Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : mercredi 14 juin 2017

Sauvez Najat !, sauvez Bayrou !, sauvez l’école !

 

 

Une gonzesse se noie, on lui jette deux bouées de plomb. C’est ce qui est en train d’arriver à Najat VB à Villeurbanne. Pilée au 1er tour du 11 juin par Bruno Bonnell de LREM (36% contre 16%), l’ex-ministre du Désastre scolaire reçoit l’appui de l’Anne de Paris, comtesse de la Dette, et de Christiane GPA Taubira, la mercenaire qui a servi de caution morale aux lois amorales contre la Famille et l’Enfant. Bonnell ne pouvait pas rêver mieux...

 

 

Le baiser des femmes araignées

De plus, soutenir un perdant fait mécaniquement de soi un perdant : nul doute que la comtesse du Trou (financier) va elle aussi se faire piler aux prochaines municipales, qui auront lieu en 2020, les maires étant élus pour 6 ans. Un sixennat, ou un sexennat. Le seul point positif de la dictature Macron est d’avoir contribué à balayer toute cette classe parasite qui ne se maintenait que par l’arnaque de l’alternance : la gauche merde - la droite est élue, la droite merde - la gauche est réélue… Maintenant on a le Parti de l’Oligarchie directement aux commandes, les deux partis larbins ayant explosé, les choses seront plus claires pour les Français qui ont de la purée dans les yeux. Cependant, il y a encore des dinosaures du vieux Parti de l’Alternance qui refusent de laisser la place aux mammifères…

 

JPEG - 124.2 ko
Bayrou attend les juges avec sérénité

 

Le ministre de la Justice juste François Bayrou ne veut pas partir : cerné de toutes parts par les affaires, des histoires d’emplois fictifs dans son MoDem, un truc que tout le monde pratique dans le paysage politique français, le paysan palois résiste, s’accroche, contre-attaque, quitte à s’opposer au Premier ministre Édouard Philippe.

On le sait tous, quand la meute mord le cul de la proie, c’est terminé, on peut plier bagage. Le départ de Bayrou semble programmé. Alors quoi ? Macron avait fait signer à tous ses ministres et futurs députés un papelard du genre « je jure que j’ai pas de casserole au cul chef ». Et là, notre petite fouine – un animal cruel – interne nous marmonne un truc bien tordu à l’oreille : et si, malin comme un négociateur du Habad (voir Faits & Documents 433), Macron avait utilisé le couple Bayrou-Sarnez pour engranger les voix centristes, tout en sachant que les deux oiseaux étaient sous le coup de menus ennuis avec la justice, histoire de s’en débarrasser à la Pilate une fois la victoire acquise à la présidentielle ?

 

 

Ce serait bien vicelard, mais tout est possible avec notre jeune et ambitieux roi. En même temps, Bayrou est un vieux requin de la politique, et Sarnez est arrivée première dans la 11e de Paris, avec plus de 40% des voix. Autant dire qu’elle sera député, députée, dépu, oh et puis merde député-e. L’enquête sur son employée parlementaire, tout le monde s’en branle, dans les 6e et 14e arrondissements. Une circonscription dans laquelle s’affrontaient pas moins de 20 candidats, dont 3 écolos et un paquet de « divers » !

Belkacem, Bayrou, tous deux ont été ministres des problèmes de l’Éducation nationale. Le ministère casse-gueule de toutes les pressions imaginables : partis, lobbies, syndicats, parents, profs, lycéens, étudiants, chacune de ces congrégations peut vous tomber sur le râble si vous avez le malheur de tirer sur le mauvais poil du Mammouth. Mais le Mammouth n’a que des mauvais poils…
La preuve : depuis que Blanquer détricote les « réformes » de Belkacem, la résistance commence à s’organiser et à gronder. Premier coup de semonce, un article de Jean-Paul Delahaye dans Le Monde, pourtant soutien de Macron. Delahaye est l’« ancien directeur général de l’enseignement scolaire et chargé de mission au cabinet du ministre de l’Éducation nationale Jack Lang de 2001 à 2002 ». Il est l’auteur d’un rapport ayant pour thème « Grande pauvreté et réussite scolaire, le choix de la solidarité pour la réussite de tous ».

