Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La chronique judiciaire d’E&R, avec Alain Soral

On s’embrasse et on oublie – Épisode 15

Note de la rédaction

Émission diffusée en exclusivité sur ERFM le 18 octobre 2019.

On s’embrasse et on oublie est l’émission de chronique judiciaire d’Égalité & Réconciliation.

 

Maître Viguier reçoit Alain Soral pour faire le point sur les persécutions judiciaires subies par le président d’Égalité & Réconciliation.

 

Pour écouter et télécharger l’émission en podcast,
rendez-vous sur le site d’ERFM !

 


 

Pour soutenir Alain Soral dans son combat pour la vérité,
rendez-vous sur la page de financement participatif dédiée :

 


 

En lien, sur E&R :

À ne pas manquer, sur E&R :

À ne surtout pas manquer, sur E&R :

Pour mesurer l’ampleur de l’acharnement contre E&R :

 






Alerter

20 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2302178
    Le 19 octobre à 17:37 par ces
    La chronique judiciaire d’E&R, avec Alain Soral

    épisode de bonne qualité.

     

    Répondre à ce message

  • #2302194
    Le 19 octobre à 18:05 par Zebulon
    La chronique judiciaire d’E&R, avec Alain Soral

    Code de Procédure Pénale, article 569 :
    "Pendant les délais du recours en cassation et, s’il y a eu recours, jusqu’au prononcé de l’arrêt de la Cour de cassation, il est sursis à l’exécution de l’arrêt de la cour d’appel, sauf en ce qui concerne les condamnations civiles, et à moins que la cour d’appel ne confirme le mandat décerné par le tribunal en application de l’article 464-1 ou de l’article 465, premier alinéa, ou ne décerne elle-même mandat sous les mêmes conditions et selon les mêmes règles".

     

    Répondre à ce message

  • #2302247
    Le 19 octobre à 19:33 par Kabylitalia27250
    La chronique judiciaire d’E&R, avec Alain Soral

    Vous evoquiez la page facebook de la ldj,ils ont aussi menacés christophe Khider et Stéphane Blet.

     

    Répondre à ce message

  • #2302276
    Le 19 octobre à 20:37 par Adeon
    La chronique judiciaire d’E&R, avec Alain Soral

    De la vrai torture psychologique contre ceux qui les contres. Bravo AS de résister ainsi.

     

    Répondre à ce message

  • #2302428
    Le 20 octobre à 01:13 par fredo
    La chronique judiciaire d’E&R, avec Alain Soral

    Ou on apprend que Alain Soral est condamnné ( condamnations de prison avec sursis cumulées ) à trois années de prison avec sursis ; sursis = prison si l ’infraction est répétée ainsi qu ’ à à 4 ans de prison ferme ( condamnations dont l ’effet est actuellement suspendu par l ’appel et si l ’appel est rejeté , les sursis tombent ) ; ou on apprend encore que d ’autres sentences concernant des procès en cours sont attendues et que des dépôts de plaintes sont programmés .Notons encore qu ’ avec les remises de peines 6 ans de prison peuvent équivaloir à deux ans effectifs . . . ou 12 ans à quatre . . . Maître Viguier explique que la non incarcération d ’ Alain jusqu ’ici n ’est dû qu ’au respect des règles pénales mais que la machine avance inexorablement .Autant dire qu ’Alain a déjà un pied en prison ( Dieudo n ’est pas beaucoup mieux loti et Olivier Ryssen pourrait aussi être mis à l ’ombre ). Jusqu ’ici à l ’éxception de Monsieur Reynouard , ayant purgé un an de détention il n ’y avait pas eu depuis bien beau temps de prisonniers politique en France .

     

    Répondre à ce message

    • #2303105
      Le 21 octobre à 09:20 par Courtial
      La chronique judiciaire d’E&R, avec Alain Soral

      " Con qui fout pas le camp assez tôt ! " . Dans sa correspondance Céline regrettait souvent, en prison (17 mois) au Danemark (1945-1946) de ne pas être parti en Espagne quand il en était encore temps, en 1943 ou 1944 . Aujourd’hui dans quels pays se réfugier ? En Russie, comme Snowden, ou au Japon comme Le Lay, des pays d’où les persécutés politiques ne sont pas encore extradés .

       
  • #2302454
    Le 20 octobre à 03:17 par Rie
    La chronique judiciaire d’E&R, avec Alain Soral

    Madame Ghislaine Lanctot resume bien les choses dans ses livres :

    Lorsque les 3 carottes du pouvoir ne marchent plus (Affluence, Prestige et Argent), alors on sort les 3 batons :

    1er baton : REPUTATION : on s’attaque a la reputation de la personne. On la ridiculise, decredite, on sort des histoires moches du passe, etc. Juste ca remet les personnes dans les rangs at 95%. Personne n’aime etre mise au banc de la societe. L’isolation est insupportable pour la plupart des gens.

