Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : mercredi 20 septembre 2017

Macron rappelle les expatriés, sélection à la fac, le gros cancre Aphatie

 

 

C’est l’alyah à la française. Dans son immense discours historique qui fera date (dans les livres d’histoire des 6e des classes surpeuplées des collèges du 93), notre bien-aimé président Emmanuel Macron s’est adressé aux expatriés français ventilés aux quatre coins de la terre. D’habitude, ce sont les télés françaises qui nous bourrent le mou avec le retour des juifs français ou leur montée en Israël. À chaque épisode terroriste, les juifs fuiraient la France par milliers, nous explique Serge Moati, pour aller peupler le pays de leurs rêves, et accessoirement les territoires volés aux Palestiniens. Mais c’est un autre débat, un peu complexe, et nous n’allons pas gâcher ce merveilleux mercredi 20 septembre 2017.

 

C’était donc mardi 19 septembre 2017 au siège de l’ONU à New York, devant toutes les nations du monde et surtout plusieurs centaines d’« expat », un grand moment d’émotion. Gisele Bündchen (sur la photo du haut, eh oui c’est de l’info) n’a paraît-il pas été indifférente au charme de Manu 1er. Gisele est cet ex-mannequin brésilien qui met tout son charme au service des malades africains du sida et du climat qui part en sucette. De nobles causes pour un grand cœur.

 

 

Pas sûr que le lyrisme du jeune banquier suffise à ramener les centaines de milliers de Français qui ont quitté la France de François Hollande, une catastrophe à tous les étages, dont on paye encore le prix. Rien qu’à voir ce qui a été défait à l’école, on a envie de pleurer. Mais mieux vaut l’aktion que la pleurniche. Il faudra de sacrés arguments à Manu pour faire revenir la diaspora frenchy des cinq continents dont les diplômés qui ont fui les conneries de Najat Belkacem ou la jungle administrative du droit des (petites) entreprises, qu’on peut résumer en trois mots : le droit de payer.

 

 

Les stats à ce sujet sont comme toujours en France, nébuleuses. On n’a pas le droit de compter les clandestins ou les immigrés par nations d’origine respectives, soit. Mais on sait même pas précisément combien de Français se sont fait la tchave à l’étranger. Les chiffres oscillent entre 1,7 et 2,5 millions, sachant qu’une bonne partie fait ses études, revient, repart, etc., et que l’UE absorbe 50% des partants. Par exemple, on a 175 000 compatriotes en Suisse et 92 000 au Canada.

 

 

Les raisons qui poussent les jeunes à partir ? Le chômage et la morosité, nous apprend Le Figaro. La France fait la gueule, et l’herbe est plus verte ailleurs. C’est vrai que les cinq dernières années de hollandisme ont été terribles. Ainsi donc il y a de plus en plus de Français migrants. Mais ils savent globalement mieux se tenir que les migrants que nous accueillons un peu malgré nous. On ne dispose pas des stats de viols commis par les Français à l’étranger, mais ça ne fait pas la une des journaux. Oh quoi merde, on peut déconner cinq minutes.

On va rester dans les écoles et les étudiants, parce que le grand débat du moment, c’est la sélection à l’université. On sent qu’il y a là une ligne de faille – encore une – qui menace de couper notre pays en deux. À notre gauche les partisans de la non-sélection – parce que la sélection ça rappelle trop celle des juifs qui arrivent à Auschwitz, en gros c’est ça hein – et à notre droite les tenants du mérite, de la compète, de la guerre de tous contre tous. On exagère, c’est pour la démonstration.

Toujours est-il que le premier à mettre les pieds dans le plat de couscous, c’est Guillaume Leyte, président de Paris-II, la fac d’Assas, qui forme des milliers d’étudiants en droit (75% des 18 000 inscrits).

Assas ? Voici une petite archive de 1973 avec la friction gauchistes /GUD (d’Assas) :

 

Leyte répond aux questions du Figaro :

« J’aimerais que l’on aborde enfin la question de la sélection. Mais je constate que l’on refuse de la poser clairement. C’est un choix politique. Pourtant le taux d’échec en licence montre que le système est à bout. Aujourd’hui, certains bacheliers généraux ayant obtenu la mention très bien terminent péniblement leur première année de licence de droit ! Nous observons un hiatus entre le secondaire et le supérieur. »

Guillaume milite pour un examen d’entrée en licence. Selon lui, trop d’étudiants entrent automatiquement en bac +2 sans « bonne maîtrise de la langue française », sans une « authentique culture générale », et un « certain sens critique »... Une façon polie de dire qu’il a affaire à un tas de branlos passés entre les mailles du filet éducatif. Assas a mis en place un QCM de logique, 30 questions en 30 minutes, et si l’étudiant ne franchit pas ce test, il est réorienté, pardon, « invité à suivre un parcours réussite ».

Et alors là, on ne résister pas à l’envie de vous parler de Jean-Michel Aphatie. Pourquoi Jeanmi ? Parce que l’homme qui a aujourd’hui pleinement réussi dans la propagande médiatique – avec un CV mainstream à faire pâlir d’envie un prétendant à la goebbelsitude – était un cancre, un dernier de la classe, un bouffon, un tocard, un crétin des Alpes. Une tanche.

 

 

On ressent bien le traumatisme de celui qui transmet la parole dominante aux foules du service public audiovisuel. C’est quand même dommage – on va être sérieux 30 secondes – que le petit cancre Aphatie ne soit pas devenu un vrai dissident, plutôt qu’un porte-parole de l’oligarchie. Quand le Système vous écarte, c’est une opportunité magnifique d’en apprendre un bout sur le Système, et d’enseigner cela aux autres. Malheureusement, la plupart des réprouvés se recentrent, et deviennent les meilleurs défenseurs du système politico-éducatif qui les a humiliés.
Jeanmi officie désormais sur le service public audiovisuel, cette tarte à la crème qui raconte des conneries du matin au soir sur des paquets de canaux à un public qui croit toujours au Père Noël de la Démocratie et à la Mère Noël de la Liberté d’expression...

On va pas refaire le monde, on va juste vous parler du plan de déconstruction programmé du service public de la propagande : moins 80 millions d’un coup, dont 50 pour la seule France Télévisions, Macron a décidé. On n’applaudit pas la mesure, qui va se traduire par des dizaines de non-remplacements de partants à la retraite, des gens qui avaient plutôt pour habitude de nous cracher dessus. Point de jubilation vengeresse de notre part, car dans l’affaire, on regrette une chose : que le service public audiovisuel (SPA) ne soit pas authentiquement pluraliste. Il ne représente pas tous les courants de pensées, loin de là, il sert uniquement à imposer le courant principal – la parole des Maîtres – et à étouffer les autres. Les critiquer, les dénoncer, ou les abattre.

Alors oui, quelque part, cette punition céleste qui tombe pour de mauvaises raisons – un plan de rigueur libéral que la société entière va connaître bientôt – ne nous arrache pas des larmes.

Voir aussi :

19 octobre
Un jour en France : jeudi 19 octobre 2017
Rozon le cochon, Omar Sy contre Zemmour le criminel, Marilou Berry superstar
14
18 octobre
Un jour en France : mercredi 18 octobre 2017
Vive les yachts, la fin du fret SNCF ?, Philippot contre la meute
17
17 octobre
Un jour en France : mardi 17 octobre 2017
BalanceTonPorc/Juif, Anne Frank(enstein), Massilia détritus
27
16 octobre
Un jour en France : lundi 16 octobre 2017
Oliver Stone weinsteinisé, Blanquer contre l’écriture inclusive, le PS dégraisse
28
13 octobre
Un jour en France : vendredi 13 octobre 2017
Balladur revient... chez Zemmour, droit de cuissage, immigration massue
26
12 octobre
Un jour en France : jeudi 12 octobre 2017
Garrido, rends l’argent, Le Média sort ses griffes (limées), les allocations Macron
6
11 octobre
Un jour en France : mercredi 11 octobre 2017
Weinstein et les Françaises, sugar babies pour mecs riches, Caroline Roux démission
39
10 octobre
Un jour en France : mardi 10 octobre 2017
Spécial Mélenchon contre Valls, islamo-gauchisme contre judéo-fascisme !
11
9 octobre
Un jour en France : lundi 9 octobre 2017
Plus de femmes soldats, villes (très) moyennes, Grandes Gueules mini courage
10
6 octobre
Un jour en France : vendredi 6 octobre 2017
10 ans pour Mamie Djihad, un GM’S répond à Macron, Éboué & Cohen
12
5 octobre
Un jour en France : jeudi 5 octobre 2017
Panique dans le RER, Dupont-Aignan attaque, grosse drague de rue
54
4 octobre
Un jour en France : mercredi 4 octobre 2017
Justice pour Dieudonné, justice pour Theo, justice pour les mal-logés
10
3 octobre
Un jour en France : mardi 3 octobre 2017
Hommage à Mauranne & Laura, assassinées par les "failles" de notre "Justice"
86
2 octobre
Un jour en France : lundi 2 octobre 2017
Un cycliste à moteur, Xavier Niel über alles, Les amoureux de la France
13
29 septembre
Un jour en France : vendredi 29 septembre 2017
Non aux 4 000 vaches !, Paris-Lyon en 5h avec Ouigo, Hadopi revient !
20
28 septembre
Un jour en France : jeudi 28 septembre 2017
La manif des retraités... enfumés par Macron, Chirac retraité des femmes
14
27 septembre
Un jour en France : mercredi 27 septembre 2017
JO Paris 2024, c’est le Pérou !, Pénicaud contre Lucet, Obono et le terrorisme
16
26 septembre
Un jour en France : mardi 26 septembre 2017
Najatisme décapité, putes de Lyon, Sarah, 11 ans, "consentante"
17
25 septembre
Un jour en France : lundi 25 septembre 2017
Spécial 93 : le classement des villes, le poids du social et l’économie du shit
21
22 septembre
Un jour en France : vendredi 22 septembre 2017
Les cuisses à Brigitte, le temps de travail, les princesses modernes
46
21 septembre
Un jour en France : jeudi 21 septembre 2017
Tetris politique : FN désocialisé, France insoumise en embuscade
8
19 septembre
Un jour en France : mardi 19 septembre 2017
Le Monde avec Bernanos, la France Alzheimer, le porno gay 120 Battements
11
18 septembre
Un jour en France : lundi 18 septembre 2017
Couscous Philippot, des migrants à la fac !, et la défaite de l’Huma
40
15 septembre
Un jour en France : vendredi 15 septembre 2017
La pleurniche de Stéphane Guillon, Ardisson sodomisé, Dupontel à la rue
25
14 septembre
Un jour en France : jeudi 14 septembre 2017
Spécial "santé" avec le Glyphosate, le Lévothyrox et le couple PMA-GPA
19

