Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : jeudi 2 mars 2017

Un Canard menacé de mort, Mélenchon battu par une "fasciste", Taddeï reprend Lui

 

 

Jeudi 2 mars 2017 c’est l’anniversaire de rien, la Journée de la Femme (laquelle ?) arrive dans 6 jours, donc on va se calmer et embrocher trois bonnes pièces d’actu avec notre épée justicière : les menaces de mort contre le Canard enchaîné, le procès de Marine Le Pen contre Jean-Luc Mélenchon, et enfin la reprise du mensuel Lui par Frédéric Taddeï.

 

 

Un Canard bien gras non touché par la grippe aviaire menacé d’abattage !

Le Canard enchaîné est donc la cible de menaces de mort. Le volatile, comme il s’appelle lui-même, s’offusque à juste titre dans son édito du 1er mars 2017 de ce que la démocratie bla-bla-bla. Où l’on sent que la haute idée de pureté morale qu’il a de lui-même est profondément blessée :

« Quatre semaines que les journalistes, pour avoir pris les deux héros de la droite et de l’extrême-droite les mains dans le pot de confiture, sont devenus d’affreux gauchistes à la solde de l’Élysée, qui menacent rien de moins que la démocratie et la République. »

Bon, après ce lyrisme à deux balles, deux ou trois vérités. D’abord Le Canard vise bien, selon le plan oligarchique établi par l’État profond, à affaiblir ou éliminer François Fillon et Marine Le Pen, qui sentent un peu trop la France. Pour cela, l’oligarchie joue son atout, le jeune Macron, que tout le monde connaît. Il est le candidat de la Banque et des Médias, et le Canard, malgré ses dénégations de vierge effarouchée, fait partie de l’ingénierie. Assis sur une fortune colossale pour un journal contestataire (près de 100 millions d’euros), il est aussi important que Le Monde dans le concert du Média Unique, celui qui sert de relais aux oukases de nos dominants, les vrais, pas les autres. Ceux des lobbies, pas ceux de Matignon ou de l’Élysée, qui sont là pour se prendre des œufs et des tomates de la part d’un peuple habilement induit en erreur.

 

 

Sans cautionner les menaces de mort, qui ne sont jamais agréables – on en sait quelque chose mais le Canard n’a jamais volé au secours de ce qui devrait être un confrère – on peut affirmer que l’hebdo des francs-macs ne risque rien. Déjà, la moyenne d’âge de la rédac doit avoisiner les 95 ans, quasiment celle des anciens nazis poursuivis par le couple Klarsfeld. Vous savez, ces deux tendres historiens qui ont acheté une paire de patins à roulettes à leur fils abruti par la Shoah.

De plus, les jours du Canard sont comptés. Pas comme l’espèrent les vilains anonymes, mais parce que le Canard, comme toute la presse mainstream, coule lentement et sûrement. Les très grosses ventes des numéros « Fillongate » et « Penelopegate » ne compensent pas ce que le journal a perdu : à part ces pics à 500 000, il ne vend « plus que » 370 000 [1] par semaine. Ce qui est encore beaucoup au regard des ventes pitoyables du Monde et de Libé, et surtout du reste de la presse magazine d’information. C’est toute la propagande de gauche qui a pris un coup dans l’aile depuis 10 ans (Internet, presse gratuite, chaînes d’info continue, etc.). Son audience globale baisse de 5% par an. Même le lectorat de gauche semble en avoir marre du gavage.

Il n’y a pas que la presse de gauche qui souffre, il y a aussi les partis de gauche. Aujourd’hui, avec Hamon, Mélenchon et Macron, on dispose de 3 gauches de gouvernement (on met de côté les écolos et le NPA, qui ne pèsent plus rien). Devant la montée du populisme incarné par Marine Le Pen, ces gauches n’ont qu’un mot à la bouche pour non pas séduire l’électeur, mais l’effrayer : fascisme !

« Pourquoi voulez-vous que le peuple français soit le seul peuple qui ait envie d’avoir un fasciste à sa tête ? »

C’est tout ce qu’a trouvé Mélenchon pour qualifier son opposante il y a 6 ans, presque jour pour jour. C’était le 5 mars 2011 sur i>Télé. La justice a tranché : oui, Jean-Luc Mélenchon peut dire de Marine Le Pen qu’elle est « fasciste ». La Cour de cassation a jugé que le terme fasciste était « dépourvu de caractère injurieux lorsqu’il est employé entre adversaires politiques sur un sujet politique », selon L’Express .

 

 

Pour Mélenchon, il s’agit d’une « caractérisation », pas d’une insulte. De la part d’un trotskiste – Trots un jour trots toujours – inféodé au PS, pour qui il finit immanquablement par se désister, c’est une attaque classique. L’accusation de fascisme qui date d’un siècle était utilisée par les trotskistes contre leurs opposants politiques, histoire de décrédibiliser immédiatement leurs propos ou réponses. Un tour de magie que toute la gauche a utilisé et usé jusqu’à la corde.

