Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : vendredi 21 octobre 2016

Opérations militaires, Le Monde se justifie, l’affiche pro-migrants

 

Depuis 2015, on était habitué à la catastrophe, l’horreur, la mort, le mensonge et la désinformation. Sans oublier la connerie quotidienne sur toutes les ondes. Parfois, une petite nouvelle redonne foi en l’humanité française. Aujourd’hui, par exemple, le grand journal du soir qui nous sert de propagandomètre vient de créer son « Making of ». Passons sur le mauvais exemple donné aux étudiants (qui lisent encore Le Monde) d’une expression anglaise plutôt que tricolore, et concentrons-nous sur la nouveauté.

 

En ces temps de complotisme et de doute vis-à-vis médias, la rédaction a choisi d’exposer sa façon de travailler, ses débats, voire ses désaccords dans une rubrique régulière.

Pourquoi c’est un moment historique dans l’histoire de la presse mainstream ? Parce que ce journal, attaqué sur le Net à chaque fois qu’il fait de la propagande en lieu et place de journalisme, ou camoufle de l’injonction oligarchique sous de l’information, se justifie. Cela veut dire que le travail critique qui a lieu sur le seul média encore indépendant des puissances de l’argent porte ses fruits. Normalement, un média géant ne s’abaisse pas à répondre aux cris de souris venus des étages inférieurs, voire de la cave. Il est une loi non écrite dans les médias qui veut qu’un gros attaqué par un petit ne s’abaisse pas à répondre : il a tout à y perdre. C’est pourtant ce qui se passe avec le « making of ».

En quoi consiste le « making of » ? Vous allez pouvoir entrer dans le saint des saints, la fabrique numéro un de l’information dominante française, à l’image de ce qu’a fait le New York Times, sorte de Le Monde mondial : « L’idée ? Permettre aux abonnés de pénétrer à l’intérieur de la rédaction, à New York ou dans les nombreux bureaux dont dispose le journal à travers le monde. » Le directeur de la rédaction, Luc Bronner, précise : « En ces temps de complotisme et de doute profond sur les médias, nous pensons utile de réfléchir avec nos lecteurs à la pratique du journalisme telle que nous l’envisageons.  »

On applaudit l’audace, confraternellement, mais on sait que ça ne changera rien au résultat final : les puissances de l’argent, les grands lobbies qui tiennent le journal, tourneront cette mise en abyme autocritique en simulacre d’ouverture, de transparence et d’honnêteté. On va faire une petite analogie : l’entrée de caméras dans les abattoirs, pour les militant de la cause animale, ne changera pas la fabrique de viande, fondamentalement. On y verra peut-être moins de brutalités, ou alors elles auront lieu dans les angles morts… On sait tous que les véritables influences ne se disent pas dans les conférences de rédaction. La démocratie est un théâtre, qui rassure le public. La vraie décision est en coulisses, toujours, à l’abri des regards.

C’est pour cela que la Chambre des députés, dite aussi très pompeusement Assemblée nationale, n’est qu’une chambre d’enregistrement de l’exécutif. De Gaulle ne voulait pas revenir au bordel permanent de la IVe République, alors il a donné les pleins pouvoirs au président. Une excellente idée quand le président est au niveau, une catastrophe quand il est en surclassement.

Le député LR Pierre Lellouche évoque la légèreté du président actuel et pose la question de sa destitution :

 

Avant-hier a eu lieu un débat houleux sur les opérations extérieures. La gauche et la droite s’y écharpent dans un théâtre qui ne passionne plus personne, que ce soient les lycéens en goguette ou les téléspectateurs de LCP. On y causait guerres, budgets, car la guerre ça coûte bonbon, et surtout, on y commentait les aveux théoriquement confidentiels du président de la République dans le livre de Lhomme & Davet sur les opérations « homo », ou homicides, commanditées par le chef des armées. Des éliminations ciblées illégales, qui sont considérées comme des crimes de guerre par les lois internationales... de la guerre. Oui, ça existe, des lois dans la guerre. Tout le monde s’assoit dessus, mais il faut jouer le jeu, pour ces enfants que sont le grand public.

L’enquêteur Vincent Nouzille révèle en janvier 2015 le comportement peu professionnel du président de la République sur les opérations sensibles :

 

Quelle est précisément la boulette du président ? Avoir fourni la liste des – on parle de 14 noms – chefs terroristes ciblés par le service Action de la DGSE. Fanfaronnade aux conséquences dangereuses ? Volonté de transparence portée à son point de rupture ? Hollande n’avait pas besoin de ça. Il s’agit d’un « manquement grave à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat », et ça mérite la Haute Cour. Heureusement, la justice de notre pays est complètement inféodée au politique, qui est lui-même complètement inféodé aux groupes de pression, qui sont les vrais détenteurs du pouvoir. Donc François, le président qui ne sait pas tenir sa langue, est tranquille.

