Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : jeudi 15 décembre 2016

La SNCF débauche, l’organigramme Fillon, King Cantona & "foot leaks"

 

La SNCF supprimera 1 200 postes en 2017

C’est ce que la direction a annoncé lors d’un « comité central » – on se croirait en Union soviétique. Sauf qu’en France, on a des syndicats, surtout à la SNCF. Et ils ne sont pas d’accord. Ça sent la grève à plein nez. D’après Sud-Rail, c’est le fret qui morfle le plus, avec 8 000 emplois perdus en 8 ans. Le rail subit la concurrence de la route, plus adaptée, moins chère. Le réseau ferré pâtit de sa vétusté : pour des raisons de sécurité, et de déficience dans l’entretien des voies, la vitesse moyenne doit être ralentie.
Cela impacte le résultat de l’entreprise, qui s’est un peu endormie sur son glorieux acquis pendant un demi-siècle. La grande Dame a vieilli, et sa direction pas très visionnaire (sauf pour le TGV) n’a pas effectué les modernisations nécessaires. Ce sont les effectifs qui en payent aujourd’hui le prix, ce qu’ont vécu, en moins dramatique, les employés de France Télécom lorsqu’ils sont passés à l’« Orange ».

 

 

C’est toujours le TGV qui tire la SNCF vers l’avant, mais les investissements lourds dus aux lignes à grande vitesse ne sont toujours pas rentabilisés. Conséquence, la dette de l’entreprise s’alourdit et pèse désormais 48 milliards. La France a construit son TGV toute seule, mais le bijou technologique a coûté cher à la nation. Depuis les années 2010, les prix du voyage ont explosé, et ça a provoqué un tassement du chiffre d’affaires : on prend moins le train, on calcule beaucoup plus.
Du côté des syndicats, on réclame plus d’embauche, afin d’assurer l’entretien des roulants et du réseau. Oui mais voilà, il faut faire des choix : baisser la qualité de service, ou augmenter (encore) les tarifs. Et puis, un mur se profile : celui de l’ouverture à la concurrence en 2020 pour les TGV (10% du trafic total), et en 2023 pour les TER et Intercités, avec des appels d’offres dès 2017. Les Français sortiront-ils gagnants de cette libéralisation européenne ?

Vu d’en bas, le dégraissage de la SNCF ressemble à s’y méprendre à un effet pré-Fillon, qui annonce le non-remplacement de 500 000 fonctionnaires. Même si le grand vainqueur de la primaire de droite a rétro-pédalé sur son programme de santé trop saignant – la sincérité est une erreur de « com » –, le TSF (Tout sauf Fillon) a concentré le tir sur son organigramme, qui vient de tomber. Et là, le renouveau « Fillon » en prend un coup dans l’aile : que du vieux barbon de droite UMP, RPR, presque UDR (le nom des gaullistes avant la chiraquisation de 1976) ! Il ne manque plus que Pasqua, Poher… Pompidou !

 

Fillon c’est Sarkozy sans Sarkozy

 

 

Ceux qui ont la politique politicienne en horreur seront servis : Baroin (le gars capable de se rouler par terre pour un poste), NKM (la copine de Cohn-Bendit), Wauquiez (le faux sincère innocent), Raffarin (l’homme des Chinois), Morin (le ministre de la Défense de la soumission française à l’OTAN en Afghanistan), Mariton (le mec refoulé à la frontière turque), Woerth (les champs de courses), Le Maire (le premier de la classe impopulaire)… On note toutefois la réintégration de Gérard Longuet, cauchemar de la gauche, et la présence de Frédéric Péchenard, le flic qui faisait espionner les journalistes… finalement blanchi par la suite.

On n’est pas sûrs de sortir la France de la merde avec tous ces « technos » et pros de la politique, qui jurent, la main sur le cœur (à droite), qu’ils vont se sacrifier pour le pays. À l’exception des zozos de la société civile utilisés par Sarkozy, on a l’impression de retrouver l’arrière-ban de la Sarkozie. Mais sans Sarkozy. Et la vague impression de se reprendre la même quenelle qu’il y a 10 ans. Ce ne serait pas étonnant, tant le Système nous a habitués à ces retournements : le « non » au référendum du 29 mai 2005 transformé en « oui » par la magie du Traité de Lisbonne du 13 décembre 2007, avec Sarkozy à la manœuvre, ou, plus récemment, chez nos voisins italiens, le nouveau cabinet constitué après la victoire du non au référendum (sur les menus changements dans la Constitution), avec quasiment la même équipe que précédemment, Matteo Renzi en moins…
Décidément, les peuples ne sont pas sortis de l’auberge… oligarchique.

