Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Adieu Michou...

La vie n’est pas une longue fête du slip tranquille !

Rendre hommage à Michel Georges Alfred Catty, alias Michou, le cabaretier bien connu de Montmartre c’est aussi redécouvrir un Paris à tout jamais disparu. Le Paname canaille et joyeux d’avant la vulgarité des gay-prides démocratisées, d’avant la hargne des associations LGBT et des diktats homosexualistes infligés au peuple. Michou, au-delà du personnage forcément caricatural, métier oblige, c’était « un homme, un vrai » comme disait de lui Jacques Brel. C’était un aventurier d’antan faisant feu de tout bois. Y compris de celui dont on fait les pipes.

 

 

Michou, le blondinet comprimé dans des vestes bleues s’est envolé. Ne soyons pas trop méchante : les derniers mois, la maladie lui avait refait une silhouette adolescente et un visage émacié de jeune premier... Pour le tour de taille, il pouvait presque en remontrer à Brigitte Macron. Justement, Maman est passée à l’improviste à son appartement montmartrois, pour une coupette de champagne, fin janvier. Peu après Michou, 88 ans, trépassait.

La première dame, bras-dessus, bras-dessous, avec Michou ? Pas surprenant ! C’est qu’il était en voie de récupération, le pépère. Une Folle de ce calibre, on ne pouvait pas la laisser délirer plus longtemps à l’écart dans son cabaret pittoresque. De gré ou de force, il fallait l’amener à la religion LGBT, le Michou, en faire une icône queer. D’accord, la rosette par Manu sur le perron de l’Élysée, il n’aurait pas dit non. Il avait déjà reçu la Légion d’honneur des mains de Chirac. Le ruban et le tiroir-caisse, ça va de pair. Ouf ! Le professionnel à lunettes bleues s’est tiré juste avant que le capitalisme-spectaculaire ne le bombarde compagnon de la libération de l’humanité.

Ce n’est que partie remise. Un jour il aura son biopic, le Michou. Tout y passera : les Stukas, en juin 40, bombardant la maison maternelle à Amiens, les premières turlutes parisiennes (« Je vivais de mes charmes » minaudait-il en poète), oui, tout sera bien mis-en-scène jusqu’à l’apothéose macronienne : Michou et Brigitte sur le canapé comme dans un sketch de travestis où un Benny Hill hilare flirterait avec une improbable Mireille Darc. Et puis rideau. Générique de fin : I will survive...

 

JPEG - 6.9 ko
Ultimes complicités avant le spectacle

 

Le mouvement d’émancipation n’oubliera aucune lope, qu’on se le dise. Il y aura des monuments aux morts dédiés aux Poilus qui s’aimèrent à Verdun juqu’aux trous de balles. Il y aura des brassées de fleurs jetées en mer « en mémoire d’Ousmane qui aurait bien pompé Djibril pendant que Soufiane attendait son tour... Mais... » poursuivra un préfet transgenre « des vents homophobes n’ont pas permis que la République accueillît en son sein ces petits garçons de la Méditerrannée ! »

Preuve supplémentaire de la canonisation en cours, Léa Salamé a reçu sa majesté dans Stupéfiant !, le « magazine culturel » de France 2. La présentatrice dentue surjoue la gourmandise :

« On ne pouvait pas faire une émission sur le genre sans vous avoir, vous... ce serait impossible ! »

Michou, sourire en pilotage automatique, récite son boniment. Oui, il a fait son premier spectacle de travestis en 68 « pour Mardi gras »... Ouh ! Là ! « Pour Mardi gras » ! On est loin du LGBTisme de combat requis. Salamé sent la dérive... Manquerait plus que Michou raconte ses messes du dimanche main dans la main avec Élise, la grand-mère adorée !

« Donc il n’y avait pas un acte politique de faire une maison pour faire des spectacles de travestis ? »
Michou bafouille : « Oh, non ! Pas du tout ! C’est moi qui l’ai créé. Je suis le pionnier... »

Il n’avait pas fait la plonge dès ses débuts sans apprendre à se jouer des cruches... Son vrai geste politique révolutionnaire quotidien c’était deux litres de champagne minimum. Quant au côté « pionnier »... Avec une Salamé, on peut avancer n’importe quoi.

 

JPEG - 204.8 ko
Diamantaire le jour, travesti la nuit : Schlomo a un numéro très spécial qui finit en nu intégral

 

Les premiers cabarets de travestis apparaissent à Montmartre au début des années vingt. À La Petite Chaumière, un certain Zigouigoui, fait merveille. Au Bœuf sur le Toit, on propose des numéros de danseuses lesbiennes. La chanteuse Yvonne Georges, bientôt tubarde mais toujours défoncée à l’opium, propage des atmosphères saphiques sur les scènes du théâtre de l’Empire ou au Moulin Rouge... Robert Desnos, amoureux forcément déçu, en écrit ses plus beau poèmes.