« Aujourd’hui, 44 % des jeunes d’une génération quittent le système éducatif avec un diplôme de l’enseignement supérieur, c’est plus que nos voisins européens, et plus du double de la génération qui part à la retraite aujourd’hui. Le nombre des sorties annuelles sans qualification qui restait bloqué à 140 000 vient de passer à moins de 100 000. »

Delahaye se rengorge d’une stat qui masque pourtant une réalité moins glorieuse : comment expliquer alors que le niveau des étudiants français a baissé par rapport aux mêmes voisins ? C’est que ces diplômes n’ont pas la valeur espérée, ou vendue. À force de ne plus trop sélectionner au bac et en fac, la valeur des diplômes a pris un coup dans l’aile. Le chiffre de 44% est trop beau, trop gros pour être le signe d’un progrès, ça sent le « un sur deux » venu d’en haut. D’ailleurs, c’est le boss de Delahaye, Jack Lang en 2001-2002, qui avait lâché l’énormité de l’objectif de 80% d’une classe d’âge bachelière.
Conclusion : si on ne peut pas hisser les 4/5e d’une classe d’âge au niveau du bac (ancienne formule), alors on va baisser le niveau du bac pour que les 4/5e puissent l’avoir. C’est ce qui s’est passé, à coups de surnotations, de coeff sympas, de fautes pardonnées, d’épreuves adoucies…

 

JPEG - 31.5 ko
Mais qu’est-ce que j’ai fait ?

 

Second axe de l’attaque de Delahaye, la fameuse deuxième langue pour tous (même ceux qui ne parlent pas encore bien le français) :

« Comment expliquer que cette avancée démocratique que représente une deuxième langue vivante offerte à tous les enfants en 5e et plus seulement à quelques-uns en 6e soit autant combattue par certains ? Qui cela peut-il gêner ? Peut-être ceux qui utilisaient les langues vivantes pour séparer leurs enfants des enfants des autres dès la classe de 6e, mais qui ne peuvent évidemment avancer cet argument à visage découvert et qui préfèrent parler de nivellement par le bas. »

Traduction : ce sont les classes culturellement supérieures qui empêcheraient les autres de se hisser à leur niveau. Mazette, l’argument ! Vas-y, coco, arrête de faire des euphémismes, et lâche la purée.

Dessous se profile la peur de l’Arabe, l’élève, pas la langue. Les langues vivantes surnuméraires étant un moyen de lâcher le peloton et de s’échapper vers les hauteurs que les autres n’atteindront jamais… Oui mais voilà, il y a une détermination sociologique dans ces classes d’allemand en 5e, dont les parents bourgeois ont calculé tout l’intérêt. Si l’ÉducNat n’est pas capable de maintenir la discipline dans les classes, et donc d’en garantir le niveau, tous ceux qui en ont les moyens se font la tchave [1].

 

JPEG - 407.9 ko
Jack Lang a été ministre de l’EN de 2001 à 2002 sous Jospin

 

Or ce sont les même socialistes qui, sous prétexte d’ouverture et d’humanisme, ont chargé les classes avec des générations d’enfants d’immigrés pas toujours au fait de la culture française, transformant les classes de l’école publique dans les quartiers en autant d’occasion de fuir… Eh ouais, Jean-Paul. L’ingénierie « sociale » de toi et tes potes a en 30 ans déséquilibré l’école de la République, et maintenant vous venez chialer.

On ne va pas revenir indéfinimement sur les erreurs socialistes en matière d’éducation, parce que d’abord ce ne sont pas des erreurs. C’est un calcul, et aujourd’hui, l’urgence est de réparer la maison. Et c’est pas ceux qui l’ont affaiblie à coups d’égalitarisme bidon et de bien-pensance stérile qui vont nous donner des leçons.
Jean-Paul, tu titres « Éducation : les responsables de l’échec sont de retour »... T’as pas honte ?