Sauf qu’aujourd’hui, le socialisme – qu’il soit de tendance mélenchoniste ou hollandiste – est plus rejeté par le peuple que le pseudo-fascisme dont on a, indirectement, affublé ce dernier. Car le problème, c’est que la gauche a perdu le peuple. Mélenchon incarne et incarne très bien l’ultime tentative de l’oligarchie de récupérer le peuple avec un programme adapté, c’est-à-dire légèrement souverainisé. Déjà, en 2012, Marine Le Pen lui avait mis une branlée au premier tour des présidentielles (17,90% des voix contre 11,10), sans oublier la gifle des législatives à Hénin-Beaumont (11e circonscription du Pas-de-Calais), où le candidat post-socialiste avait été défier la présidente du FN. Il avait au moins eu ce courage, que d’autres à gauche n’auront jamais eu.

Quant au vrai fascisme [2] qui gouverne concrètement la France, Mélenchon se garde bien de le dénoncer. Trop risqué !

 

JPEG - 295.7 ko
Audrey Fleurot aide la presse écrite à surnager

 

Heureusement, il reste la tendresse, et sa promotion. C’est ce qu’a entrepris Frédéric Taddeï en reprenant les rênes du magazine pour hommes Lui, né dans les années 70 lors de la grande libération sexuelle. On pouvait voir des femmes à poil, au soleil, dans des villas ou sur des plages de rêve. Les amateurs de nu n’étaient plus obligés d’acheter des magazines porno sous le manteau, vendus une blinde par des escrocs. La démocratisation du cul allait commencer, et commencer à tout changer. 40 ans plus tard, n’importe qui a accès à du X sur l’Internet. Alors, pour ne pas crever, la presse masculine a dû s’adapter, et se consacrer à un lectorat à la fois plus solvable et plus cultivé. C’est pour cela que Beigbeder, qui a relancé le titre en 2013 pour Jean-Yves Le Furs, a relevé le niveau d’une presse qui avait sombré dans la porcherie industrielle. Le premier numéro avec Léa Seydoux s’arrachera à plus de 300 000 exemplaires, pour retomber à un rythme de croisière de 70 000 (officiellement).

Frédéric Taddeï, viré en loucedé de la télé pour une émission un peu trop libre de propos au regard de ce qui se fait dans le PAF (on se demande d’ailleurs si son éviction n’a pas de rapport avec la proximité de l’année électorale), veut faire de Lui un truc trimestriel et luxueux, avec de la culture, « du sens et du style ». On espère que la rédaction d’E&R touchera son exemplaire afin d’analyser scupuleusement la ligne politique de cet organe de presse néomachiste.

Voir aussi :

30 juin
Un jour en France : vendredi 30 juin 2017
Adieu Loulou Nicollin, la priorité de Macron 1er, un député voilé !
19
29 juin
Un jour en France : jeudi 29 juin 2017
Tour de France sexy, Marseille anti kebabs, TGV Paris-Vinci-Bordeaux
24
28 juin
Un jour en France : mercredi 28 juin 2017
Rwanda/France, la rééducation nationale, Amrani/Valls
24
27 juin
Un jour en France : mardi 27 juin 2017
Les super riches, amoureuse d’un migrant, Pôle Emploi bidon, T411 à la rue
28
26 juin
Un jour en France : lundi 26 juin 2017
Xavier Niel le sauveur, Rebecca contre la chantilly, Stéphane Guillon le collabo viré
17
23 juin
Un jour en France : vendredi 23 juin 2017
La vérité sur les affaires NKM, Grégory et Hanouna
24
22 juin
Un jour en France : jeudi 22 juin 2017
Zemmour défonce (Aurore) Bergé, le cinoche Mélenchon, Macron un Roi seul ?
23
21 juin
Un jour en France : mercredi 21 juin 2017
Fête de la Musique mondiale, Starbucks aime les migrants, les multi(anti)nationales
13
20 juin
Un jour en France : mardi 20 juin 2017
Alerte canicule, alerte terrorisme social, deux morts pour la France
31
19 juin
Un jour en France : lundi 19 juin 2017
Lendemain de cuite politique
24
16 juin
Un jour en France : vendredi 16 juin 2017
La France dit adieu à Helmut Kohl, le bac d’histoire-géo, l’affaire Grégory-Bayrou
11
15 juin
Un jour en France : jeudi 15 juin 2017
Le petit Grégory rebondit, Hidalgo reine du chemsex, Booba corrige le bac de philo
37
14 juin
Un jour en France : mercredi 14 juin 2017
Sauvez Najat !, sauvez Bayrou !, sauvez l’école !
13
13 juin
Un jour en France : mardi 13 juin 2017
Musée de l’Homme antiraciste, députée LREM foireuse, Michel Onfray est Dieu
57
12 juin
Un jour en France : lundi 12 juin 2017
La mort du politique, la naissance de l’a-politique, et la victoire des mathématiques
31
9 juin
Un jour en France : vendredi 9 juin 2017
Blanquer dénajatise l’école, le boum du télétravail, Hanouna contre le CSA
10
8 juin
Un jour en France : jeudi 8 juin 2017
Taxi 5 sans Samy Naceri, Yannick Noah paye sa prune, Lefebvre balance et Griveaux blanchit
9
7 juin
Un jour en France : mercredi 7 juin 2017
Le Quasimodo de Notre-Dame, Barbier sur Macron TV, suicide paysan
13
6 juin
Un jour en France : mardi 6 juin 2017
Taddeï dans le cul chic, Dieudonné contre le Giflé (Valls), une Seconde Guerre mondiale sans guerre
11
5 juin
Un jour en France : lundi 5 juin 2017
Ruquier "cocufié" par Mélenchon, Drucker "déplacé" sur France 2, Les Enfants de la télé sans Arthur
8
2 juin
Un jour en France : vendredi 2 juin 2017
Thomas Pesquet atterrit, un Sénégalais patriote, Têtu contre les Grosses Têtes
24
1er juin
Un jour en France : jeudi 1er juin 2017
Aubenas se paye Ruffin, Tony Parker lâche Najat, la semaine de 4 jours
5
31 mai
Un jour en France : mercredi 31 mai 2017
Maxime Hamou dérape, Hanouna contre les gays, StreetPress dénonce
16
30 mai
Un jour en France : mardi 30 mai 2017
Arte antisémite ?, Blanche allume Polanski, Diane Kruger l’antinazie primaire
18
29 mai
Un jour en France : lundi 29 mai 2017
La milice Act Up primée à Cannes, la SNCF contre le public, Despentes dévisse
24

Notes

[1] 270 000 en kiosques, 72 000 par abonnements, et 28 000 à l’étranger.

[2] Disons un totalitarisme déguisé en Démocratie, car la démocratie parlementaire est chez nous inopérante et les droits individuels régulièrement violés par les lobbies qui tiennent l’Etat

La presse oligarchique de contestation, la renaissance du nationalisme,
la révolution (sexuelle) pour les nuls,
tout est sur Kontre Kulture

 

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1676588
    le 02/03/2017 par VIVACHAVEZ
    Un jour en France : jeudi 2 mars 2017

    Comme beaucoup, je lisais le canard enchainé il y a encore quelques années. Puis j’ai trouvé suspect qu’un journal se vante d’avoir plusieurs mois de budget d’avance tout en se disant subversif, ça ne collait pas. Au début de la guerre de Syrie, ses attaques à peine déguisées sur Bachar ont achevé de me convaincre (à l’époque je ne connaissais même pas E&R). Aujourd’hui, je m’en sers pour allumer un bon feu de cheminée à la campagne tout en visionnant une bonne vidéo de dieudo ou d’A.S.
    Pour Mélanchon, dans mon esprit tout au moins, son cas est réglé.
    Et pour finir, concernant Audrey Fleurot, si je peux me permettre, je dirais que c’est un joli brin de fille.


  • #1676651
    le 02/03/2017 par NoHope
    Un jour en France : jeudi 2 mars 2017

    Si les républicains ont du mal à trouver un plan B à la place de Fillon, avec la p’tite Fleurot, ben ... ils auraient directement un plan Q !

    Et je saurais, telle une boussole trouvant le nord, à quelle destination glisser mon bulletin dans la fente ...

    Alors, évidemment, vous m’objecterez qu’elle n’est pas justiciable ni déjà condamnée, ce qui obère fatalement ses chances. Certes, mais en gaulois hétéro (donc minoritaire et en voie de disparition) je réponds que c’est bien dommage !

    Grumpf !

     

    • #1678159
      le 05/03/2017 par marrante
      Un jour en France : jeudi 2 mars 2017

      Et je saurais, telle une boussole trouvant le nord, à quelle destination glisser mon bulletin dans la fente ...

      Quelque chose me dit que votre obscur objet du désir figure en bonne place dans (le) Larousse


  • #1676721
    le 02/03/2017 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Un jour en France : jeudi 2 mars 2017

    Lui, c’est éculé.


  • #1676811
    le 03/03/2017 par Le Yougoslave
    Un jour en France : jeudi 2 mars 2017

    parce que le Canard, comme toute la presse mainstream, coule lentement et sûrement. Les très grosses ventes des numéros « Fillongate » et « Penelopegate » ne compensent pas ce que le journal a perdu : à part ces pics à 500 000, il ne vend « plus que » 370 000



    Donc, Fillon et son épouse s’est sont fait détruire définitivement par le Canard afin que ce dernier augmente les ventes ! Marcher sur cadavres pour vivre ! Quelle bassesse ! ben, maintenant ils couleront pour de bon !

    Adieu, Canard !!


  • #1677253
    le 03/03/2017 par Ramon Mercader
    Un jour en France : jeudi 2 mars 2017

    Je suis troublé par la sublime beauté d’Audrey Fleurot...les mots me manquent.....
    J’espère que mes propos ne choqueront pas Alexandre Jardin et qu’il n’en tombera pas de 30 étages.....