Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Quand l’OTAN parle...

Le général américain Philip Breedlove, Commandant en Chef des forces de l’OTAN, parlant à Kiev mercredi 26 novembre a fait une déclaration importante, qui bien entendu a été passée sous silence dans une grande part de la presse française.

Parlant de la présence possible de troupes russes dans la partie de l’Ukraine qui est sous le contrôle des forces insurgés il a précisément dit :

"The numbers that we have been using for some weeks haven’t really changed much – between eight to ten battalion task groups on the border, but that’s not the important part" [Les nombres dont nous disposons depuis plusieurs semaines n’ont pas réellement beaucoup changé – entre 8 et 10 bataillons « task groups » sur la frontière, mais ce n’est pas la partie importante].

Les mots ont un sens. Cela signifie donc que (a) il n’y a pas eu « d’invasion » de l’Ukraine comme l’ont abondamment proclamé les journaux français et (b) si ces troupes sont « sur la frontière » elle ne sont pas à l’intérieur de l’Ukraine. Que l’on sache, la Russie est un pays souverain, et elle a parfaitement le droit de faire stationner des troupes à ses frontières. Cette déclaration détruit donc les différentes allégations sur la présence de troupes de combat russes se battant avec les insurgés.

Toujours dans cette déclaration, Breedlove ajoute : [Russians inside Ukraine are] "involved primarily in training, advising, assisting and helping". Autrement dit, il n’y a pas de troupes de combats (soit des unités régulières) mais l’OTAN prétend avoir la preuve que « des russes sont impliqués en premier dans l’entraînement, l’assistance et l’aide ». Le général Breedlove ajoute enfin : "It’s less about the exact number, it’s more about the fact that there is a great force there that can be exerted if it’s required" soit « le problème est moins le nombre et plus le fait qu’il s’agit d’une grande force qui peut être exercée si elle est requise ». Autrement dit nous en sommes à juger des intentions et non des faits.

Or, un commandement permanent dans TOUTES les écoles de guerre (et il se fait que j’en connais, pour y avoir enseigné, quelques unes) est qu’il faut juger des capacités d’un adversaire et non de ses intentions probables. En réalité, le Comandant en Chef de l’OTAN admet qu’il n’y a pas de forces russes déployées dans la partie contrôlée par l’insurrection. Il admet aussi que les précédentes déclarations sur les dizaines de chars russes en zone insurgée étaient fausses. Dont acte. Il y a certes des forces à la frontière, et l’on peut de demander en effet ce qui se produirait SI ces forces étaient employées. Mais, pour l’instant, ce n’est nullement le cas. C’est un point essentiel, qui, il faut le souligner, détruit complètement la thèse du gouvernement français quant à l’attitude de la Russie et qui rend nulle et non avenue notre décision concernant la livraison des BPC de type Mistral à la marine russe. La décision de notre gouvernement de suspendre cette livraison nous discrédite profondément, à la fois face aux russes, mais aussi face au reste du monde.

Lire l’intégralité de l’article sur russeurope.hypotheses.org

Voir aussi, sur E&R :

En savoir plus sur l’OTAN chez Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1042339
    le 28/11/2014 par nicolas
    Quand l’OTAN parle...

    Je ne sais pas qui les médias veulent convaincre avec leur rabâchage mensonger ?
    Personnellement j ’ai constaté qu’il y a ceux qui s’informent et qui savent , et les autres qui n’en on juste rien a faire de ce conflit .
    Si il s’agit de préparer l opinion publique a accepter un futur conflit contre la Russie , c’est raté . Les Français aiment les Russes , et ne voient pas du tout Poutine comme " le grand méchant loup" qu’on nous décrit au JT , bien au contraire .

     

    • #1043384
      le 29/11/2014 par jojo42
      Quand l’OTAN parle...

      Si justement, tout ceux qui en ont rien à foutre comme tu dis croient dur comme faire que les russes sont des vat -en-guerre irresponsable, la propagande occidentale fonctionne a plein régime, je suis obligé de leur mettre un tas d’ information contradictoires sous les yeux pour qu’ils commencent enfin a se poser certaines questions.


  • #1042340
    le 28/11/2014 par Heureux qui, comme Ulysse...
    Quand l’OTAN parle...

    « La décision de notre gouvernement de suspendre cette livraison nous discrédite profondément, à la fois face aux russes, mais aussi face au reste du monde. »

    Ben oui, mais en même temps c’est l’objectif...


  • #1042342
    le 28/11/2014 par max
    Quand l’OTAN parle...

    Il y a belle lurette que la presse Française a disparue ,ne reste que des médias mensonges aux ordres du crif et des lobbys qui servent les intérêts étrangers et c’est pour cela que ces médias-merde sont soutenus à bout de bras avec les subventions volés sur les impôts des contribuables et malgré leurs aboiements Poutine continu de leurs glisser des quenelles anti impérialistes et apparemment ils y prennent plaisir puisque ces fourbes en redemandent tous les jours en critiquant sans arrêts un dirigent dont aucun de ces bouffons n’arrive à la cheville !!! et si même "Breedlove" le chef de l’empire du mal se met lui aussi à les quenneller en les traitants de menteurs ! alors çà c’est la cerise sur le gâteau .


  • #1042854
    le 28/11/2014 par ·٭·щargueri†e·٭·
    Quand l’OTAN parle...

    il est bien gentil le Sapir...
    il affiche toujours la même bien-pensance : à le lire, on vivrait dans un pays normal, avec des politiques normaux, mais juste mal informés, ou au mauvais jugement, ou faisant des erreurs de stratégie...
    Soit il est concon, soit il le fait exprès, bossant pour le pouvoir, lorgnant sur l’étape suivante.
    Je maintiens toujours la même analyse : Sapir vise le créneau de Yves Calvi / C dans l’air, rêvant d’incarner le nouvel orchestrateur du soi-disant bousculage des certitudes, dans le ronron des lambris des belles brasseries parisiennes.
    M/

     

    • #1043498
      le 29/11/2014 par Jérémy
      Quand l’OTAN parle...

      Tout-à-fait d’accord avec ton analyse. Je ne pense pas que ce Sapir soit un dissident. Bien au contraire. Je ne suis pas un expert de la Russie, mais quand je lis ses billets (pseudo-analyses) sur internet, on voit bien qu’il s’enfonce dans des détails hallucinants (si vous avez le courage de lire ces dits billets économiques). Par ailleurs, il me semble, mais je peux me tromper, qu’il soit plus ou moins rallié à la "cause" ... DUPONT-AIGNANT, qui est un anti-FN et une fausse alternative progrouvernentale, ce qui le discrédite à mes yeux purement et simplement !


  • #1043068
    le 28/11/2014 par alex1973
    Quand l’OTAN parle...

    allez signez la pétition en ligne :)


  • #1043357
    le 29/11/2014 par Eric
    Quand l’OTAN parle...

    "... et la raison est que la Russie est une démocratie, certes imparfaite, certes avec de nombreux défauts, mais néanmoins une démocratie."

    Eh non, M. Sapir, la Russie n’est pas une Démocratie mais une République fédérale. Si la Russie était une Démocratie, il n’y aurait pas de Parlement (Douma), car les Russes seraient souverains et voteraient donc les lois. Actuellement, ce sont les oligarques de la Douma qui votent ces lois. Comme l’immense majorité des intellectuels, vous ignorez ce qu’est la Démocratie. Je vous invite à combler vos lacunes :

    Les Gentils Virus pour la Démocratie : http://gentilsvirus.org/le_constat.html

    Je partage néanmoins votre analyse sur la situation en Ukraine.