Puis c’est la grande époque. Les chanteurs Brancato et Charpini sont au programme de la revue Sex Appeal 32, au Casino de Paris. Ils sont aussi les vedettes de l’A.B.C. ou des Folies Bergère. Et tout le monde capte le message : « J’ai la voix tendre et on ne sait par quel bout me prendre... »

De son côté, O’dett met le feu aux cabarets de la butte puis au Liberty’s Bar, place Blanche. Il ouvre ensuite ses propres lieux, Le Fiacre, La Noce, où il mène sa politique – comme dirait Salamé – déguisé en châtelaine, en pucelle, en demoiselle, toujours poussant la chansonnette :

« Plus d’une fois un gars de la ferme, quand l’asperge sort du sillon, vient nous provoquer l’épiderme, mais nous n’y faisons pas attention... »

En 1956, Tonton de Montmartre est le héros du genre. Passons sur sa Croix de guerre avec deux étoiles, souvenir d’un séjour prolongé, entre hommes, au front de la « Der des Ders ». Il entre dans l’Histoire pour ses exploits dès les années 20, au Mimi Pinson puis au Bigoudi.

Le jeune Michou d’après la Libération est marqué à tout jamais par l’ambiance qui règne Chez Tonton, l’ex-Liberty’s Bar. Un établissement fréquenté par Cocteau, Colette, Piaf et où le personnel anime les soirées à grands coups de fines allusions, de sketches déshabillés et de déguisements.

 

Visite guidée d’une ville dont Michou était citoyen d’honneur

 

En 1956, alors que Tonton quitte la scène en boitant, Michou récupère, enfin, une gérance, au 80 de la rue des Martyrs : ça y est ! Il est entrepreneur en fantaisies ! Mais un peu tard : la folie des cabarets s’estompe. L’époque est bientôt au rock’n’roll, à la télévision pour tous et aux boîtes de nuits autrement plus attractives qu’une bonbonnière à tantouzes...

À Montmartre, ça tourne tranquillou pendant que les Sixties explosent. La jeunesse traîne au Bus Palladium, à la Locomotive ou au Drugstore-Publicis. Mais plus ringard que Chez Madame Untel, ça n’existe pas, les copains ! Alors, en 1968, un peu par hasard, le patron abat son dernier atout et rebaptise l’endroit : Chez Michou ! La recherche du temps perdu, carrément ! Les plaisirs démodés de la jacquette ! Ambiance fofolle garantie, tortore de qualité suivie de numéros hénaurmes de travestis. Bingo ! C’est la recette gagnante. Michou est celui qui, seul contre tous, a maintenu haut le pavillon de la piraterie à l’ancienne.

Pendant les cinq décennies suivantes, en chef d’entreprise avisé, il fait prospérer son offre d’homosexualité vintage. Le lieu est « hétéro friendly » et bien tenu. Pas question de s’endoffer à la chaîne dans les toilettes ou de sniffer des rails dans le cul du voisin de table.

Michou mélange toutes les clientèles, parisiennes et provinciales, les célébrités et les anonymes. Chaque année des fermiers échappés du Salon de l’Agriculture, parfumés à l’eau de Cologne, viennent faire le plein d’images fortes avant de retourner au village souffrir en silence de la turpitude grecque. Le patron, à la sortie, brushing impeccable, après leur avoir mis son Menu Michou à 150 euros, a pour tous une gentille attention.

 

JPEG - 66.9 ko
Migration, le drame : « Ne meurs pas mon amouw ! J’ai wéservé Chez Michou ! »

 

Enfin, Michou, c’est l’artiste. Il a mis son gosier, qui en avait vu d’autres, au service de la chanson. Là encore, on retrouve les goûts solides de celui qui autrefois fut, un temps, carreleur... (Imaginez, deux secondes seulement, Michou en train de vous refaire la salle-de-bain !) Non, tant côté musique que soins capillaires, notre homme n’a pas cédé à la bestialité techno-militante. Michou ne donnait pas dans les facilités de saison, lui c’était Michelle Torr ou Nana Mouskouri. Il nous laisse un patrimoine immortel gravé sur une ultime compilation. Les fins lettrés y retrouveront son classique Je suis Fofolle et d’autres œuvres plus complexes mais toutes écrites aux sources de la tradition du rond qui fume.

 

Titi, Toto et Patata avant leur engagement dans la Légion des volontaires français (LVF)

 

C’est triste un hôpital pour mourir, homo ou pas. Le lit médicalisé, les machines qui bipent, le brassard pour la tension qui se serre automatiquement... la respiration lourde comme une pelletée de gravier. C’est triste un hôpital après plus de sept décennies de fiestas ininterrompues (Sept ! Quand même ! Respect...). Elles ont beau être gentilles les infirmières, mais les pantalons de toile verdâtre et les semelles en caoutchouc blanc ça vaut pas la grande Zoa et son pipeau.

On voudrait mettre un peu de solennité à son trépas, le proche est là qui vous tient la main... Michou avait le même colocataire depuis deux décennies... On voudrait dire une belle phrase mais le contexte est plutôt propice à une dernière chiasse... Il se murmure dans le service qu’il y a du décollage dans l’air. Pour tous ce sera à peu près le même cinoche.

C’est fini. Michou pousse son célèbre cri de guerre : « Youpi ! Quelle belle soirée ! » Trois anges sont déjà là qui entonnent du Ouvrard... Il reprend en cœur :

« Titi, Toto et Patata /
Font des petites manières /
Et marchent toujours comme ça. /
Ils poussent des "Ouh !", ils font des "Ah !" /
Des chichis des esbroufes et des tas de flas-flas »

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

55 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2377913
    le 01/02/2020 par miss chou
    Adieu Michou...

