Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : jeudi 14 septembre 2017

Spécial "santé" avec le Glyphosate, le Lévothyrox et le couple PMA-GPA

 

 

Paradoxalement, dans notre société scientifiquement et technologiquement avancée, alors que la connaissance du corps et de sa biologie augmente jour après jour, on se coltine des maladies de plus en plus complexes et pénibles. En 1750, un enfant sur deux mourait avant 10 ans et l’espérance de vie ne dépassait pas 25 ans. En 1900, elle n’est encore que de 45 ans. C’est mieux, mais c’est pas vieux.

C’est la quasi-victoire dans la lutte contre la mortalité infantile qui va faire monter l’EDV en flèche au XXe siècle, et particulièrement à partir des années 1950. Aujourd’hui, une femme meurt en moyenne à 85 ans et un homme à 80. Mais si la famine, la variole et la guerre décimaient nos ancêtres (2 millions de morts de faim sous Louis XIV, quand même), aujourd’hui, ce sont les maladies cardio-vasculaires et le cancer qui tiennent la corde, si l’on peut dire, celle du pendu.

 

 

Et qu’est-ce qui provoque ces maladies « modernes » ? Essentiellement, selon les médecins et chercheurs, le stress et la mauvaise bouffe. La nourriture est un des rares domaines qui ne n’est pas amélioré, qualitativement, parce que quantitativement y a rien à dire : les années 1950 sont celles de l’industrialisation de l’agriculture, de l’utilisation massive des produits phytosanitaires, de la surproduction et de la naissance des hypermarchés (une invention française). Tout cela a permis de nourrir des millions de bouches supplémentaires, mais au détriment d’une santé relativement « naturelle ».

En quittant sa saine campagne ou montagne pour la ville, avec sa concentration humaine, sa circulation automobile, son bruit permanent, ses emplois de bureau-prison, sa nouvelle pauvreté, son air vicié, son béton généralisé, sa saleté endémique, son indifférence interindividuelle, le fils du paysan français gagne en confort intérieur au prix d’un stress grandissant. Il ne maîtrise plus grand chose, mais il a la télé dans son trois pièces cuisine avec sanitaires. À l’intérieur, dans son corps, de grands changements se profilent. Le stress produit des lésions organiques, la dépression se répand, et le chômage n’arrange rien. Voilà pour le tableau un peu bateau de notre époque.

 

 

La science a donc permis aux hommes de mourir moins vite, de manger à leur faim, mais aussi de souffrir de maux nouveaux. Une ONG, Générations Futures (on espère qu’il y en aura), vient de déterminer que 7 céréales de petit-déjeuner sur 8 contiennent du Glyphosate, la substance toxique à la mode, qui est en outre probablement cancérigène.

Le Glyphosate, c’est quoi au fait ? Un herbicide produit par Monsanto et qui génère 40% de son chiffre d’affaires. Les chercheurs se déchirent sur sa toxicité, mais aux États-Unis, il est carrément partout : dans l’air comme dans l’eau (de pluie). Chez nous, le glypho a été autorisé pour 10 ans par les autorités sanitaires de l’Union européenne, capable de toutes les trahisons devant la puissance et le lobbying des multinationales de l’agro-alimentaire.

 

JPEG - 250.1 ko
Image antimonsantiste primaire

 

Si les produits phytosanitaires sont remis en question aujourd’hui par les écologistes et les consommateurs informés, les médicaments eux-mêmes sont touchés par la vague de doute : est-ce qu’on nous soigne bien ou est-ce qu’on fait du business avec les malad(i)es ? Pire : est-ce qu’on ne crée pas des maladies de toutes pièces pour nous vendre de la « guérison » ?

Dernier cas en date, tout frais, celui du Lévothyrox, un antithyroïdien dont la formule a changé en mars 2017 (le laboratoire Merck n’a pas averti ses 3 millions de patients !), et qui a mis 9 000 personnes dans les affres des effets secondaies indésirables : maux de tête, vertiges, crampes, perte de cheveux. Personne n’est mort comme dans les affaires du Distilbène ou du Médiator, mais là encore, la voix des consommateurs a du mal à se faire entendre des marchands. Du coup, une action collective regroupant 50 malades s’est déclenchée ce jeudi 14 septembre 2017.