Un qui n’est pas tranquille, Julien Chollet. Julien est directeur d’une société d’événementiel à Cognac, et il veut rendre coup pour coup au méchant Ménard qui a placardé son affiche désormais célèbre sur les murs de Béziers : « Ça y est, ils arrivent… Les migrants dans notre centre-ville ! »
N’écoutant que son cœur de gauche, notre Juju lance une campagne pro-migrants en demandant 4 230 euros sur un site participatif. Il veut placarder sa contre-affiche antiraciste sur les abribus de la cité occitane.

« C’est une démarche de bobo, mais je m’en fiche, j’assume complètement. Je connais des personnes qui accueillent des migrants, et ça, malheureusement, on ne le montre pas. [...] Devant des extrémistes, j’ai toujours prôné l’ignorance. Mais aujourd’hui ces personnes sont devenues trop importantes, elles se mobilisent, utilisent des agences de communication, et convainquent de plus en plus de gens... Là, ça devient dangereux. Alors, j’ai évolué. Je pense maintenant qu’il faut être cash, qu’il faut dire tout fort que ces gens sont incultes, voire bêtes. Car si on ne bouge pas, si on se tait ou qu’on les ignore, ils vont continuer. »

JPEG - 121.8 ko
Julien part en guerre contre la bêtise et la méchanceté

 

Julien, comment dire ça sans brutalité, on ne veut pas te décevoir, mais ton affiche, elle va être mal reçue. Tes 4 000 euros, ils vont finir déchirés, à la poubelle, et recouverts d’affiches anti-migrants dans la nuit. Quand on organise ce genre d’action, il faut déjà, Julien, prendre la température locale. Et là, question migrants, elle n’est pas super chaude. Reste plutôt t’occuper des événements culturels à Cognac, tu prendras moins de coups, et de désillusions. Ceci étant dit, ton initiative nous fait bien rigoler, et on aimerait voir ce que ça donne, in vivo.
Le grand Cyrus, fondateur de l’empire perse, a lancé un jour à ses troupes le fameux « qui m’aime me suive  ». Vérifie quand même que tu as du monde derrière toi…

 

Prolongez les thèmes du jour avec Kontre Kulture

Voir aussi :

29 mai
Un jour en France : lundi 29 mai 2017
La milice Act Up primée à Cannes, la SNCF contre le public, Despentes dévisse
23
26 mai
Un jour en France : vendredi 26 mai 2017
Burkini contre nudité à Cannes, les LGBT en Corse, Ozon le cul
28
25 mai
Un jour en France : jeudi 25 mai 2017
Collomb ministre des Gaffes, Ferrand dans la merde, Schiappa et le sexe, Nyssen à l’assaut du Ridicule (8991m)
15
23 mai
Un jour en France : mardi 23 mai 2017
Hanouna l’homo, les (gros) nichons d’Afida Turner, Clitorine de Haas
20
22 mai
Un jour en France : lundi 22 mai 2017
France/Brésil en pots-de-vins sous-marins, les gros sponsors du Macron, L’Anne Hidalgo sur la sellette
3
19 mai
Un jour en France : vendredi 19 mai 2017
Spécial « 70e Festival mondialiste de Cannes dans l’indifférence générale »
12
18 mai
Un jour en France : jeudi 18 mai 2017
Les Patriotes de Philippot et ceux du Mossad, Didier Super se moque de l’antifascisme, Patrick Timsit se couvre
13
17 mai
Un jour en France : mercredi 17 mai 2017
Lapix croque Pujadas, Lassalle raconte, le film d’animation français
29
16 mai
Un jour en France : mardi 16 mai 2017
Francis Lalanne contre Valls, Mélenchon lorgne sur le FN, les homos de Tchétchénie
21
15 mai
Un jour en France : lundi 15 mai 2017
La cérémonie de passation de pouvoir entre Hollande et Macron, et l’effondrement du journalisme de cour
28
12 mai
Un jour en France : vendredi 12 mai 2017
Une Brigitte première dame, la France par Sylvain Tesson, les alcoolos punis de RSA
45
11 mai
Un jour en France : jeudi 11 mai 2017
Hidalgo-Aubry-Taubira ou les ruines du PS, Achtung au copyright sur la Shoah, Mélenchon le soviet cong !
14
10 mai
Un jour en France : mercredi 10 mai 2017
Valls mendie devant Macron, Cohen au mercato radio, Bloch patronne d’Inter
15
9 mai
Un jour en France : mardi 9 mai 2017
La France qui fait honte : “foodeuses” du Figaro, “interculturalité” d’Anne Hidalgo, électeurs de Macron “sans adhésion”
14
8 mai
Un jour en France : lundi 8 mai 2017
Le message de la petite Syrienne à Macron, RFI et le massacre de Sétif, la meilleure prof du monde is french
10
5 mai
Un jour en France : vendredi 5 mai 2017
Bürki à poil pour Macron, Doherty pété contre le FN, le Manouche antinazi
29
4 mai
Un jour en France : jeudi 4 mai 2017
Mgr Barbarin se couche, Loran des Bérurier Noir vote Macron, et le vrai Victor Lanoux
30
3 mai
Un jour en France : mercredi 3 mai 2017
La dernière de Kepel, la dernière de Charlie, la dernière de Décodex
15
2 mai
Un jour en France : mardi 2 mai 2017
L’abjection du collabo Stéphane Guillon, Laurent Delahousse et la manip de Yerres, Dany Boon for Macron
23
1er mai
Un jour en France : lundi 1er mai 2017
Macron la récup, la pleurniche des médias, Finky contre le shoah-business
26
28 avril
Un jour en France : vendredi 28 avril 2017
Marine fait de moins en moins peur, Macron de plus en plus
16
27 avril
Un jour en France : jeudi 27 avril 2017
Les deux candidats se préparent au grand débat du 3 mai
17
26 avril
Un jour en France : mercredi 26 avril 2017
Rions un peu entre deux tours : Valls revient, Lassalle chez Hanouna, Attali déraille
11
25 avril
Un jour en France : mardi 25 avril 2017
Autour de la fracture Marine/Macron : Fenech, Onfray, les profs d’histoire-géo
22
24 avril
Un jour en France : lundi 24 avril 2017
Deuil national : finale Hollande/Marine, suicide de la gauche, carte riches/pauvres
45
 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1584159

