Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Breaking news : Bruno-le-médiateur de France Inter était un travelo !

Décidément l’héroïsme LGBT (et Q) fournit son contingent d’histoires édifiantes. Les médias, l’industrie du divertissement, les livres pour enfants trouvent dans la vie de ces nouveaux monstres sacrés matière à développer des œuvres majeures.

 

Documentaires sur la réalité sociale française, films d’actions hétéronormés et toi, salope de Martine à la Plage, disparaissez, vous n’avez plus le niveau ! Comme dirait un expert en vaselinage de Gilets jaunes : « C’est parti ! Suivez-moi ! »

- Exemple numéro un. Rocketman, un drame biographique printanier réalisé par Dexter Fletcher. Le jour de sa sortie, 29 mai 2019, s’annonce tragique pour l’humanité : ce film consacré à Elton John (alias le tonneau à lunettes chantant), pourrait séduire les foules qui ont adoré le biopic dédié à Freddie Mercury (alias le sidaïque glam-rock.) La bande-annonce est simple : un collégien classique opprimé par le vieux monde britannique se métamorphose à force de ruses un peu queer en première drag-queen de l’histoire du rock ! Youpi !

 

JPEG - 92.9 ko
L’anus de l’artiste, brisé par des décennies de tabouret pour piano, n’est pas encore sorti de sa réserve pour délivrer son opinion sur Rocketman

 

- Deuxième exemple. Avec une fiction plus exotique... Un couple d’homosexuels part en safari. Ils gazouillent dans un secteur africain sous-équipé en backroom. Ce pitch, s’il est bien développé, peut donner une agréable adaptation gonzo de Tintin au Congo. On rebaptise l’affaire Tata au Burkina Faso, une bonne promo chez Ruquier et tous les écrans de France et de Navarre y ont droit. Conseil au futur « réal » : surtout ne pas valoriser le rôle des deux militaires maladroits qui ont la mauvaise idée de se faire descendre. Normal, des blancs, hétérosexuels, dont l’un porte un nom à particule, autant dire un catholique, c’est pas gay-friendly.

- Troisième illustration de la créativité moderne. France Inter nous met lundi 13 mai un sujet remarquable. Bien développée, cette histoire pourrait se finir en série d’au moins cinq saisons. Mais commençons par les préliminaires. Funeste réveil ! Je me dirige d’un pas mal assuré vers ma cafetière. Machinalement je mets la radio. Erreur fatale : c’est la matinale de France Inter. Trop tard ! La plongée dans l’enfer de la propagande est brutale. Voilà que Nicolas Demorand et son équipe expliquent que Bruno-le-médiateur... Eh bien, d’abord il vit une retraite heureuse depuis juillet 2018 et ensuite qu’il faut l’appeler Béatrice. Là, je suis cueilli à froid par ce traitement spécial infligé en direct à six millions de victimes, les auditeurs. Bruno-Béatrice est de retour !

 

JPEG - 44.1 ko
Idée d’orientation pour la jeunesse : médiateur en radio

 

Bruno Deneas, son rôle, ô combien important, a consisté, pendant les trois ans où il a sévi à l’antenne, à reprendre les journalistes sur leurs fautes de syntaxe et de grammaire. Surtout à ne pas les embêter du tout pour le reste (dérives idéologiques, torture réitérée de l’éthique professionnelle, partis pris, la liste reste ouverte.)

Surtout, Bruno-le-médiateur remettait dans le droit chemin de la bien-pensance les auditeurs qui doutaient du traitement de l’information. Dès que possible, le gars Béatrice recadrait les hérétiques. Faut comprendre, monsieur-madame était formateur dans plusieurs écoles de journalisme. Un spécialiste, on vous dit ! Avec ça, doté d’une grosse truffe pour flairer la fake-news, débusquer le complotiste à des kilomètres à la ronde.

Dans ma tête, les turbines se mettent en route : « Quoi ? Ce père-la-morale, une fois rentré chez lui enfilait des robes et Dieu sait quoi dans son antre interdite (rusé le Bruno : un labo photo amateur dans l’appart familial...) ? »

Je me raidis : un couplet sur les sex-toys de madame pourrait bien m’arriver en pleine face juste avant le deuxième café du matin.

 

JPEG - 29.2 ko
La transition, un moment délicat et mal compris du grand public

 

Coup de bol, le sujet est rondement mené. Il respecte les canons du genre : d’abord l’attendrisseur pour tout le monde. Il a souffert Bruno-le-médiateur avec son gros secret très normal : « Je devais avoir à peu près cinq ou six ans, bon, moi j’étais femme, enfin j’étais fille... C’est vrai qu’à l’époque, dans une famille très catho, moi, tous les soirs, en effet, ma prière c’était je veux être une fille, avoir des seins... » !

Heureusement le savoir-faire du médiateur a dirigé l’amour de son entourage familial vers plus de compréhension. Voici l’épouse à la voix un peu fatiguée : « Petit à petit, elle me l’a dévoilé, je m’en suis jamais rendu compte. C’était un tsunami... Petit à petit ça fait son chemin. » Puis leur fille à la parentalité progressiste : « Je me suis beaucoup appuyée sur mon fils qui a trois ans et demi. Je n’ai pas voulu le faire appeler son grand-père papi. On a trouvé dada... »

Tout cela est charmant. La rédaction d’une radio publique offre un pot de départ à la retraite, sur notre compte, à un ancien collègue... Mais c’est la matinale : tempo ! Tempo ! Les misères, les échecs, les renoncements, les gâchis, les faillites, les angoisses et autres joyeusetés planquées dans la vie de dada et de sa famille, on s’en cogne. La cause LGBT (et Q) doit être présentée de façon po-si-ti-ve et progressivement ! Une cuillère pour parent 1, une cuillère pour parent 2...

Au fait, question de blaireau : combien ça coûte ces cinq minutes de propagande et de promo à heure de grande écoute ?

 

JPEG - 112 ko
Papa 1 et Papa 2 en plein bonheur. Le dossier d’adoption est validé

 

Enchaînons... Troisième café, sujet suivant !

Voici – surprise ! – l’histoire de deux homosexuels mariés. Ils étaient heureux, modernes, établis. Famille d’accueil même, pour des ch’tits z’orphelins. Oui mais voilà, un voisin surgi du pays profond les a poursuivi de sa haine homophobe. Il les aurait même agressé avec une serpe ! Les voilà contraints de vendre leur maison à la campagne.

On n’en saura pas plus. L’enregistrement du monstre (réalisé à la sauvette par une des victimes) est balancé en direct. Effectivement le bonhomme du terroir a un accent de mineur de fond et une voix haineuse de type monstre de Rostov (palmarès : 52 victimes). Le message du voisin est limité mais précis : « Pédé ! Pédé ! »

 

JPEG - 41.1 ko
Le monstre de Rostov, mâle blanc de plus de 50 ans au moment des faits. Aucun sens de la médiation

 

J’aurais bien quelques remarques à soumettre à la médiatrice de France Inter qui remplace la vieille (à qui nous souhaitons tous une bonne fin de vie)... mais côté confiance c’est plus vraiment ça. Je vais avoir du mal à m’ouvrir. Et puis il y a cette dernière phrase de la capsule empoisonnée. Comme l’annonce d’un prochain cauchemar : le retour de Bruno-Béatrice, qui décidément a du mal à cultiver son jardin en robe de fermière : « Elle écrit son histoire en espérant, peut-être, un jour la publier. »

Pierre-Marie (Pavillon de chasse)

Retrouvez les articles de Pierre-Marie sur E&R :

 
 






Alerter

22 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • « Ce n’est pas un signe de bonne santé mentale que d’être adapté à une société malade. » (Krishnamurti).

    La maladie, le mal a dit c’est le MAL, le néfaste disséminé, diffusé partout, en permanence, dans la sphère marchande qui a liquéfié le Politique, devenu UN POLITIQUE à l’image des méchants MARCHANDS lobbyistes.

    Le faisceau* hertzien du Golem numérique exploite les ondes radioélectriques focalisées et concentrées sur les récepteurs-émetteurs d’ondes que sont nos corps humains perçus par lui comme cibles poupées, roboïdes, marionnettes, etc ... dont l’âme est perturbée, disloquée, embrouillée, noyée, rendue confuse. La distorsion du langage : une arme.

    Il transmet le faiceau* sioniste, sa culture satanique, la dysphorie collective.

    Pas étonnant que de la dysphorie de genre apparaisse liée à une forme d’autisme, ou d’états schizophréniques, donc coupé du réel.

    Le système concentrationnaire veut précisément faire disjoncter les personnalités, afin d’affaiblir, de brouiller les pistes, l’accès à des repères bien vivants non schizés du Réel, du Royal, en chacun de nous : notre âme.

    C’est donc bien la question du SACRÉ qui est première.

    Sexe (dont la génitalité) & Spiritualité, sont UN : même souffle !