Témoignage dans Libé du 4 septembre 2017 :

« Depuis dix jours, changement de dosage. Je souffre énormément de la jambe droite jusqu’aux reins, des douleurs lombaire et musculaire atroces, étant sportive et adorant marcher, c’est devenu un supplice ! Au bout de dix minutes de marche, les douleurs empirent. Assise, j’ai mal, debout idem. Mon médecin, s’inquiétant de cette douleur qui commence à l’aine droite et monte dans les reins, m’a fait faire des échographies abdominales et de la vésicule biliaire. Rien dans le foie, pancréas, rate, vessie, utérus, aucuns calculs rénaux. Je désespère ! Mercredi, pas le choix, je pars avec mon fiston faire des achats pour la rentrée scolaire. Impossible de continuer à marcher, j’ai fait demi-tour, j’ai cru que j’allais faire un malaise. Arrivant chez moi en pleurs car je ne peux plus faire des choses banales ou des balades avec mes enfants. Je déprime et je m’isole chez moi et le symptôme de la perte de mes cheveux m’affole. J’ai fait un signalement sur santé.gouv.fr. Et j’ai rempli le formulaire. Ils devaient me téléphoner sur mon portable, rien. Je suis très en colère car personne nous prend au sérieux. »

On a l’impression que le bras de fer entre consommateurs et producteurs ne fait que commencer, et que ça touche tous les domaines : consommateurs/producteurs de médicaments, de nourriture, d’info... La confiance aveugle est rompue entre ces deux groupes humains.

 

 

La science permet beaucoup de choses, mais certains abusent de ses possibilités. Une morale est nécessaire, on le sait tous. En France, un couple de femmes peut désormais avoir un enfant par PMA (procréation médicalement assistée). Le père, lui, est dégagé en corner, même si les psychologues savent qu’un père est indispensable dans la structuration de l’enfant.

 

 

Mais les lesbiennes s’en foutent, c’est pas leur problème et en plus, elles sont contre le patriarcat.
Le Système veut détruire la Famille, soit. Mais il disparaîtra avec elle. Peut-être devrons-nous nous sacrifier pour détruire le virus du progressisme, qui est en train de grignoter tous les piliers de la civilisation : la famille, l’amour, le couple, l’enfant, la beauté, l’art.
Heureusement, il reste l’humour (c’est quand on a tout perdu).

 

JPEG - 612.3 ko
Le conisme

 

Voir aussi :

22 septembre
Un jour en France : vendredi 22 septembre 2017
Les cuisses à Brigitte, le temps de travail, les princesses modernes
46
21 septembre
Un jour en France : jeudi 21 septembre 2017
Tetris politique : FN désocialisé, France insoumise en embuscade
8
20 septembre
Un jour en France : mercredi 20 septembre 2017
Macron rappelle les expatriés, sélection à la fac, le gros cancre Aphatie
13
19 septembre
Un jour en France : mardi 19 septembre 2017
Le Monde avec Bernanos, la France Alzheimer, le porno gay 120 Battements
10
18 septembre
Un jour en France : lundi 18 septembre 2017
Couscous Philippot, des migrants à la fac !, et la défaite de l’Huma
40
15 septembre
Un jour en France : vendredi 15 septembre 2017
La pleurniche de Stéphane Guillon, Ardisson sodomisé, Dupontel à la rue
23
13 septembre
Un jour en France : mercredi 13 septembre 2017
Macron 1er à Saint-Martin, "journalisme" à Europe 1, poissons des grands fonds
13
12 septembre
Un jour en France : mardi 12 septembre 2017
Philippot avec Campion, on ne vole pas un Sri-Lankais, 1€ Le Monde
27
11 septembre
Un jour en France : lundi 11 septembre 2017
Le 11 Septembre de Causeur, cheminots remboursez !, Griveaux le fainéant
10
8 septembre
Un jour en France : vendredi 8 septembre 2017
Plenel contre la Corée du Nord, Ménard contre Philippot, Sotto satisfaction
11
7 septembre
Un jour en France : jeudi 7 septembre 2017
Naturel, politique ou médiatique, le climat se barre en couille
6
6 septembre
Un jour en France : mercredi 6 septembre 2017
Aubry flingue Macron, pénurie de beurre, drones français armés
9
5 septembre
Un jour en France : mardi 5 septembre 2017
Goncourt communautaire, Marcel Campion résiste, Chronopost le dimanche
15
4 septembre
Un jour en France : lundi 4 septembre 2017
Plaidoyer pour Ruquier, Macron contre Philippot, le FN contre Montel
37
30 juin
Un jour en France : vendredi 30 juin 2017
Adieu Loulou Nicollin, la priorité de Macron 1er, un député voilé !
19
29 juin
Un jour en France : jeudi 29 juin 2017
Tour de France sexy, Marseille anti kebabs, TGV Paris-Vinci-Bordeaux
24
28 juin
Un jour en France : mercredi 28 juin 2017
Rwanda/France, la rééducation nationale, Amrani/Valls
24
27 juin
Un jour en France : mardi 27 juin 2017
Les super riches, amoureuse d’un migrant, Pôle Emploi bidon, T411 à la rue
28
26 juin
Un jour en France : lundi 26 juin 2017
Xavier Niel le sauveur, Rebecca contre la chantilly, Stéphane Guillon le collabo viré
17
23 juin
Un jour en France : vendredi 23 juin 2017
La vérité sur les affaires NKM, Grégory et Hanouna
24
22 juin
Un jour en France : jeudi 22 juin 2017
Zemmour défonce (Aurore) Bergé, le cinoche Mélenchon, Macron un Roi seul ?
23
21 juin
Un jour en France : mercredi 21 juin 2017
Fête de la Musique mondiale, Starbucks aime les migrants, les multi(anti)nationales
13
20 juin
Un jour en France : mardi 20 juin 2017
Alerte canicule, alerte terrorisme social, deux morts pour la France
31
19 juin
Un jour en France : lundi 19 juin 2017
Lendemain de cuite politique
24
16 juin
Un jour en France : vendredi 16 juin 2017
La France dit adieu à Helmut Kohl, le bac d’histoire-géo, l’affaire Grégory-Bayrou
11

La science en question(s), la révolte des malades
et le glissement progressif vers l’hypersexualisme,
tout est sur Kontre Kulture

 
 






Alerter

19 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1801414
    Le 14 septembre à 20:45 par Domino
    Un jour en France : jeudi 14 septembre 2017

    "quantitativement y a rien à dire"
    Si, je pense que, compte tenu de notre activité physique (en général), nous mangeons trop.
    Quant aux différentes substances incriminées, il faut faire la part des choses. Les "études" mises en avant par les écologistes souffrent d’autant de biais que celles de industriels. Ceci étant, tout est une question de dose : on peut faire mourir quelqu’un avec du sel.
    Ce qui manque, c’est une recherche indépendante, ce qui devrait être le rôle de l’Etat, bien trop désargenté. Ou du moins ce n’est pas sa priorité, il préfère financer d’inutiles recherches en sciences sociales.

     

    Répondre à ce message

  • #1801422
    Le 14 septembre à 21:01 par René
    Un jour en France : jeudi 14 septembre 2017

    celle qui tient la pancarte a des gros seins

     

    Répondre à ce message

    • #1801442
      Le 14 septembre à 21:32 par oklez
      Un jour en France : jeudi 14 septembre 2017

      Celui qui tient la pancarte a des gros seins.
      Et je ne parle même pas de l’arrière plan.
      Venez faire un petit tour à Haïfa, je me suis fait avoir aussi il y a quelques années.

       
    • #1801460
      Le 14 septembre à 21:58 par pancarte
      Un jour en France : jeudi 14 septembre 2017

      Moi, je n’aime pas les gros seins. Mais j’aime bien votre remarque ! :))

       
    • #1801464
      Le 14 septembre à 22:01 par DIOGENE
      Un jour en France : jeudi 14 septembre 2017

      A René
      celle qui tient la pancarte a des gros seins. Normal c’est l’humain de demain, On appelle ça un : - O. G. M.

       
  • #1801449
    Le 14 septembre à 21:36 par ZiiD
    Un jour en France : jeudi 14 septembre 2017

    La meuf à la pancarte, elle a relu ce qu’elle a écrit.

    C’est totalement con-tradictoire !!!

    Je pensais les féministes idiotes. Mais à ce niveau là !
    C’est presque de l’art !

     

    Répondre à ce message

  • #1801475
    Le 14 septembre à 22:21 par Rivarol
    Un jour en France : jeudi 14 septembre 2017

    Monsanto a financé les recherches sur la bombe atomique.
    Il y avait deux modèles, première génération et deuxième.
    Donc deux tests.
    Hiroshima et Nagasaki.

     

    Répondre à ce message

    • #1801610
      Le 15 septembre à 05:20 par Rivarol
      Un jour en France : jeudi 14 septembre 2017

      Bien sûr, il y eut aussi les expérimentations de la radioactivité sur l’être humain pour définir la bonne dose suivant les buts recherchés !! ...

       
  • #1801525
    Le 14 septembre à 23:27 par fainéant
    Un jour en France : jeudi 14 septembre 2017

    Dire qu’il suffit de ne plus aller chez le docteur pour ne pas être malade : )

     

    Répondre à ce message

  • #1801557
    Le 15 septembre à 00:18 par guymitTerrand
    Un jour en France : jeudi 14 septembre 2017

    Ceci-dit, y’a que des lycéens sur la photo, vous savez ceux à qui on veut donner le droit de vote dés 16 ans, mais qu’elle arnaque intégrale ! Je crois que je vais devenir Hommiste moi maintenant, quoi ?!?

     

    Répondre à ce message

  • #1801576
    Le 15 septembre à 01:09 par vic
    Un jour en France : jeudi 14 septembre 2017

    partiellement vrai ! qu’on mourait plutôt à cause du sanitaire et environnant... autrement en exemple du temps ua moyen ages on vivait vieux également mais moins fréquemment ! ils mourrais généralement naturellement vieillesse ou crise cardiaque voir maladie....

    bien entendu c’était les plus riche et noble bien nourri blanchi qui vivait à ces ages en majorirées, Marion sigaut l’avait bien démystifier.

     

    Répondre à ce message

    • #1801765
      Le 15 septembre à 12:35 par Mille Sabords !
      Un jour en France : jeudi 14 septembre 2017

      je suis tout a fait d’accord avec votre remarque : les statistiques a propos de l’EDV sont faussées : en regardant mon arbre genealogique et remontant les generations jusqu’a la revolution, je constate que pas mal des mes ancetres vivaient jusqu’a 90 et plus, ma grande tante, née en 1890 est morte plus que centenaire, à 110 ans ( une savoyarde), la mere de mon pere (sa soeur, donc, née en 1904) partie a 95 ans, par contre leur mere est morte de diabete a 40 ans, et son premier enfant mort a 1 an, cause de mort inconnue ! des arrieres arrieres grand peres morts de faim dans les campagnes a 50 ans... Donc j’en conclu que les famines, les guerres et certaines maladies cassaient dramatiquement la moyenne de l’esperance de vie qui etait en fait plus grande qu’on le dit sans ces drames...Et la medecine allopathique pretend qu’on mourrait jeune sans preciser vraiment les causes externes a la santé...Pareil au moyen age certains vivaient centenaires, en dehors des epidemies causées surtout par les malnutritions endemiques et les guerres.

       
  • #1801617
    Le 15 septembre à 06:40 par espritos
    Un jour en France : jeudi 14 septembre 2017

    « maladies « modernes » » , ce qui est décrit n’est ni plus ni moins qu’une politique de mortalité , regardez bien tous ces termes : divorce ,IVG , PMA , mariage du même coté du sexe ( le pour" tous" c’est un mensonge il suffit de divorce qui n’est qu’un chaos entretenu ) , la loi de censure généralisé , appauvrissement des français de souche . Ils veulent remplacer la culture catholique par celui du trans humanisme , si vous regardez bien les 10 commandements vous verrez que les lois de mortalité vont dans l’opposé des commandements.

     

    Répondre à ce message

  • #1801635
    Le 15 septembre à 07:41 par Всем Славянам
    Un jour en France : jeudi 14 septembre 2017

    En ce moment une épidémie de conisme foudroyant s’abat sur la Fronse.
    Le mieux serait un vide sanitaire on ?

     

    Répondre à ce message

  • #1801661
    Le 15 septembre à 09:02 par calal
    Un jour en France : jeudi 14 septembre 2017

    je pense également qu’il faut réinvestir la bataille du marché "consommateur/ distributeur,producteur".
    amah,les gens doivent réapprendre une échelle de valeur de prix au kilo et se fixer une limite de prix pour chaque catégorie d’objets a ne pas dépasser. cela pour lutter contre l’inflation des banquiers du a leur multiplication abusive du pognon.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents