Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : lundi 7 novembre 2016

Valls le touriste, sécuriser la primaire, sexualité des salaires

 

Le terrorisme a fait du mal au tourisme. Pour un peu, on croirait que nos concurrents directs en matière de tourisme (les États-Unis avec 60 millions de visiteurs par an contre 80 pour la France) ont organisé les attentats hexagonauxu de 2015-2016, dont les médias commémorent déjà le premier anniversaire, pour ce qui concerne la cauchemardesque nuit du 13 novembre.

 

Paris, qui n’était déjà pas bien attirante, avec sa saleté endémique, sa communautarisation par quartiers (à quand un quartier SM ?), sa gentrification (qui grignote son centre historique), et sa quart-mondisation (ça va ensemble d’un point de vue sociologique et urbain, les très riches et les très pauvres étant les deux produits du libéralisme sans frein), a vu ses recettes publicitaires fondre comme les effectifs d’i>Télé sous la menace morandinienne.

Certes, l’Anne de Paris n’y est personnellement pour rien, mais les socialistes, avec leur idée de la Culture et de l’Art, ont tranquillement défrancisé la capitale. Or ce que les touristes viennent voir à Paris, c’est le cœur de la France, pas le plug anal en pleine face place Vendôme. La place Vendôme ? Construite par les promoteurs au XVIIIe siècle, qui œuvraient discrètement pour les grands noms de l’aristocratie, d’où cette enfilade d’hôtels particuliers représentant la puissance sociale de leurs vrais propriétaires. Au milieu de ça, trois siècles plus tard, une grosse bouse socialo-contemporaine qui chie sur Paris et sur la France. Comment voulez-vous être attractifs et crédibles, après ça ?

 

JPEG - 1.3 Mo
Et pourquoi pas des touristes armés à Paris ?

 

Alors Samuel Valls, vu l’état comateux de son supérieur hiérarchique officiel (le président François Groland, pas le président officieux, celui du CRIF) qui balance des secrets d’État en veux-tu en voilà à des journalistes en carton, prend les choses en main et déclare que c’est la sécurité qui va faire revenir les touristes. Les Indiens appellent ça la danse de la pluie (de dollars). Les Japonais, les Chinois et les Allemands, ces vacanciers gros dépenseurs, ont en effet fui notre pays et sa capitale (20% de baisse dans la restauration). Alors Valls débloque – de l’argent, s’entend – pour que nos invités se sentent chez eux chez nous, entre les Roms qui fauchent les portefeuilles des Chinois, les racailles qui attaquent les RER et les menaces quotidiennes des « islamistes », pour reprendre la phraséologie de l’axe Kepel-Cazeneuve.

En parlant de sécurité, le problème a été posé de celle des bureaux de vote de la primaire de droite « républicaine », dont l’élection du futur candidat aura lieu les 20 et 27 novembre de cette année (parce qu’après ce sera trop tard, le nouveau président risque d’être élu). Il faudra donc sécuriser 10 000 lieux qui attireront deux à trois millions de votants, dont tous ceux de gauche qui viendront y foutre un peu le boxon. Des bénévoles et la police municipale du coin assureront la tranquillité de ce processus électoral dont De Gaulle avait prédit la nocivité, pour son camp. Quant aux fouilles, il ne devrait pas y en avoir. Peut-on fouiller une personnalité de Neuilly ? Carla Bruni sera-t-elle palpée à l’entrée ? Patrick Balkany sera-t-il armé ? Vous voyez, la sécurité pose des rafales de problèmes inattendus.

 

JPEG - 1.3 Mo
Les ancêtres de la droite républicaine (LR) lors de la Commune de Paris

 

Les rigolos diront que la droite n’a pas besoin de violence terroriste, elle la pratique très bien en famille, déjà. Les sept candidats se détestant au point de concocter des alliances (provisoires) pour déboulonner telle ou telle ambition. De Gaulle avait encore raison. Ce lundi, c’est NKM qui demande la tête de Dati, ou la réciproque, on sait plus trop. Le dernier fusillé en date, c’était Sarkozy, que tout le monde à droite déteste pour des raisons personnelles ou professionnelles. Il est vrai que pendant son mandat, il a un peu traité ses ministres comme de, comme des, disons des plugs, pour rester dans le domaine artistique. Des ministres de la République se faisant savater plus bas que terre, lapins affolés fuyant les colères présidentielles…

Hollande, lui, est plus doux : il ne traîne pas ses collaborateurs dans la boue, il laisse la presse le faire. C’est moins salissant. Mais ça n’empêche pas les collaborateurs de lui en vouloir à mort. D’ailleurs, ces derniers se sentent prêts à le trahir pour porter Valls au pinacle. Oui mais voilà, c’est le camp socialiste tout entier qui est touché par la disgrâce présidentielle, qui risque d’entraîner tout le monde au fond de la cuvette, pour continuer dans la riche métaphore du plug.