    2ieme baton : DEPOSSESSION : si ca ne suffit pas alors on depossede la personne de ses biens physiques (saisies), financiers (saisies des comptes, interdits bancaires, amendes, redressements fiscaux, etc) et personnes (enlevement des enfants, separation de la famille, etc).

    Si ce baton ne suffit toujours pas a remettre la personne dans le rang, on sort le dernier baton, l’arme ultime de destruction massive : L’ELIMINATION.
    Il ya 3 sorte d’elimination : elimination de la vie publique (prison), elimination mentale (envoie en psychiatrie) et solution finale mort physique "accidentelle". ou "suicide".

    Lorsque la personne sort de la peur de la mort, elle gagne comme l’ont fait David Icke et Madame Lanctot (et d’autres).

     

    Répondre à ce message

  • #2302459
    Le 20 octobre à 03:35 par Annette
    La chronique judiciaire d’E&R, avec Alain Soral

    J’avais deja envoyee un message a Me Viguier il y a quelques annees, pourriez-vous nous confirmer ce fait que certains avocats et chercheurs de verite clament :

    Les lois et la justice ne s ;appliquent qu’aux personnes morales, juridiques (entites fictives-homme de paille) c’est a dire a la societe fictive cree a travers l’acte de naissance qui portent le meme nom que la personne de chair et de sang (mais ne lettres capitales) avec un numero de securite sociale.

    Et donc de ce fait les lois ne s’appliquent pas a la personne de chair et de sang.

    Dans son livre "Madame Ghis", Ghislaine Lanctot n’a jamais reconnu l’entite fictive qui portait le meme nom qu’elle devant le juge. Elle n’a jamais signe aucun document officiel juridique (sinon c ;etait endosser la personne fictive et donc prendre la responsabilite de ses "fautes"). Le juge n’a jamais pu prononcer de sentence ou quoi que ce soit. Il n’a d’ailleurs pas piper mot quand Me Lanctot lui a dit qu’elle n’avait aucun lien avec le personne fictive qui portait le meme nom qu’elle sur les documents.

    Le juge a simplement repondu que si ce n ;etait pas elle qu’elle n’avait rien a faire dans ce tribunal. C’est comme ca qu’elle est sorti du tribunal sans sentence. Ca fait deja 11 ans depuis ces faits.

    Pourriez-vous expliquer Me Viguier la difference entre personne morale et personne de chair et la difference devant la "loi". Merci.

     

    Répondre à ce message

    • #2312020
      Le 1er novembre à 16:32 par Fausse solution
      La chronique judiciaire d’E&R, avec Alain Soral

      Victoire, ouais, ouais.
      En faisant ça tu renonce à toute propriétés notarié, notamment tout héritage que tu pourrais recevoir, mais aussi à ta retraite et même à la sécurité sociale (les cotisations sont versés à un numéro de SS, sinon au moins avec une date de naissance qui ne peut être identique à la tienne).
      Tu perds même ta nationalité, et ton permis de conduire.

      De plus, si elle avait réellement emmerdé le pouvoir, il y aurait eu des tests ADN, ou, de toutes autres manière, ça se serait passé autrement (internement provisoire, reconduite à la frontière, ou les 2).

      Ta plaignante s’est piquée d’une petite crise d’ego qu’un juge à pu écouter parce que le ministère de la justice s’en foutait.

       
  • #2302503
    Le 20 octobre à 09:37 par Cpasgagne
    La chronique judiciaire d’E&R, avec Alain Soral

    Quel courage Monsieur Soral de vous battre face à ce pouvoir violent, menteur et pervers.... surtout pour défendre un peuple majoritairement composé de gens médiocres ....

     

    Répondre à ce message

    • #2303021
      Le 20 octobre à 23:42 par Adeon
      La chronique judiciaire d’E&R, avec Alain Soral

      Oui... Soral, le médicament dont la france a besoin mais les français sont trop malade pour l’accepter, ils auraient du se rallier derrière lui, au lieu de regarder hanouna en mangeant des mc do :/

      Un homme de conviction, torturé juste pour avoir commis le crime de parler.

      Notre pays coloniser, 90% des gens ne le savent pas et s’en contrefoute... méritons nous notre sort ?

      J’espere que les choses ne seront pas trop dur pour AS.

       
  • #2303241
    Le 21 octobre à 14:24 par Personne
    La chronique judiciaire d’E&R, avec Alain Soral

    D’une clarté... Effrayante. Avec un maître Viguier très bien situé.

     

    Répondre à ce message

  • #2310642
    Le 30 octobre à 18:28 par Quartier anti-terroriste
    La chronique judiciaire d’E&R, avec Alain Soral

    Une audience au procès de Julian Assange.
    http://lepcf.fr/Comment-traverser-l...
    Où l’on apprend que beaucoup de règles ne s’appliquent pas à beaucoup de monde.
    Tout ça s’appelle l’égalité juridique, alias "l’état de droit" qui est chéri par nos médias pro-democratie.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents