Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’inquiétant M. Macron…

La candidature de M. Emmanuel Macron prend aujourd’hui une certaine ampleur, voire une ampleur certaine. Il est donné actuellement en seconde position pour le premier tour de l’élection présidentielle d’avril prochain, étant crédité d’environ 20 % des suffrages. Mais, cette candidature, portée à grand bruits, à sons de trompes et de cymbales, par une partie de la presse interroge, et suscite de nombreuses questions. Il est frappant que pour M. Emmanuel Macron et ses partisans ces questions ne soient vues que comme des attaques possibles, et si possible – cela fait tellement mieux aujourd’hui – téléguidées par une « puissance étrangère ». Pourtant, ces questions sont parfaitement légitimes, et le candidat devra y répondre.

 

Monsieur Macron et ses mystérieux soutiens financiers

Ces questions sont tout autant de forme que de fond. Pour ce qui est de la forme, il est légitime de s’interroger sur qui soutient le candidat. Monsieur Macron refuse de révéler la liste de ses contributeurs. Étrange pudeur pour un homme qui n’hésite pas à s’afficher avec sa compagne en première page des magazines. Aurait-il donc quelque chose à cacher ? Il s’offusque, et avec juste raison, des attaques sur sa vie privée. Mais, les sources de financement d’une campagne politique ne relèvent nullement de la « vie privée ». Elles sont un élément important d’information des citoyens. Imaginons un instant que la campagne de M. Macron soit financée par de grands banquiers américains ou par des émirs d’Arabie. Ne serait-il pas intéressant que le citoyen français, auquel M. Macron demandera son suffrage, le sache ? Et, s’il n’y a rien de politiquement répréhensible, de scandaleux, dans les sources de son financement, pourquoi M. Macron s’obstine-t-il à ne pas les révéler ? C’est une question certes de forme, mais où l’on touche au fond. La transparence sur le financement de la campagne est un impératif dans toute démocratie qui se respecte. Même si l’on convient que rien n’est moins sûr que nous soyons toujours, dans la France de 2017, dans une démocratie. Car, nous en sommes là, et M. Macron est justement un symptôme de cet état des choses. Bref, on aimerait savoir qui finance cette équipe que l’on devine derrière le candidat, qui paye ces « nombreux » experts dont se réclame M. Macron. Est-ce donc M. Drahi, ou l’un des quelconques oligarques français ?

 

 

De même, M. Macron a-t-il utilisé les moyens du gouvernement, l’argent du ministère, pour organiser les premiers pas de son « mouvement » politique, qui s’avère n’être qu’un très banal parti ? On dira que c’est là péché véniel. Et, encore une fois on veut bien en convenir. Comparé aux scandales qui frappent la campagne de François Fillon, ce que la presse appelle le « Pénélope Gate », il n’y a rien de comparable. Il n’est nullement question d’enrichissement personnel en la matière. Mais, M. Macron aimant à se présenter comme un candidat « anti-système », il serait bon que l’on sache s’il a bénéficié des moyens financiers du dit système pour lancer sa campagne et pour soutenir ses premiers pas en politique. Il y aurait là une plaisante contradiction. Une contradiction qui mettrait au grand jour la nature en fait profondément démagogique de la campagne de M. Macron.

 

Le candidat « anti-système » ?

Car, ce n’est pas rien que de se présenter comme un candidat « anti-système » quand on a le pédigrée d’Emmanuel Macron. Brillant étudiant, jeune banquier d’affaires, conseiller d’un Président de la République : M. Macron fait indubitablement partie du système politique, de ce que Jean-Pierre Chevènement appelait l’établissement. Il ne peut impunément se prétendre dans un rapport d’extériorité avec ce dernier. Quand je fus invité à l’Élysée à l’été 2012, et quand M. Macron me reçut, il avait un bureau mitoyen à celui de François Hollande. D’ailleurs, ce dernier passa une tête et se joignit à la discussion que nous avions avec celui qui était, très officiellement, le conseiller économique du Président.

