Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : jeudi 11 mai 2017

Hidalgo-Aubry-Taubira ou les ruines du PS, Achtung au copyright sur la Shoah, Mélenchon le soviet cong !

 

« Le quatrième grand défi, c’est la défense quotidienne des valeurs qui nous permettent de bien vivre ensemble : les fondamentaux d’une République sociale et laïque au sein de laquelle l’éducation, la recherche, la culture savent redonner du sens à notre vie commune, et nous prémunir des ravages de l’extrémisme, du racisme et de l’antisémitisme, du sexisme et de l’homophobie » (extrait de la tribune du mouvement Dès Demain dans Le Monde du 10 mai 2017)

Au milieu des convulsions du Parti socialiste, qui s’est fait sucer la moelle par la bande à Macron sous le sourire goguenard de François Hollande, on voit apparaître de tragiques soubresauts de tentative de survie. L’un de ces mouvements s’appelle Dès Demain, et cette resucée du Grand Soir est conduite par les trois grandes trahies du Parti, Hidalgo, Aubry et Taubira. Ces trois grâces sont censées incarner la pureté originelle du socialisme, qui fut un parti ouvrier.

 

JPEG - 106.3 ko
« Tu trouves pas qu’elle a grossi Martine... »

 

 

Ce sera difficile avec Hidalgo la culturo-sioniste, Taubira l’antiraciste antifrançaise, et Aubry la social-dem régionale. Rien à voir avec le grand parti ouvrier centralisateur des années 1900 (la SFIO a été créée en 1905 sur l’idée du socialisme qui elle, est née dans les années 1820, avant d’être englobée par l’idéologie marxiste). La lutte contre le capitalisme n’est plus à l’ordre du jour, et on bricole un reliquat d’espoir à base de féminisme, d’antifascisme et d’antiracisme qui n’a réuni que 6% des électeurs lors du dernier scrutin. Traduction : les veuves pas très joyeuses se battent pour 3% du gâteau. D’autant que Benoît Hamon, qui a envoyé le PS dans le mur pour les besoins de l’érection du Macron, fonde lui aussi son mouvement. Après l’explosion du 23 avril, la pulvérisation définitive de la grande idée sociale. Évidemment, c’est Mélenchon qui est content. Mais attention, le PS peut encore faire valoir son droit à la députation, et son implantation locale – si les socialistes résistent à l’aspirateur En Marche ! – peut provoquer des triangulaires pénibles en juin entre ex et néo-socialistes. C’est ce que préconisent les Républicains avec un Baroin qui se voit bien Premier ministre en cas de bon score de la droite avant l’été…

 

« Dès Demain » dans la (petite) vaisselle électorale

Dès Demain, c’est une énième nouvelle nouvelle gauche. Attention, quand on dit gauche, on pense « gauche des valeurs », ces fausses valeurs qui ont justement contribué à tromper les ouvriers et les petits employés, et à faire vivre toute une classe parasite avec la bienveillance de l’oligarchie. Qui s’est frotté les mains quand elle a vu le PS réussir à remplacer progressivement la résistance du Travail (fiche de paye, protection sociale) par le larmoyant combat contre l’éternelle souffrance des minorités éternelles (femmes, immigrés, homos et juifs) [1]. Cependant, avec trois décennies de retard – la vitesse de propagation de la lucidité politique dans le peuple –, les électeurs de gauche ont fini par punir les responsables visibles de cette arnaque pitoyable. Les responsables invisibles, eux, étant déjà passés à l’arnaque suivante, prête depuis longtemps. Gouverner, c’est prévoir !

Mais cessons là ces mesquineries et observons la liste des 160 qui fondent Dès Demain. Comme c’est un peu long (et pénible), on a exhumé une dizaine de noms emblématiques, une louche suffisant à donner le goût du tonneau entier : Christophe Alévêque, David Assouline, Patrick Bloche (maire du XIe), Elsa Boublil (madame Torreton), Luc Carvounas (proche de Valls), Jacques Higelin, Bruno Julliard (révolutionnaire devenu apparatchik), Patrick Pelloux (ex-Charlie)…

 

Tant qu’on est dans la liste à la Schindler [2], autant y rester. Le journal en ligne Causeur a sorti un drôle d’article qui mélange lucidité et propagande, ou plutôt qui arrête la lucidité aux limites que la propagande lui impose.

 

JPEG - 50 ko
Laurence Haïm pose devant ses couleurs

 

Résumé de l’affaire : le soir de l’intronisation de Macron comme 8e président de la Ve République française, TF1 diffuse un documentaire à sa gloire, sur son parcours, ses idées, bref l’hagiographie à laquelle on a traditionnellement droit et que Moati avait initiée avec François Mitterrand (qu’il télé-coachait par ailleurs). Une success story avec un peu de sel et de poivre dessus pour faire « vrai », et hop, c’est de l’histoire en marche. Dans ce docu-fiction, on aperçoit Macron se prendre une leçon de Shoah par Laurence Haïm pendant qu’il se fait maquiller. Laurence revient sur sa « gaffe » en Algérie, une gaffe certainement calculée, et sur l’exploitation de la Shoah. Car il s’agit de ça : on imagine bien que le Macron se fout des Algériens comme de sa première ligne (de TGV), seuls comptaient les bulletins de vote des Français d’origine algérienne. Mais alors que Lolo tance gentiment son fringant poulain sur la délicatesse de l’exploitation politique du « crime contre l’humanité », on entend le mot « copyright » lancé par une think tankiste, soit un « monopole » de « la communauté juive ». Réaction sur Causeur :

En tant qu’enseignante d’histoire ayant dirigé un ouvrage sur l’enseignement comparé des génocides du XXe siècle, mes oreilles ont sifflé en écoutant le raccourci partiel et partial de Laurence Haïm, mais le « copyright », ça je n’y croyais pas. Le crime contre l’humanité serait une marque déposée par et pour les Juifs ? J’avais dû mal entendre. Dès que le documentaire fut disponible en ligne, j’ai vérifié. Oui, le mot « copyright » a bien été utilisé pour lier l’extermination des Juifs et le « contre l’humanité ». Ce mot en dit long sur l’inculture des communicants, sur une certaine vision communautaire de l’histoire, sur la concurrence des mémoires qu’elle a produite, sur le langage mainstream. Les mots n’ont plus aucun sens, tout est interchangeable. Comme les individus dans la grande entreprise finalement. Et on y est : le shoah business ?

Jusque-là, tout va bien. Ensuite, ça se complique :

Qu’est-ce que le « copyright » ? C’est un terme juridique anglo-saxon qui concerne l’ensemble des droits exclusifs que possède une personne physique ou morale sur une œuvre. Ces droits protègent l’auteur d’une œuvre quant à son exploitation. Qu’est-ce que le « copyright » vient faire dans la compréhension du lien entre le génocide des Juifs d’Europe et le crime contre l’humanité ? Pas grand-chose en effet puisque, d’une part la Shoah n’est pas une œuvre littéraire, artistique ou scientifique, et d’autre part les Juifs ne l’ont pas créée et ne sont pas propriétaires de son exploitation mercantile. Sinon, effectivement, on serait chez Dieudonné et Faurisson.

On ne pourrait mieux dire. Et comme on frôle le carton rouge, on rétropédale :

Renoncer à comprendre la singularité d’un crime contre l’humanité pour les englober tous dans une abstraction pénitentielle, c’est finalement pratiquer un relativisme négateur de toutes les souffrances des victimes qui ne sont plus là pour témoigner. Un enfant arménien aux mains du gendarme turc ou du paysan kurde, un vieillard juif entre celles du SS ou de ses comparses ukrainiens, une femme tutsie violée puis assassinée par son voisin hutu : toutes ces victimes n’ont pas déposé de « copyright ». Leurs descendants, si ils existent, n’ont tiré aucun profit de leur indicible souffrance.

Et là, on se permet humblement d’intervenir car la dernière phrase pose un sacré problème : elle ne correspond pas à la réalité. C’était la limite de la lucidité de la prof d’histoire en question...

Pendant que les unes rebaptisent un socialisme féministe sur les ruines fumeuses du PS, que les autres traficotent avec la Shoah, il en est un qui ne perd pas le nord, ou plutôt le Sud : c’est Mélenchon. Le 4ème homme, juste derrière Fillon (le grand volé de cette élection), est ressorti de la torpeur de sa défaite avec une colère nouvelle. Et c’est le PS qui va morfler, une fois de plus.

 

PNG - 927.2 ko
Debout sur un tonneau de rougets, Jean-Luc entonne l’Internationale en patois marseillais

Le 23 avril, à l’occasion du premier tour de la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête dans 67 circonscriptions législatives et certaines grandes villes comme Montpellier, Lille, Toulouse, Grenoble ou Marseille, et deuxième dans 167 autres. Le candidat a dépassé le seuil des 12,5 % des inscrits (requis pour se maintenir au second tour) dans 451 circonscriptions. Une situation exceptionnelle pour la gauche hors PS. (Mediapart)

 

C’est qu’il avait déjà la tête dans les législatives, le gredin rouge, et qu’ll avait l’intention d’achever à coups de pelle ce dirigeable crevé qu’est le PS. Déjà, pendant la campagne de premier tour, il avait subtilisé une partie de la gauche du travail à Marine Le Pen, tout en lorgnant sur la droite des valeurs. Maintenant que Fillon est hors-jeu, que les Républicains sont en train de calculer leurs chances entre soumission et insoumission à Macron, une partie de la droite des valeurs non FN semble prenable. Ça sera plus dur à faire avaler aux mélenchonnistes, mais le gars est coutumier des entortillages discursifs : il trouvera la solution. En attendant les deux grands soirs des législatives (11 et 18 juin 2017), il débarque à Marseille (où il a fait l’un de ses meilleurs score de premier tour avec 24,82% des voix) face au garagiste Mennucci, très en colère contre cette « combinazione ». Selon le député de la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône, le candidat de la France insoumise a été « aveuglé » par son meeting de Marseille...

 

 

Mélenchon répond sur BFM TV à ceux qui l’accusent de parachutage électoral :

« Je suis partout chez moi ! »

Attention, Jean-Luc, les mots ont un sens. Il y a un copyright sur « Je suis partout ».

 

Voir aussi :

23 mai
Un jour en France : mardi 23 mai 2017
Hanouna l’homo, les (gros) nichons d’Afida Turner, Clitorine de Haas
19
22 mai
Un jour en France : lundi 22 mai 2017
France/Brésil en pots-de-vins sous-marins, les gros sponsors du Macron, L’Anne Hidalgo sur la sellette
3
19 mai
Un jour en France : vendredi 19 mai 2017
Spécial « 70e Festival mondialiste de Cannes dans l’indifférence générale »
12
18 mai
Un jour en France : jeudi 18 mai 2017
Les Patriotes de Philippot et ceux du Mossad, Didier Super se moque de l’antifascisme, Patrick Timsit se couvre
13
17 mai
Un jour en France : mercredi 17 mai 2017
Lapix croque Pujadas, Lassalle raconte, le film d’animation français
29
16 mai
Un jour en France : mardi 16 mai 2017
Francis Lalanne contre Valls, Mélenchon lorgne sur le FN, les homos de Tchétchénie
21
15 mai
Un jour en France : lundi 15 mai 2017
La cérémonie de passation de pouvoir entre Hollande et Macron, et l’effondrement du journalisme de cour
28
12 mai
Un jour en France : vendredi 12 mai 2017
Une Brigitte première dame, la France par Sylvain Tesson, les alcoolos punis de RSA
45
10 mai
Un jour en France : mercredi 10 mai 2017
Valls mendie devant Macron, Cohen au mercato radio, Bloch patronne d’Inter
15
9 mai
Un jour en France : mardi 9 mai 2017
La France qui fait honte : “foodeuses” du Figaro, “interculturalité” d’Anne Hidalgo, électeurs de Macron “sans adhésion”
14
8 mai
Un jour en France : lundi 8 mai 2017
Le message de la petite Syrienne à Macron, RFI et le massacre de Sétif, la meilleure prof du monde is french
10
5 mai
Un jour en France : vendredi 5 mai 2017
Bürki à poil pour Macron, Doherty pété contre le FN, le Manouche antinazi
29
4 mai
Un jour en France : jeudi 4 mai 2017
Mgr Barbarin se couche, Loran des Bérurier Noir vote Macron, et le vrai Victor Lanoux
30
3 mai
Un jour en France : mercredi 3 mai 2017
La dernière de Kepel, la dernière de Charlie, la dernière de Décodex
15
2 mai
Un jour en France : mardi 2 mai 2017
L’abjection du collabo Stéphane Guillon, Laurent Delahousse et la manip de Yerres, Dany Boon for Macron
23
1er mai
Un jour en France : lundi 1er mai 2017
Macron la récup, la pleurniche des médias, Finky contre le shoah-business
26
28 avril
Un jour en France : vendredi 28 avril 2017
Marine fait de moins en moins peur, Macron de plus en plus
16
27 avril
Un jour en France : jeudi 27 avril 2017
Les deux candidats se préparent au grand débat du 3 mai
17
26 avril
Un jour en France : mercredi 26 avril 2017
Rions un peu entre deux tours : Valls revient, Lassalle chez Hanouna, Attali déraille
11
25 avril
Un jour en France : mardi 25 avril 2017
Autour de la fracture Marine/Macron : Fenech, Onfray, les profs d’histoire-géo
22
24 avril
Un jour en France : lundi 24 avril 2017
Deuil national : finale Hollande/Marine, suicide de la gauche, carte riches/pauvres
45
21 avril
Un jour en France : vendredi 21 avril 2017
Laetitia femme de flic, Molins et le papier tombé, le rapport attentats/élections
25
20 avril
Un jour en France : jeudi 20 avril 2017
Spécial anniversaires : Charles Maurras, Éric Dupond-Moretti, Jean Carmet et Hitler
11
19 avril
Un jour en France : mercredi 19 avril 2017
Tous aux obsèques du PS, 15 minutes pour convaincre, Joséph Macé-Scaron-Fillon
9
18 avril
Un jour en France : mardi 18 avril 2017
Sciences Po Strasbourg, Télécom Paris Tech et Université Lyon 2
9

Notes

[1] Certains penseurs un peu fous ont même émis l’idée farfelue que le socialisme originel avait été altéré par le sionisme !

[2] Rien à voir avec la Chandeleur, qui est le nom français d’une tradition chrétienne.

Le socialisme authentique, le copyright de la Shoah
et la possibilité d’une gauche nationale,
tout est sur Kontre Kulture

 
 






Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1725664
    Le 11 mai à 21:19 par Tatave
    Un jour en France : jeudi 11 mai 2017

    Bayrou comptait qu’En Marche investirait 80 candidats "Modem", il n’en investit que... 6 !... Bayrou, le premier COCU de Macron . On a envie de lui dire : " Ne sois pas triste " . Mais quelle humiliation pour un membre d’honneur de la LICRA...

     

    Répondre à ce message

    • #1725714
      Le 11 mai à 22:49 par gloria lasso
      Un jour en France : jeudi 11 mai 2017

      Il faisait sacrément la gueule dimanche soir dans les débats... il se savait déjà cocu.
      Pauvre type

       
    • #1725727
      Le 11 mai à 23:17 par Eric
      Un jour en France : jeudi 11 mai 2017

      En fait il y aurait 35 candidats modem investis alors que cet apôtre de Bayrou affirme que Macron lui aurait assuré qu’il en aurait 130. Le béarnais ne décolère pas, persuadé qu’il est que l’accord passé avec Macron aurait permis à ce dernier d’augmenter son score de deuxième tour d’environ un quart, extrapolation fumeuse mais qui n’a pour seule finalité que de considérer que 25% des circonscriptions lui seraient donc dues !!! Ils sont pathétiques.

       
    • #1725877
      Le 12 mai à 08:57 par Domino
      Un jour en France : jeudi 11 mai 2017

      Bayrou rivient sur terre. N’avait-il pas compris avec Hollande ?
      En même temps, cet opportuniste n’a que ce qu’il mérite et nous avons, grâce à lui, l’occasion de constater que la République en Marche a absolument les mêmes méthodes que la classe politique vomie oar les citoyens !

       
  • #1725693
    Le 11 mai à 22:21 par Patriote syndiqué
    Un jour en France : jeudi 11 mai 2017

    il y a un copyright sur « Je suis partout »...
    la chute ! bien ri les gars, merci !

     

    Répondre à ce message

  • #1725736
    Le 11 mai à 23:27 par horizons lumineux
    Un jour en France : jeudi 11 mai 2017

    Qui se soucie encore de Bayou ? Il a choisi une sorte de suicide politique en se fondant dans la nébuleuse macronienne et en ne faisant pas campagne. Ça fait longtemps qu’il ne pèse plus rien et qu’il ne fait que du vent avec sa bouche.

    Le seul problème de la macronerie, c’est qu’elle remplace des vieux apparatchiks rigides par des jeunes apparatchiks sans doute plus soumis et plus malléables. Pas grand-chose de nouveau et pas grand-chose à en attendre.

     

    Répondre à ce message

  • #1725739
    Le 11 mai à 23:30 par jacques
    Un jour en France : jeudi 11 mai 2017

    comme hurluberlu investi il y a Cédric Villani faite des recherche sur le gugusse on va allez loin avec cela un chatré à voix de castra ,au look de Renfield (vous savez le fou mangeur de mouches dans les films de Draculla ) rien n’y manque la tignasse la peau blême et mal rasée la cravate (enfin le chiffon en lieu et place ) et pour finir l’énorme broche en forme d’ araignée je ne plaisante pas un pitre déguisé en Renfield un" mathématicien" qui compte apporter son aide pour l’intelligence artificielle qu’il commence à s’en trouver une déjà

     

    Répondre à ce message

    • #1725856
      Le 12 mai à 08:15 par johann
      Un jour en France : jeudi 11 mai 2017

      T’inquiètes pas pour le matheux, il est surement bien logé...et totalement branché dans son monde comme de nombreux scientifiques, n’a pas le temps et n’y connais pratiquement rien aux vraies réalités..ne pas lui jeter la pierre contrairement aux veaux qui devraient avoir le temps de s’instruire.

       
  • #1725755
    Le 11 mai à 23:41 par Nono
    Un jour en France : jeudi 11 mai 2017

    "Leurs descendants, si ils existent, n’ont tiré aucun profit de leur indicible souffrance".
    Ben voyons... même pas un état colonisateur d’extrême droite qui déstabilise le Monde.
    Plus c’est gros, plus ça passe (c’est de Goebbels ça, non ?).

     

    Répondre à ce message

  • #1725792
    Le 12 mai à 01:22 par envolées_des_incultes
    Un jour en France : jeudi 11 mai 2017

    Pourquoi le frère Merluchon a-t-il choisi Marseille et pas Toulouse ou une autre ville du nord pour se présenter aux législatives ?

     

    Répondre à ce message

  • #1725796
    Le 12 mai à 01:45 par jvidepi
    Un jour en France : jeudi 11 mai 2017

    « Leurs descendants, si ils existent, n’ont tiré aucun profit de leur indicible souffrance. »

    Hé cocotte, tu te crois dans un épisode de Star Trek ou quoi ?Tu peut peut être raconter ces balivernes dans la galaxie zéta-pleurniche mais tous les humains sur terre (ça inclut même les singes bonobos) savent. Sinon lâches un coup de fil à Claude Sarraute, elle t’éclairera : https://youtu.be/SByLURD33xk

     

    Répondre à ce message

  • #1725802
    Le 12 mai à 02:24 par Seb
    Un jour en France : jeudi 11 mai 2017

    Haha la chute !

     

    Répondre à ce message