui a infiltré « le meilleur des mondes ».

- La Rédaction d’E&R -

 


 

Exclusif. Basé sur 256 témoignages, un rapport d’expertise dévoile une situation « critique » à l’entrepôt Amazon de Montélimar, et offre un éclairage inédit sur les conditions de travail chez le e-commerçant.

 

C’est un document au contenu explosif pour Amazon. Ce rapport de 217 pages, que Capital a pu consulter, est une première dans son genre pour le géant américain du e-commerce. Mené par le cabinet Syndex de février à avril, à la demande du CHSCT, il expertise les risques psychosociaux liés aux tâches effectuées dans l’entrepôt logistique de Montélimar, une des cinq plateformes de stockage d’Amazon en France.

Basé sur les témoignages et entretiens de 256 salariés (sur les 776 travaillant en CDI sur le site), ce rapport apporte des données alarmantes sur l’impact du management « amazonien » sur la santé et le stress des employés. Il montre notamment que 44% des sondés ont déclaré avoir consulté leur médecin traitant pour un problème lié à leur travail.

Cette expertise fait suite à des alertes du médecin du travail et de la Carsat (La Caisse d’Assurance Retraite et de la Santé au Travail), adressées en 2017 au CHSCT et à la direction de la plate-forme. Elles soulignaient un « risque grave » pour les salariés. Fin 2017, la caisse gérant les accidents du travail avait déjà doublé pour trois mois le taux de cotisation d’Amazon devant le nombre de troubles musculo-squelettiques constatés.

La cadence des emplois dans la logistique est réputée usante pour la santé, entraînant ces traumatismes liés à la pénibilité et à la répétitivité des tâches. Ici, des chiffres viennent en témoigner : le rapport note entre 6,1% et 9,8% d’absences pour maladie, accident du travail ou maladie professionnelle en 2017, des taux « nettement supérieurs à 4,5%, taux au-dessus duquel on estime qu’une attention particulière doit être posée ».

 

« Une situation très préoccupante »

Dans le détail, 74% des répondants déclarent ressentir des douleurs physiques qu’ils pensent dues à leur travail, « un score très élevé ». 70% des salariés ont déclaré être en état de stress au travail (ou « job strain », cumul d’une forte demande psychologique et d’une faible latitude décisionnelle), un taux « critique » et une « situation très préoccupante », selon Syndex, la moyenne nationale étant de 25%. Un tiers des employés et 71% des cadres déclarent souffrir d’insomnies, et un quart des répondants déclarent qu’il leur arrive de pleurer à cause de leur travail, « une minorité néanmoins significative. »

Syndex souligne un climat de tension sur le site de Montélimar, et des rapports souvent envenimés entre salariés et managers. Ainsi, 79% des répondants estiment que « tout le monde n’est pas traité de manière juste ». La surveillance constante des managers est pointée du doigt : sont cités des « attitudes et propos inappropriés », des « interdictions de parler » et un « contrôle des interruptions pour aller aux toilettes ».

Lire l’article entier sur capital.fr

 

Opération communication avec l’ouverture des portes chez Amazon Saran (45) :

 

La visite de l’usine de Lille :

 

Enfin un peu de journalisme avec France 3 :

La conscience politique contre la domination du Moloch ultralibéral,
lire sur Kontre Kulture

 

Amazon et Jeff Bezos, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

56 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • On ne peut devenir l’homme le plus riche du monde, comme Jeff Bezos, qu’en étant le plus impitoyable exploiteur de ses employés .

     

  • Non seulement ces voyous surexploitent leurs employés français, mais encore ne paient-ils pas d’impôts en France, grâce à la bienveillance de Juncker, NOMME en fait président de la Commission européenne par les US ! Que fait Ducon-Macron ? Rien .


  • Ah, le rêve américain...


  • Médecin généraliste exerçant de la même manière depuis 20 ans je viens d’être convoqué par le médecin chef accompagné d’un nervi administratif, commissaire politique comptable, pour faire baisser mes chiffres d’indemnités journalières qui sont représentés pour 2/3 par les accidents du travail (cf souffrance au travail que j’ai vu exploser récemment) (contre 1/3 pour la moyenne de mes confrères prescrivant eux, 2/3 d’arrêts maladie)
    j’ai discuté "humanisme" et ils m’ont répondu "chiffres"
    Aucune limite du système, bien parti pour en marche...ou crève
    Je leur ai parlé alors, comme dirait Dieudo, des propos de mon directeur de la publication...

     

  • Le plus terrible c’est que malgré toutes ces souffrances endurées par les salariés ils arrivent encore à m’envoyer des objets en retard !

     

  • Pour comprendre comment fonctionne Amazon, lire "En Amazonie" de JB Mallet. Paru il y a 5 ans on imagine que les choses ont du empirer. Déjà on apprenait qu’un amazonien moyen marchait rapidement au moins 20 km par jour. Pas étonnant qu’il soit fatigué et ait des douleurs.


  • La course à la rentabilité. Cette situation est inévitable, et ne fera que s’aggraver malheureusement.

    Seul un pouvoir National fort aurait pu nous protéger en imposant un cadre réglementaire et des impôts payables en France.

    Malheureusement, nous sommes dans l’europe, cette union pour laquelle les Français avaient dit NON.


  • En Angleterre, memes pratiques chez Amanzon avec scandal il y a deux ou trois ans.
    Amazon payait en-dessous du salaire minimum, et pas 1 ou 2 centimes ou pennies, mais jusqu’a 40% ou 50% en faisant gerer les ressources humaines par des agences d’interim douteuses ou en utilisant des contrats "self employed" payés a la tache.

    En fait des tacherons, a qui il est demandé de payer eux-meme certaines charges liées aux conditions de leur emplois.

    Ci-dessous un exemple des cadences :

    https://www.independent.co.uk/news/...

    Le resultat de ces pratiques, pour le capital Amazon, c’est un doublement du chiffre d’affaire et des dividendes records :

    https://www.marketwatch.com/story/a...


  • De toute façon, peu de personnnes bougeront vraiment en France tant qu’il y aura à manger dans l’assiette, de l’essence pour la bagnole, que l’argent sur le compte y est encore, que les vacances sont assurées et la propriété immobilière garantie. Malgré les attentats, les migrants, le chômage, l’exploitation des travailleurs, les tâxes et retâxes, les Français non seulement ne bougeront pas mais revôteront Macron en 2022.

     

  • Bientôt l’obligation d’être un homme augmenté pour pouvoir travailler afin de concurrencer les robots ? ça pourrait faire un excellent sujet de film dystopique vous ne croyez pas ?

    Quoi que chez Amazon il semble qu’on ai pas besoin d’être implanté pour devenir une machine.

    Est-ce l’un des principaux but du transhumanisme ? Transformer l’homme en machine afin d’augmenter la productivité et de réduire les coûts ?


  • Vous comprenez pourquoi ils précarisent le boulot en France ? parce que des boîtes ce genre il y a 50 ans, ils n’auraient pas trouvé un seul employé . Autrefois, les gens bossés, mais il y avait de l’humanisme, de la reconnaissance pour un travail bien fait ,on faisait carrière .Aujourd’hui ils montent des multinationales énormes pour se retrouver les seuls employeurs capables de nous faire bouffer, ou c’est l’ANPE .Marche, ou crève . C’est beau le progrès .

     

  • Alors qu’on fait tout pour humaniser les robots, on fait tout pour robotiser les humains..

     

  • Quelle idée de veauter ma crotte aussi, ils se croient tout permis maintenant. Bizarre que :
    - les consommateurs puissent encore avoir les moyens d’acheter ;
    - on puisse être en arrêt de travail (attention au jour de carence !) ;
    - il y ait toujours des médecins.
    Mais cette situation intolérable pour l’UE-OTANesque ne saurait durer.


  • Amamzon ou l’étape juste avant la robotisation totale de ce qu’il reste d’humain...
    Tester les aptitudes à se soumettre à l’hyper rationalisation, à courir dans des travées interminables comme des rats, à s’aligner sur le programme ordinateur ficelé sur le bras, à sourire dès qu’on vous interroge et pire... à dire à celui qui interroge : "ben oui pourquoi pas faire "carrière" chez Amazon ?".

    La nouvelle génération de 20/25 a été conditionnée mentalement à trouver ce type d’esclavage "fun" parfaitement normal. Elle croit qu’au bout, il y a un "manager N++++" qui ramasse un paquet de talbins... la chute sera douloureuse, très douloureuse...

     

    • Les plateformes d’Intégration Continue dans le service informatique emploient les mêmes méthodes tyranniques et d’assignations pour culpabilisation, d’aliénation par semi automatisation et push de mails d’alertes,… La gestion de l’humain est notamment effectuée par le tableau des humeurs avec des têtes de smileys : tout mécontentement est violemment réprimandé à l’abri des regards par la menace, la flagornerie, la calomnie, la triangulation, le mensonge, parfois le sarcasme, les propos acerbes, voire l’insulte, l’empoignade et même la violence physique (gestes déplacés,…). La responsabilité vient également de ceux qui acceptent cet état de soumission.
      Bien entendu la communication d’entreprise est conviviale, bienveillante, éco responsable (lombricompostage,… pour sauver la planète !) contre l’intolérance (le ouacisme), pour les femmes, d’agitations moléculaires (rallye des bikers, cardiotrading, course des héros,… puis yoga ouf !), la console de jeux et le multiculti off-shore par une fondation type ONG au Maroc… La totale œuf jambon fromage couscous merguez bio subway lombrics... mange ! En marche !


  • Bienvenue au XIX° siècle...

    "Le Capital" n’a jamais autant été d’actualité


  • La médiatisation de ces 217 pages de paperasse ne sert strictement à rien, ce rapport va faire du "buzz" pendant maximum 1 semaine et après ?
    Après, rien, un attentat terroriste, une coupe du monde de foot et il sera noyé dans le flot "d’information". Et puis tout le monde s’en branle car c’est partout pareil et personne ne veut vraiment se bouger pour que ça change (amorphie des peuples républicains).


  • Amazon est américain. Il est temps de chasser ces entreprises étrangères, qui appliquent un ultra libéralisme forcené, de les remplacer par des sociétés française à taille plus humaine, et considérant ses employés.
    La conclusion est simple : US GO HOME ! sortie de l’UE autre machin américain, sortie de l’OTAN, encore un machin américain, et retournons à la pleine et entière souveraineté française.

     

  • J’ai travaillé plusieurs mois chez Amazon Saran à côté d’Orléans. Je confirme absolument tout ce que l’on voit dans les vidéos. Il faut savoir qu’Amazon est le premier employeur privé de l’agglomération d’Orléans, une ville de plus de 100 000 habitants. Je voyais des gens faire plus d’une heure de route chaque jour, venant parfois d’autres départements car vivant dans des endroits ruraux sans grosses entreprises.
    Chez Amazon tout est chronométré, une course contre la montre permanente et hyper stressante. Le temps de pause comprend vos déplacements allez et retour jusqu’à la salle de pause dans un entrepôt immense et les fouilles par la sécurité.
    Les "managers" et les "leads" sont des grosses feignasses qui restent assis toute la journée derrière un pc et qui viennent vous voir pour vous expliquer que votre "prod" (productivité) est trop faible. Une "prod" fixée a un pourcentage stupide et difficilement atteignable. Je ne parle même pas du management infantile où l’on vous parle comme à des enfants.
    J’étais intérimaire comme beaucoup, plusieurs agences travaillent directement avec Amazon et sont présentes sur place. Ces agences intérims sont majoritairement constituées de femmes (et la parité alors ?). Elles sont d’une stupidité inouïe. Les femmes sont les meilleurs alliées du capital et d’un système totalitaire par leur bêtise et leur soumission absolue. Les plus grands révolutionnaires sont des hommes et ce n’est pas surprenant.
    Les agences intérim ont des techniques assez abject pour vous pousser à la démission en ne vous envoyant aucuns contrats et ne répondant jamais à vos appels. La classe politique locale se fout de ce qui se passe car ils sont ravis qu’une entreprise qui embauchent autant de gens s’installe chez eux. Le deal est là : installez vous ici et créez de l’emploi et nous on fermera les yeux sur le reste. Le turn-over est évidemment très important. Les gens qui essaient de rester sont généralement des gens des quartiers car ils sont les plus faibles socialement. Beaucoup de femmes voilées dans l’entrepôt de Saran alors que ce n’est qu’à côté d’Orléans, je n’imagine pas en région parisienne...
    Le système libérale s’épanouit dans un contexte de précarité généralisée car les gens sont prêt à tout accepter par désespoir. Je ne suis pas optimiste sur l’avenir.

     

    • #1954680

      La soumission est un qualité intrinsèque de la femme. Mais à qui ? Pas au mari mais à celui qui la paie. Une femme ne peut être soumise à deux hommes différents donc le mari se retrouve avec une femme qui devient un étrangère voire une ennemie. Et hop, on divorce.


    • Ben alors il faut devenir manager alors, voire cadre supérieur.
      Non je plaisante, ça doit être horrible de faire ce boulot, on doit se sentir très mal à l’aise au fond car on doit se sentir responsable de transformer les gens en machine et donc de les déshumaniser.

      L’homme déshumanisé, réduit à sa plus simple expression, un vecteur de productivité au service du capital, une machine imparfaite, trop humaine... Demain les robots ? Non ils sont déjà là et ils seront de plus en plus sophistiqués.

      L’homme sera-t-il obligé de fusionner avec la machine pour survivre ? Il semble que les mondialistes le poussent dans cette direction.

      Méditez ces versets de l’Apocalypse selon saint Jean de Patmos :

      Apocalypse 13

      16 : Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front,
      17 : et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom.…
      18 : C’est ici la sagesse. Que celui qui a de l’intelligence calcule le nombre de la bête. Car c’est un nombre d’homme, et son nombre est six cent soixante-six.

      Apocalypse 14
      9 : (...)Si quelqu’un adore la bête et son image, et reçoit une marque sur son front ou sur sa main,…
      10 : il boira, lui aussi, du vin de la fureur de Dieu, versé sans mélange dans la coupe de sa colère, et il sera tourmenté dans le feu et le soufre, devant les saints anges et devant l’agneau.…
      11 : Et la fumée de leur tourment monte aux siècles des siècles ; et ils n’ont de repos ni jour ni nuit, ceux qui adorent la bête et son image, et quiconque reçoit la marque de son nom.…

      La marque de la Bête c’est une métaphore pour les implants et donc le transhumanisme. C’est devenir l’esclave total de Satan et des "illuminati".


  • Taylor pas mort, et même plus vivace que jamais. Surtout quand il s’agit de faire du stockage, de l’emballage et de la logistique. Des domaines d’optimisation de la gestion de flux, pas de problèmes de fabrication, 0 rebus, 0 déchets. Le plus étonnant c’est qu’il faille encore autant de main-d’oeuvre alors que la robotique ferait un carton (ça tombe bien) Si vous voulez devenir plus riche que Bezos achetez des robots pour faire le boulot en faisant moins de malheureux, parce que c’est juste un boulot de merde sauf pour la hiérarchie et les techniciens organisation/maintenance, et le trouduc qui vous court au cul quand vous allez au ch..... et son ’’chef’’, le cake qui vous envoie sa ’’lettre’’ (celle qui vous sert au ch...)


  • Je ne sais pas pourquoi, mais ça me rappelle l’élevage des poulets en batterie.


  • Rassurez vous, ils seront bientôt remplacer par des robots...

    Industrie 4.0


  • Est-ce que le problème est le modèle d’Amazon ou le tristement mondialement célèbre "management à la française" ?

    En tous cas, en Suisse romande, la dégradation des conditions de travail est plus fortement corrélée à l’arrivée des "managers français" qu’à l’implantation des boites américaines...

    "Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton voisin et ne aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ?" - Jesus-Christ

     

    • Absolument. Voir par exemple, les jeunes " managers" mdr de LIDL par exemple. Français, pas américains...


    • Francophobie super ordinaire de Suisses romands mal dans leur peau...Toujours ce sempiternel complexe vis à vis des Français qui sont plus qualifiés et ne mettent pas la poussière sous le tapis...Les Français qui bossent en Suisse sont sélectionnés pour avoir un permis de travail donc les Suisses frustrés peuvent se la mettre derrière l oreille avant de venir exposer leur sale mentalité et leur rythme de travail super lent


    • @frouzeman : heureusement pour vous que le ridicule ne tue pas ! votre inversion accusatoire relève soit du pathologique soit de l’orgueil blessé... seriez-vous un indigne représantant de l’école française du management ?

      Reconciliation de la francophonie !

      Un travailleur frontalier en Suisse depuis 22 ans.


  • Pouah, et dire que pas loin de chez moi, les préparateurs de commande d’un entrepôt LIDL on fait gréve... parce que leur logiciel qui les commande dans leur oreillette ne captait pas l’accent du sud et que ça occasionnait des pertes de primes à la productivité...
    Alors, certains sont pris des cons et en plus de ça ils en redemandent...


  • Par sa notoriété Amazon attire les regards, mais concurrence oblige, les conditions de travail sont j’imagine peu ou prou les mêmes qu’ailleurs.

    J’ai travaillé un peu chez Cdiscount en tant que préparateur de commande. (j’y suis revenu plus longtemps dans un autre service)
    Les cadences sont élevées et bien évidemment seuls les intérimaires les plus performants sont rappelés d’une semaine sur l’autre. Mais je ne m’y suis jamais senti maltraité.

    Cependant il n’y a pas de géolocalisation chez Cdiscount, et il n’est pas rare de croiser des préparateurs ou des caristes qui échangent quelques mots dans les allées.

    Les vrais forças je les ai vus chez Norbert Dentressangle (devenu XPO après le rachat par les américains).

