Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : vendredi 3 février 2017

L’humour sur Fillon, les Roms chez Christian Clavier, les Roms en vrai

 

Qui a dit que la France était un village gaulois où tout le monde s’engueulait avec tout le monde ? Cette campagne présidentielle 2017 a quelque chose d’original : les Français ne se foutent pas sur la gueule les uns sur les autres d’un parti à l’autre, mais à l’intérieur des partis. On n’a pas le combat classique gauche/droite mais gauche/gauche et droite/droite, avec Macron au milieu. Mais lui c’est le candidat d’en haut, qui n’es pas passé par les primaires. Trop primaire pour lui.
Après une année éprouvante marquée par les attentats et un quinquennat misérable, les Français ont envie de respirer, et de rire. Pendant que la presse s’acharne sur Fillon, il y en a qui dédramatisent le débat... tout en s’acharnant sur Fillon.

 

 

Nicolas Canteloup a remplacé les Guignols dans le coeur des Français qui ont envie de se détendre après le JT. D’ailleurs, Canteloup était l’une des voix des Guignols, et il n’a pas laissé de très bons souvenirs aux autres imitateurs... mais ça, c’est partout pareil. Les corporations, c’est jalousie et compagnie. Aujourd’hui, sur TF1, Canteloup gagne un max de fric, mais il en redistribue pas mal à ses auteurs, ce qui n’est pas le cas de tous les humoristes.
Ah, oui, l’angle politique : TF1, c’est Martin Bouygues, le grand pote de Sarkozy, qui est à la manœuvre pour dézinguer la candidature Fillon. C’est pourquoi Canteloup peut se lâcher ainsi. Gaccio faisait la même chose sur Canal+ : démolir la concurrence de la chaîne, la concurrence politique (le FN principalement) et les concurrents humoristes (Patrick Sébastien, Jean-Marie Bigard). À un poste aussi exposé, avec des records d’audience (Canteloup est monté à 10 millions de téléspectateurs en 2014 !), les vannes ne peuvent pas être que des vannes. Il y a une intention politique.

 

Ceci étant dit, les humoristes et leurs spectateurs ne sont pas les seuls à rire. Gérard Larcher s’y met aussi, même si ça fait partie d’une campagne de revalorisation de l’image de son pote.

 

 

L’art de la pique

Transformer Fillon en joyeux loustic, un tour de force. Mais un président rigide c’est peut-être mieux qu’un Monsieur Petites Blagues... Il n’y a pas que les mecs qui se moquent des politiques, il y a aussi les femmes, et avec talent. Exemple, La Bajon, qui joue l’avocate de Penelope :

 

 

On retrouve là l’esprit français, fait de gauloiserie, d’ironie mordante, de talentueux irrespect, et ça fait du bien. En parlant d’humour, Christian Clavier, la star du cinéma populaire des années 80, revient dans le jeu avec une espèce de suite de Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ?, une énorme bouse antiraciste qui a ravi la critique et le grand public. Ce coup-ci, il incarne un intello qui accueille chez lui une famille de Roms...

 

 

Les films comiques français, en général, partent sur une idée de décalage, et ensuite, on déroule le tapis. Les scénaristes se font pas chier. Ça donne quelque chose de prévisible, et y a rien de pire au cinéma. Clavier évoluera au milieu d’Elsa Zylberstein – l’ex récurrente – et Ary Abittan, le « comique » imitateur d’Arabes (personnage pompé sur le très communautaire Sacha Baron Cohen) promu par le « comique » Arthur...

Plutôt que de voir ce drame qui finit bien (en leçon d’antiracisme), partons faire un tour dans la réalité. Là, point de Clavier : les bobos ont fui le secteur depuis longtemps. Trop de deal, de violence, de SDF, de zonards, de migrants. Nous sommes entre la porte de la Chapelle et la porte des Poissonniers, près du Marché aux Puces de Clignancourt, à Paris (LGBT-City ou Tel-Aviv sur Seine). Les Roms avaient été chassés il y a très exactement un an, le 3 février 2016, par la police de Cazeneuve, et voilà qu’ils reviennent. La France est une baignoire à migrants : tu la vides, elle se re-remplit au-to-ma-ti-que-ment. Dans la cuvette de la petite ceinture, les habitations de bric et de broc s’entassent...

 

 

La station RFI a fait un reportage sur le camp. Une femme cherche du bois pour faire du feu... À Paris, en 2017...

Et pour les toilettes, « il n’y a rien non plus, il faut aller au fond et faire ses besoins les fesses à l’air, parfois sous les yeux des passants, alors mon mari est jaloux », rigole India.

À part ça, il y a du boulot, souvent au black, mais aussi du travail honnête et utile de « récupération » (hum, kof kof) :

À l’entrée du bidonville, Alin, un garçon tout frêle de 18 ans à peine, charge des kilos de ferraille à l’arrière d’un camion blanc. « C’est ce qu’on a ramassé dans les poubelles », déclare-t-il. Des hommes montent sur l’escalier brinquebalant de palettes, les bras chargés de métaux destinés à la vente.

L’auteur du reportage a-t-il inspiré les scénaristes du personnage de Christian Clavier ?

Après cette pointe facile, nous terminerons cette chronique sur le dernier sondage, où Macron dépasse – enfin ! après tous les efforts du Média Unique – Fillon. On vous refile le tiercé du jour : Marine à 25%, Macron à 22 et Fillon à 20. On vous rappelle qu’aucun Français n’a encore voté, et déjà, on connaît le second tour. C’est-y pas génial ?

En parlant de Fillon, on revient au début de notre chronique, le village gaulois, la baston, tout ça : la chaîne Public Sénat, dans un élan de transparence informationnelle qui l’honore, a balancé un peu sur les collègues de l’Assemblée, sous le titre Quand les députés se reversaient une part des crédits collaborateurs... On y apprend qu’un député pouvait tout empocher, mais n’embaucher personne. Ou alors des stagiaires.

Bon, et alors ? On comprend que les petites sommes officielles allouées aux députés, pour ne prendre qu’eux (on ne parle même pas des ministres), ne suffisent pas à faire face aux dépenses démocratiques, c’est-à-dire train de vie, campagne, collaborateurs, maîtresses (amants). Du coup, il faut trouver des sources parallèles. Quand on est député, on n’a pas accès aux énormes commissions sur les ventes d’armes ou sur les valises des chefs d’État africains. Alors, faut-il les augmenter pour qu’ils ne soient pas corruptibles ?

Il y a un pays qui a trouvé la parade : c’est celui de Trump. Un milliardaire n’a pas besoin de 900 pauvres milliers d’euros. Élisons un milliardaire !

Voir aussi :

26 mai
Un jour en France : vendredi 26 mai 2017
Burkini contre nudité à Cannes, les LGBT en Corse, Ozon le cul
16
25 mai
Un jour en France : jeudi 25 mai 2017
Collomb ministre des Gaffes, Ferrand dans la merde, Schiappa et le sexe, Nyssen à l’assaut du Ridicule (8991m)
15
23 mai
Un jour en France : mardi 23 mai 2017
Hanouna l’homo, les (gros) nichons d’Afida Turner, Clitorine de Haas
20
22 mai
Un jour en France : lundi 22 mai 2017
France/Brésil en pots-de-vins sous-marins, les gros sponsors du Macron, L’Anne Hidalgo sur la sellette
3
19 mai
Un jour en France : vendredi 19 mai 2017
Spécial « 70e Festival mondialiste de Cannes dans l’indifférence générale »
12
18 mai
Un jour en France : jeudi 18 mai 2017
Les Patriotes de Philippot et ceux du Mossad, Didier Super se moque de l’antifascisme, Patrick Timsit se couvre
13
17 mai
Un jour en France : mercredi 17 mai 2017
Lapix croque Pujadas, Lassalle raconte, le film d’animation français
29
16 mai
Un jour en France : mardi 16 mai 2017
Francis Lalanne contre Valls, Mélenchon lorgne sur le FN, les homos de Tchétchénie
21
15 mai
Un jour en France : lundi 15 mai 2017
La cérémonie de passation de pouvoir entre Hollande et Macron, et l’effondrement du journalisme de cour
28
12 mai
Un jour en France : vendredi 12 mai 2017
Une Brigitte première dame, la France par Sylvain Tesson, les alcoolos punis de RSA
45
11 mai
Un jour en France : jeudi 11 mai 2017
Hidalgo-Aubry-Taubira ou les ruines du PS, Achtung au copyright sur la Shoah, Mélenchon le soviet cong !
14
10 mai
Un jour en France : mercredi 10 mai 2017
Valls mendie devant Macron, Cohen au mercato radio, Bloch patronne d’Inter
15
9 mai
Un jour en France : mardi 9 mai 2017
La France qui fait honte : “foodeuses” du Figaro, “interculturalité” d’Anne Hidalgo, électeurs de Macron “sans adhésion”
14
8 mai
Un jour en France : lundi 8 mai 2017
Le message de la petite Syrienne à Macron, RFI et le massacre de Sétif, la meilleure prof du monde is french
10
5 mai
Un jour en France : vendredi 5 mai 2017
Bürki à poil pour Macron, Doherty pété contre le FN, le Manouche antinazi
29
4 mai
Un jour en France : jeudi 4 mai 2017
Mgr Barbarin se couche, Loran des Bérurier Noir vote Macron, et le vrai Victor Lanoux
30
3 mai
Un jour en France : mercredi 3 mai 2017
La dernière de Kepel, la dernière de Charlie, la dernière de Décodex
15
2 mai
Un jour en France : mardi 2 mai 2017
L’abjection du collabo Stéphane Guillon, Laurent Delahousse et la manip de Yerres, Dany Boon for Macron
23
1er mai
Un jour en France : lundi 1er mai 2017
Macron la récup, la pleurniche des médias, Finky contre le shoah-business
26
28 avril
Un jour en France : vendredi 28 avril 2017
Marine fait de moins en moins peur, Macron de plus en plus
16
27 avril
Un jour en France : jeudi 27 avril 2017
Les deux candidats se préparent au grand débat du 3 mai
17
26 avril
Un jour en France : mercredi 26 avril 2017
Rions un peu entre deux tours : Valls revient, Lassalle chez Hanouna, Attali déraille
11
25 avril
Un jour en France : mardi 25 avril 2017
Autour de la fracture Marine/Macron : Fenech, Onfray, les profs d’histoire-géo
22
24 avril
Un jour en France : lundi 24 avril 2017
Deuil national : finale Hollande/Marine, suicide de la gauche, carte riches/pauvres
45
21 avril
Un jour en France : vendredi 21 avril 2017
Laetitia femme de flic, Molins et le papier tombé, le rapport attentats/élections
25

