Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : mercredi 14 septembre 2016

Hidalgo et la pollution, la loterie des migrants, l’espérance de vie

 

L’Anne de Paris, créatrice de bouchons

L’Anne de Paris persiste à vouloir faire de la capitale le spectacle de la marchandise, avec les touristes en invités. Mais ça, c’était avant les attentats. Elle oublie que 1 200 000 Parisiens travaillent à Paris chaque jour, sans visa touristique, sans compter les lycéens et étudiants. Ces personnes se déplacent en métro (bondé), RER (bondés), bus (bondés), et voitures (bouchonnées). Et que 600 000 banlieusards plus ou moins proches entrent dans la même ville pour y travailler chaque jour. Ce qui fait 1 800 000 actifs, qui se déplacent au moins deux fois par jour.

Interdire les voies sur berges à la circulation, c’est prendre un pari audacieux. La raison officielle de cette évolution hidalgienne est le niveau de pollution atmosphérique. Avec l’augmentation du nombre d’allergies pulmonaires, d’enfants asthmatiques et autres statistiques mortifères, l’argument du maire semble recevable. Cependant, l’opposition argue qu’il s’agit d’une décision éminemment politique, puisque le PS tout seul ne peut pas gagner sans les écolos. De plus, la pollution automobile ne compterait que pour 8% de la pollution totale de l’air parisien, en ce qui concerne les fameuses particules fines. Une décision politique qui va punir encore plus les travailleurs au profit des oisifs. Bénéfice privé, perte publique, on connaît la chanson.

 

 

L’opposition frontiste avance son argument sur la pollution, la mairie contre-attaque avec l’appel des cinq pneumologues… C’est le 26 septembre que la décision définitive à propos de la piétonnisation sera prise. Une initiative destinée à la « reconquête de leur fleuve par les Parisiens », ose la mairie, sans rire. Pour en faire un Paris Plages LGBT généralisé ?

Une pollution à laquelle échappera vraiment la capitale, c’est celle des migrants de Calais. Poussé par l’opinion, l’opiniâtre ministre des Attentats, le tragique Cazeneuve, en a sorti une énorme. Alors que les pouvoirs publics sont en train de vider le bidonville sorossien de la « jungle », la question se pose du lieu d’atterrissage des indésirables.

Parce que personne en France n’en veut, à part quelques couillons de gauche, saturés de propagande oligarchique. La trouvaille géniale du gouvernement, qui prouve encore une fois, s’il le fallait, que nos dirigeants n’ont pas un gramme d’imagination – c’est bien pour cela que ces connards ne solutionnent jamais rien – c’est de saupoudrer ces milliers de clandestins dans des communes suffisamment petites pour qu’elles ferment leur gueule. Parce que, tenez-vous bien, en Île-de-France et en Corse, ça créerait trop de problèmes !

 

JPEG - 243.1 ko
Rassemblement anti-migrants à Bastia en septembre 2015

 

On a bien compris que l’oligarchie française, le cul au chaud à Paris, n’a pas envie de voir débarquer quelques milliers de zombies répugnants, même si l’Anne de Paris en a commandé une poignée, histoire de faire socialiste. Et comme les Corses ont montré un sens de la souveraineté insulaire qui force l’admiration, dans ces moments de laxisme frontalier, ils ont gagné le droit de vivre et travailler en paix. Ce ne sera pas le cas des petites communes qui vont hériter du gros lot. Là, pour le coup, il n’y a que des lots perdants. Les migrants en France, c’est la Française des Jeux, où l’on ne gagne jamais, et où l’on peut perdre gros. Soyons justes, il y a quand même des gagnants : ceux qui ne tirent pas de lot de migrants. Les autres, ben, courage.

À 35 ans, un homme cadre peut espérer vivre jusqu’à 84 ans, contre 77,6 ans pour un ouvrier, selon l’Insee (donnée moyenne entre 2009 et 2013), soit plus de six ans d’écart. L’espérance de vie à 35 ans d’une femme cadre est de 53 ans (elle peut espérer vivre jusqu’à 88 ans) contre 49,8 ans pour une ouvrière (qui peut espérer vivre jusqu’à 84,8 années), soit trois années de différence.

Courage aussi pour les ouvriers, qui vivent moins longtemps que les cadres. Qui eux-mêmes, avec la dose de stress qu’ils se mangent, vivent moins vieux que des glandeurs qui se sont habitués à une vie plus simple : pas de gros salaire, mais pas de gros stress. C’est peut-être la solution d’avenir. Plusieurs raisons qui expliquent cette « injustice ». Et pas seulement la pénibilité du boulot.

Les inégalités d’espérance de vie entre milieux sociaux résultent d’un ensemble de facteurs. La qualité et l’accessibilité du système de soins jouent un rôle secondaire par rapport aux conditions et à la durée du travail, l’attention portée au corps, l’alimentation ou les modes de vie en général (consommation d’alcool ou de tabac, pratiques à risque).