    Je travaillais dans un entrepôt qui sous-traite pour Carrefour, et les préparateurs passe leur journée à soulever des lots de boîtes de conserve, des barils de lessive, des packs de bière, d’eau, de soda, etc...
    Le tout sous les ordres d’un logiciel informatique qui dicte les emplacements et les quantités à prélever via un casque audio.

    Il faut interagir avec ce logiciel en répondant via un micro. Mais le logiciel est souvent récalcitrant. Ce qui ajouté à la cadence à tenir et à la fatigue physique en fait un travail terriblement aliénant. Les gars paraissent parfois comme des zombies ou des robots.

    Il y avait eu un reportage "Envoyé spécial" ou "cash investigation" à ce sujet dans un entrepôt Lidl.

    Mais nul besoin des américains ou des allemands, nous savons très bien nous aussi en France créer des emplois déshumanisés.


  • A défaut d’améliorer les conditions de travail de ses employés, El Bezos a travaillé sur lui, et force est de constater qu’il avait l’air plus magnanime à ses débuts...

    http://static5.businessinsider.com/...


  • Que c’est drôle.
    - C’est dans un magazine appelé "Capital" qu’on en parle.
    - Comme si le problème c’était Amazon. Allez donc travailler un peu dans n’importe quelle usine, grand magasin et j’en passe. Et à Wall Street, les conditions de travail a.b.o.m.i.n.a.b.l.e.s., on en parle ?
    - Bref, comme il est dit dans un commentaire plus haut, c’est le genre de marronnier qu’on jette en pâture régulièrement pour se donner une pseudo-conscience de pseudo-liberté de pseudo-indignation, pour bien être prêt au moment de se rendormir.
    A relire dans six mois, juste avant les fêtes de Noël.


  • Estimez vous heureux qu’ils emploient encore des humains, leur projet est de tout robotiser ;

     

  • J’avais besoin d’un garde-manger traditionnel, en bois avec des étagères-tirettes, pour pouvoir protéger tous nos fruits, quelques légumes qui n’ont pas besoin de frigo, des farines. Comme nous n’avons pas de cave, c’est vraiment nécessaire. Le souci c’est qu’en Suisse le seul qui vendait, en ligne, ce type de garde-manger, demandait au client de se déplacer à la frontière française, car c’est là où ils sont encore produits artisanalement et que les frais de douane sont trop élevés pour la Suisse. Du coup il n’y avait qu’Amazon pour me livrer ce garde-manger. Moralité : c’était bien d’acheter du traditionnel mais dommage de devoir passer par Amazon !

     

  • J´ai un très bon ami qui travaille pour Amazon depuis 4 ans, il y est très content, et me raconte que ses collègues qui bossaient avant dans une boulangerie ou dans l´intérim ne sont pas malheureux.
    Il va régulièrement à Seattle, au siège d´Amazon, passer une semaine obligatoire de stage, beuverie et baise avec d´autres employés. Aors de quoi se plaint-on ?

    Mon très bon ami est lobbyste chez Amazon, poste que l´on obtient grâce à un passage en politique, qui donne un carnet d´adresse.
    Mon très bon ami peut m´inviter à prendre des bons repas et pas mal de vins de temps en temps. Je ne suis pas sûr qu´il soit heureux par contre. Mlaheureusement il n´est pas idiot.

     

  • À les entendre ses journalopes, Amazon est la meilleure boite du monde ou bosser avec FranceTelecom.


  • Parce que vous pensez que c’est mieux à la Fnac en ligne ? Je ne sais pas mais je ne pense pas


  • Y en a-t’il ici qui critiquent et continuent á acheter chez ah ma zone ? Je suis sûr que oui !


  • Quoi qu’il en soit, le business décomplexé a ça de bon qu’il ne fait pas de sélection... Sur Amazon on peut trouver, outre toute la chiasse habituelle, les livres politiquement incorrects qu’aucun petit libraire n’ose ou ne souhaite mettre en rayon, même quand ça pourrait rapporter un peu. J’ai acheté les mémoires de Le Pen dans une librairie qui conservait les exemplaires "en réserve". Donc il fallait connaitre le livre pour en faire la demande (et avoir envie d’en faire la demande). Sur Amazon, il était en tête des ventes sans filtre quelconque. Le libraire gauchiste qui préfère vendre du Lévy que du Le Pen ne vaut pas mieux qu’Amazon.

    Sur Amazon, on trouve aussi les livres d’Alain Soral...

    Après, vu le monstre économique que c’est, personne n’est assez naïf pour s’imaginer que derrière, la cadence de travail n’est pas soutenue.


Commentaires suivants