Le rire non aligné, la vérité sur l’antiracisme,
le coût de la démocratie,
à lire sur Kontre Kulture

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

20 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1657606

    Excellente analyse. Merci !


  • #1657612

    Je suis heureuse de constater que l’esprit français n’est pas mort. Que cela fait du bien de faire revivre joie et humour après les attaques incessantes sur la culpabilité et les peurs distillées par ceux qui nous haïssent.
    Etre dans l’amour et la joie est la meilleure façon de changer de monde !
    Merci à Pénélope l’anglaise...

     

    • #1657822

      Pas sûr qu’il faille en rire. Trop c’est trop. L’humour n’est pas l’acharnement. L’aspect "coup monté" (et quand on connaît la moralité de ceux qu’on devine derrière, c’est la charité qui se fout de l’hôpital), les coups bas entre "amis", tout cela commence à ne pas être drôle.
      Fillon a faison qhand il dit : " il y a quelque chose de pourri dabs notre démocratie".
      Je n’ai vraiment pas envie d’en rire...
      C’est quand même de l’avenir de notre pays dont il est question en final.


    • #1657831

      C’est les "couilles" que les Français ont perdu, je ne suis pas sûr, sur ce coup, que l’esprit triomphera.


  • #1657641
    le 03/02/2017 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Un jour en France : vendredi 3 février 2017

    Les tronches de Clavier et Zylberstein, j’ai pas envie de les voir au Cinéma.

    Sauf s’ils tournent chez Michael Mann...
    Là, je serais contraint.
    lol... pourquoi pas ?

     

  • #1657643
    le 03/02/2017 par jean zerien
    Un jour en France : vendredi 3 février 2017

    Le sketch avec La Bajon est excellent on en redemande !


  • #1657651
    le 03/02/2017 par jeannotlabreloque
    Un jour en France : vendredi 3 février 2017

    C’est clair que pour corrompre un milliardaire, faut se lever tôt !


  • #1657716

    Canteloup ne se bonifie pas. Il n’imite plus, il parodie, comme le font les Guignols avec le commandant Sylvestre lorsqu’ils parodient Alain Dorval (excellent comédien) qui double (entre autre) Stallone. Les imitations de Sarko et Fillon sont complètement nases, contrairement à celles d’un gars comme Gerra qui a une autre oreille que la sienne et qui donne autrement plus de sa personne quand il passe sur un média.

     

    • #1657803
      le 04/02/2017 par The Médiavengers
      Un jour en France : vendredi 3 février 2017

      Relire et réécouter les analyses brillantes et percutantes d’un certain Alain Soral sur les comiques de service. Ça fait mal quand on vient du système (comme tout le monde) mais ça décrasse (je n’ose pas dire karchèrise) les neurones.


  • #1657785

    Alors, c’est pas pour me faire l’avocat du diable, mais à priori, même s’il y a Clavier dedans, un film français où le pitch c’est " Un ridicule intello huppé cloné sur BHL reçoit des immigrants chez lui " , ben ça peut quand même être assez croustillant.
    Reste à voir le fond du discours de tout ça et comment ça se termine, évidemment.

     

    • #1657810

      Je suis d’accord... ; mais pour le fond du discours, à mon avis, pas besoin de voir comment ça se termine !


    • #1657824

      J’aime bien ta trouvaille "immigrants", mélange de "migrants" et "immigrés". Il y a déjà tellement de termes que ça en devient comique.


    • #1657895

      À votre avis, les populations " exotiques " seront-elles présentées comme potentiellement criminogènes, ou même seulement sous un jour antipathique ?
      Et même sans ça, peut-on imaginer un discours sérieux derrière cela ? Bien entendu que non, sans quoi cela ne pourrait être une comédie. J’imagine que le personnage d’Abittan sera pittoresque et au final sympathique. La finalité, c’est de transformer le plomb, le sérieux et le grave, en truc léger, en moment de détente du samedi soir. Je serais d’avis qu’il ne faut en aucun cas donner le moindre kopeck à ce genre de truc, histoire de ne l’alimenter en aucune manière. Déjà que même sans cela on nous rackette en nous faisant les poches d’autorité pour, entre autres joyeusetés, financer ce style de production, alors ça va bien.


  • #1657806
    le 04/02/2017 par Antoine lib
    Un jour en France : vendredi 3 février 2017

    Sympa Rachida Datti en avocate !


  • #1657817

    Je me suis infligé la bande-annonce. Que c’est poussif ! Pour une comédie ça a l’air plutôt flippant, on dirait que Zylberstein s’est vautrée sur un bistouri, son jeu à l’air aussi figé que son visage.


  • #1657834

    Vous posez une vraie question de fond en fin d’article.
    Ce qui est en cause, ce n’est pas Fillon, c’est l’organisation de notre démocratie en général et le financement de la vie politique en particulier, une fois souligné qu’il est bien compréhensible que beaucoup de Français se révoltent devant les montants cités.
    Une campagne électorale coûte cher, et de plus en plus cher lorsqu’on s’élève dans la hiérarchie des mandats.
    Les sommes en jeu dans l’affaire Fillon sont "peanuts" par rapport au coût d’une campagne. Là où les Etats Unis jouent une vraie transparence dans une sorte de "marché électoral", la France abrite des pratiques douteuses derrière un financement public notoirement insuffisant assorti d’une usine à gaz appelée "remboursement des frais de campagne". Toute candidat à une élection quelle qu’elle soit, sait pertinemment qu’il en est de sa poche. Dès lors, où peut-il trouver les sommes nécessaires ?
    On s’offusque lorsqu’un financement est révélé, mais les citoyens biberonnés à l’Etat providence font comme si le financement public affiché était suffisant. La primaire a aggravé le problème : si la campagne du candidat d’un parti est évidemment financée par ce dernier, qu’en est-il de la campagne des primaires ?
    Soit le candidat se finance lui-même, soit il fait appel à des donateurs. La France a fait le choix de limiter chaque don à 7500€, là où les Etats Unis prônent la liberté. Liberté qui a une conséquence : le candidat, s’il est élu, devient l’obligé de ses principaux donateurs. La dernière campagne américaine a mis en lumière ce qui se pratique depuis longtemps : une majorité d’élus sont redevables vis-à-vis de lobbies. Il est interdit de le dire (n’est-ce pas M. Poisson ?). La politique Washington est largement dépendante du financement des campagnes électorales, et si la fortune de M. Trump a permis sa campagne, elle lui a surtout assuré l’indépendance de sa politique.
    Un candidat soucieux de ne pas être l’otage de pressions s’il accède au pouvoir, doit "se débrouiller" pour se financer lui-même. Fillon a certes profité de sa situation d’élu, il a créé une société de conseil, mais rien de vraiment illégal. Il recueille aussi des dons depuis 2-3 ans. Un minimum de bon sens voudrait qu’on y voie un gage qu’il respecte son programme une fois élu. C’est peut-être ça qui dérange...


  • #1657899
    le 04/02/2017 par kamionpouetpouet
    Un jour en France : vendredi 3 février 2017

    Je n’ai pas rigolé une seule fois sur le sketch de La Bajon....Mais c’est surement parce que j’ai, malheureusement, pas mal de copains/copines avocat(e)s, et....que c’est exactement leur façon de s’exprimer, dans ces tons, avec ces idées, et cette façon de faire.....Merde, j’ai vraiment de mauvaises fréquentations.


  • #1657960
    le 04/02/2017 par VIVACHAVEZ
    Un jour en France : vendredi 3 février 2017

    Clavier refuse des corses sur sa pelouse mais accepterait des roms chez lui. Racisme anti-corse ?


  • #1658049

    À l’entrée du bidonville, Alin, un garçon tout frêle de 18 ans à peine, charge des kilos de ferraille à l’arrière d’un camion blanc



    Par ici, près d’un campement de gitans, des bennes sont mises à disposition pour qu’ils y déposent la ferraille qu’ils "trouvent". Quand elles sont pleines, des agents municipaux les emmenènent et les fouineurs percoivent 1400€ net par benne...
    Le vol légalisé et aux frais du CONtribuable... un jour de plus en France...


Commentaires suivants