Voir aussi :

27 juin
Un jour en France : mardi 27 juin 2017
Les super riches, amoureuse d’un migrant, Pôle Emploi bidon, T411 à la rue
19
26 juin
Un jour en France : lundi 26 juin 2017
Xavier Niel le sauveur, Rebecca contre la chantilly, Stéphane Guillon le collabo viré
16
23 juin
Un jour en France : vendredi 23 juin 2017
La vérité sur les affaires NKM, Grégory et Hanouna
24
22 juin
Un jour en France : jeudi 22 juin 2017
Zemmour défonce (Aurore) Bergé, le cinoche Mélenchon, Macron un Roi seul ?
23
21 juin
Un jour en France : mercredi 21 juin 2017
Fête de la Musique mondiale, Starbucks aime les migrants, les multi(anti)nationales
13
20 juin
Un jour en France : mardi 20 juin 2017
Alerte canicule, alerte terrorisme social, deux morts pour la France
31
19 juin
Un jour en France : lundi 19 juin 2017
Lendemain de cuite politique
24
16 juin
Un jour en France : vendredi 16 juin 2017
La France dit adieu à Helmut Kohl, le bac d’histoire-géo, l’affaire Grégory-Bayrou
11
15 juin
Un jour en France : jeudi 15 juin 2017
Le petit Grégory rebondit, Hidalgo reine du chemsex, Booba corrige le bac de philo
37
13 juin
Un jour en France : mardi 13 juin 2017
Musée de l’Homme antiraciste, députée LREM foireuse, Michel Onfray est Dieu
57
12 juin
Un jour en France : lundi 12 juin 2017
La mort du politique, la naissance de l’a-politique, et la victoire des mathématiques
31
9 juin
Un jour en France : vendredi 9 juin 2017
Blanquer dénajatise l’école, le boum du télétravail, Hanouna contre le CSA
10
8 juin
Un jour en France : jeudi 8 juin 2017
Taxi 5 sans Samy Naceri, Yannick Noah paye sa prune, Lefebvre balance et Griveaux blanchit
9
7 juin
Un jour en France : mercredi 7 juin 2017
Le Quasimodo de Notre-Dame, Barbier sur Macron TV, suicide paysan
13
6 juin
Un jour en France : mardi 6 juin 2017
Taddeï dans le cul chic, Dieudonné contre le Giflé (Valls), une Seconde Guerre mondiale sans guerre
11
5 juin
Un jour en France : lundi 5 juin 2017
Ruquier "cocufié" par Mélenchon, Drucker "déplacé" sur France 2, Les Enfants de la télé sans Arthur
8
2 juin
Un jour en France : vendredi 2 juin 2017
Thomas Pesquet atterrit, un Sénégalais patriote, Têtu contre les Grosses Têtes
24
1er juin
Un jour en France : jeudi 1er juin 2017
Aubenas se paye Ruffin, Tony Parker lâche Najat, la semaine de 4 jours
5
31 mai
Un jour en France : mercredi 31 mai 2017
Maxime Hamou dérape, Hanouna contre les gays, StreetPress dénonce
16
30 mai
Un jour en France : mardi 30 mai 2017
Arte antisémite ?, Blanche allume Polanski, Diane Kruger l’antinazie primaire
18
29 mai
Un jour en France : lundi 29 mai 2017
La milice Act Up primée à Cannes, la SNCF contre le public, Despentes dévisse
24
26 mai
Un jour en France : vendredi 26 mai 2017
Burkini contre nudité à Cannes, les LGBT en Corse, Ozon le cul
28
25 mai
Un jour en France : jeudi 25 mai 2017
Collomb ministre des Gaffes, Ferrand dans la merde, Schiappa et le sexe, Nyssen à l’assaut du Ridicule (8991m)
15
24 mai
Un jour en France : mercredi 24 mai 2017
Godard par Hazanavicius, Rodin par Doillon, le fils Garrel et la fille Higelin
25
23 mai
Un jour en France : mardi 23 mai 2017
Hanouna l’homo, les (gros) nichons d’Afida Turner, Clitorine de Haas
20

Notes

[1] En gitan, ça veut dire se barrer après un casse.

La France peut-elle redevenir la France ? Pour le savoir
lisez sur Kontre Kulture

 
 






Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1745483
    Le 14 juin à 19:34 par Ramon Mercader
    Un jour en France : mercredi 14 juin 2017

    Habitants de Villeurbanne, virez Najet dimanche !!!!
    Qu’elle prenne place dans les poubelles de l’histoire....

     

    Répondre à ce message

    • #1745748
      Le 15 juin à 06:47 par Zobbo
      Un jour en France : mercredi 14 juin 2017

      Virer Najat pour mettre LREM à la place ? La belle affaire !
      Au moins, les Villeurbannais ont un semblant de faux choix.
      Chez moi ce sera LREM contre LREM.
      Au premier tour, sur les 27(!) candidats, 5 se revendiquaient de la Majorité Présidentielle...

       
  • #1745496
    Le 14 juin à 20:08 par anonyme
    Un jour en France : mercredi 14 juin 2017

    "On ne va pas revenir indéfinimement sur les erreurs socialistes en matière d’éducation, parce que d’abord ce ne sont pas des erreurs. C’est un calcul."



    Eh oui, tout comme la méthode globale inventée pour les sourds-muets, et qui pénalise durablement les enfants.

     

    Répondre à ce message

  • #1745514
    Le 14 juin à 20:38 par cernunnos
    Un jour en France : mercredi 14 juin 2017

    Encore une fois, bosser les maths, le français, une langue vivante ou deux à fond pour tout le reste dilettante car ce reste ne vaut rien

     

    Répondre à ce message

    • #1745635
      Le 14 juin à 23:33 par Topaze
      Un jour en France : mercredi 14 juin 2017

      Vous voulez que vos enfants soient premiers partout ? Dites-leur d’apprendre par cœur tous leurs manuels scolaires, c’est la seule façon de réussir ses études . Mnémosyne - personnification de la mémoire - est la mère des muses... Pourquoi Singapour est-elle N°1 mondial en matière de performances scolaires ? Parce que les élèves y apprennent tout par cœur . En France on n’apprend de moins en moins par cœur, d’où la chute continue des performances intellectuelles, il suffit d’écouter les candidats macronistes (Colboc...) pour s’en rendre compte .

       
  • #1745556
    Le 14 juin à 21:49 par Crux Fidelis
    Un jour en France : mercredi 14 juin 2017

    L’école symbolise l’état de notre pays car cette institution est la source de tout. Nous sommes des êtres enseignés ou tout nous vient des autres, école, parents, amis, ennemis, auteurs, historiens, et tout le monde y passe.
    Il ne peut plus y avoir de grands hommes et de grandes femmes sans une saine éducation. Des grands artistes non plus, c’est très certainement la mère très catholique de notre George Brassens qui lui a donné sa base littéraire, son père très républicain sûrement celle révolutionnaire. Plus de paroliers ni de grandes musiques non plus sans éducation, il faudra piocher sur la virtuosité pure, le talent inné à la Mozart, encore faut-il la sensibilité.
    - C’est très certainement cette école qui a crée cette nouvelle classe prolo, vous savez les bons français explosés que l’on voit parfois dans les supermarchés, les fameux bidochons ou pierrafeu qui hurlent sur leurs enfants et les insultent avec des : " Tu vas fermer ta g***le ! ", " Qu’est-ce que tu peux m’emmerder ! "etc.. Je suis trentenaire, mais ces prototypes n’existaient pas avant il me semble, pour ma part j’en reviens encore et toujours à la déchristianisation. On nous a volé nos racines, notre histoire, notre pays et même notre religion et à mon avis ça donne ça. La classe populaire en plus d’être dindonnée jusqu’au trognon semble malgré tout se plaire dans cette vulgarité, pas de modèle, plus d’exemple. Cette catégorie quadragénaire pour la plupart ont mangé de plein fouet la mixité de l’école mise en place dans les années 70. Il faudrait se poser des questions sur le progrès social et l’intérêt réel de la mixité garçons-filles à l’école. Je sais que la judéo-maçonnerie sait d’ou " le calcul " mais pour la grande quantité de prolos d’ou je viens ce débat serait intéressant à lever. Quand j’en parle au travail ou à des amis, je sens leur regard qui scintille un peu, l’oeil papillote un cours instant, comme si une petite lueur s’éveillait. Il faut être en état de grâce et ensemencer les têtes comme on peut, égrainer son chapelet et lancer des graines à tout va, je crois que c’est tout ce qui nous reste. On nous a tout pris, il n’y a qu’à la Sainte Messe ou je me sens en France. Un peu en Italie aussi, avec le latin^^

     

    Répondre à ce message

    • #1745721
      Le 15 juin à 04:36 par Francette
      Un jour en France : mercredi 14 juin 2017

      Si Un Musulman émettait l’idée de la non-mixité à l’école, il se ferait crucifier en place publique, et peut être aussi par vous-même, accusé d’extrêmisme etc... bref deux poids deux mesures.

      Sinon perso, Je ne suis pas contre l’idée de séparer les garçons et les filles surtout à l’adolescence, Ça devient n’importe quoi ! C’est même une excellente idée ! Et en plus, nos cerveaux et notre façon d’apprendre différent, n’en déplaisent aux tenants de la théorie du genre ! Dans un pays scandinave ils ont testé des méthodes d’apprentissage différentes pour certaines matières basées sur le genre et cela donnait de bon résultats ! Et puis si on pouvait éviter les pipes dans les chiottes, La sexualité précoce voir une forme de prostitution, le body-shaming et tous ces comportements modernes ignobles qui se sont développés ces dernières décennies dans l’enceinte de l’école, ce serait mieux !

       
    • #1745870
      Le 15 juin à 12:22 par Crux fidelis
      Un jour en France : mercredi 14 juin 2017

      Non, pas du tout Francette si la proposition est bien argumentée et si ce n’est pas pour une école coranique exclusivement il n’y a aucune raison. C’est plutôt les sectateurs laïcards francs-maçons qui hurleraient à l’obscurantisme évidemment mais n’importe quel esprit sain le sait.
      Et par expérience personnel aussi, la maçonnerie connaît bien les règles intellectuelles qui dirigent le monde. A 13 ans quand les filles commencent à avoir leurs formes, c’est fini, l’ado se retrouve déjà à gérer ces problèmes d’adultes, ces frustrations. Et le cerveau n’étant pas encore structuré c’est même pire, l’appel de la chair est terrible, en classe je passais plus mon temps à regarder passionnément les copines qu’à penser aux cours soporifiques donnés par le prof. C’est le but, rien d’étonnant à ce qu’il y est de moins en moins de garçons dans les hautes écoles, ( rapport de classe aussi bien connu,au pays des fils de et fille de ) c’est principalement pour cela que la légende des filles plus travailleuses est née. Il ne faut pas chercher plus loin.
      Mais je suis heureux d’avoir tout foiré comme des milliers, c’est ce qui nous sauve en quelque sorte.

       
  • #1745557
    Le 14 juin à 21:49 par michou
    Un jour en France : mercredi 14 juin 2017

    Un jour en France : quelques grammes de finesse dans ce monde de brutes.

     

    Répondre à ce message

  • #1745595
    Le 14 juin à 22:57 par NouvelleFrance
    Un jour en France : mercredi 14 juin 2017

    Hidalgo, Najat et la Taube forment le parfait trium-verrat....

     

    Répondre à ce message

    • #1745751
      Le 15 juin à 06:54 par Zobbo
      Un jour en France : mercredi 14 juin 2017

      Certes...mais c’est du goétique Français pur fruit, ma bonne Dame !
      Alors faites preuve d’un peu de tolérance.

       
  • #1745628
    Le 14 juin à 23:27 par Foulque
    Un jour en France : mercredi 14 juin 2017

    Le charme - indéniable - de Najat n’opère pas à Villeurbanne (16% des voix !) même si la Communauté juive y est la plus importante de Rhône-Alpes .

     

    Répondre à ce message