    On s’en fout du vieux Michou. Il a bien profité de la vie, nous on profite de la perversion.
    Je préférais le temps du chat noir, quand on cherchait fortune, auprès de rouquines.

     

    • #2377965
      le 01/02/2020 par matador
      Adieu Michou...

      Bah non , on s en fout pas...Michou, que tu le veuilles ou on, c’était une part de l âme de ce qu ’était ce pays..Parole de germanopratin...


    • #2377970
      le 01/02/2020 par Gruink
      Adieu Michou...

      Personne ne t’a demandé de te faire enc... et de sortir ton certificat d’hétérosexualité garantie. Le sujet serait plutôt l’ancien et le nouveau Paris.


    • #2378005
      le 01/02/2020 par Kabylitalia27250
      Adieu Michou...

      Moi non j’aimais bien schtroumpf michou


    • #2378008
      le 01/02/2020 par Alain SORAL
      Adieu Michou...

      La première chose quand on prétend la ramener, c’est de commencer par "je".
      Se planquer derrière "on" c’est pour les lopes, pigé ?!
      AS.


    • #2378095
      le 01/02/2020 par bb king
      Adieu Michou...

      Bon bah quand l’Patron a parlé, je crois que tout est dit sur le sens du "on" et du "je".
      Pour ma part, malgré un parisianisme intra-muros de 1974 à 2012. Je n’ai pas connu ce monde du cabaret et du "Paris by Night" mais c’est clair que c’est un état d’esprit et un mode de vie où tout le monde pouvait vivre sa vie sans faire chier les autres qui disparaît peu à peu.


    • #2378306
      le 01/02/2020 par toto la ciboulette
      Adieu Michou...

      Pour la majorité le type Marius para c’est bien, et pour les exceptions le type Michou, raffiné, élégant et discret c’était bien.

      Maintenant c’est le monde des faux durs avec des tatouages partout et des homosexuels revendicatifs et agressifs, sans aucun humour et se prenant pour des résistants.

      Michou, comme Jacques Chazot et comme quelques autres étaient sympathiques, tout le monde était au courant de leur sexualité, et cela depuis les années soixantes, l’opprobre ne les concernait pas, parceque même sous leur coté kitch, il ya avait une réalité de bonhomme, un vécu qui les rendaient respectables.

      Si le père de Jesus existe, je ne doute pas un seul instant qu’il soit accepté dans son amour infini.


    • #2378478
      le 01/02/2020 par Pitchou
      Adieu Michou...

      Habitant la province dans une petite ville, le monde de Michou et ses semblables, ces homos jouant de leur homosexualité comme d’un spectacle m’ont toujours parus comme des êtres étranges. C’est encore un que j’associais à Drucker et sa promo éternelle, c’est mon appréciation de ceux qu’on me présente comme artiste, mis en avant dans le schow biz...Autrement, en tant qu’humain, je ne peux que lui souhaiter la paix à son âme.


  • #2377972
    le 01/02/2020 par goyband
    Adieu Michou...

    Probablement le plus bel hommage que j’ai pu lire de Michou.
    Il ne l’aurait pas renié, tant il est fidèle au personnage et à son héritage, honnête et loyal.

    Semble, parce si ce monde m’est étranger, il n’en demeure pas moins que ma compréhension sensible coche les carreaux d’un improbable bac à douche posé par Michou et vendus par l’approche éditoriale de ce billet.

    Mes félicitations à la rédaction.

     

    • #2378164
      le 01/02/2020 par Cincinnatus
      Adieu Michou...

      Effectivement ... mais c’est signé Pierre-Marie cette fois (juste en-dessous de la date de publication).

      Salutations à la rédaction !

      Pax


    • #2378320
      le 01/02/2020 par goyband
      Adieu Michou...

      @Cincinnatus, Merci d’avoir rendu à César ce qui est à César.


  • #2378097
    le 01/02/2020 par Mick
    Adieu Michou...

    C’est incroyable, le nombre de fois que j’ai rencontré ce cher Michou, à Paris, sans jamais me rendre à son cabaret.

    A croire qu’il avait le don d’ubiquité (enfin, on le trouvait pas n’importe où non plus question standing..)

    Plus qu’accessible, il cherchait le contact (surtout que j’étais pour ma part un jeune homme assez bien fait, mais hétéro ce dont je n’étais pas sûr qu’il comprenne.. !)


  • #2378099
    le 01/02/2020 par Concepto
    Adieu Michou...

    Cet article est une vraie gâterie !


  • #2378101
    le 01/02/2020 par Mifigue
    Adieu Michou...

    Sur la fin Michou me fait un peu penser à Lagerfeld, lequel avait aussi bien fondu du visage dans sa dernière année, regard toujours caché lui aussi derrière d’énormes lunettes sombres. Révolue, l’époque où les homos célèbres gardaient leur vie privée...privée, et ne voulaient pas entendre parler de mariage gay ? A force d’être banalisé et embourgeoisé, le nouveau statut doit perdre beaucoup d’attrait aux yeux des homos qui se croient encore du côté de la subversion ou de la provoc.


  • #2378115
    le 01/02/2020 par yves
    Adieu Michou...

    j’aime pas les homosexuels qui viennent nous faire chier à la télé mais Michou , je l’adore il n’est jamais venu imposer quoi que ce soit à quiconque et il réprésente une France que les trouducs actuels n’égaleront jamais et concernant Le Pen , une belle preuve qu’il n’a rien contre , on s’aperçoit de +en+ que ce sysème d’enfoirés peut faire et inventer …..


  • #2378134
    le 01/02/2020 par Philippe
    Adieu Michou...

    Ah ah ! J’adore la petite incursion du tenancier qui vient rappeler les bonnes manières. Quand tu rentres chez AS, tu essuies tes pieds avant d’entrer, tu ôtes ton chapeau et tu dis bonjour Monsieur, au patron comme aux invités arrivés avant toi. Le forum, ce n’est pas le paillasson devant la porte mon gars ; tu es déjà au salon alors tu te tiens bien.


  • #2378149
    le 01/02/2020 par MICHOU dans les choux
    Adieu Michou...

    Evdemment, que michou faisait parti de paname, d’un paris qui n’exsiste plus depuis quelques années : je dirais depuis ce 21 EME sicècle qui me donne la gerbe tellement nous allons vers la médiocrité a tout point de vu.
    Je n’ etais pas client de michou et son trip : mais j’ai tout meme mis les pied un fois pour voir : j’habitais place de Clichy et j’ai bien connu le quartier et ses bistrots :
    les numeros je les trouvais un peu limite, mais c’etait ca michou : la décadence de l’apres guerre, du debat des trente glorieuse, le paris de la nuit que j’ai aussi connu a la fin des années 70S et debut 80S ou tout n’etaient pas encore cramé par les weiches weichs ou le mondialisme bobo et putassier.
    ET je peux vous dire, que michou etait moins glauque que tout ces pipes show alentour qui sont glauque et dégueulasse avec des putes ramasse miette venant des cités et tenu par des racailles de banlieue.
    MICHOU etait un pédé ok ! mais c’etait un homme : iil avait plus de couilles que certains qui se la pètent dérrière un écran.
    PS/
    Michou ,donnez le bonjour a notre regrété johnny en trinquant avec lui : lui aussi n’etait pas un timide a l’alcool : 2 bouteilles par repas (sacré johnny)

     

    • #2378888
      le 02/02/2020 par Olivier
      Adieu Michou...

      Bonjour à toutes et à tous

      J’aurais écrit la même chose. Avec le décès de cet homme et de fait, la fin de son institution, on sent bien que quelque chose, s’en est allé, un des derniers morceaux du beau puzzle si patiemment constitué qu’était la France se défait, , et plus particulièrement Paris, son phare, n’est plus., déjà depuis pas mal d’année. Coup final ! Depuis le 21e siècle, À tous niveaux, rien’ ne va plus, on le voit, l’observe, le sent. On est vraiment à un tournant décisif.
      Sinon, j’ai adoré cet article, comme d’habitude, je me régale sur ce site. Je vous envoie à tous, toutes mes amitiés (non particulières, Lol).


  • #2378172
    le 01/02/2020 par Patricia
    Adieu Michou...

    Il recevait les Anciens de son quartier, à déjeuner, le dimanche midi, une fois par mois.


  • #2378185
    le 01/02/2020 par bouddha
    Adieu Michou...

    Bel hommage, encore une preuve que E&R est anti-LGBTiste mais pas homophobe, comme il est antisioniste mais pas antisémite, anti(néo)féministe mais pas misogyne, etc.

    Un article de plus qui va bien faire chier vos détracteurs.

    RIP Michou

     

    • #2378205
      le 01/02/2020 par Mick
      Adieu Michou...

      Très bien dit, camarade.


    • #2378234
      le 01/02/2020 par Paul82
      Adieu Michou...

      Homophobe ne veut rien dire, mais je vois où vous voulez en venir.


  • #2378190
    le 01/02/2020 par Luc Péchard
    Adieu Michou...

    C’est clair qu’entre Michou et l’homo bodybuildé qui se pavane lors de la gay pride avec un pantalon en cuir ajouré au nivau de fesses , le choix est vite fait. Quand on pense au premier, les images qui viennent à l’esprit ce sont les cabarets de Montmartre des années 50 (chez Patachou , le tire bouchon , l’échelle de Jacob , la villa d’Este) , le divertissement bon enfant , la bohème chantée par Aznavour , alors que l’autre ca évoque plutôt la sexualité compulsive , le barebacking dans les pissotières sales , le nihilisme festif et pathétique d’un Cyril Collard . Même l’homosexualité c’était mieux avant.


  • #2378294
    le 01/02/2020 par René
    Adieu Michou...

    Extraordinaire texte, très bien écrit et avec un niveau de culture appréciable ... j’aimerais serrer la main de l’auteur de ce texte ... Michou, que j’ai croisé à Montmartre, était trop enfermé à mon goût dans sa pathologie comportementale mais cet article m’a convaincu qu’il faut rester charitable et qu’à l’origine, son intention n’était pas du tout LGBTique ... paix à ton âme Michou !

     

    • #2378546
      le 02/02/2020 par Toto
      Adieu Michou...

      Effectivement texte bien écrit. C’est si rare sur d’autres réseaux ....


  • #2378366
    le 01/02/2020 par Igor Meiev
    Adieu Michou...

    Le Paname canaille et joyeux d’avant la vulgarité des gay-prides démocratisées, d’avant la hargne des associations LGBT et des diktats homosexualistes infligés au peuple.



    Et si c’était précisément ce paname canaille qui avait fait le lit, comme un signe précurseur, de ce Paris LGBT ? A valider l’enculade en privé, est-il étonnant qu’elle finisse en public dans la rue ?

    Le canaille comme début de pente, mais sur la même pente pourtant, celle où les plaisirs, l’amusement, les frivolités sont mis sur le devant de la scène.. et le spirituel mis de côté. A un moment, faut pas s’étonner.

    Où est passé le Paris de Saint-Louis ? Où étaient débattues les questions théologiques, où l’université alliait science et conscience. voilà la question.

    Michou mérite t’il un hommage ? Faudrait-il être nostalgique de ce personnage caricatural toujours pomponné de la même façon, au gimmick truffé de paraître, de "spectacle", de ""et-set" en un mot d’ego ? Bon, vous avez ma réponse je pense.

     

    • #2378409
      le 01/02/2020 par Enki
      Adieu Michou...

      Bleu couleur royale, celle du Voile de Notre–Sainte † Vierge car certains hommes ont accepté et osé se faire eunuques pour T’honorer et préserver à leur manière ton Fils, des « créatures sous-femelles&sous-mâles schiappeuses embourgeoisé.e.s au MAL inclusiif ».

      Matthieu 19 :
      …11 – « Il leur répondit : Tous ne comprennent pas cette parole, mais seulement ceux à qui cela est donné. 12. Car il y a des eunuques qui le sont dès le ventre de leur mère ; il y en a qui le sont devenus par les hommes ; et il y en a qui se sont rendus tels eux-mêmes, à cause du royaume des cieux. Que celui qui peut comprendre comprenne. »

      Apocalypse 14:4 :
      « Ce sont ceux qui ne se sont pas souillés avec des femmes, car ils sont vierges ; ils suivent l’agneau partout où il va. Ils ont été rachetés d’entre les hommes, comme des prémices pour [Dieu] et pour l’Agneau » Une scène du Seigneur des Anneaux décrit l’arrivée de ces hommes imberbes, tous identiques dans une grotte pour se ranger à côté des oppressés, jadis qu’ils étaient rejetés par l’ensemble des hommes. Quand le danger est là ...

      Nous restons dans l’indicible par ces Paroles en Mathieu et en Apocalypse pour ceux qui ne peuvent encore comprendre ... et pourtant des femmes majoritairement clientes du cabaret ont perçu cette dimension révélée uniquement par leur Cœur ! Sinon, Michou n’aurait jamais connu cette notoriété et un franc succès jamais démenti dans la durée.

      Sur la photo, en tête de l’article Jean-Marie LE PEN porte lui aussi une veste de couleur bleu. Choix conscient ? ou heureux hasard ou Providence ?

      Le bleu est la couleur du Ciel, de la Virginité par excellence. Certes pas encore le bleu royal mais il n’en est qu’un signe discret pour tendre vers ce retour au bleu royal lorsque la gueuse moribonde rencontrera ses limites, celles de son Maître tranchant le nœud gordien de l’esclavage ...


    • #2378417
      le 01/02/2020 par Igor Meiev
      Adieu Michou...

      Correctif : Jet-set*


    • #2378486
      le 02/02/2020 par tetar 1er
      Adieu Michou...

      @Enki

      ben voyons,
      et le vieux Dédé qui encule une chèvre tous les soirs il a aussi un pied au paradis ? pour être resté "vierge avec les femmes" ?

      Arrêtez de souiller les pages du Livre saint avec la picole du samedi svp...


  • #2378382
    le 01/02/2020 par Diogène
    Adieu Michou...

    Un grand MERCI à Pierre-Marie et à E&R pour cet hommage à Michou, qui est un véritable morceau d’anthologie.

    Vraiment j’ai eu un énorme plaisir à le lire, tellement le niveau de culture général est solide, ponctué de pointes d’humour subtiles, un vrai régal vous dis-je.

    Quelque part, la plume de Pierre-Marie, ma rappelé le style du regretté François Brigneau, quant il rédigeait ses articles dans National Hebdo, dans les années 80. Journal que j’achetais tous les vendredi, quant je travaillais à Paris, et lisais ostensiblement dans les salles d’attentes des gares parisiennes, avant de prendre mon train. Pour ceux qui l’ignoreraient NH, était l’hebdomadaire du Front National de Jean-Marie Le Pen.

    Bon voyage à Michou dans les autres dimensions, lui qui à su donner à Paris une autre envergure, que ce que cette ville est devenue.


  • #2378401
    le 01/02/2020 par quidam
    Adieu Michou...

    Michou aimait qu’on l’appelle ’ la belle du 18 juin’ date de son anniversaire, afin que l’on s’en souvienne.. maintenant il s’est fait la belle pour toujours, mais en laissant derrière lui un sillon bleu qui évoque l’azur, le soleil et la mer.. Adieu Michou, on t’aimais bien comme tu aimais le monde avec ses travers, ses imperfections et ses particularités, dont tu étais !


