Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : jeudi 5 janvier 2017

La Voix du Nord enrouée, Bayrou contre le "chrétien" Fillon, le coût de Calais

 

178 emplois (logiquement) menacés à La Voix du Nord

La Voix du Nord est ce grand quotidien du Nord de la France, qui touche un tiers de ses 4 millions d’habitants. C’est une institution régionale, mais dans les mains du groupe belge Rossel, avec Yves de Chaisemartin (copropriétaire de Marianne) en sous-main. Toute la presse écrite quotidienne subissant la crise que tout le monde connaît, La Voix du Nord ajoute un poids dans son fardeau, depuis que le titre a choisi d’attaquer frontalement le FN il y a un an, lors des élections régionales.

Un choix décisif, et pas très heureux, puisque la candidate du FN à la présidence de la région, Marine Le Pen, totalisera 40,64% des voix, soit près d’un million de bulletins, au premier tour. Elle sera battue au second tour par une coalition de droite et du centre (avec des socialistes) dirigée par Xavier Bertrand. Le choix de La Voix du Nord n’en paraît que plus contre-productif, même si un titre de presse n’a théoriquement pas à être de la couleur politique de la majorité de son bassin d’électeurs. Ainsi, du temps où Le Parisien était lu et respecté, soit les années 1990, personne ne pouvait dire s’il s’agissait d’un journal de droite ou de gauche, tant les lignes étaient brouillées. Le journal était tout simplement populaire. Aujourd’hui, il ne l’est plus, mais c’est une autre histoire.

 

 

Selon Marine Le Pen, le positionnement du quotidien ch’ti est la contrepartie de la subvention de 9 millions d’euros qu’il a touchée du Conseil régional socialiste. Toujours est-il que la perte d’influence du journal correspond au surgissement des unes agressivement anti-FN : le quotidien perd 10 000 acheteurs par an depuis. Mais cela peut tout aussi bien être la pente naturelle d’un titre qui ne correspond plus à l’évolution de la demande d’information, plus horizontale que verticale. On comprendra que l’aide publique est à double tranchant : elle contribue à combler les déficits des journaux papier ou à maintenir leurs marges, de manière tout à fait artificielle, mais elle plombe leur indépendance, ce qui les tue à terme aux yeux du public, qui finit toujours par tout savoir. La preuve.

 

Fillon, espèce de « chrétien » !

Moralité, ne jamais se couper de son public. C’est la leçon qu’a bien retenue François Fillon qui, avouons-le, n’a pas commis de faute majeure de parcours depuis son couronnement du 20 novembre 2016. Il a certes été attaqué sur son programme social et sa proposition de réforme de la Sécu, mais on ne peut pas dire que cela ait détruit sa position. Il sera plus attendu sur la soumission aux diktats bruxellois et sur sa politique étrangère, à propos desquels la souveraineté nationale a été littéralement pulvérisée par la triste équipe de François Hollande (Fabius & Ayrault). Pour l’instant, donc, Fillon ne commet pas d’erreur, mais il ne s’agit que de communication. Invité le mardi 3 janvier 2017 au journal de 20 Heures de TF1, il a creusé le sillon national chrétien qui a fait son succès à la primaire des droites.

 

« Je suis gaulliste, et de surcroît je suis chrétien. Ça veut dire que je ne prendrai jamais une décision qui sera contraire au respect de la dignité humaine. »

Badaboum, le mot chrétien est lâché, les fauves sautent sur l’occasion. Mais au lieu d’entendre le CRIF, la LICRA et SOS Racisme, ces groupes de pression qui évoqueraient en vrac une discrimination d’ordre religieux, une préférence raciste ou raciale, voire l’antisémitisme le plus abject (celui des années 30 en Allemagne), c’est la petite voix de François Bayrou, le paysan du Sud-Ouest, qui se fait entendre. Et critique le socle chrétien affirmé du candidat de droite.

