Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : mardi 13 septembre 2016

Eugénie Bastié contre Barthès-Hanouna, Riss et Lhermitte contre Twitter, et Alstom

 

Eugénie Bastié, c’est la nouvelle idole de la droite décomplexée : pas vraiment féministe au sens femeniste du terme, catholique offensive, conservatrice délurée (on pense qu’elle a déjà couché malgré ses 24 ans et sa bonne éducation), c’est la nouvelle bestiole qui affole les compteurs médiatiques. Moderne, la jeune fille twitte comme d’autres rafalent. À côté d’elle, les bimbos de gauche lancées par Ruquier font figure de dindes soumises d’un autre âge. Eugénie lance à toute force des bûches dans le feu du débat, et les flammes qui montent font immanquablement briller ses yeux clairs d’une lueur diabolique.

 

Aujourd’hui, Eugénie a lancé une grenade dans la mare télévisuelle française en s’attaquant à la gauche bobo et à la vulgarité populo. Pas de pitié pour Barthès et Hanouna, assimilés à la peste et au choléra. On aurait plutôt dit « au sida et au choléra » mais on ne va pas pinailler sur le côté médical de l’analogie. Ce que veut dire Eugénie – un prénom de bonniche très XIXe – c’est que le public est pris en sandwich entre l’injonction gauchiste parisienne et le rabaissement du divertissement populaire. Pour un peu, on traduirait cette attaque en charge contre la gauche socialiste et la droite libérale.

 

 

Si certains internautes lui font remarquer qu’elle n’a qu’à tourner le bouton de sa télé (maintenant il paraît qu’il existe des appareils pour commander sa télé à distance, et on peut changer de programme sans bouger son cul du divan, c’est fou), ça ne règle pas le problème pour autant. Celui d’un public qui doit choisir entre mépris de la dominance culturelle gauchiste LGBT, et la soupe versée par la dominance économique sioniste. Le mot n’est évidemment pas prononcé, car la petite perle du Figaro pense à sa carrière. Pas de chance !

Le premier à avoir sauté sur la brûlante pépite, c’est Thomas Thouroude, ex-animateur de Canal+. Qui en a fait une chroniqueuse de son émission, au côté de personnes peu recommandables. Après des années de purges et de relégation, la droite décomplexée revient sur les plateaux, mais en tant que « preuve de pluralisme démocratique ». On tolère, sans plus. C’est pas non plus Eugénie, du haut de ses 24 ans, qui va foutre le feu au Système et à sa carrière.

 

 

On reste dans les réseaux sociaux, les résoces, avec une double attaque en piqué venue des ailes droite et gauche, contre les porte-avions Twitter et Facebook. Les « Zero » (nippons) du jour sont Riss, le dessinateur survivant de Charlie Hebdo, devenu son très controversé patron, c’est pas nous qui le disons, et l’acteur Thierry Lhermitte, qui fait dans la critique bateau :

« Internet, c’est super, mais c’est aussi une perte de temps car tellement addictif ! Twitter, c’est le café du commerce à grande échelle. Je regarde mon profil Facebook 25 fois par jour en me demandant quelle nouvelle connerie je vais y trouver. En plus, comme je fais du cheval, j’ai accepté plein de gens de plein de milieux différents. Mais il y a des monstres et des racistes ! »

Lhermitte ajoute qu’il a longtemps envoyé de fausses citations sur Facebook pour y pêcher des « abrutis », tandis que Riss, lui, défend la position de son journal dans l’affaire de la plainte italienne (pas encore officielle) contre deux dessins, en comparant Twitter à une « crétinosphère ».

 

 

Merde, les gars, on vous comprend pas : vous avez du pognon, du succès, avec un talent pas si flamboyant – c’est pas Reiser et Al Pacino – et vous venez vous plaindre qu’il y a des gens qui peuvent enfin s’exprimer hors des canaux que vous représentez, et que vous occupez. Mais réveillez-vous, il va falloir vous y faire, à cette critique. On en a déjà parlé, on va pas refaire le débat, mais ce mépris affiché des membres de l’élite – ben oui, vous en êtes – est tout bonnement indécent. Prenez le pognon, répondez à tous les médias complices qui vous tendent le micro, et lâchez la grappe aux autres.
La critique, on l’accepte ou on la quitte (ça veut rien dire mais ça clôt bien le paragraphe).