  • #2378412
    le 01/02/2020 par salvador
    Adieu Michou...

    bonsoir,une petite anecdote,j’ai l’age de monsieur soral,et j’ai d’ailleurs fait mes études a st sulpice,a deux pas de stanislas---j’avais vingt temps,je dinais tard dans un vieux resto de montmarte en compagnie d’un acteur de(au théatre ce soir)pour indice,il joue un role dans le noir te vas si bien)avec le poulain et pacome.Soudain déboule michou bras dessus,bras dessous avec deux vrais flics ;j’était sidéré----Une fois a notre table,il s’est mis piocher mes feuilles de salades ;il était hilatant


  • #2378430
    le 01/02/2020 par Enki
    Adieu Michou...

    Michou a réalisé en « sa vie d’adulte son rêve d’enfant ». Sa grand-mère et sa mère l’auront beaucoup aimé. En « sa carrière » – l’homme est passé par beaucoup de petits métiers de « prolo » dont celui de vendeur de journaux – il a tout fait de lui-même. Exigeant, rigoureux.

    Michou avait cette qualité de l’homme du « Paris by Night », connaissant au fond les angoisses, les espérances, les déceptions, les chagrins de tous les hommes – autrefois les marins en escale – aujourd’hui, « Misère du Désir » rivée à la misère spirituelle tout court et au statut de l’esclave moderne – celui qui contraint les hommes aux ronds-point humains manifestifs, bras nus, dont l’État moribond marchand A PEUR

    Il n’autorise pas, schize ce rapport à l’innocence de l’Enfant divin en nous, sa rencontre providenCiel au divin de l’autre, toutes classes confondues : elles se parleraient, se réveilleraient

    Que Paris-Paradis festif soit compté, organisé, contrôlé, régulé ainsi les classes sociales ne se rencontrent JAMAIS. Les « papillons de nuit » ont toujours transgressé ces règles.

    Michou parti. La fête n’était déjà plus au r.v. Le « Michou » un état d’esprit de la fête entre les français & françaises, une Tradition, chansons, de l’humour fin, gastronomie, bons vins, l’amitié d’une soirée : on se lâche, verre à la main. Les vedettes du show-biz savent ça. Elles sacralisaient de leur présence, ce lien d’amour « chez Michou ».

    Michou n’appréciait pas les dérives GayPride, le militantisme, la politisation de l’homosexualité pour mieux l’enfermer dans un autre ghetto, celui de la récupération commerciale de cette Misère du Désir au fond : la perte de notre patrimoine affectif, émotionnel, culturel, mercantilisé tels ces Sex-Shop trônant autour du cabaret, années 70-80.

    Les analyses de Francis Cousin sur les rapports dialectiques de l’ÊTRE & l’Avoir illustrent cette Misère.

    Dès 1983, création l’Association Homosexualités et socialisme (HES), réflexion & propositions sur les questions LBGT : ver dans le fruit.

    Contrôle de la Misère du Désir [du Divin refoulé de la « Mère divine »], que Vatican II+FM a mis sous le boisseau avec con&sentiment de bobonnes bourgeoises féministées

    « Michou », du théâtre Kabuki à la française

    Bleu couleur royale, celle du Voile de Notre–Sainte † Vierge car certains hommes ont accepté, osé la transgression,se faire eunuques pour T’honorer et préserver ton Fils, des « créatures sous-♀&♂ schiappeuses embourgeoisé.e.s au MAL inclusif=carcéral »


  • #2378492
    le 02/02/2020 par Eric
    Adieu Michou...

    Cet article est excellent. Son auteur rend un hommage honnête en ce qu’il ne cède en rien à l’esprit de sérieux presque toujours de mise dans ce genre de circonstance. L’humour est irrésistible et même hilarant, mentions spéciales aux monuments aux morts dédiés aux poilus ... » ainsi qu’à l’allusion très visuelle au carreleur ! :-) Merci Pierre-Marie.


  • #2378509
    le 02/02/2020 par delphin
    Adieu Michou...

    Un bel hommage, et comme tous les bons articles, il faut savoir lire entre les lignes :

    ....Oui, la vie n’était pas toujours si dure pour les homos lorsqu’ils étaient plus ou moins "placardisés" ; la discrétion, la visibilité moindre avait aussi ses avantages ; le militantisme "gay", intrusif, outrancier a fait croire que tout se réglerait par la famosa "visibilité" !
    .... II n’en est rien, de toute évidence.


  • #2378515
    le 02/02/2020 par onacompris
    Adieu Michou...

    on a compris le message : l’homosexualité ne doit pas se démocratiser, elle doit rester l’apanage d’une petite élite.
    Quand je vois le nombre de gens "ordinaires" qui ont été assassinés depuis des siècles, ou sont encore menacés de l’être, pour cette raison, dans de nombreux pays, je ne partage pas du tout le message ci-dessus.

     

    • #2378528
      le 02/02/2020 par Coubertin
      Adieu Michou...

      Le message est le suivant : l’homosexualité existe mais ses manifestations délirantes emmerdent le monde. Et donner encore et encore plus de visibilité à des abrutis obscènes, ériger leurs vices en religion obligatoire n’améliorera pas la situation. De facto les homos sont dans la marge : qu’ils y restent. Car la seule autre solution est qu’ils deviennent, non pas la majorité, mais des monstres sacrés détestables. Et puis, arrétez avec la chialerie : la tuberculose a fait plus de mort que la prétendue homophobie. Et reportez-vous à l’article Les Dossiers Extraordinaires de l’Homosexualité : de nombreux "gays" sont des brutes vicieuses et sanginaires.


    • #2378664
      le 02/02/2020 par misericordieux
      Adieu Michou...

      Soyons sérieux : tu peux nous faire le décompte de tes gens ordinaires assassinés pendant des siècles pour leur homosexualité ?


    • #2378776
      le 02/02/2020 par onacompris
      Adieu Michou...

      "ses manifestations délirantes emmerdent le monde"
      Elles sont où, vos manifestations délirantes, à part dans votre cerveau ? Vous en voyez souvent, dans la rue, quand vous allez faire vos courses ou que vous allez tous les matins à votre petit boulot de merde, des manifestations homosexuelles délirantes ? Comme vous n’avez probablement pas de vie, pour vous la vie se résume à l’écran de votre ordinateur, donc effectivement, quand vous vous connectez à des sites d’actualités ou autres, on vous parle de temps en temps de gays, entre le coronavirus et le retour du moustique tigre. Sinon, dans votre vie réelle, vous n’en verriez jamais.


    • #2379511
      le 03/02/2020 par Mami Wata
      Adieu Michou...

      Et il ne vous est jamais venu à l’esprit de savoir pourquoi dans de nombreux pays ces "gens ordinaires" comme vous dites qui aiment s’adonner au sexe anal sont ainsi menacés et "assassinés" ?
      Par ailleurs, affirmer que des sodomites sont assassinés parce qu’ils sont sodomites n’est que pur mensonge. Ils sont JUGES et CONDAMNES, parce que l’homophilie alias "homosexualité" dans ces pays constitue un délit, voire un crime !
      Donc calmez-vous, et rejouissez-vous de ce que votre gouvernement tolère et promeut cette pratique que je pense pour ma part abominable. Un petit tour au Nigeria ou en Arabie Saoudite vous fera prendre conscience de ce que les lecteurs réguliers et sympathisants d’E&R qui s’insurgent contre l’homosexualisme, sont à mon avis encore très très modérés sur le sujet !


    • #2379558
      le 03/02/2020 par Eric
      Adieu Michou...

      « On a compris le message ».
      Votre message repose d’emblée sur une prémisse fausse puisque précisément vous n’avez pas compris.


    • #2380866
      le 05/02/2020 par Coubertin
      Adieu Michou...

      @ On a compris

      1) Le centre LGBT à côté de chez moi qui fait des réunions d’infos aux migrants pour qu’ils constituent des dossiers d’homosexuels persécutés au bled.
      2) Ma fille en formation à 17 ans pour une petite formation sociocul, sommée de signer un règlement contre l’homophobie. Et tout de suite après une connasse de 18 ans qui annonce qu’elle est homme et qu’il faut lui donner du "il" ou du "elle"
      3) Les gay-prides, la journée mondiale du coming-out (avec animations dans les rues), les escaliers, les passages piétons arc-en-ciel.
      4) La pluie de subventions.
      5) Les cours d’histoire en quatrième pour enseigner le mariage pour tous, avec photos. Et interros écrites ensuite.
      6) Les pubs aux abris-bus d’homos enlacés (pour les préservatifs) ou de lesbiennes qui s’embrassent (salon du mariage).
      7) Les affiches cathophobes. Celle de Tours qui profanait la vierge Marie.
      8) France-Inter toute la journée.
      9) Le perron de l’Elysée pour la fête de la musique. Et peut-être même la chambre de qui-tu-sais.
      10) Les gay-games. Surtout quand Lapierre y fait un reportage.

      Ça te suffit ?


  • #2378519
    le 02/02/2020 par François
    Adieu Michou...

    Il y a une anecdote dans le film "la bonne année" avec Lino Ventura et Charles Gérard,, lors du tournage chez Michou, pour fêter la scène du film tourné dans son cabaret, Michou et ses travelos avaient servi pours les acteurs et les figurants, des menus accompagné de bouteilles de champagnes, tout le monde étaient bourré dans une ambiance de folie.
    Ainsi était Michou, un bon fêtard.


  • #2378520
    le 02/02/2020 par scatt cat
    Adieu Michou...

    Fini les homos qui avaient la classe, les Chazot, Michou, Brialy...
    Place au tarés LGBTxyz... des gays prides vulgos et gerbatives de cette époque de m.....


  • #2378547
    le 02/02/2020 par babar
    Adieu Michou...

    Je n’aime pas spécialement le style de Pierre-Marie mais je respecte sans problème. Tous les goûts sont dans la nature comme dirait Claude Nougaro. Michou, je le voyais régulièrement à Montmartre quand j’étais étudiant à l’école du Louvre et allais jouer de la cornemuse la bas pr me faire un peu d’argent... C’était certes une grosse pédale, très connu de son vivant, mais très présent à montmartre et je le croisait régulièrement dans les cafés avec des gens du commun comme moi... Aucun mépris... Jamais il a essayé de me draguer.. . C’était un mec bien en somme... Qu’il repose en paix...

     

    • #2378707
      le 02/02/2020 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Adieu Michou...

      "Je n’aime pas spécialement le style de Pierre-Marie mais je respecte sans problème."

      perso, j’aime beaucoup, c’est frais, documenté, précis, et au fur et à mesure de la lecture, on ne sait pas à quoi s’attendre, énorme différence avec les autres "grand public" et leurs saloperies convenues

      un commentaire plus haut le compare à François Brigneau
      éh bien, c’est mérité

      d’ailleurs, Pierre-Marie, peut-on considérer Michou comme une figure white trash ?


  • #2378568
    le 02/02/2020 par Sedetiam
    Adieu Michou...

    Un portrait tambour battant où les histoires se prêtent au petit bout d’Histoire...
    J’aime à lire ce genre de rythme où la chronologie vers la fin certaine est un retour en arrière.
    Voilà qui met de l’entrain de bon matin.
    Merci.

     

    • #2378745
      le 02/02/2020 par François
      Adieu Michou...

      Depuis des lustres, michou, qu’on le veuille ou non, fait partie du paysage parisien, c’est comme ça.
      Je suis aussi contre l’homosexualité affichée mais voilà je suis parisien depuis 6 générations, michou la canaille, depuis que je suis môme, je l’ai croisé et j’ai causé avec 1000 fois, toujours poli et respectueux et ne m’a jamais cassé les burnes pour la causes des "tantes".


  • #2378770
    le 02/02/2020 par Identité effacée
    Adieu Michou...

    C’est incroyable le nombre de gens qui défendent les sodomites ! Tant qu’on aura pas une droite dure, morale et racialiste qui prône l’instinct de préservation biologique , anti homosexuelle par essence, le poison continuera de se distiller dans les cerveaux .

    Sinon, Michou est mort et le RN est en deuil ! Pas un mot pour Holeindre (ou à peine) mais pour la tapette ils fondent en larmes ! Y’a t’il encore un hétérosexuel au RN ?

     

    • #2378890
      le 02/02/2020 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Adieu Michou...

      lol, y’a pas mal d’homosexuels dans la "droite dure"...

      et certains, même, qui portent à gauche, dans le lot !


    • #2378892
      le 02/02/2020 par Olivier
      Adieu Michou...

      Suis anti gay pride, anti LGBT truc, anti gpa pma ou autre sigle à la con traitant ce sujet, anti mariage partouze pardon pour tous, mais je vois dans cet article, non pas la promotion de la sodomie, mais bel et bien la fin d’une époque plus joyeuse, moins terrible que l’actuelle. Non ?!


  • #2378904
    le 02/02/2020 par Paul
    Adieu Michou...

    Merci Pierre-Marie pour cet article.
    je vivais à Paris il y a encore 10 ans, la ville était tout juste supportable...Montmartre, les abbesses étaient mon fief et je croisais souvent Michou.
    un jour, il m’aborde au Nazir, amiénois de naissance, on s’est trouvé des atomes crochus. J’ai d’ailleurs un illustre ancêtre ouvrier anarchiste qui s’appelait Catty comme lui mais je l’ignorais à l’époque.
    je peux vous dire que toute Tantouze qu’il était, Michou avait la classe, il ne m’a pas dragué du tout si ce n’est un compliment désintéressé en guise d’au revoir : »en tout cas vous êtes un très beau jeune homme, je vous souhaite une bonne fin de journée ! »
    Qu’il repose en paix. Au r’voir min fiu !


  • #2379208
    le 02/02/2020 par Rusty James
    Adieu Michou...

    Il sera partit 2 semaines après ma mere, avec quelques années en plus en compteur. Son cabaret sera remplace par une boutique de fringues Kooples, ce genre de franchise qu’on trouve dans le marais. C’est sur qu’avec son depart, tout le quartier sera aseptise. Il fait maintenant partie des mythes et légendes de Paris, un personnage excentrique mais simple et abordable. Notre Dame, Jean-Pierre Mocky, Michou, il n’y a vraiment plus rien d’authentique et de baroque a Paris, que de l’alignement au globalisme et communautarisme.


  • #2379731
    le 03/02/2020 par L’Homme las de vivre est libre de mourir
    Adieu Michou...

    Paix à son âme.
    On peut le revoir, dans son cabaret, avec Lino Ventura, dans le film "la bonne année" de 1979.


  • #2380062
    le 03/02/2020 par syure
    Adieu Michou...

    Michou doit être quelqu’un de sympathique vu le nombre d’hommages. Et celui d’E&R est touchant.
    ça reste marrant de vouloir l’opposer au mouvement LGBT car ce personnage extravagant tout en bleu est précurseur de l’extravagance des gay pride, et de le banalisation et ’friendlysation" de l’homosexualité.
    Une photo de lui avec Jean-Marie Le Pen ne sauvera pas la mise, surtout que l’autre homo Philippot ancien bras droit de Marine Le Pen était souvent décrié ici en raison même de son homosexualité.


Commentaires suivants