Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Star Wars : les Derniers Jedi : un film queer ?

L’Empire du côté obscur

Le nouveau Star Wars est un objet curieux, entre respect du cahier des charges, style emphatique et humour camp.

 

[...]

Les Derniers Jedi dure 2h30 dont une bonne heure ennuyeuse, entre les scènes de formation de Rey par Luke évoquant un épisode de Kung Fu en Terre du Milieu et une mission dans un Monaco intergalactique digne d’un James Bond revu par Luc Besson. À la malice, à l’agilité parfois gadget du style Abrams dans Le Réveil de la force succède la solennité de la mise en scène de Rian Johnson (Looper). Abrams misait sur l’identification émotionnelle aux personnages, Johnson filme des archétypes shakespeariens, il cherche une emphase tragique, entre les ficelles épaisses du script, qu’il assaisonne d’un humour très camp – par instants, on se croirait dans La Folle histoire de l’espace de Mel Brooks.

Curieux mélange dont on retiendra la meilleure injure de l’année (« tête de chrome ») et la superbe direction artistique, l’esthétique très cuir et queer. Ces rouges et noirs de backroom qui caractérisent l’Empire du mal, ces traces de faux sang que laissent derrière eux les vaisseaux de la Résistance. Les Derniers Jedi ou le combat de l’homosexualité refoulée contre une féminité rassembleuse. Mi-long, mi-queer. C’est toujours mieux que Stars 80, la suite.

Lire l’intégralité de l’article sur tempsreel.nouvelobs.com

Cinéma et idéologie politiquement correcte, sur E&R :

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

23 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1860697
    le 13/12/2017 par CélestinC.
    Star Wars : les Derniers Jedi : un film queer ?

    Hier je me suis regarder un film de derrière les fagots, une petite "rareté" qui m’était encore inconnu, "La fille dans la vitrine" de Luciano Emmer avec Lino Ventura notamment.. ça date de 1961, et ben mes cadets je me suis bien marré, mais pas seulement, du grand cinéma comme on en voit plus de nos jours... une exemple parmi d’autres. Les films actuels ?... aucun intérêt, aucun charme, de l’esbroufe insignifiante sertie de propagande crétinisante. Un brouet aseptisé et froid.

     

    • #1860854
      le 14/12/2017 par Silence Radieux
      Star Wars : les Derniers Jedi : un film queer ?

      Je vais chercher « La fille dans la vitrine » de ce pas. Merci pour le tuyau.


    • #1861841
      le 15/12/2017 par Chafougnasse
      Star Wars : les Derniers Jedi : un film queer ?

      Moi je cherche "Retour en force" avec Bernadette Lafont , Victor Lanoux taulard qui entraine son fils à faire des casses ,Pierre Mondy en chauffeur de bus ." Ils disent qu’ils baisent leurs femmes et qu’ils les baiseront encore " ahaha !


  • #1860727
    le 13/12/2017 par The Médiavengers
    Star Wars : les Derniers Jedi : un film queer ?

    La connerie de la critique "journalistique" soumise à l’Empire Disney (qui produit ses propres films "rebelles", y’a de quoi creuser et gloser...) alliée à la putréfaction américano-hollywoodienne, où la dégénérescence artistique et morale explose sur les écrans UHD made in China.
    Le système salie et détruit tout ce qu’il touche. Une sorte d’anti-super-pouvoir.


  • #1860806
    le 13/12/2017 par Kikirorojojoboumboum
    Star Wars : les Derniers Jedi : un film queer ?

    Il suffit de voir la bande annonce sans le son pour constater qu’il n’y a RIEN.


  • #1860848
    le 14/12/2017 par Bank Kartel
    Star Wars : les Derniers Jedi : un film queer ?

    Star-Wars est un film de propagande à la base, et cette version à la saveur de propagande du moment.

    C’est un film republicain...


  • #1860890
    le 14/12/2017 par John Queneldy
    Star Wars : les Derniers Jedi : un film queer ?

    Vous êtes durs avec Star Wars, c’est vrai que le 7 était pitoyable, un dégueulis d’effet spéciaux en continu un peu à la Valérian, mais Rogue One, produit aussi par Disney était plutôt pas mal, surtout la fin.

    J’espère que cet épisode va relever le niveau et qu’ils se sont rendu compte de la bouse intergalactique féministe à deux balles qu’était l’opus précédent.