 

27 février 1997, Vilvoorde, la mondialisation tombe sur la gueule des ouvriers

On sort du monde virtuel pour entrer dans le monde réel, celui de l’industrie, de l’ouvrier, du patronat et de la politique dure. Alstom est cette entreprise industrielle française implantée entre autres à Belfort, où elle emploie 400 salariés. Alors qu’un énorme contrat pour la livraison de TGV est signé avec les Américains le 26 août, dans un concert de cocoricos (en vérité les TGV seront fabriqués aux États-Unis avec notre technologie), soudain, une nouvelle stupéfiante tombe : le site historique de Belfort va fermer.

Or l’État, qui est actionnaire à hauteur de 20% dans la société majoritairement privée, ne pouvait pas l’ignorer. Pourtant, le pouvoir socialiste feint de découvrir la triste nouvelle, électoralement parlant. Parce que socialement, il s’en fout comme de sa première fausse facture. L’épisode rappelle celui que Jospin avait connu à la fin des années 90 avec Vilvoorde, l’usine de fabrication de voitures Renault en Belgique. Le site avait « dû » fermer, et Jospin avait sorti son célèbre « l’État ne peut pas tout », qui signait l’abandon du combat de la gauche sociale de gouvernement.

 

 

Rappelons que dans le gouvernement Valls 2 ou 3 (les chiffres représentant le nombre d’attentats importants qui ont meurtri les Français pendant son mandat de Premier ministre), il y a un grand ministère de l’Économie, qui consiste à obéir à la paire Bruxelles-MEDEF, et un tout petit secrétariat d’État à l’Industrie, qui passe son temps à inaugurer sa mort. Le PDG d’Alstom, qui ne doit rien à l’État, a donc pris cette décision avec les actionnaires majoritaires, et le représentant du gouvernement, qui s’appelle Sirugue, fait semblant d’avoir été berné. On y croit.

Cependant, connaissant la « reptilité » intrinsèque d’un Hollande, qui ne veut, qui ne peut pas vivre un Vilvoorde 2, un sauvetage « socialiste » du site est pressenti. Ça coûtera ce que ça coûtera, mais le socialisme sera sauf, et les ouvriers heureux. Jusqu’au lendemain du second tour de l’élection présidentielle du 7 mai 2017. Là, le village Potemkine hollandiste s’effondrera en un clin d’œil. Et les ouvriers seront à poil derrière.

 

Prolonger les thèmes du jour avec Kontre Kulture

Voir aussi :