Ce n’est donc pas rien que de se présenter comme « anti-système » quand on a eu ce genre de fonctions officielles, et quand on a été Ministre, comme le fut Emmanuel Macron. Il est possible qu’il ait trouvé son chemin de Damas, entre la cantine de l’Élysée et le salon où l’on sert le café et les cigares. Il n’y a rien d’impossible. Mais, avouons que l’on aimerait en savoir un peu plus sur ce qui aurait motivé la rupture de M. Emmanuel Macron avec un « système » dont il a largement profité et qui l’a bien aidé, voire qui l’aide encore. Si l’on ne veut pas croire que ce soit la seule ambition, le gout du pouvoir pour le pouvoir et non pour en faire quelque chose, il doit nous en dire plus sur ce point. Or, on remarquera à quel point il est, sur cette question, d’un étrange silence. Ce n’est plus un ancien ministre, mais c’est un poisson rouge tournant dans son bocal.

Résumons nous : le point ici litigieux n’est pas que M. Macron se donne pour un candidat anti-système, mais qu’il ne fournisse aucun élément qui nous permette de juger de son éloignement avec le dit système. S’il est rupture avec ce qu’il appelle le « système » il doit impérativement nous dire pourquoi. M. Jean-Luc Mélenchon fut sénateur et ministre socialiste, dans le gouvernement de Lionel Jospin. Il s’est clairement exprimé à ce sujet et il a fourni d’amples informations sur ce qui l’a conduit à rompre avec ce parti. Il est donc parfaitement crédible en représentant de cette gauche en révolte, « insoumise » comme il aime à le dire, face aux dérives dont le P « s » s’est rendu coupable de puis vingt ans. Il n’en va nullement de même avec M. Emmanuel Macron. Ses mots sentent trop la posture, et celle-ci révèle l’imposture.

 

C’est le fond qui manque le plus…

Tout ceci met au grand jour ce qu’est la candidature d’Emmanuel Macron. Une pièce montée, avec ce gout un peu douceâtre et écœurant des pâtisseries de supermarché qui ont le sucre et les lipides en excès. C’est une candidature qui précède le programme, alors que la logique imposerait l’inverse. Car, se présenter à l’élection présidentielle, ce n’est pas rien, même si ce n’est que pour briguer le poste de gouverneur d’une France soumise à l’Allemagne. On attend d’un candidat un programme et une vision, qui ne se limite pas à des effets de manche dans des salles de réunions et devant des auditoires conquis d’avance. On attend du fond ; et le fond ici, contrairement à la fable du laboureur et de ses enfants, c’est bien ce qui manque le plus.

On ne doute pas que les dizaines et les dizaines de petites mains qui travaillent inlassablement sous la houlette de M. Jean Pisani-Ferri, ancien conseiller de Jacques Delors, ancien directeur du Conseil de politique économique, n’arrivent à produire un « programme », qui soit à la fois détaillé, chiffré, et absolument inopérant. Ce n’est pas cela faire de la politique. C’est dire quelle doit être la position de la France dans les temps troublés qui nous attendent, que propose-t-on face à la menace terroriste, comment entend-on séparer l’islam de l’islamisme pour garantir l’exercice des droits des femmes et des minorités, et garantir la laïcité. Mais, de cela, ni Emmanuel Macron, ni les gens qui le conseillent n’en sont capables. Car ces gens, cet entourage issu des divers couloirs et officines du pouvoir depuis plus de vingt-cinq ans, cet entourage donc si représentatif du « système » contre lequel tonne Emmanuel Macron, ne fait plus de politique depuis longtemps. Il n’en fait plus car il a renoncé à la souveraineté. Il se contente de vivoter dans la technique.

Il est possible que M. Macron en soit conscient. L’homme ne manque pas ni de finesse ni d’intelligence. Mais, pour retrouver le sens de la politique, il devrait rompre avec justement avec cet entourage, et avec les soutiens que celui-ci lui apporte. Or, que serait-il sans ces soutiens, sans cet argent, sans ces moyens ? Il n’aurait certes pas la majorité de la presse française en train de l’encenser.

 

Qui est M. Emmanuel Macron ?

Qui donc est Emmanuel Macron ? Qui donc se cache derrière cette image de gendre idéal, que nous vend la presse à grand spectacle ? Quelle est donc la réalité de sa candidature ? Il se présente comme un homme venu de nul part, ce qui à tout prendre est mieux qu’un homme de je suis partout. Mais ce nul part, cette « société civile » dont il aime tant à parler, n’existe pas. On vient toujours en réalité de quelque part, que l’on s’en réclame ou que l’on soit en rupture par rapport avec son milieu. À vouloir cacher l’origine de sa candidature, Emmanuel Macron ne se rend pas compte qu’il en révèle le sens de la manière la plus éclatante qui soit. Il est le candidat des oligarques, du MEDEF, de ces affairistes qui confondent l’industrie avec un immense jeu de Monopoly, mais tout en évitant soigneusement la case « prison ».

Mais il sent bien que cette vérité ne peut être dite. Elle serait une insulte pour l’immense majorité des français, pour ceux qui ont un emploi comme pour les 4,5 millions qui en sont privés, pour tous ces gens qui ne rêvent pas de devenir milliardaire mais tout simplement d’avoir une vie digne et normale, d’élever leurs enfants dans un pays qui a un système éducatif qui fonctionne, un système de santé qui soigne également riches et pauvre, un pays dans lequel on ne regarde pas à la couleur ni la religion de l’autre, mais on lui demande d’être français et d’aimer la France.

Alors, Monsieur Macron se cache tout en se mettant en scène. D’où le malaise qui aujourd’hui grandit à son égard. Même ceux qui le soutiennent, ceux qui assistent à ses réunions publiques, à ces messes à grand spectacle, en sont gênés. La fluidité de son électorat potentiel indique bien que les français ne sont pas dupes. Il nous vend un personnage de théâtre, l’arriviste qui crache dans la soupe qui l’a longtemps nourrie. Il se veut en Rastignac du XXIème siècle, mais ceux qui ont imaginé le scénario qu’il nous interprète n’ont pas le quart de la moitié du talent d’Honoré de Balzac. Il prétend aux premiers rôles mais, comme un autre « gendre idéal » avant lui, il ne sait pas que l’histoire est tragique. Il finira tel un comparse de Splendeur et Misère des Courtisanes. Il espère que l’on gobera les mensonges qu’il nous sert. Mais il ne saurait être question d’acheter cette marchandise avariée.

On ne votera pas pour Monsieur Macron, ni au premier tour, ni au second.

Jacques Sapir

À ne pas manquer, sur E&R :

Emmanuel Macron, le candidat de rechange du Système,
chez Kontre Kulture :

Jacques Sapir, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

22 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1664134
    le 12/02/2017 par fanfan
    L’inquiétant M. Macron…

    Macron "se cache tout en mettant en scene " ; excellente formule concernant le candidat qui camoufle ses financements , " candidat des oligarques , du MEDEF , des affairistes confondant l ’ économie avec le Monopoly en évitant la case prison " .

     

    • #1664236
      le 12/02/2017 par Drago
      L’inquiétant M. Macron…

      "Le revenu universel".
      Comment faire accepter les parasites riches ? En faisant des pauvres des parasites aussi.
      Qu’est-ce qu’un parasite pourrait dire à un autre parasite ? Rien !
      La révolte est ainsi court-circuitée.
      La classe intermédiaire et productive est alors prise en étau et esclavagisée pour nourrir, la cuillère à la bouche, ces deux parasites opposés.


  • #1664159
    le 12/02/2017 par Bobo
    L’inquiétant M. Macron…

    C’est Marine qui va gagner. Elle et les sites web souverainistes ont déjà toutes proportions gardées le même ratio de "suiveurs" par rapport aux sites des candidats mondialistes que Trump. Et cela ira en augmentant.
    Et elle a pour la première fois un important réservoir de voix pour le second tour.

    Sainte Marie priez pour nous.

     

    • #1664237
      le 12/02/2017 par Jaoram
      L’inquiétant M. Macron…

      d’ici le 23 avril l’état,la justice et la presse aux ordres vont tout faire pour casser Marine Le Pen la mettre définitivement hors jeu et offrir une victoire royale au candidat de la cabale Macron.


  • #1664184
    le 12/02/2017 par Bison
    L’inquiétant M. Macron…

    Il est bon ce Jacques Sapir. Je ne connaissais pas....

     

  • #1664203
    le 12/02/2017 par katapugon
    L’inquiétant M. Macron…

    Ben dis donc, Sapir cache bien son jeu tout au long de l’article pour finir par assassiner ce pauvre Macron. Enfin il casserait pas trois pattes à un canard ce paltoquet .
    Grand merci à l’auteur qui remet le coucou à l’heure....


  • #1664239
    le 12/02/2017 par Domino
    L’inquiétant M. Macron…

    Je pense que c’est aussi le candidat de Hollande, faute pour ce dernier de pouvoir se représenter. Avec quelques mesures modernes voire libérales, cela ne faut pas un programme. Pourvu que les Français ne soient pas trop éblouis par l’effet nouveauté soigneusement mis en scène. Le vieux breuvage dans une outre neuve...