    J’ai aussi le sentiment que tout le travail fait par la dissidence américaine est en train de porter lentement ses fruits, mais il faut laisser le temps au cinéma américain de se sortir de cette idéologie médiocre de gauche bobo néo libérale dégénérée. ça prend du temps !

    Comme le dit le génial Paul Joseph Watson : "La nouvelle contre-culture est maintenant passée à droite chez les conservateurs" (voir Mark Dice, Alex Jones, Tomi Larhen, Stefan Molyneux, Ben Shapiro, etc. > malheureusement tous pro-israéliens) et les cinéastes le sentent bien... il faut un rééquilibrage de la gauche et de la droite, un enrichissement en gardant ce qu’il y a de meilleur dans les deux (créativité + valeurs).

     

    • #1861062

      Sinon on peut aussi placer ses espoirs ailleur que dans le futur du cinéma americain, surtout si on a des enfants . Tout a été déjà dit sur ce monde et ses anticipations dans le cinéma américain , il leur reste à faire des films sur le fait que le but de l’homme n’est pas de ce monde mais bien de sauver son âme. La rédemption de l’humanité de notre époque ne viendra pas de Star Wars ou du 7 art en général , que les films soient américain chinois ou russe... Courage .


    • #1861424

      Moi j’ai vraiment aimé Rogue One. En fait, il est le seul "nouveau" SW à être du calibre de la trilogie d’origine. Je l’ai trouvé meilleur que les épisodes I,II,III et VII. J’ai été très surpris, car je ne m’attends plus à rien de trop bon de cette "saga".


    • #1863004

      @jvidepi : j’ai boycotté Rogue One, le VII étant à chier, quand j’ai vu Rogue One en streaming, finalement il est même très très bon !! Je viens de voir le VIII au cinéma, ce sera définitivement le dernier que je verrai au cinéma : c’est à chier, il manquait Mickey d’ailleurs.


  • #1860975

    La critique "a priori" de certains ici, sans savoir est de très mauvais goût. Donc j’irai le voir et me ferai une idée, la mienne.


  • #1860984

    Je n’irai pas voir évidemment, comme je n’avais pas été voir le hobbit ou tout les trucs du genre... Franchement à quoi ça sert à part ravager quelques souvenirs de notre enfance et enrichir des gens qui ne le mérite pas ?


  • #1861020

    Revoir la Forteresse cachée de Kurusawa. Du vrai cinéma de samuraï, chef-d’oeuvre d’héroïsme, de bonté et de virilité.
    A côté, les petits ados avec leurs joujoux en laser et tout le fatras new-age, très peu pour moi.


  • #1861103

    Il y a même une faute d’orthographe dans le fameux générique en lettres jaunes du début du film ! Un accord non féminisé de mémoire je crois, je l’ai vu hier, ça m’a choqué et je l’ai fait remarquer à mon fils de quatorze ans qui a corroborer avoir vu la même erreur. En sont il déjà à l’écriture inclusive ?

     

  • #1861151
    le 14/12/2017 par Stavroguine
    Star Wars : les Derniers Jedi : un film queer ?

    Vu hier, difficile d’en faire l’analyse à chaud, mais à l’évidence le bien et le mal sont encore plus enchevêtrés, plus difficile à lire est l’avenir :)

    Les personnages principaux sont une pub pour Benetton avec le blanc, le noir et l’asiat histoire d’intégrer tout le monde... La notion d’effort à complètement disparu, les choses sont faciles et innées... plus besoin d’apprendre, de se former, de transmettre... ridicule... mais il faut bien que le spectateur moyen s’identifie...

    Les armées de l’Empire deviennent depuis l’épisode précédent le Premier Ordre pour mieux déresponsabiliser l’etat et éviter le rapport avec le réel, avec un seigneur Sith qui dirige par la force (au sens propre) la République... Les gigantesques rassemblement militaires font passer ceux de Kim Jon Un (très SW le nom ;) pour un rigolo, visuellement un mélange entre des nazis et des communistes bien énervés.

    Il y a également une sorte de message moderne laïque, ils brulent les livres de la religion de la Force comme quoi ils ne servent à rien... Ils n’en ont plus besoin aujourd’hui... il suffit de sentir les choses... On en revient au spectateur moyen, c’est sur pour bosser à carrefour et regarder la tv, pas besoin, non...