23 juin
Un jour en France : vendredi 23 juin 2017
La vérité sur les affaires NKM, Grégory et Hanouna
18
22 juin
Un jour en France : jeudi 22 juin 2017
Zemmour défonce (Aurore) Bergé, le cinoche Mélenchon, Macron un Roi seul ?
23
21 juin
Un jour en France : mercredi 21 juin 2017
Fête de la Musique mondiale, Starbucks aime les migrants, les multi(anti)nationales
13
20 juin
Un jour en France : mardi 20 juin 2017
Alerte canicule, alerte terrorisme social, deux morts pour la France
31
19 juin
Un jour en France : lundi 19 juin 2017
Lendemain de cuite politique
24
16 juin
Un jour en France : vendredi 16 juin 2017
La France dit adieu à Helmut Kohl, le bac d’histoire-géo, l’affaire Grégory-Bayrou
11
15 juin
Un jour en France : jeudi 15 juin 2017
Le petit Grégory rebondit, Hidalgo reine du chemsex, Booba corrige le bac de philo
37
14 juin
Un jour en France : mercredi 14 juin 2017
Sauvez Najat !, sauvez Bayrou !, sauvez l’école !
13
13 juin
Un jour en France : mardi 13 juin 2017
Musée de l’Homme antiraciste, députée LREM foireuse, Michel Onfray est Dieu
57
12 juin
Un jour en France : lundi 12 juin 2017
La mort du politique, la naissance de l’a-politique, et la victoire des mathématiques
31
9 juin
Un jour en France : vendredi 9 juin 2017
Blanquer dénajatise l’école, le boum du télétravail, Hanouna contre le CSA
10
8 juin
Un jour en France : jeudi 8 juin 2017
Taxi 5 sans Samy Naceri, Yannick Noah paye sa prune, Lefebvre balance et Griveaux blanchit
9
7 juin
Un jour en France : mercredi 7 juin 2017
Le Quasimodo de Notre-Dame, Barbier sur Macron TV, suicide paysan
13
6 juin
Un jour en France : mardi 6 juin 2017
Taddeï dans le cul chic, Dieudonné contre le Giflé (Valls), une Seconde Guerre mondiale sans guerre
11
5 juin
Un jour en France : lundi 5 juin 2017
Ruquier "cocufié" par Mélenchon, Drucker "déplacé" sur France 2, Les Enfants de la télé sans Arthur
8
2 juin
Un jour en France : vendredi 2 juin 2017
Thomas Pesquet atterrit, un Sénégalais patriote, Têtu contre les Grosses Têtes
24
1er juin
Un jour en France : jeudi 1er juin 2017
Aubenas se paye Ruffin, Tony Parker lâche Najat, la semaine de 4 jours
5
31 mai
Un jour en France : mercredi 31 mai 2017
Maxime Hamou dérape, Hanouna contre les gays, StreetPress dénonce
16
30 mai
Un jour en France : mardi 30 mai 2017
Arte antisémite ?, Blanche allume Polanski, Diane Kruger l’antinazie primaire
18
29 mai
Un jour en France : lundi 29 mai 2017
La milice Act Up primée à Cannes, la SNCF contre le public, Despentes dévisse
24
26 mai
Un jour en France : vendredi 26 mai 2017
Burkini contre nudité à Cannes, les LGBT en Corse, Ozon le cul
28
25 mai
Un jour en France : jeudi 25 mai 2017
Collomb ministre des Gaffes, Ferrand dans la merde, Schiappa et le sexe, Nyssen à l’assaut du Ridicule (8991m)
15
24 mai
Un jour en France : mercredi 24 mai 2017
Godard par Hazanavicius, Rodin par Doillon, le fils Garrel et la fille Higelin
25
23 mai
Un jour en France : mardi 23 mai 2017
Hanouna l’homo, les (gros) nichons d’Afida Turner, Clitorine de Haas
20
22 mai
Un jour en France : lundi 22 mai 2017
France/Brésil en pots-de-vins sous-marins, les gros sponsors du Macron, L’Anne Hidalgo sur la sellette
3
 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1556221

    Le combat contre le burkini finissant avec l’été, place à la mascarade du gouvernement contre le méchant patron d’Alstom, faut bien occuper 80% de l’espace médiatique.

    Ce gouvernement qui en 2014 a laissé la SNCF, entreprise publique actionnaire majoritaire d’Eurostar, acheter ses trains en Allemagne et qui, aujourd’hui, veut nous faire croire qu’il se bat pour sauver l’usine de Belfort.
    Le même qui en 2017 va équiper l’armée française de fusils... allemands pour remplacer le Famas, après avoir écarté de l’appel d’offre la PME française Verney-Carron qui souhaiter entrer en compétition pour préserver ses emplois.

    Si, demain, Verney-Carron ferme, allons nous encore être obligé de supporter le même cirque ?

     

    • #1556682

      La France n est plus capable de fabriquer des armes de petits calibres le projet Berney Caron n était pas viable dans le temps donne et reposait sur un ensemble d associations industrielles hypotetiques
      c est en grande partie ce qui a fait le bonheur de ceux qui pouvaient répondre à cet appel d offre allemands et belges


  • #1556251

    peuchere, thierry lhermite fait du cheval et a du accepeter des gens de tous les milieux sociaux...ca le change de neuilly le pepere ? si c est pas du mepris de classe...
    ca le derange moins quand ces millions de gens vont voir ses films au cinema... la par contre y prend le pognon...la ce sont plus des " racistes"...

    thierry ce sont peut etre des gens qui sont en situation economique precaire et qui veulent retrouver de la secuité et l impression d etre chez eux, tu arrives a comprendre ?

    que c est triste de devoir etre decu par toutes ces anciennes idoles...quelle triste epoque...

     

    • #1556469

      En même temps si vous étiez fan de Thierry Lhermite (c’était vraiment une idole pour vous ?) vous n’aviez peut être pas choisi le bon cheval....Normal d’être déçue. On est loin d’un Gabin, d’un Delon, d’un Depardieu, d’un Dewaere, d’un Maurice Ronet, d’un Bernard Blier, ou même encore d’un Pierre Richard ou un André Pousse,....
      J’en passe plein, il y en a trop.
      Prendre Thierry Lhermite pour un bon acteur est déjà une erreur à la base, donc votre déception prévisible est logique.
      Cordialement.


    • #1556894
      le 14/09/2016 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Un jour en France : mardi 13 septembre 2016

      @ zuleya & Nono

      Vous avez bien entendu raison, mais jamais un "spécialiste" des chevaux ne s’exprimerait ainsi.
      "Faire du cheval" est une expression parfaitement incorrecte, c’est monter (à cheval) qu’il faut dire.
      L’imposture de ces gens est donc sans limites, même lorsqu’il se veulent élitistes, la médiocrité de leur pensée et leur manque de culture abyssales les rangent dans la catégorie des cuistres et non des aristocrates. Sic est  !
      Toute la différence entre avoir et être...


  • #1556256

    Lhermitte et Riss ont raison.
    Gardez à l’esprit qu’Internet ne se résume pas à Twitter et Facebook (même si les deux entreprises privées mettent toutes leurs forces jour après jour pour que ce soit le cas).
    Dire que Facebook est génial parce qu’il ferait avancer le débat démocratique revient à dire que Pokemongo est génial parce qu’il favoriserait les promenades dominicales.


  • #1556264
    le 13/09/2016 par réGénération
    Un jour en France : mardi 13 septembre 2016

    Et le lendemain, le 8 mai, on fêtera la libération... du socialisme !


  • #1556267

    après leur dessin macabre sur Stromae, l’un des plus talentueux et plus jeune Artiste Musical , qui ne s’est pas abaissé à répondre -
    l’ Italie n’a pas réagi de la même façon devant des Minables qui se cachent derrière la Liberté d’expression et le rire de la pouf en dit long sur le respect des autres et les valeurs de la France ( fraternité ) ......

     

  • #1556275

    Eugénie Bastié tout le contraire de ces deux cons à la radio -
    et puis on n’a pas envie d’éteindre notre télé, on veut juste que ce soit eux qui dégagent
    ras le cul de supporter cette bande de serpillères -


  • #1556307
    le 13/09/2016 par La pythie
    Un jour en France : mardi 13 septembre 2016

    Eugénie Bastié fait du politiquement incorrect...correct ! Elle dira juste ce qu’il faut pour affoler l’audimat et rester au centre du jeu médiatique, mais elle ne dépassera jamais la ligne jaune...seul Zemmour à ce privilège inouï de pouvoir dire - presque - tout ce qui lui passe par la tête ...


  • #1556544

    Ignobles, les deux protagonistes de la vidéo Riss "lasagnes".
    La mémoire n’est pas confiscable éternellement.
    En tant que français, nous sommes représentés par ces deux éléments qui font tache, et il y a de quoi avoir honte vis à vis des Italiens.
    Les morts de Charlie Hebdo, du camion, du Bataclan sont comparables à quoi de gastronomique du coup ?


  • #1556571

    Je suis choqué du sourire de la journalope aux gros nibards de France sphincter ,concernant le tremblement de terre ,en Italie. Si ce séisme avait frappé l’Israël ,je suis sur que cette andouille aurait eu un comportement plus digne. Ces gens me répugne de plus en plus.

     

    • #1556752
      le 14/09/2016 par la France libre
      Un jour en France : mardi 13 septembre 2016

      faut s’en débarrasser en 2017 avant que le reste du monde s’imagine que les Français ressemblent à ces deux trouducs ...
      ça serait bien que quelqu’un pense à virer toutes ces racailles comme les serpillères de Canal+


  • #1556625

    Ah oui, les gens s’expriment !
    Mais pour un objet intéressant, combien d’anneries ?

    Du simple commentaire à la vidéo, il y aurait beaucoup à jeter.
    (Je m’inclu volontier dans la deuxième catégorie,sauf exception)
    Mais à force ca a un peu tendance à partir dans tous les sens aussi.


  • #1556638

    Un peu minable la pseudo-attaque contre Eugénie Bastié. Pour une Jeune femme de 24 ans, c’est pas mal, elle a déjà un discours construit et cultivé.


Commentaires suivants