« Comment peut-on arriver à mélanger la politique et la religion à ce point de cette manière déplacée ? Le principe de la France c’est qu’on ne mélange pas religion et politique. Je connais François Fillon depuis longtemps, je ne l’ai jamais vu faire des déclarations de cet ordre donc ça doit être lié aux élections d’une manière ou d’une autre, à ce qu’on croit être un corps électoral. [...] Je ne comprends pas qu’on se laisse aller à ce type de dérive. »

Bayrou, ce démocrate chrétien centriste, qui n’a eu de cesse d’affirmer son christianisme lors des précédentes élections (contre notamment le candidat de l’Argent, Nicolas Sarkozy, en 2007), qui fustige la « dérive  » chrétienne du probable futur président de la République française. Il faut savoir : la France est-elle un pays de culture helléno-chrétienne ? Tempête dans un verre d’eau politicien diront les uns, bras de fer autour du poste de Premier ministre pour les autres, Bayrou jouant avec sa présence au premier tour des présidentielles. En politique, tout est chantage, rapport de forces, jeu de nuisances. Ce qui n’est pas négatif en soi. La question, pour nous, est de bien distinguer la joute électorale de la décision politique. Et là, tout se mélange. Qui nous dit que Fillon mettra un terme au chaos migratoire ? Osera-t-il braver les injonctions de Bruxelles et du lobby immigrationniste qui font tant de mal à notre pays ?

 

 

Les subventionnés de Calais vous saluent bien, sales Français !

La question est d’importance. On vient justement d’apprendre, et par Le Monde, ce qui est exceptionnel – car ce journal excelle en matière de promotion de destruction de la souveraineté nationale –, que l’État a financé ce chaos pendant des mois... « Un immense malentendu », d’après l’article :

En octobre 2016, les 4 494 demandeurs d’asile du bidonville ont donc perçu – comme les mois précédents – leurs 360 euros d’allocation pour demandeur d’asile (ADA). Au total, plus de 1,5 million d’euros mensuels étaient ainsi injectés dans l’économie souterraine du bidonville… Dit autrement, les pouvoirs publics alimentaient chaque mois d’une main les commerces du lieu qu’ils s’employaient de l’autre à démanteler.

Avec un an d’allocations, les demandeurs d’asile pouvaient espérer financer un passage pour Douvres. Pas un « passage garanti » (plutôt facturé 10 000 euros), mais une traversée low cost… Avec dix-huit mois d’ADA, on pouvait « acheter » aux mafias locales la gestion d’une petite boutique sur l’avenue principale, une de ces échoppes que la préfète du Pas-de-Calais a plusieurs fois tenté de faire fermer.

On vous laisse imaginer le coût de cette double gifle pour la Nation : celui des clandestins et de leur violence, et celui de la fixation de centaines de policiers et CRS. Le contribuable français, qu’il soit du Nord ou d’ailleurs, sera donc content d’apprendre qu’il a financé, à ses dépens, un bidonville bourré de clandestins venus de pays soi-disant en guerre, des « réfugiés politiques » désirant plus que tout ne pas rester en France.
Se faire cracher à la gueule avec notre fric, voilà à quoi les dignitaires de ce pays nous ont conduits. La Haute Cour, ça en est où ?

Voir aussi :

19 septembre
Un jour en France : mardi 19 septembre 2017
Le Monde avec Bernanos, la France Alzheimer, le porno gay 120 Battements
3
18 septembre
Un jour en France : lundi 18 septembre 2017
Couscous Philippot, des migrants à la fac !, et la défaite de l’Huma
40
15 septembre
Un jour en France : vendredi 15 septembre 2017
La pleurniche de Stéphane Guillon, Ardisson sodomisé, Dupontel à la rue
23
14 septembre
Un jour en France : jeudi 14 septembre 2017
Spécial "santé" avec le Glyphosate, le Lévothyrox et le couple PMA-GPA
19
13 septembre
Un jour en France : mercredi 13 septembre 2017
Macron 1er à Saint-Martin, "journalisme" à Europe 1, poissons des grands fonds
13
12 septembre
Un jour en France : mardi 12 septembre 2017
Philippot avec Campion, on ne vole pas un Sri-Lankais, 1€ Le Monde
27
11 septembre
Un jour en France : lundi 11 septembre 2017
Le 11 Septembre de Causeur, cheminots remboursez !, Griveaux le fainéant
10
8 septembre
Un jour en France : vendredi 8 septembre 2017
Plenel contre la Corée du Nord, Ménard contre Philippot, Sotto satisfaction
11
7 septembre
Un jour en France : jeudi 7 septembre 2017
Naturel, politique ou médiatique, le climat se barre en couille
6
6 septembre
Un jour en France : mercredi 6 septembre 2017
Aubry flingue Macron, pénurie de beurre, drones français armés
9
5 septembre
Un jour en France : mardi 5 septembre 2017
Goncourt communautaire, Marcel Campion résiste, Chronopost le dimanche
15
4 septembre
Un jour en France : lundi 4 septembre 2017
Plaidoyer pour Ruquier, Macron contre Philippot, le FN contre Montel
37
30 juin
Un jour en France : vendredi 30 juin 2017
Adieu Loulou Nicollin, la priorité de Macron 1er, un député voilé !
19
29 juin
Un jour en France : jeudi 29 juin 2017
Tour de France sexy, Marseille anti kebabs, TGV Paris-Vinci-Bordeaux
24
28 juin
Un jour en France : mercredi 28 juin 2017
Rwanda/France, la rééducation nationale, Amrani/Valls
24
27 juin
Un jour en France : mardi 27 juin 2017
Les super riches, amoureuse d’un migrant, Pôle Emploi bidon, T411 à la rue
28
26 juin
Un jour en France : lundi 26 juin 2017
Xavier Niel le sauveur, Rebecca contre la chantilly, Stéphane Guillon le collabo viré
17
23 juin
Un jour en France : vendredi 23 juin 2017
La vérité sur les affaires NKM, Grégory et Hanouna
24
22 juin
Un jour en France : jeudi 22 juin 2017
Zemmour défonce (Aurore) Bergé, le cinoche Mélenchon, Macron un Roi seul ?
23
21 juin
Un jour en France : mercredi 21 juin 2017
Fête de la Musique mondiale, Starbucks aime les migrants, les multi(anti)nationales
13
20 juin
Un jour en France : mardi 20 juin 2017
Alerte canicule, alerte terrorisme social, deux morts pour la France
31
19 juin
Un jour en France : lundi 19 juin 2017
Lendemain de cuite politique
24
16 juin
Un jour en France : vendredi 16 juin 2017
La France dit adieu à Helmut Kohl, le bac d’histoire-géo, l’affaire Grégory-Bayrou
11
15 juin
Un jour en France : jeudi 15 juin 2017
Le petit Grégory rebondit, Hidalgo reine du chemsex, Booba corrige le bac de philo
37
14 juin
Un jour en France : mercredi 14 juin 2017
Sauvez Najat !, sauvez Bayrou !, sauvez l’école !
13

La trahison de la presse, la trahison de la droite libérale, et la trahison de l’État
sont à lire sur Kontre Kulture

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

5 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1637421
    le 05/01/2017 par Annaick
    Un jour en France : jeudi 5 janvier 2017

    Bayrou quel tartuffe !!!

    Au moins une telle déclaration éclairera les quelques catholiques qui appréciaient encore ce triste personnage.

     

  • #1637429
    le 05/01/2017 par réGénération
    Un jour en France : jeudi 5 janvier 2017

    Elle sera battue au second tour par une coalition de droite et du centre (avec des socialistes)



    Oui effectivement c’est ce qui lui pend aussi au nez en 2017, c’est fort probable. À moins que !... Des Dupont-Aignan, des de Villiers, se greffent sur la vague bleue Marine... Est-ce que çà suffira ? Grosse angoisse. On ne sait absolument pas où on va !


  • #1637631

    la préfète du Pas-de-Calais a plusieurs fois tenté de faire fermer




    Primo, c’est Madame le préfet... ensuite, "tenté de faire fermer".. !!! Mort de rire comme diraient les jeunes. S’ils veulent fermer une échoppe, il le font sans soucis. Demandez à tous nos artisans à qui c’est arrivé, croulés sous les taxes, redressements et autres sentences... Je suis content de ne pas lire ces presses de lèche-bottes...


  • #1637800

    Bayer- ou , un Franc maçon de + sur la palette des faux Gaulish .
    A part ça ,j’entends des trucs hallucinants sur fr désinfo : un interview (bidon )
    de madame Bonté (sic) qui tricote des écharpes et des gants pour les SDF ,avec son groupe de solidaires généreuses !
    1) il y aurait donc encore des SDF en Décembre en France qui vivent dans la rue par - 10 ? Depuis 20 ans la méme ritournelle chaque hiver sur "l’ouverture d’abris d’urgence " pour les SANS ABRI !
    2) Des écharpes on en trouve à 50 centimes chez Emmaus ou Noz .ces tricoteuses font honte qu’elles offrent plutot des galettes des rois , entières serait plus élégant et moins ridicule .
    3) on entend " Chauffez vous moins pour que vos voisins puissent se chauffer un peu " ?
    Je doute que chez les pontes du gouvernement on réduise le chauffage .
    Quand on voit les présentateurs tv en t- shirt au mois de Janvier ,on se demande si ils comprennent ce qu’ils racontent dans leur propagande immonde quotidienne
    C’est Retour vers le futur des années 40 ,bientôt les tickets de rationnement ,les coupures d’électricité ,et de gaz et les couvre feu .Mais on accueille des "migrants " , on en a vachement besoin il parait ..