Sur les destructions libérales qui pendent au nez des Français naïfs,
lire chez Kontre Kulture

 
 






Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1804622
    Le 20 septembre à 19:47 par blanc cassé
    Un jour en France : mercredi 20 septembre 2017

    Le travail manuel a été dévalorisé depuis une bonne trentaine d’années. Hors le manuel est dicté par le cerveau. Les métiers manuels sont utiles, nobles et requièrent des connaissances qui n’ont rien à envier un jeune trou du uc qui va se retrouver en sociologie sans rien comprendre parce qu’il aura eu le bac "normal" et qui arrêtera ses études vite pour être en caisse à Franprix. Résultat, on appelle un roumain fraîchement installé...

     

    Répondre à ce message

  • #1804658
    Le 20 septembre à 20:50 par pistache
    Un jour en France : mercredi 20 septembre 2017

    Pour rebondir sur Apathie.
    On a de la grandeur d’âme ou on en a pas. Je pense que le clivage est là et pas ailleurs, entre pro et anti système. C’est une nature, et cela ne dépend pas de son milieu social, de son parcours, de son intelligence (disons plutôt vivacité d’esprit) ou de tout ce que vous voulez.
    On peut avoir été un cancre, avoir eu un parcours rude, avoir côtoyé le petit peuple, la France "profonde", et être un sale connard prêt à vendre son pays. Il en est un bon exemple apparemment. Et vice versa.

     

    Répondre à ce message

  • #1804673
    Le 20 septembre à 21:19 par fd
    Un jour en France : mercredi 20 septembre 2017

    La nana sur la photo est allemande et de nom et de type. Vraisemblablement issue une famille qui a du et pu quitter le pays a la fin de la guerre.

     

    Répondre à ce message

  • #1804685
    Le 20 septembre à 21:40 par oklez
    Un jour en France : mercredi 20 septembre 2017

    La première fois que j’ai senti Aphatie authentique et sincère. Son échec scolaire le hante.

     

    Répondre à ce message

  • #1804719
    Le 20 septembre à 22:22 par Le prieur
    Un jour en France : mercredi 20 septembre 2017

    Étant étudiante en master 1 (4ème année) de droit et sciences politiques dans une université de province réputée, je peux aussi témoigner du fait qu’on y est en sureffectif. Il en résulte des problèmes sérieux, évidemment de surpeuplement des classes et amphis, mais aussi d’organisation administrative, le tout nuisant à l’instruction reçue. Je suis néanmoins contre le principe de sélectionner les bacheliers, qui, pour ceux que cela concerne, ont le droit, à mon humble avis, à une seconde chance. En effet, nombre d’adolescents lycéens, même ceux à fort potentiel intellectuel, ne parviennent pas à réussir scolairement leurs années de lycée, cela ne veut pas dire qu’ils ne deviendront pas des adultes compétents et doués pendant leurs années d’études à l’université. L’université est la base de l’enseignement supérieur, accessible matériellement (grâce notamment à cette absence de sélection en 1ère annee) et financièrement à beaucoup (encore faut-il bien sûr pouvoir financer ses études et souvent le logement et le coût de la vie quotidienne qu’elles impliquent, soit par une source externe soit par soi-même avec la difficulté que cela suscite). Elle est une source importante d’instruction du peuple (et donc d’acquisition de connaissances évidement mais aussi en principe, de sens critique, salutaire en ces temps d’obscurantisme et de manipulation de masses). C’est globalement une véritable opportunité intellectuelle et professionnelle pour beaucoup. L’accroissemment de l’accessibilité de l’enseignement supérieur est un progrès social à priori. La rendre davantage restrictive constituerait une régression sociale. Ne faudrait-il pas que davantage de recettes publiques et notamment fiscales servent à financer l’éducation, en construisant par exemple de nouvelles infrastructures adaptées à la hausse du nombre d’étudiants et en engageant plus de personnel si cela est nécessaire, plutôt que de restreindre son accès ? Cela aurait dû être fait, avec prévenance, par les gouvernements successifs récents. Mais l’instruction et la formation du peuple ne sont de toute évidence pas une de leurs priorités, car il se pourrait que cela contribue au renversement de l’ordre politique établi, qui agit essentiellement à l’encontre de l’intérêt général. Cela étant dit encore faut-il que l’université ne soit pas trop teintée d’endoctrinement idéologique néfaste et les enseignements de qualité, afin que le niveau intellectuel ne continue pas à s’affaisser...

     

    Répondre à ce message

    • #1804829
      Le 21 septembre à 00:41 par Robert Citron
      Un jour en France : mercredi 20 septembre 2017

      Hello,
      On a peut être pas besoin d’autant d’étudiants dans ces domaines-ci. On désengorgerait énormément les universités avec des mesures simples comme la fin du collège unique ou la mise en avant de formations plus courtes.

      T’as raison quand tu parles du manques de moyens, qui est global en France, et pas seulement en enseignement supérieur & recherche. Pour autant, c’est le bout de la chaîne du problème.

      Un pays industrialisé, où le système éducatif n’absorbe pas les rejetons non-eduqués d’une immigration de masse, et dans lequel l’objectif est de former à un vrai métier, c’est un pays où l’université fonctionne mieux.

       
    • #1804840
      Le 21 septembre à 01:26 par Yankee98
      Un jour en France : mercredi 20 septembre 2017

      Les universités sont déjà teintées d’endoctrinement idéologiques.

      Elles ne servent qu’à produire des bons toutous simplement compétents pour une carrière précise.

      Le père Soral ne sort pas de l’université, en gros...

      Les seuls établissements valables sont les facultés (droit, médecine). Basta.

       
    • #1804914
      Le 21 septembre à 08:39 par Domino
      Un jour en France : mercredi 20 septembre 2017

      @Le prieur
      vous raisonnerez différemment le jour où vous paierez des impôts.
      Le taux d’échec en fac est une gbegie et un non sens. A comparer avec les scores à l’étranger.

       
  • #1804814
    Le 21 septembre à 00:13 par ancien
    Un jour en France : mercredi 20 septembre 2017

    Dans les années 60, avant 1968, pour entrer à la Fac il fallait travailler une année pour passer le CELG : c’était un sas sélectif . Blanquer va tenter de le rétablir sous un autre nom .

     

    Répondre à ce message

    • #1804939
      Le 21 septembre à 09:15 par ancien
      Un jour en France : mercredi 20 septembre 2017

      CELG : Certificat d’Etudes Littéraires Générales, examen probatoire pour entrer à la fac, on avait un an pour le préparer . Personne n’en est mort .

       
  • #1804909
    Le 21 septembre à 08:35 par Domino
    Un jour en France : mercredi 20 septembre 2017

    A-t-on vraiment besoin d’un audiovisuel public ?...

     

    Répondre à ce message

    • #1805611
      Le 22 septembre à 01:24 par Yankee98
      Un jour en France : mercredi 20 septembre 2017

      Sans le CSA, les dérives vulgaires, bassement sexuelles, grossières etc. sur le petit écran seraient bien plus nombreuses.

      Je suis « anti-administration » sur le principe (parce que pas républicain mais monarchiste) mais force est de reconnaître qu’en pratique, elle sont souvent utiles, même encadrées dans un système qui lui est pourri.