  • #1664266
    le 12/02/2017 par Abdu
    L’inquiétant M. Macron…

    Ce type est dangereux. Il va augmenter la dette et va étendre la sherwoodisation. Il méprise trop les gens, jusqu’aux insultes. Vous pouvez vérifier...

    Drac n’a pas été assez méfiant. C’est certain. Ce Macron, élu, va solidifier le système sur son dernier bastion [voir Soral épisode 3], la France.

    Les Français doivent comprendre qu’il n’est pas là pour eux !


  • #1664271
    le 12/02/2017 par lili
    L’inquiétant M. Macron…

    La candidature de Macron c’est ce qu’on appelle un "Coup d’Etat" .


  • #1664285
    le 12/02/2017 par VIVACHAVEZ
    L’inquiétant M. Macron…

    Comme tous les poissons, le Macro(n) pourrit par la dette.........

    Viva Hugo Chavez !!!!!!


  • #1664288
    le 12/02/2017 par Liberté
    L’inquiétant M. Macron…

    Vous avez totalement raison.....et nous non plus ne voterons pas
    Emmanuel Macron , pour sûr....il y a danger pour la France......


  • #1664325
    le 12/02/2017 par dixi
    L’inquiétant M. Macron…

    Dites nous votre programme chiffrer Monsieur Macron ,on serait curieux de le lire.A moins qu’il n’existe pas ,alors se serait plus gênant .Mais les merdias et tous les journalopes ,on ne les entend pas beaucoup à ce sujet .SVP ,nous trépignions d’impatience , a moins qu’il soit très long à écrire ??


  • #1664331
    le 12/02/2017 par serpolet
    L’inquiétant M. Macron…

    Au vu de l’infantilisation galopante du peuple français il n’est pas du tout impossible que la marionnette Macron, brandie par les 9 milliardaires (sionistes) qui contrôlent 90% des médias (dixit Méluche) soit élu président de la République - a la condition sine qua non qu’il renonce à tout débat avec un autre candidat, auquel cas il serait mis KO en 5 minutes . Au deuxième tour (et sans débat préalable avec Marine) Macron l’emportera sur Marine avec 70% des voix et le freluquet deviendra un Héros de la lutte antifâââchiste .


  • #1664356
    le 12/02/2017 par mimi
    L’inquiétant M. Macron…

    Ce sont les milliardaires sionistes qui portent sur le pavois le bébé Macron : Président il exécutera docilement tous leurs ordres .


  • #1664363
    le 12/02/2017 par Bougras
    L’inquiétant M. Macron…

    La candidature du bébé Macron va faire Pschitt : il sera pulvérisé au premier débat contradictoire . A moins que, se prétendant "au dessus des partis" (!) il parvienne a éviter toute confrontation .


  • #1664375
    le 13/02/2017 par Antoine
    L’inquiétant M. Macron…

    Le système sait comment s’y prendre pour qu’il devienne notre nouveau président.

    Il agitera l’épouvantail FN et ça marche à tous les coups.

    De Gaulle n’avait-il pas dit que les Français étaient des veaux ?

     

  • #1664469
    le 13/02/2017 par Paskl
    L’inquiétant M. Macron…

    100 % marionnette, comme notre cher actuel président Hollande. Mais encore moins charismatique, c’est dire, et plus "gendre ideal", c’est certain. Une coquille vide, le piège à 100 % sûr.

     

    • #1664480
      le 13/02/2017 par VORONINE
      L’inquiétant M. Macron…

      Il n’y a dans notre histoire qu’un seul chef d’état qui n’ait pas été père de famille : le Maréchal PETAIN ... est il prudent de voter MACRON , à la lumière de ce précédent ?


  • #1664741
    le 13/02/2017 par CHADI
    L’inquiétant M. Macron…

    Je préfère le titre suivant : L’inquiétant citoyen qui voterait pour Macron et équivalents...


  • #1664941
    le 13/02/2017 par soulane
    L’inquiétant M. Macron…

    Article excellent. Quand on aura compris que Macron la bulle ne peut désormais que dégringoler de l’altitude où il évolue présentement parce qu’au fond il a honte de ses employeurs, ce sera le commencement de la fin pour lui. Il n’est somme toute que le masque de ses contributeurs financiers. Le parfait caniche, immature et n’ayant pas assez souffert pour se charger d’un pays. Ses épaules sont trop petites. Qu’il retourne donc dans la banque !.


Commentaires suivants