    Nous avons affaire à des malades possédés du MAL-ÊTRE parce que le JESU†S, JESUIS a disparu d’eux, il n’est plus accueilli. Le germe divin en chacun, n’est pas conscient, ni entretenu (ou très peu), dilapidé dans une sexualité frivole, c’est ce germe divin (ou notre Enfant intérieur) que le Golem sioniste DÉTRUIT dans la babylone en révolution permanente, instabilité programmée, contrôlée ...

    Babylone met en valeur une faune dysphorique genrée LGBTQ I etc .. autant de monstres-en-devenir (je pense que nous n’avons encore rien vu hélas !) enfermés sur leur île digne du Dr Moreau (roman d’H.G. Wells).

    Jésus à la base fut un guérisseur. Du corps et aussi de l’âme.

    On comprend mieux dès lors pourquoi « Sa Présence » au travers des catholiques, du Christianisme et même de l’Islam en ses profondeurs ésotériques, voilées, est rejetée, chassée, humiliée !

    La contre-initiation satanique que l’idéologie des Marchands du Temple diffuse, a inversé et embrouillé la question des eunuques dont la destinée est de sublimer la sexualité en vue du service divin, pas d’être castrés, ni châtrés.

    Vatican II l’enseignement de l’Ignorance avec les châtiments (à suivre ! )

    *(d’où provient le terme fascisme en italien

     

    Répondre à ce message

    • un bon commentaire c’est trois lignes maximum !

       
    • @Enki

      Merci pour cet excellent développement auquel je souscris grandemenr.

       
    • @anonyme

      Alors retourne vite sur Twitter.

       

    • Nous avons affaire à des malades possédés du MAL-ÊTRE parce que le JESU†S, JESUIS a disparu d’eux



      arrêtez avec votre argot débile
      vous êtes plusieurs à polissonner de la syllabe comme ça, et c’est franchement insipide comme effort de pensée.
      Le noms sont des incantations, des appels de l’être qui désignent et font vivre la chose désignée.
      Ce ne sont pas des liquéfactions sonores avec lesquelles s’amuser comme un gosse avec des légos (tiens legos, l’ego, ça sonne pareil oui, l’enfant joue avec l’ego, profond tout ça oui oui oui..)

      Bref continuez à faire joujou si vous voulez, mais sachez que vous passez totalement à côté de la dimension métaphysique du nom (demandez au peuple de la lettre et du chiffre si c’est une rigolade). Ces manipulations n’ont aucune portée, sinon à vous faire passer pour un singe (de la parole). Pas que ce soit très grave en soi, mais disons que les goys se sont suffisamment humiliés ces dernières décennies, le niveau n’arrête pas de descendre... alors n’en rajoutez pas svp.

       
  • Il a décidé de se les faire couper en 2018, à 62 ans ! Si la valeur n’attend pas le nombre des années, l’ignominie sait patienter .

     

    Répondre à ce message

  • J’étais plié de rire à la lecture de cet article. Bravo !

     

    Répondre à ce message

  • #2198528
    Le 14 mai à 19:37 par The Médiavengers Zionist War
    Breaking news : Bruno-le-médiateur de France Inter était un travelo (...)

    Quel dommage. Vous avez du échappé aux chefs-d’oeuvre "Boy Erased" et "Les Crevettes Pailletées".
    Attention au retour de bâton les filles tout de même.
    Tiens, dernière nouvelle pour la route : il paraît que les Wachowski-girls vont remettre le couvert avec Matrix.

     

    Répondre à ce message

  • Ca va trop loin !

    Moi je ne peux plus suivre... l’auteur n’a même pas été plus taquin que ça, et déjà on peine à croire à la réalité des évennements...Et pourtants je n’ai aucun doute sur la véracité de l’article.

     

    Répondre à ce message

  • Magnifiquement écrit !

    Pour un peu je vous soupçonnerais de lire Démocratie Participative en cachette ...

     

    Répondre à ce message

  • Merci pour le sourire sur un sujet aussi ...irritant...Un conseil : réglez votre radio sur d’autres ondes moins nocives....

     

    Répondre à ce message

  • France Inter , une radio d’état parmi d’autres que je n’écoute pas , question de santé !
    ( Je n’accorde plus aucun crédit aux médias mainstream ).
    Qu’ils aillent tous se faire enc....

     

    Répondre à ce message

  • Je n’en plus de ces anomalies, je me préserve de les écouter ou de les lire, voire ne pas lire ce que l’on en dit, un maximum. Aucune critique n’est permise, ou alors c’est la diffamation et le tribunal au bout, qu’ils aillent tous et toutes mourir.

     

    Répondre à ce message

  • À l’image de la décadence actuelle

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents