Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : mardi 4 octobre 2016

15 TGV Alstom, pendaison du loyer, Master et sélection (de gauche)

 

Si on était tordus, on dirait qu’Alstom a fait un gros chantage au gouvernement Valls en pleine année électorale, la menace d’une charrette de 480 ouvriers contre une enveloppe de l’État. En même temps, les ouvriers, il y a longtemps qu’ils ne votent plus majoritairement PS... Mais l’image, coco, l’image ! L’image de la gauche vaut bien 700 millions d’euros d’argent public.

 

Les choses sont évidemment plus complexes, et les choix d’Alstrom, ce fleuron industriel français déjà sauvé il y a une décennie par Sarkozy, montrent leurs limites à moyen terme. Les choix industriels sont capitaux : miser sur la bonne voiture qui fera un carton 10 ou 12 ans après l’idée – de l’idée à la production en série – demande une vue à long terme que tous les PDG ou conseils d’administration n’ont pas. Tout le monde peut se planter : Renault (Nissan) a loupé son coup avec la voiture électrique, mais elle a cartonné (à l’Est) avec la Logan ; les Américains, c’est l’exemple balèze, ont misé 400 milliards de dollars sur 25 ans pour un avion de chasse (le F-35) qui merdoie, et dont l’armée de l’air et la marine ne veulent plus vraiment (ils attendent les F-22, la génération suivante). Hé, Vlad, c’est le moment d’attaquer les Américains !

 

 

On ne jettera donc pas la pierre ni le moindre boulon (avec un lance-pierre CGT) sur les responsables d’Alstom, même si l’avance prise il y a un demi-siècle en France dans la conception de lignes et de rames à grande vitesse (projet « C03 » en 1966) a été perdue petit à petit, par rapport à nos concurrents. Les Coréens, les Chinois, les Japonais, les Allemands, font désormais du TGV, et du bon. Globalement, en matière industrielle, les Français ont des idées remarquables, mais commercialement, on n’est pas au top. On ne s’adapte pas assez à la demande étrangère. Et quand on le fait (voir Airbus), on se fait taper sur les doigts pour des transferts de technologie sensible…

On ne chiera donc pas sur l’opération conjointe entre le gouvernement et Alstom, dont on avait déjà dit que ça sentait le sauvetage préparé. À terme, malgré les mesurettes annoncées et les dizaines de millions d’euros publics engloutis, le site ne fera plus autant de production. C’est donc un trompe-l’œil, et le gouvernement suivant se retrouvera devant le même problème, d’ici trois ans. C’est l’avantage du quinquennat : tu peux foutre la poussière sous le tapis... du quinquennat suivant.

 

 

Il y a des événements qui font moins de bruit que le passage de 15 TGV dans les salons de Matignon, même à vitesse réduite (les 15 rames rouleront en Intercités, donc à moins de 250 km/h, alors que les TGV montent à 320, on reparlera une autre fois des Intercités avec leur sécurité douteuse et toute la racaille qui monte dedans parce que maintenant les TGV sont bien filtrés), mais qui ont une portée symbolique forte.

Un couple de 48 et 59 ans de Villejuif s’est pendu parce qu’il ne pouvait plus payer son loyer. Dans une France qui trouve subitement de la place et des CB pour des dizaines de milliers de migrants, ça ne fait pas désordre, mais scandale. La volonté politique, ou supra-politique, tout est là. On a envie de demander à l’Union européenne et à Soros s’ils ne pourraient pas aider un peu aussi les Français en difficulté… La préférence étrangère, c’est bien, c’est généreux et tout, mais c’est bien aussi de ne pas oublier ceux qui ont construit la France, qui ont bossé, souffert. D’accord, c’est pas la même souffrance que celle de la guerre, de l’exil, mais pour les deux qui se sont foutus en l’air, on peut parler d’exil intérieur.