    Message aussi sur le veganisme, il y a des petites bestioles trop mignonnes qui font équipe avec Chewbacca, qui en bonne bête qui à faim s’en fait griller une à la broche et comprend à l’expression d’horreur des autres que c’est pas bien...

    Bref analyse mise à part, c’est plutôt une bonne cuvée.

     

    • #1861275

      Analyse mise à part, l’empire vous remercie pour votre place de ciné.

      Bien joué !


    • #1862259

      Franchement j’avais les 3 mêmes remarques en tête, et la même conclusion : au final le film s’en tire pas trop mal.

      Après tout, il nous faut bien accepter ce qui s’est passé il y a très longtemps dans une galaxie très lointaine, et ça, les scénaristes ne pourront pas le changer !


  • #1861337

    L’épisode 7, copié-collé fainéant du 4, était au moins une bonne aventure spatiale et tenait la route visuellement grâce au savoir-faire technique d’Abrams. Oui, trop numérique, mais un effort avait été fait pour obtenir un rendu réaliste et pas désagréable (pas comme les dinos numériques ratés de "Jurassic World"). En somme, l’amateur de la saga que je suis avait passé un bon moment mais le spectateur plus objectif réclamait le vrai retour de "Star Wars", de Luke, de la mythologie et surtout de l’originalité. "Rogue One" fut une agréable surprise. Très cohérent avec le reste narrativement, aussi mélancolique de la trilogie originale que l’était l’épisode 7 mais pas copié-collé et pas béat, tissant également des liens avec la prélogie, plein de nouveautés malgré cela... Pour moi, c’est un vrai bon film et un bon "Star Wars". Et hier, catastrophe. Je vais voir l’épisode 8... et c’est d’un plan-plan au niveau du rythme, d’une petitesse au niveau de l’univers montré, d’un manque de cohérence globale, d’une bêtise confondante (le nombre de réactions stupides dans chaque camp dépasse l’entendement), d’une laideur numérique bien plus présente que dans les autres films précédemment cités ("Rogue One" est même très beau, lui), que je n’ai pas pu sortir de la salle autrement qu’avec un sentiment de trahison et de destruction de la saga. Il y aurait tant à dire... pour moi, tout est raté. Que l’histoire soit moyenne et que le film soit pétri d’idéologie moderne, j’aurais encore pu en faire abstraction en me concentrant sur les rebondissements et les scènes d’action (en regardant un divertissement, quoi), mais là... à ce niveau d’incompétence technique et même narrative, je suis dépité. Rien d’artistique dans ce que j’ai vu, sauf peut-être pour certains acteurs qui font leur job. Lire sur internet que certains y voient le meilleur "Star Wars" est un bon indicateur du niveau critique général : nul. Mais attendez quelques années, quand les enfants auront grandi, quand les fans transis reverront leur avis, quand les profanes des codes narratifs, du cinéma (et de la saga) affineront, même rien qu’un peu, leur avis, et "The Last Jedi" connaîtra peut-être le sort qu’il mérite : la poubelle du cinéma.

     

    • honnetement j’ai laché prise sur le retour du jedi(les ewooks, ptin, les ewooks de me...e), j’ai vu les autres mais pas de magie.
      par contre rogue one la magie était de retour.


  • #1861894

    Je reviens du cinéma, premier film de ma vie dans une salle obscure étrangère (au Japon).
    Étrangement, je n’ai jamais vu autant de "blancs" réunis au Japon ; il faut dire que c’était la version originale sous-titrée.
    J’ai trouvé que le film était très bien si on accepte le 7 (que j’ai DÉTESTÉ) comme "aquis".
    Autant dire que le réalisateur s’en est très bien sorti avec le cahier "décharge" qu’on lui a filé.

    Ce que j’ai surtout aimé, c’est que le seul personnage qui ait changé soit le seul qui ait pu, dans sa tristesse et dans la folie de son isolement, conserver et ramener intact l’esprit de Star Wars.
    Ça m’a presque rappelé l’aventure de Dieudo, le seul qui ait viré de bord mais qui, au fond, conserve et ramène l’authentique esprit antiraciste
    .

    On est d’accord, ça reste du divertissement...


  • #1867175

    En général les non fans ont aimés et les fans ont détestés. Voir les critiques allociné pour se faire une idée.


Commentaires suivants