Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : mardi 18 avril 2017

Sciences Po Strasbourg, Télécom Paris Tech et Université Lyon 2

 

 

Les étudiants sont à la pointe de l’avenir de notre pays. Depuis que le socialisme a ouvert les portes de l’Université à nombre de bacheliers, en diminuant la sélection à l’entrée, les effectifs estudiantins ont explosé dans notre pays, faisant craquer certaines facs et leurs directeurs (exemple à Nantes). Les statistiques officielles font état de 2 500 000 studieux (c’est pour ne pas redire étudiants), dont une majorité de filles. Les garçons étant plus représentés dans les filières professionnelles pré et post-bac. Le privé concerne un étudiant sur six, et les étudiants étrangers sont dans une proportion de un sur huit, ce qui fait 300 000 tout de même. La tradition d’accueil française n’est pas usurpée.

 

Après cet étalage de chiffres, revenons à ce qui nous intéresse, la politique. Et plus précisément, l’engouement des étudiants pour la politique. Avant, dans les années 60-70, la majorité des étudiants était de gauche. Il y avait des universités de droite (Assas et son droit) mais elles étaient minoritaires. La démocratisation de l’accès à l’université a propulsé les fils et filles du peuple dans les couches supérieures de la population. Gros ascenseur social en perspective. Puis, dans les années 80, tout s’est grippé. En 2017, les filières courtes (bac+2 ou 3) ont l’avantage de donner un métier avec des débouchés réels, un salaire plutôt correct, et qui ne rebute pas les employeurs. Ce qui n’est pas le cas des écoles de commerce, qui restent chères, privées, et qui ont moins d’adeptes aujourd’hui que les écoles d’ingénieurs, dont les diplômés trouvent toujours à se placer.

Ce sont cinq étudiants de Télécom Paris Tech qui ont mêlé trois techniques de calculs – big data, réseaux sociaux et sondages classiques – pour pondre une prévision de premier tour. Voici leur quarté, dans l’ordre :

- Marine Le Pen 24,13%
- François Fillon 21,77%
- Emmanuel Macron 20,32%
- Jean-Luc Mélenchon 18,66%

 

Ces cinq loustics ont combiné « big data d’Internet, données socio-démographiques et économiques, et sondages », en partant de données dans le temps et l’espace (départements), pour définir quatre catégories d’électeurs :

- le bloc de gauche
- le bloc du centre
- le bloc de la droite
- le bloc de l’extrême droite

Bon, là on veut pas dire, mais ils ont rien inventé. On vous passe la démonstration, qui fait trois pages sur le site du Point, et de toute façon on vous a livré le résultat. Attendons voir si le vote du 23 avril au soir correspond. Auquel cas les 5 gus seront des héros nationaux. Sinon, c’est le chômage à vie.

Plus rapides et moins spectaculaires, les étudiants de Sciences Po Strasbourg qui ont livré leurs intentions de vote. Avant de dévoiler le résultat de cette micro-élection corporatiste, sachez que les IEP (Instituts d’études politiques) sont au nombre de neuf en France, et que l’IEP Paris est la plus demandée. Chaque IEP a sa spécialité, le journalisme pour Lille, l’Europe pour Strasbourg, le Maghreb pour Aix. Et maintenant le résultat, que vous attendez tous. And the winner is… Benoît Hamon !

 

 

On est à pratiquement 80% de vote à gauche, si on inclut Macron à gauche. Ce tableau confirme la nette inclination social-démocrate des journalistes, et leur prisme pro-Système quand ils rentrent en fonction : ce sont de bons petits gauchistes, plus ou moins énervés. Autrement dit, antinationaux dans leur écrasante majorité. Il est vrai qu’avouer son patriotisme dans une classe de journalistes en herbe, c’est meurtrier pour la carrière. Et puis la presse nationale est minoritaire : elle ne touche quasiment aucune subvention publique et ses sponsors ne se bousculent pas. On est loin de Mediapart et les bonnes fées oligarchiques qui se sont penchées sur son berceau. Sans oublier le cadeau de millions d’euros de TVA non versée à l’État. Autant dire que Mediapart est une coprod État visible-État profond.