 

 

Des gens qui échappent aux radars de la politique (ils ne twittent pas), du social (les services sociaux). Ils disposent de peu pour vivre – non non, on ne va pas faire dans le larmoyant, mais dans le réel – le strict nécessaire, des petites retraites ou de petits salaires, trop de modestie pour réclamer, ils ne font pas le siège de la Sécurité sociale en hurlant et en menaçant les employés, qui lâchent les talbins pour avoir la paix, non, ils encaissent, et crèvent en silence, quand ils n’ont plus de quoi vivre dignement. On en connaît tous, le vieil ouvrier brisé physiquement qui promène son chien, chaque matin vers 6 heures, habillé pareil, été comme hiver, avec sa polaire aux motifs norvégiens, et le chien qui n’est pas en meilleur état… L’extrême gauche sorossienne trotsko-sioniste ne se décarcasse pas pour les sortir de la merde, ceux-là.
Un mec a envoyé un tweet hier en disant de bien faire gaffe, que les Roms se déguisaient désormais en réfugiés syriens, pour faire la manche aux feux rouges. Ceux-là, ils ont tout compris de leurs Maîtres : « chutzpah » à fond les potirons !

 

Chassez la sélection naturelle, elle revient au galop

La sélection naturelle n’a décidément pas disparu. Tout le monde s’émeut et s’insurge contre les nazis qui faisaient le tri dans les camps de concentration, dits de mort lente, mais en pays libéral, la sélection, c’est tous les jours, et on en voit le résultat sur notre trottoirs : la misère s’amoncelle. On s’y fait, donc elle grossit, la misère. La question, c’est la proportion, c’est-à-dire quand il y aura autant de « nuisibles » que d’« utiles », pour parler brutalement. Cette bonne pression que le troupeau de nuisibles met aux autres ! Le poids politique silencieux des zombies... On la ramène moins au boulot, on ne réclame plus d’augmentation – en temps de crise, coco, voyons ! – et on encaisse. Le salaire et la somatisation qui va avec. On tient le coup avec des médocs (un Français sur cinq a bouffé des hypnotiques et anxiolytiques pour tenir le coup, et la proportion grimpe à un sur quatre pour les Françaises). Peut-être que pour le couple en question, les psychotropes ne faisaient plus effet... Les médicaments ne payent pas les factures.

 

 

La société libérale a ses avantages, mais aussi ses inconvénients. Selon qu’on est du bon ou du mauvais côté de la barrière sociale, les avantages et inconvénients s’inversent. Par exemple, la sélection à l’université. Vieille scie de la droite, qui réclame un peu plus de tamisage parmi les centaines de milliers d’étudiants. Ils sont 1 500 000 en université, sur 2 500 000 dans l’enseignement supérieur (ajouter IUT, Grandes écoles et compagnie), un nombre en croissance continue, qui étouffe les campus. On avait déjà parlé du président de la fac de Nantes qui évoquait la saturation de son établissement, et le risque de baisse de la qualité de l’enseignement. Il y a 967 000 étudiants en licence, 566 000 en Master, et 59 700 en doctorat. Le problème, il est où ? Il est que le refus de sélectionner à l’entrée de la fac, puis en licence, puis en Master, a engorgé des filières entières, qui se trouvent déconnectées du marché de l’emploi. L’extrême gauche et l’UNEF peuvent gueuler, ça ne changera rien au réel.

Avec la sortie de (Thierry) Mandon, le ministre de l’Enseignement supérieur (ou le secrétaire d’État, mais c’est pareil pour nous, sauf pour lui au niveau des points retraite), la gauche vient de torpiller un de ses tabous. Il est vrai que les chefs d’établissement se retrouvaient avec des équations impossibles à résoudre : dans une filière donnée de sciences humaines, 400 étudiants en licence, 150 en Master 1, et 20 en Master 2. La sélection se fait donc à la « naturelle », en écœurant les étudiants peu motivés. On dirait d’ailleurs que le fonctionnement de l’ensemble universitaire tient sur cette dissuasion qui ne dit pas son nom. Quand on voit les campus, les salles de cours, le détachement de l’administration, complètement à l’inverse des grandes écoles... On comprend que la France dégringole dans les classements internationaux. Certes, ce n’est pas non plus le but de la vie, d’avoir des facs bien notées derrière Harvard, Cambridge et le MIT. Mais pensez seulement que l’enseignement supérieur français était dans les années 1960 un modèle pour le monde entier...

 

 

Prolongez les thèmes du jour avec Kontre Kulture

Voir aussi :

23 juin
Un jour en France : vendredi 23 juin 2017
La vérité sur les affaires NKM, Grégory et Hanouna
23
22 juin
Un jour en France : jeudi 22 juin 2017
Zemmour défonce (Aurore) Bergé, le cinoche Mélenchon, Macron un Roi seul ?
23
21 juin
Un jour en France : mercredi 21 juin 2017
Fête de la Musique mondiale, Starbucks aime les migrants, les multi(anti)nationales
13
20 juin
Un jour en France : mardi 20 juin 2017
Alerte canicule, alerte terrorisme social, deux morts pour la France
31
19 juin
Un jour en France : lundi 19 juin 2017
Lendemain de cuite politique
24
16 juin
Un jour en France : vendredi 16 juin 2017
La France dit adieu à Helmut Kohl, le bac d’histoire-géo, l’affaire Grégory-Bayrou
11
15 juin
Un jour en France : jeudi 15 juin 2017
Le petit Grégory rebondit, Hidalgo reine du chemsex, Booba corrige le bac de philo
37
14 juin
Un jour en France : mercredi 14 juin 2017
Sauvez Najat !, sauvez Bayrou !, sauvez l’école !
13
13 juin
Un jour en France : mardi 13 juin 2017
Musée de l’Homme antiraciste, députée LREM foireuse, Michel Onfray est Dieu
57
12 juin
Un jour en France : lundi 12 juin 2017
La mort du politique, la naissance de l’a-politique, et la victoire des mathématiques
31
9 juin
Un jour en France : vendredi 9 juin 2017
Blanquer dénajatise l’école, le boum du télétravail, Hanouna contre le CSA
10
8 juin
Un jour en France : jeudi 8 juin 2017
Taxi 5 sans Samy Naceri, Yannick Noah paye sa prune, Lefebvre balance et Griveaux blanchit
9
7 juin
Un jour en France : mercredi 7 juin 2017
Le Quasimodo de Notre-Dame, Barbier sur Macron TV, suicide paysan
13
6 juin
Un jour en France : mardi 6 juin 2017
Taddeï dans le cul chic, Dieudonné contre le Giflé (Valls), une Seconde Guerre mondiale sans guerre
11
5 juin
Un jour en France : lundi 5 juin 2017
Ruquier "cocufié" par Mélenchon, Drucker "déplacé" sur France 2, Les Enfants de la télé sans Arthur
8
2 juin
Un jour en France : vendredi 2 juin 2017
Thomas Pesquet atterrit, un Sénégalais patriote, Têtu contre les Grosses Têtes
24
1er juin
Un jour en France : jeudi 1er juin 2017
Aubenas se paye Ruffin, Tony Parker lâche Najat, la semaine de 4 jours
5
31 mai
Un jour en France : mercredi 31 mai 2017
Maxime Hamou dérape, Hanouna contre les gays, StreetPress dénonce
16
30 mai
Un jour en France : mardi 30 mai 2017
Arte antisémite ?, Blanche allume Polanski, Diane Kruger l’antinazie primaire
18
29 mai
Un jour en France : lundi 29 mai 2017
La milice Act Up primée à Cannes, la SNCF contre le public, Despentes dévisse
24
26 mai
Un jour en France : vendredi 26 mai 2017
Burkini contre nudité à Cannes, les LGBT en Corse, Ozon le cul
28
25 mai
Un jour en France : jeudi 25 mai 2017
Collomb ministre des Gaffes, Ferrand dans la merde, Schiappa et le sexe, Nyssen à l’assaut du Ridicule (8991m)
15
24 mai
Un jour en France : mercredi 24 mai 2017
Godard par Hazanavicius, Rodin par Doillon, le fils Garrel et la fille Higelin
25
23 mai
Un jour en France : mardi 23 mai 2017
Hanouna l’homo, les (gros) nichons d’Afida Turner, Clitorine de Haas
20
22 mai
Un jour en France : lundi 22 mai 2017
France/Brésil en pots-de-vins sous-marins, les gros sponsors du Macron, L’Anne Hidalgo sur la sellette
3
 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1572117
    le 04/10/2016 par L’humanité insurgée
    Un jour en France : mardi 4 octobre 2016

    Alstrom n’est pas en train de déperir parce que ses concurrents étrangers ont un meilleur produit, à la limite on s’en fout. C’est évident que le gouvernement ne va pas acheter un train japonais au lieu d’un train français, quand bien même le japonais fût plus rapide de 0.31s.

    Alstrom meurt car le fret ferroviaire (voire fret tout court) est de moins en moins rentable et ce à l’échelle globale, n’en déplaise aux mondialistes de tout poil.

     

  • #1572282
    le 04/10/2016 par Elkano
    Un jour en France : mardi 4 octobre 2016

    Mon père bossait pour Alstom. À sa retraite il a voulu acheter une ferme dans son village natal mais il a entendu dire que la LGV allait passer en plein dessus ou presque. D’ailleurs il a toujours été contre le nucléaire.
    Je me rappelle bien de mon enfance et de mon père. De la mapemonde dans la cuisine en 1987. J’avais sept ans : "Papa ? L’URSS c’est le plus grand pays du monde ?" _ "Oui si tu veux , sur la carte"_"Alors ça veut dire qu’on a gagné parce qu’on est de gauche ?"
    C’est toujours plus compliqué que ça.
    1992, devant le journal de la 2 , commentaire paternel : " Ils sont quand même vilains ces arabes, ils ont de ces tronches.". Révolte contre mon géniteur raciste qui continue de voter socialiste.
    Aujourd’hui j’ai un fils. Je suis raciste à ma manière. Je comprends mieux l’ironie de mon père. J’ai un fils pas tout à fait de la même couleur.
    Tiens ! J’ai tenté de revenir en France au printemps dernier ! En voyant la manne financière ! Le Bingo à la télé pour les pauvres réfugiés ! Avec ma guibole cassée et une infection post-op, prête à être amputée. Pour de vrai ! J’étais sûrement éligible à l’accueil ! J’ai toujours mon passeport français quand même, merde !
    Résultat ? Pour les candidats à l’émigration sachez que vous devez attendre 4 mois avant d’avoir la sécu en rentrant au bercail. Surprise ! C’est depuis janvier 2016. Donc j’ai fait la manche pendant 2 mois avec ma femme et mon fils sous le bras. Trop blanco pour avoir le RSA.
    Loin de moi l’idée de pleurer. Oui je sais c’est une chanson de geste ! Je suis du sud ! Un bertsolari !
    La chanson fini bien ! Ma jambe est toujours là grâce à quelques bon steaks bien saignants, mon père est vegan maintenant.
    Sinon les étudiants , les profs ? Qu’ils aillent planter des patates en Siberie...
    À bas le salariat ! Je crois que c’est la pensée profonde de J-C Vandamme, une de mes idoles !
    J’en bois une dernière à la santé de ceux qui on tenu jusqu’ici et je rentre sous la pluie tropicale, ou ma femme va faire la gueule.

    Courage les gars les filles ! Je vous soutiens comme je peux. Déjà sur la liste noire d’un bistro "americano-franco-eskimo" pour propos "soraliens". Je veux bien être ambassadeur quand vous aurez fait le ménage.

    Jo ta ke , irrabazi arte ! ( tape jusqu’à ce que ça fume , on se revoit à la victoire !)

     

    • #1581623

      même cas que toi Quand je suis revenu en France
      J’ai attendu 8 mois pour avoir la CMU/RSA (Alors que j’avais des problèmes cardiaque)Lois de 2012 (le hollandisme révolutionnaire), pas 5 ans de présence = 0 sociale (enfin pas quand tu es migrant ou réfugié...)
      L’aide médic. (pass) m’avait promis de ne pas me faire payer les soins médicaux, au final sont cardio ma envoyer un huissier au cul (factures de 200e difficile à payer sans rien) Les toubibs c’est le serment "hypocrite".

      Il nous a fallu presque 1 an pour que mon épouse puisse venir en France
      (incompétence de l’état, lois obscures, obligation de passer par une société pour le visa, problèmes de papiers, demande de justificatifs (plusieurs fois les même) et des traductions à plus en finir, etc)

      Je précise que malheureusement pour moi, je suis Français, blanc (donc intrinsèquement collabo esclavagiste et coupable)
      Mon épouse est étrangère, mais nous somme marier depuis 5 ans (reconnu par l’ambassade.)
      Quand j’ai fait mes démarches de regroupement, je me suis aperçu que les Algériens,Tunisiens avaient des lois d’exception facilitant leur regroupement familial. Ils ont des avantages, leurs regroupements et plus facile, rapide et même moins fiscalisé. Des lois pondu par sarkozy (pour passer les Banlieues au "casher")

      Aujourd’hui deux ans après
      La caf nous donne toujours que 340E à deux (c’est à dire presque 3 fois moins qu’un réfugié) (vous savez ceux la merde de Calais, qui vol et violes) (les Snowden, eux on en veut pas)
      Mon épouse à toujours pas la CMU...
      La pass me fait comprendre que comme elle était en règle administrativement, elle n’avait pas le droit à leurs services
      (aide réserver pour clandestins uniquement)

      << plus que jamais les blancs sont à l’arrière garde de la république>>
      Régulièrement la Caf trouve des prétextent bidon pour nous couper les allocations

      Nous n’avons rien niveaux aide social
      toujours les mêmes ressorte des associations avec des aides
      (Il n’y a rien pour nous d’après les assoc et l’assistante)
      Peut être mon épouse devrait vomir "la Haine de la France", gueulé Alah hakbar en bourka, drapeau algérien et canif ?

      là je suis sure que toute l’aide sociale de la France s’ouvrirait et l’obtention de sa carte de séjour et ces droits s’activerais...

      Car quand on est polie, et respecte des lois, on à le droit à rien
      pays de fou !

      Il y a encore pour refuser de voté LEPEN ...


  • #1572338
    le 05/10/2016 par Brnard
    Un jour en France : mardi 4 octobre 2016

    Le refus de sélectionner à l’entrée de la fac, puis en licence, puis en Master, a engorgé des filières entières, qui se trouvent déconnectées du marché de l’emploi
    Vraiment ? Est-ce que ça arrange pas les employeurs d’avoir des milliers de diplômés à mettre en concurrence dès la sortie de l’école pour des boulots inintéressants de manager à deux balles ? Au contraire, la démocratisation du supérieur est en phase avec le marché de l’emploi, autant qu’elle sape et dénigre la formation de métiers durables qui comptent pour la nation et ses habitants.

    Sinon je propose au p’tit con qui a filmé son amphi de faire la même chose en mai prochain (#jesuisdehors).


  • #1572648
    le 05/10/2016 par korben
    Un jour en France : mardi 4 octobre 2016

    "les Japonais,[...] font désormais du TGV, et du bon."

    Les japonais ont construit leur Shinkansen 17 ans avant notre TGV....