 

Zemmour dans son précédent bouquin, pas celui où il explique qu’il faut refaire la Bataille d’Alger, non, celui sur le Suicide Français, rappelait une anecdote frappante : Bismarck, l’homme qui accorda des droits sociaux aux ouvriers allemands bien avant les Anglais et les Français, demanda un jour à son conseiller à quel âge accorder la retraire aux salariés… pour ne pas la leur payer. C’est-à-dire à l’âge de leur mort. « 65 ans », lui répondit son conseiller.

C’est sur terrainsdeluttes.ouvaton.org que nous avons chipé le paragraphe édifiant qui suit, qui ne concerne pas les cadres, mais les jeunes mamans. Le principe d’inégalité sociale est identique. Il montre que l’accès aux soins, malgré leur disponibilité publique, n’est pas le même pour tous, après coup. Le niveau d’information fait la différence. La culture, in fine. Que les gauchistes du site nous pardonnent, le sujet est intéressant, et correctement traité. Nous sommes peut-être de gros méchants, mais la question sociale nous importe, et on a pas mal creusé la problématique de la santé, surtout vue sous l’angle de l’information.

De fait, à nombre de consultations égal, on est plus ou moins bien soigné selon le niveau de l’échelle sociale où l’on se situe et selon son origine nationale. L’anthropologue Sylvie Fainzang montre que les malades d’un cancer sont moins bien informés sur leur maladie par leur médecin quand ils appartiennent aux classes populaires. L’étude des registres dédiés aux maladies cardiaques, dont rendent compte trois chercheurs de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), aboutit à un constat similaire : si la prise en charge des patients hospitalisés pour un infarctus du myocarde ne diffère pas selon les catégories sociales, les trajectoires de soin qui précèdent et suivent l’infarctus varient, quant à elles, fortement. Au moment de l’apparition d’une douleur thoracique, premier signe d’un infarctus, les catégories sociales les plus favorisées font l’objet d’une prise en charge médicale « plus approfondie, plus spécialisée que dans les autres groupes ». Et de conclure : « Sur cet aspect, ce n’est pas l’accessibilité qui serait le problème majeur, mais plutôt la nature des interactions entre les patients et l’appareil de soins. »

 

Conclusion : il est possible de combler cette injustice, car la différence de qualité de soins ou de longévité ne dépend pas du niveau social, mais intellectuel. Certes, ces deux niveaux semblent corrélés, si l’on en croit les stats officielles, et le jugement de valeur, mais rien n’empêche un « pauvre » de lire un livre sur la santé, et plus généralement, sur la politique. La culture, seul moyen de combler les différences sociales.
La justice, elle est là, pas dans les ministères ou les tribunaux. Vite, un livre !

 

 

Prolonger les thèmes du jour avec Kontre Kulture

Voir aussi :

30 juin
Un jour en France : vendredi 30 juin 2017
Adieu Loulou Nicollin, la priorité de Macron 1er, un député voilé !
19
29 juin
Un jour en France : jeudi 29 juin 2017
Tour de France sexy, Marseille anti kebabs, TGV Paris-Vinci-Bordeaux
24
28 juin
Un jour en France : mercredi 28 juin 2017
Rwanda/France, la rééducation nationale, Amrani/Valls
24
27 juin
Un jour en France : mardi 27 juin 2017
Les super riches, amoureuse d’un migrant, Pôle Emploi bidon, T411 à la rue
28
26 juin
Un jour en France : lundi 26 juin 2017
Xavier Niel le sauveur, Rebecca contre la chantilly, Stéphane Guillon le collabo viré
17
23 juin
Un jour en France : vendredi 23 juin 2017
La vérité sur les affaires NKM, Grégory et Hanouna
24
22 juin
Un jour en France : jeudi 22 juin 2017
Zemmour défonce (Aurore) Bergé, le cinoche Mélenchon, Macron un Roi seul ?
23
21 juin
Un jour en France : mercredi 21 juin 2017
Fête de la Musique mondiale, Starbucks aime les migrants, les multi(anti)nationales
13
20 juin
Un jour en France : mardi 20 juin 2017
Alerte canicule, alerte terrorisme social, deux morts pour la France
31
19 juin
Un jour en France : lundi 19 juin 2017
Lendemain de cuite politique
24
16 juin
Un jour en France : vendredi 16 juin 2017
La France dit adieu à Helmut Kohl, le bac d’histoire-géo, l’affaire Grégory-Bayrou
11
15 juin
Un jour en France : jeudi 15 juin 2017
Le petit Grégory rebondit, Hidalgo reine du chemsex, Booba corrige le bac de philo
37
14 juin
Un jour en France : mercredi 14 juin 2017
Sauvez Najat !, sauvez Bayrou !, sauvez l’école !
13
13 juin
Un jour en France : mardi 13 juin 2017
Musée de l’Homme antiraciste, députée LREM foireuse, Michel Onfray est Dieu
57
12 juin
Un jour en France : lundi 12 juin 2017
La mort du politique, la naissance de l’a-politique, et la victoire des mathématiques
31
9 juin
Un jour en France : vendredi 9 juin 2017
Blanquer dénajatise l’école, le boum du télétravail, Hanouna contre le CSA
10
8 juin
Un jour en France : jeudi 8 juin 2017
Taxi 5 sans Samy Naceri, Yannick Noah paye sa prune, Lefebvre balance et Griveaux blanchit
9
7 juin
Un jour en France : mercredi 7 juin 2017
Le Quasimodo de Notre-Dame, Barbier sur Macron TV, suicide paysan
13
6 juin
Un jour en France : mardi 6 juin 2017
Taddeï dans le cul chic, Dieudonné contre le Giflé (Valls), une Seconde Guerre mondiale sans guerre
11
5 juin
Un jour en France : lundi 5 juin 2017
Ruquier "cocufié" par Mélenchon, Drucker "déplacé" sur France 2, Les Enfants de la télé sans Arthur
8
2 juin
Un jour en France : vendredi 2 juin 2017
Thomas Pesquet atterrit, un Sénégalais patriote, Têtu contre les Grosses Têtes
24
1er juin
Un jour en France : jeudi 1er juin 2017
Aubenas se paye Ruffin, Tony Parker lâche Najat, la semaine de 4 jours
5
31 mai
Un jour en France : mercredi 31 mai 2017
Maxime Hamou dérape, Hanouna contre les gays, StreetPress dénonce
16
30 mai
Un jour en France : mardi 30 mai 2017
Arte antisémite ?, Blanche allume Polanski, Diane Kruger l’antinazie primaire
18
29 mai
Un jour en France : lundi 29 mai 2017
La milice Act Up primée à Cannes, la SNCF contre le public, Despentes dévisse
24
 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1557283
    le 14/09/2016 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Un jour en France : mercredi 14 septembre 2016

    Le niveau social dépend du niveau intellectuel, selon la capacité à choisir, ou pas.

     

  • #1557296
    le 14/09/2016 par super repentant
    Un jour en France : mercredi 14 septembre 2016

    "bidonville sorossien" : j’adore cette verve !


  • #1557470
    le 15/09/2016 par le réchin
    Un jour en France : mercredi 14 septembre 2016

    Les bagnoles sur les voies sur berges c’était honteux, cela défigurait ce qui était - et ce qui va redevenir - une des plus belles promenades de Lutèce . Sur ce coup Hidalgo a mille fois raison . Toutes les berges de la Seine à Paris doivent redevenir piétonnes . Avec café-restaurants au bord de l’eau ou sur des péniches .

     

    • #1557650

      On ne dit pas le contraire, mais il fallait commencer par décentraliser les lieux de travail en incitant les entreprises à se délocaliser en province, afin de diminuer la population qui se déplace chaque jour.
      Ce ne sont pas les aéroports, les autoroutes et les moyens de transports en commun qui manquent dans et autour des 60 plus grandes agglomérations de France pour y vivre et y travailler, souvent même dans de meilleures conditions qu’à Paris.


  • #1557567

    Si cela ne vient pas de la circulation automobile les 92% de particules fines viennent d’où ? Je sais qu’en Chine par exemple cela vient des centrales à charbon, des hauts-fourneaux...dans certaines villes du Canada l’hiver cela vient des systèmes de chauffage au bois...mais est-ce la cas pour la région parisienne ?
    Pour en revenir à la circulation automobile interdire cette dernière dans des zones spécifiques loin de réduire la pollution elle l’augmente ! En effet cela réduit la fluidité de la circulation, augmente la congestion du trafic et donc la pollution. En effet interdire des zones à la circulation ne signifie pas une diminution du trafic ! Cela ne fait que le déplacer et le concentrer. Donc il y aura autant de voitures mais au lieu d’être réparties de manière relativement homogène ces dernières formeront des bouchons sur la voirie qui leur sera accordée (autant de voitures mais sur moins d’espace disponible.) Pour vraiment réduire la circulation et sa pollution il faut au contraire améliorer sa fluidité tout en ayant une politique de développement des transports publics et en offrant des avantages fiscaux à ceux qui souhaiterait et pourrait abandonner leur voiture au profit des transports en commun ou de tout autre moyen de transport écolo.


  • #1557649

    Les rats d’égouts à paris respireront bien mieux


  • #1557675

    La pollution à Paris ,faudrait déjà commencer par Madame Hidalgo ,qui pollue la vie des Parisiens en interdisant les voies sur berges ,enlève des places de parking ,installe des migrants un peu partout dans Paris ,Paris plages ,et les défilés LGBT. Je pense que quand déjà ces problèmes auront disparus ,Paris redeviendra Paris ,et surtout pour finaliser le tout ,sans les socialopes. On peut toujours rêver.