Dans le même ordre d’idées, en plus prolétarisé, l’université de Lyon 2 se caractérise par sa forte proportion d’antifas et de gauchistes sincères, qui luttent en quasi-permanence contre le FN, le fascisme, le nazisme, enfin tout ce qui donne une raison de vivre aux petits-enfants de Mai 68. Le 10 avril 2017, le site La Horde annonçait une « conférence publique sur l’extrême droite » œuvre du Collectif des étudiant-es de Lyon contre l’extrême droite.
Là, on est assez loin de la carrière professionnelle, sauf si on espère entrer dans un parti ou un syndicat pour militer, c’est-à-dire toucher des subsides de l’État. Car une carrière politico-syndicale est possible à gauche, via les officines trotskistes, dans lesquelles le PS pioche pour ses futurs cadres (Dray, Cambadélis et cie). Une forme de parasitisme productif sympathique qui permet de peser sur la société tout en arguant qu’on l’améliore. Ces improductifs (on parle des antifas, pas des militants en général) passent leur temps à chasser un dragon pour le compte d’une oligarchie qui se frotte les mains :

Cette conférence se déroulera en trois temps : dans un premier temps nous nous intéresserons au vote FN dans les classes populaires ; ensuite nous questionnerons les liens entre le FN et les groupuscules d’extrême-droite, et le caractère anti-systémique revendiqué par ce parti. La fin de la conférence s’ouvrira sur un espace de discussion et de proposition sur la lutte contre les idées d’extrême droite en général.

Le premier point est intéressant : les « antifascistes » de 2017 (c’était autre chose en 1941 sur le front de l’Est) sentent confusément que le peuple leur échappe. D’ailleurs, le nombre de voix totalisé par l’extrême gauche dans une vraie élection nationale le prouve, et il est loin du résultat de l’IEP Strasbourg : l’antifascisme culmine à 3-4% et les gens sérieux s’en foutent. Le peuple n’a rien à glander des fouteurs de merde, ça n’augmente pas les salaires. Du coup, qu’en pensent les antifas ? Eh bien que le peuple est à « éduquer », ou rééduquer. On a vu le résultat au Cambodge dans les années 70...

 

 

Ne ratez surtout pas l’anniversaire du tremblement de terre politique du 21 avril 2002, que La Horde rappelle opportunément.

Voir aussi :

23 juin
Un jour en France : vendredi 23 juin 2017
La vérité sur les affaires NKM, Grégory et Hanouna
18
22 juin
Un jour en France : jeudi 22 juin 2017
Zemmour défonce (Aurore) Bergé, le cinoche Mélenchon, Macron un Roi seul ?
23
21 juin
Un jour en France : mercredi 21 juin 2017
Fête de la Musique mondiale, Starbucks aime les migrants, les multi(anti)nationales
13
20 juin
Un jour en France : mardi 20 juin 2017
Alerte canicule, alerte terrorisme social, deux morts pour la France
31
19 juin
Un jour en France : lundi 19 juin 2017
Lendemain de cuite politique
24
16 juin
Un jour en France : vendredi 16 juin 2017
La France dit adieu à Helmut Kohl, le bac d’histoire-géo, l’affaire Grégory-Bayrou
11
15 juin
Un jour en France : jeudi 15 juin 2017
Le petit Grégory rebondit, Hidalgo reine du chemsex, Booba corrige le bac de philo
37
14 juin
Un jour en France : mercredi 14 juin 2017
Sauvez Najat !, sauvez Bayrou !, sauvez l’école !
13
13 juin
Un jour en France : mardi 13 juin 2017
Musée de l’Homme antiraciste, députée LREM foireuse, Michel Onfray est Dieu
57
12 juin
Un jour en France : lundi 12 juin 2017
La mort du politique, la naissance de l’a-politique, et la victoire des mathématiques
31
9 juin
Un jour en France : vendredi 9 juin 2017
Blanquer dénajatise l’école, le boum du télétravail, Hanouna contre le CSA
10
8 juin
Un jour en France : jeudi 8 juin 2017
Taxi 5 sans Samy Naceri, Yannick Noah paye sa prune, Lefebvre balance et Griveaux blanchit
9
7 juin
Un jour en France : mercredi 7 juin 2017
Le Quasimodo de Notre-Dame, Barbier sur Macron TV, suicide paysan
13
6 juin
Un jour en France : mardi 6 juin 2017
Taddeï dans le cul chic, Dieudonné contre le Giflé (Valls), une Seconde Guerre mondiale sans guerre
11
5 juin
Un jour en France : lundi 5 juin 2017
Ruquier "cocufié" par Mélenchon, Drucker "déplacé" sur France 2, Les Enfants de la télé sans Arthur
8
2 juin
Un jour en France : vendredi 2 juin 2017
Thomas Pesquet atterrit, un Sénégalais patriote, Têtu contre les Grosses Têtes
24
1er juin
Un jour en France : jeudi 1er juin 2017
Aubenas se paye Ruffin, Tony Parker lâche Najat, la semaine de 4 jours
5
31 mai
Un jour en France : mercredi 31 mai 2017
Maxime Hamou dérape, Hanouna contre les gays, StreetPress dénonce
16
30 mai
Un jour en France : mardi 30 mai 2017
Arte antisémite ?, Blanche allume Polanski, Diane Kruger l’antinazie primaire
18
29 mai
Un jour en France : lundi 29 mai 2017
La milice Act Up primée à Cannes, la SNCF contre le public, Despentes dévisse
24
26 mai
Un jour en France : vendredi 26 mai 2017
Burkini contre nudité à Cannes, les LGBT en Corse, Ozon le cul
28
25 mai
Un jour en France : jeudi 25 mai 2017
Collomb ministre des Gaffes, Ferrand dans la merde, Schiappa et le sexe, Nyssen à l’assaut du Ridicule (8991m)
15
24 mai
Un jour en France : mercredi 24 mai 2017
Godard par Hazanavicius, Rodin par Doillon, le fils Garrel et la fille Higelin
25
23 mai
Un jour en France : mardi 23 mai 2017
Hanouna l’homo, les (gros) nichons d’Afida Turner, Clitorine de Haas
20
22 mai
Un jour en France : lundi 22 mai 2017
France/Brésil en pots-de-vins sous-marins, les gros sponsors du Macron, L’Anne Hidalgo sur la sellette
3