La sécurité, quel merdier ! Alors que tout le monde se prend la tête pour savoir comment arrêter le terrorisme et la violence qui fondent sur notre cher pays, voilà que les femmes choisissent le pire moment pour réclamer l’égalité salariale ! Elles ont même fait du 7 novembre La Journée de l’inégalité salariale hommes/femmes. Le combat féministe continue, dit la presse dans un bel ensemble. Au fait, comment en est-on arrivés là ? À savoir que les femmes, si l’on en croit les statistiques, à travail égal, gagnent moins que les hommes ? Eh bien il n’y a pas d’explication (sauf un éventuel racisme masculin envers les femmes).

Nous allons essayer d’en avancer une, qui a le mérite d’être pragmatique, par rapport à celles que tout le monde connaît : le fait que les femmes bossent moins longtemps que les hommes (temps partiel, éducation des enfants oblige), que les grossesses tronçonnent et ralentissent les carrières, et donc la progression des rémunérations, qu’elles assurent moins de travaux physiquement pénibles (nuit)...

Globalement, à travail égal, en 2016, une femme gagne théoriquement autant qu’un homme, puisque dans les entreprises où les périmètres de postes sont fixés, la grille des salaires n’est pas sexuée, et une convention collective y veille. Donc s’il y a une différence, elle se situe au niveau de la négociation préalable, ou continue : dans ce domaine, l’assurance (ou l’agressivité) masculine désavantage les femmes.

 

JPEG - 24.3 ko
Trop longtemps, la femme a été confinée à des tâches aussi viles que mal rémunérées

 

Les femmes ne sont venues sur le marché – officiel – du travail qu’au XXe siècle. Auparavant les hommes ont travaillé, en usine, dans les champs, les échoppes, enfin dans tous les secteurs d’activité possibles. Ce n’est pas que les femmes ne faisaient rien, mais elles assistaient, et du coup, leur statut social, clairement inférieur, ne leur donnait pas droit à fiches de paye et compagnie. On va vite, hein, on n’est pas en train de rédiger une convention collective pour le beau sexe, ou le sexe faible. Quand les hommes se battaient déjà pour leurs droits, au très industriel XIXe siècle (les Canuts), les femmes étaient moins présentes, à la fois dans les usines occupées, ou sur les barricades. La lutte était un truc masculin. Car la lutte des classes a d’abord été une guerre. Avec des morts, souvenez-vous de la Commune et ses milliers d’ouvriers criblés de balles à Paris (entre 7 500 et 20 000 morts, selon les sources historiques).

Un siècle plus tard, les femmes ayant officiellement – on souligne, pour pas se faire mordre par les Chiennes de Garde – travaillé depuis la guerre de 14-18, pour remplacer les gars dans les usines et les champs, il est logique qu’elles pâtissent d’un retard dans la reconnaissance sociale. La lutte n’a pas été la même, l’engagement plus tardif. C’est pas que les hommes soient jaloux de leurs avantages salariaux (pour des boulots physiquement plus durs à l’origine), mais ça ressemble au prix du sang versé. En 2016, cela n’a moralement plus lieu d’être, mais c’est. Par exemple, les femmes sont globalement moins syndiquées (7,5% des femmes le sont seulement) que les hommes, et figurent moins dans les syndicats révolutionnaires (à partir de la fin du XIXe siècle). La révolution et la guerre, c’est encore un truc de mecs. La lutte des classes aussi, visiblement, ainsi que les fruits de cette lutte.

 

JPEG - 47.2 ko
L’employeur de Conchita a tout intérêt à la payer en tant que femme de ménage

 

Ceci étant dit, personne n’empêche une femme d’aller renégocier son salaire, si son collègue masculin, à travail égal, touche plus qu’elle. Sinon, pendant qu’on y est, comment rémunérer un transsexuel ? Faut-il le payer moins lorsqu’il devient une femme ? Plus quand elle devient un homme ?

Pour clore cette étude époustouflante sur une note happy, proposons d’inaugurer la journée de l’inégalité salariale entre Branleurs et Bosseurs, entre Rapides et Lents d’esprit, entre Manuels et Intellectuels… On se répète, quitte à se répéter : les femmes en Occident sont arrivées relativement tard sur le marché du travail, elles touchent un peu moins que les mecs, à l’image du nouveau qui débarque dans la boîte. OK, l’argument est moyen, et il est aussi très moyen d’opposer les hommes et les femmes, qui sont dans la même galère libérale. L’injustice est partout, elle n’est pas sexuelle, mais oligarchique.