 

Joyeux anniversaire, arrêt Bosman !

L’arnaque venue d’en haut est partout, et le foot n’échappe pas à la règle. Depuis les révélations des « football leaks », ont en apprend chaque jour de belles sur la financiarisation de ce sport et ses prolongements commerciaux douteux. Mais ne jouons pas les étonnés : depuis l’arrêt Bosman du 15 décembre 1995, le football national a été libéralisé, européanisé, mondialisé, à l’image de l’économie. Le football populaire a été remplacé progressivement par une magouille magistrale qui permet à toute une mafia d’engranger des milliards, tant le sport-roi génère de droits TV.

Cela n’empêche par les amateurs d’aller voir les matches, de remplir des stades de plus en plus « commercialisés » (voir le Grand Stade de l’Olympique Lyonnais), ni de s’installer devant la télé, malgré les offres très onéreuses des grands acteurs du milieu : Canal+, BeIn Sports, SFR… Ces grosses machines mécaniquement à l’origine du dérèglement, et qui en profitent. Le ballon et les hommes ont été trafiqués pour en tirer tout le jus possible, et il est probable que la foot-bulle explosera définitivement un jour.

En attendant cette libération, Cantona, paria chez les Français, fait roi par les Anglais, a réagi à sa façon... à la Cantona ! Pour voir la vidéo, allez sur le site de l’émission (c’est gratuit).

Voir aussi :

26 mai
Un jour en France : vendredi 26 mai 2017
Burkini contre nudité à Cannes, les LGBT en Corse, Ozon le cul
19
25 mai
Un jour en France : jeudi 25 mai 2017
Collomb ministre des Gaffes, Ferrand dans la merde, Schiappa et le sexe, Nyssen à l’assaut du Ridicule (8991m)
15
23 mai
Un jour en France : mardi 23 mai 2017
Hanouna l’homo, les (gros) nichons d’Afida Turner, Clitorine de Haas
20
22 mai
Un jour en France : lundi 22 mai 2017
France/Brésil en pots-de-vins sous-marins, les gros sponsors du Macron, L’Anne Hidalgo sur la sellette
3
19 mai
Un jour en France : vendredi 19 mai 2017
Spécial « 70e Festival mondialiste de Cannes dans l’indifférence générale »
12
18 mai
Un jour en France : jeudi 18 mai 2017
Les Patriotes de Philippot et ceux du Mossad, Didier Super se moque de l’antifascisme, Patrick Timsit se couvre
13
17 mai
Un jour en France : mercredi 17 mai 2017
Lapix croque Pujadas, Lassalle raconte, le film d’animation français
29
16 mai
Un jour en France : mardi 16 mai 2017
Francis Lalanne contre Valls, Mélenchon lorgne sur le FN, les homos de Tchétchénie
21
15 mai
Un jour en France : lundi 15 mai 2017
La cérémonie de passation de pouvoir entre Hollande et Macron, et l’effondrement du journalisme de cour
28
12 mai
Un jour en France : vendredi 12 mai 2017
Une Brigitte première dame, la France par Sylvain Tesson, les alcoolos punis de RSA
45
11 mai
Un jour en France : jeudi 11 mai 2017
Hidalgo-Aubry-Taubira ou les ruines du PS, Achtung au copyright sur la Shoah, Mélenchon le soviet cong !
14
10 mai
Un jour en France : mercredi 10 mai 2017
Valls mendie devant Macron, Cohen au mercato radio, Bloch patronne d’Inter
15
9 mai
Un jour en France : mardi 9 mai 2017
La France qui fait honte : “foodeuses” du Figaro, “interculturalité” d’Anne Hidalgo, électeurs de Macron “sans adhésion”
14
8 mai
Un jour en France : lundi 8 mai 2017
Le message de la petite Syrienne à Macron, RFI et le massacre de Sétif, la meilleure prof du monde is french
10
5 mai
Un jour en France : vendredi 5 mai 2017
Bürki à poil pour Macron, Doherty pété contre le FN, le Manouche antinazi
29
4 mai
Un jour en France : jeudi 4 mai 2017
Mgr Barbarin se couche, Loran des Bérurier Noir vote Macron, et le vrai Victor Lanoux
30
3 mai
Un jour en France : mercredi 3 mai 2017
La dernière de Kepel, la dernière de Charlie, la dernière de Décodex
15
2 mai
Un jour en France : mardi 2 mai 2017
L’abjection du collabo Stéphane Guillon, Laurent Delahousse et la manip de Yerres, Dany Boon for Macron
23
1er mai
Un jour en France : lundi 1er mai 2017
Macron la récup, la pleurniche des médias, Finky contre le shoah-business
26
28 avril
Un jour en France : vendredi 28 avril 2017
Marine fait de moins en moins peur, Macron de plus en plus
16
27 avril
Un jour en France : jeudi 27 avril 2017
Les deux candidats se préparent au grand débat du 3 mai
17
26 avril
Un jour en France : mercredi 26 avril 2017
Rions un peu entre deux tours : Valls revient, Lassalle chez Hanouna, Attali déraille
11
25 avril
Un jour en France : mardi 25 avril 2017
Autour de la fracture Marine/Macron : Fenech, Onfray, les profs d’histoire-géo
22
24 avril
Un jour en France : lundi 24 avril 2017
Deuil national : finale Hollande/Marine, suicide de la gauche, carte riches/pauvres
45
21 avril
Un jour en France : vendredi 21 avril 2017
Laetitia femme de flic, Molins et le papier tombé, le rapport attentats/élections
25

Les services publics, la droite française et le dérèglement libéral
sont sur Kontre Kulture

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1624715

    Concernant Fillon, c’est une équipe de campagne, pas un gouvernement. La vraie question : est-il possible de se faire élire sans parti ? Il y a bien Macron qui essaie, avec derrière lui des forces médiatiques, économiques et technocratiques... Est-ce mieux ?


  • #1624742
    le 15/12/2016 par bougeDeLa
    Un jour en France : jeudi 15 décembre 2016

    concernant la SNCF, la pierre d’achoppement est qu’elle doit entretenir ses voies et transporter, alors que la route est payée et entretenue par la collectivité, ben oui ! Ca fait toute la différence ! Enorme comme dirait Cyrano !


  • #1624950
    le 16/12/2016 par Patriote syndiqué
    Un jour en France : jeudi 15 décembre 2016

    Le chemin de fer dans notre pays a été une œuvre de prestige et d’utilité qui faisait la fierté légitime de nos anciens (relire Vincenot à ce sujet).
    La SNCF a aussi été, on peut le dire, une des plus puissantes locomotives syndicales de ce pays. Sa fin signerait le chant du cygne pour ceux qui croient pas aux mensonges du "gros argent".


  • #1624975

    Si demain Fillon est aux affaires , faudra pas s’étonner de retrouver les mêmes qu’on a jeté il y a 10 ans . Au lieu de mettre Sarkozy ,Juppé, on met Fillon ,qu’est ce qui aura changé ?? RIEN !! on va retrouver la fine équipe qui nous avait baisée il y a 10ans.
    Comme quoi les Français ont la mémoire courte.


  • #1624993

    Cantona futur Castro au Cinéma !


  • #1634995
    le 01/01/2017 par anas4120
    Un jour en France : jeudi 15 décembre 2016

    C’est plutôt le TGV qui pose problème car la SNCF y a sur-investi au détriment des transiliens, interciré et TER. Certaines lignes ne nécessitaient pas de TGV , le train pendulaire aurait suffit et aurait été plus rentable. Mais comme le train pendulaire est de fabrication italienne, la fierté des politiciens l’a remporté sur le calcul rationnel. Aujourd’hui, les usagers du transilien, TER et intercité payent le prix des mauvais choix politique. À noter que le TGV, bien qu’il eu été destiné à la classe moyenne, profite à la classe moyenne supérieur et à la classe patrimoniale.
    Le TGV est une belle fierté technologique française mais sa gestion à été gâchée par des politiciens incompétents.