Le journalisme dévoyé, la résistance nationale, la manipulation antifasciste,
tout est sur Kontre Kulture

 

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1705577
    le 18/04/2017 par zouzou
    Un jour en France : mardi 18 avril 2017

    Entendu à l’IEP de Paris, en 2002 : "Il ne nous reste plus qu’Arlette"...C’est vous dire le niveau de cette prétendue élite...et je vous passe les "débats" entre, tenez-vous bien, "trotskistes" et "réformateurs"...oui, ma bonne dame, ils en étaient encore là...c’était à pleurer...tu m’étonnes que le pays aille si mal, quand la ’tête’ est à ce point atteinte. Nous vivons une éclipse quasi-totale de l’intelligence, mais sans savoir à quelle heure elle prendra fin...


  • #1705586
    le 18/04/2017 par Domino
    Un jour en France : mardi 18 avril 2017

    Avec un tel manque de diversité des (futures ?) élites, ce n’est pas étonnant que notre pays s’enfonce. N’importe quel chef d’entreprise sait que, pour être performant, il vaut mieux recruter des personnalités différentes.


  • #1705651
    le 18/04/2017 par manou17
    Un jour en France : mardi 18 avril 2017

    J’ai travaillé à Lyon II un temps, à l’époque où l’université se situait en banlieue vers Bron. Il y avait beaucoup de maghrébins très studieux, qui probablement avaient compris qu’on ne peut s’en sortir que par le travail.
    Malheureusement, le travail n’étant plus ce qu’il était - de la dignité - j’imagine que tous ces jeunes diplômés sont aujourd’hui au chômage et regrettent peut-être amèrement d’avoir cru en "les valeurs de la république".
    Il y avait également à l’époque le petit Julliard qui militait sur le campus et qui, lui, a fini scribe de Delanoé et ne connaîtra probablement jamais le chômage. Telle mère, tel fils
    La reproduction sociale marche bien, il est aujourd’hui respecté, a sa page wikipédia et est stipendié par le parti avec l’argent de ceux qui ont cru en l’ascenseur social de l’université, et qui aujourd’hui doivent travailler à la chaîne, être au chômage ou en prison.
    Le parti socialiste a détruit tellement de gens. En d’autres temps, on les aurait tous passés au peloton d’exécution...


  • #1705668
    le 18/04/2017 par Bernard Lapotre
    Un jour en France : mardi 18 avril 2017

    Précisons que Telecom ParisTech est une des écoles d’ingénieurs les plus sélectives de France (il faut terminer dans les premiers 20% des admissibles du concours Mines-Ponts).
    Rien de comparable à une Science Po de province ou à une fac lyonnaise.


  • #1705791
    le 19/04/2017 par bertin
    Un jour en France : mardi 18 avril 2017

    Sciences Po Strasbourg...

    80% gauche,
    10% droite,
    10% blanc,
    Une farce Bobo,digne d’un pays guignolesque !

     

    • #1705837
      le 19/04/2017 par mouais
      Un jour en France : mardi 18 avril 2017

      Je mettrais 90% "blanc" (sans opinion). Etre "à gauche" sous férule "socialiste", quelle audace !
      Pour avoir une opinion, il faut avoir vécu ou lu.


  • #1705989
    le 19/04/2017 par Ramon Mercader
    Un jour en France : mardi 18 avril 2017

    Le score ahurissant de Hamon à Sciences PO Strasbourg montre clairement que ces "étudiants" sont des invertébrés politiques qui vivent sur la planète Mars.

    De toute façon, Sciences PO Paris est une fausse grande école (je rappelle que NVB a fait Sciences PO) et Sciences PO Strasbourg est un sous Sciences PO....pour ceux qui ont raté le concours de Paris.


  • #1706188
    le 19/04/2017 par Train d’onde
    Un jour en France : mardi 18 avril 2017

    En tant qu’ancien du 46 rue Barrault, je fais plus confiance au modèle big data !
    A défaut du small data avec lequel on nous bassine tous les jours.