 

Sur la sécurité, la droite, et la gauche révolutionnaire chez Kontre Kulture

Voir aussi :

26 mai
Un jour en France : vendredi 26 mai 2017
Burkini contre nudité à Cannes, les LGBT en Corse, Ozon le cul
28
25 mai
Un jour en France : jeudi 25 mai 2017
Collomb ministre des Gaffes, Ferrand dans la merde, Schiappa et le sexe, Nyssen à l’assaut du Ridicule (8991m)
15
23 mai
Un jour en France : mardi 23 mai 2017
Hanouna l’homo, les (gros) nichons d’Afida Turner, Clitorine de Haas
20
22 mai
Un jour en France : lundi 22 mai 2017
France/Brésil en pots-de-vins sous-marins, les gros sponsors du Macron, L’Anne Hidalgo sur la sellette
3
19 mai
Un jour en France : vendredi 19 mai 2017
Spécial « 70e Festival mondialiste de Cannes dans l’indifférence générale »
12
18 mai
Un jour en France : jeudi 18 mai 2017
Les Patriotes de Philippot et ceux du Mossad, Didier Super se moque de l’antifascisme, Patrick Timsit se couvre
13
17 mai
Un jour en France : mercredi 17 mai 2017
Lapix croque Pujadas, Lassalle raconte, le film d’animation français
29
16 mai
Un jour en France : mardi 16 mai 2017
Francis Lalanne contre Valls, Mélenchon lorgne sur le FN, les homos de Tchétchénie
21
15 mai
Un jour en France : lundi 15 mai 2017
La cérémonie de passation de pouvoir entre Hollande et Macron, et l’effondrement du journalisme de cour
28
12 mai
Un jour en France : vendredi 12 mai 2017
Une Brigitte première dame, la France par Sylvain Tesson, les alcoolos punis de RSA
45
11 mai
Un jour en France : jeudi 11 mai 2017
Hidalgo-Aubry-Taubira ou les ruines du PS, Achtung au copyright sur la Shoah, Mélenchon le soviet cong !
14
10 mai
Un jour en France : mercredi 10 mai 2017
Valls mendie devant Macron, Cohen au mercato radio, Bloch patronne d’Inter
15
9 mai
Un jour en France : mardi 9 mai 2017
La France qui fait honte : “foodeuses” du Figaro, “interculturalité” d’Anne Hidalgo, électeurs de Macron “sans adhésion”
14
8 mai
Un jour en France : lundi 8 mai 2017
Le message de la petite Syrienne à Macron, RFI et le massacre de Sétif, la meilleure prof du monde is french
10
5 mai
Un jour en France : vendredi 5 mai 2017
Bürki à poil pour Macron, Doherty pété contre le FN, le Manouche antinazi
29
4 mai
Un jour en France : jeudi 4 mai 2017
Mgr Barbarin se couche, Loran des Bérurier Noir vote Macron, et le vrai Victor Lanoux
30
3 mai
Un jour en France : mercredi 3 mai 2017
La dernière de Kepel, la dernière de Charlie, la dernière de Décodex
15
2 mai
Un jour en France : mardi 2 mai 2017
L’abjection du collabo Stéphane Guillon, Laurent Delahousse et la manip de Yerres, Dany Boon for Macron
23
1er mai
Un jour en France : lundi 1er mai 2017
Macron la récup, la pleurniche des médias, Finky contre le shoah-business
26
28 avril
Un jour en France : vendredi 28 avril 2017
Marine fait de moins en moins peur, Macron de plus en plus
16
27 avril
Un jour en France : jeudi 27 avril 2017
Les deux candidats se préparent au grand débat du 3 mai
17
26 avril
Un jour en France : mercredi 26 avril 2017
Rions un peu entre deux tours : Valls revient, Lassalle chez Hanouna, Attali déraille
11
25 avril
Un jour en France : mardi 25 avril 2017
Autour de la fracture Marine/Macron : Fenech, Onfray, les profs d’histoire-géo
22
24 avril
Un jour en France : lundi 24 avril 2017
Deuil national : finale Hollande/Marine, suicide de la gauche, carte riches/pauvres
45
21 avril
Un jour en France : vendredi 21 avril 2017
Laetitia femme de flic, Molins et le papier tombé, le rapport attentats/élections
25
 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1595394

    La france triche avec les chiffres du tourisme car toute personne en transit ( de ou vers l’espagne , par exemple ) est comptabilisée comme touriste effectif. ce qui est loin d’etre le cas puisqu’il ne font que passer à travers le réseau autoroutier pour aller faire du tourisme ailleurs.
    La france ayant une place centrale en europe de l’ouest, il est fort probable que le chiffre en soit fortement gonflé.

     

    • #1595553
      le 08/11/2016 par serpolet
      Un jour en France : lundi 7 novembre 2016

      D’après la terminologie internationale un touriste est un étranger qui effectue un séjour de plus de 24 heures sur le territoire . Les Anglais, Belges Hollandais, Allemands etc qui traversent la France pour aller en Espagne, s’ils passent plus de 24H en France, sont comptés comme autant de "touristes" .


    • #1595660

      C’est souvent qu’avec mes parents, étant enfant, nous avons fait une escale d’une nuit en France, et donc + de 24 h et considéré touristes.


  • #1595427

    Les touristes boudent la France et on les comprend : comment aller dans un pays où le patron de la DGSE, Bernard Bajolet, refuse de donner le nom du commanditaire des massacres du 13/11 sous prétexte de protéger les sources ? Jusques à quand ce scandale effarant va-t-il durer ?


  • #1595428

    Les touristes boudent la France et on les comprend : comment aller dans un pays où le patron de la DGSE, Bernard Bajolet, refuse de donner le nom du commanditaire des massacres du 13/11 sous prétexte de protéger les sources ? Jusques à quand ce scandale effarant va-t-il durer ?


  • #1595441

    Une étude scientifique publiée a montré que la seule explication au différentiel de salaire homme femme à travail égal était le manque de revendications de la part des femmes (ce n’est pas moi qui le dit). L’étude dont je n’ai plus la référence montrait que les hommes négociaient tout simplement plus et mieux leur salaire et leurs primes.

    Point, fermez le banc.


  • #1595473

    En ce qui concerne les inégalités salariales, le principale argument à opposer est le calcul biaisé qui a été fait. Pour en arriver là, les feministes comparent le salaire brut moyen des hommes au brut des femmes SANS DISTINGUER la nature de l’emploi.
    Elles comparent donc le salaire d’un ingenieur, cadre, medecin etc avec celui d’une aide soignante, puericultrice, aide ménagère...
    Il faudrait evidemment comparer a poste égal !


  • #1595500
    le 08/11/2016 par Jean le communard
    Un jour en France : lundi 7 novembre 2016

    Depuis quand les loups se plient aux revendications des brebis ? Il ne faut pas rêver , si le capital met en scène ces idiotes c’est pour les utiliser non pas pour augmenter le salaire des travailleuse ( le capital ne valorise que ce qui le valorise et il nous a bien fait intériorisé que le cout du travail était trop elever) mais pour lisser celui de tout les travailleur sur le moin disant donc celui de la femme et ensuite il nous referat le tours de passe passe avec le migrant fraîchement intégré à l’économie et encore moins bien payé.
    Leurs maîtres leurs fond crier " Égalité , égalité ! " Qu’elles se rassurent nous serons bientôt tous égaux dans la boue sauf pour ceux du haut du panier qui eux seront un peu plus égaux que les autres.
    Comme disait l’AUTRE " la lutte des classes existe et nous la gagnons"
    Désolé messieurs les canuts , messieurs les communards ...nous n’avons pas été à la hauteur et nous avons troqué vos victoire aquise à prix du sang contre de belles marchandises .
    To be or not to be ? that is the question .


  • #1595532
    le 08/11/2016 par anonyme
    Un jour en France : lundi 7 novembre 2016

    La mondialisation entraine le retour a des sociétés de castes.
    On en compte neuf.
    - Les oligarques sont ces 0.1% qui accumulent une fortune titanesque à force de prédations.
    - Les ploutocrates sont les 10% les plus riches.
    - Les apparatchiks sont tantôt cadres dirigeants, tantôt hauts fonctionnaires.
    - Les prêcheurs essayent de faire passer l’idéologie de la mondialisation.
    - Les nomades sont les "manipulateurs de symboles".
    - Les précaires sont chômeurs ou travailleurs pauvres.
    - Les fonctionnaires sont une caste hybride, protégés et sédentaires.
    - Les laissés-pour-compte sont les jeunes n’ayant ni emploi ni éducation ni formation.
    - Enfin, la neuvième caste, tout en bas, les esclaves.
    http://www.lefigaro.fr/vox/politiqu...