    On pourrait rajouter au niveau mondial une nouvelle très importante :
    http://www.lemonde.fr/pixels/articl...

    Coup de semonce ?

     

    • #1584422
      le 22/10/2016 par Acte patriote
      Un jour en France : vendredi 21 octobre 2016

      Bonjour Manapany,

      Cà tombe au moment où Poutine est faussement accusé du projet de perturber les votes électroniques en faveur de Donald Trump. C’est pour préparer l’opinion internationale à ce gros mensonge en cas de défaite presque déjà assurée de l’uluberlue. "Cà ne peut être que la Russie qui possède de tels moyens" va conclure le effebyhaille ...


  • #1584190
    le 22/10/2016 par Julien Aubert
    Un jour en France : vendredi 21 octobre 2016

    "En ces temps de complotisme et de doute vis-à-vis médias"... rassurons la direction du Monde, ces fléaux ne sont pas nouveaux. Le complotisme et le doute vis à vis des médias ont souvent précédé la chute de régimes autoritaires.

    Exemple de théorie du complot :
    A la fin du 3ème Reich, certains allemands pensaient que Hitler était devenu fou et qu’un sosie le remplaçait dans les réunions publiques (source : documentaire Apocalypse).

    Exemple de doute envers les médias :
    En URSS au milieu des années 80, Michael Gorbatchev allait directement parler aux gens dans la rue pour les rallier à sa politique, tant le peuple avait perdu confiance dans les réseaux d’information traditionnels.


  • #1584303

    Merci Julien, il est grand temps que les gens de "bien" expliquent aux pauvres (ces individus génétiquement racistes) qu’ils sont stupides et incultes. C’est vraiment ce dont on avait besoin en France.

     

    • #1584397

      Julien écoute sans doute france inter.


    • #1584721
      le 22/10/2016 par Julien Aubert
      Un jour en France : vendredi 21 octobre 2016

      Désolé si je me suis mal fait comprendre, mais je ne faisais que porter une réflexion ironique sur l’absence de réelle démocratie de notre société.
      Les gens mettent en doute les médias et leurs dirigeants, ce qui est le signe d’une fracture entre les élites et le peuple. Nous sommes donc dans un système politique à l’agonie (d’où le parallèle avec les régimes autoritaires sur le point de s’effondrer).
      Et non je n’écoute pas France Inter, je ne lis que RT (Russia Today) et bien entendu Egalité et Réconciliation, dont j’ai l’honneur d’être membre depuis plusieurs années, et qui ne m’a jamais déçu.


  • #1584907

    Puisque Lelouche en appelle à l’article 68 de la constitution de 58...

    Crimes suprêmes contre la Haute trahison et contre la sûreté de l’État Français supprimés de la Constitution Française de 1958, dans le droit fil des euro régions….et de la dislocation de la République Française….
    Lors de la Constitution de la V République approuvé par 82% des français en 1958, l’article 68 prévoyait 2 crimes suprêmes :

    le crime contre la sûreté de l’État et le crime de Haute trahison du président de la république.

    Ces 2 crimes ont été supprimés de la constitution Française dans le dos des Français par le Congrès réuni à Versailles, c’est comme cela qu’à été ratifié le traité de Lisbonne par la modification de la Constitution, alors que les français avaient voté non à 55 % lors du référendum sur le traité constitutionnel le 29/05/05…

    Le premier crime, contre la sûreté de l’État a été supprimé par une réforme constitutionnelle en juillet 1993, neuf mois après la ratification du traité de Maastricht, et le crime de Haute trahison du président de la République par une réforme constitutionnelle au début de 2007 quelques semaines avant l’arrivée de Sarkosy.

    Comment Lelouche peut-il évoquer l’article 68 édulcoré du fait qu’il a participé à sa modification ?

    Quel enfumage !!! Hollande ou les suivants ne risquent absolument rien !!!