Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : mercredi 30 mars 2016

Carlos Tavares, Jean-Pierre Coffe, Laurence Rossignol et Aurélie Fouquet

La polémique du jour, c’est la rémunération du grand patron Carlos Tavares. Le PDG de PSA (Peugeot-Citroën) a touché, relativement aux statuts établis par les actionnaires, et suite au redressement de la marque, la somme de 5,24 millions d’euros en 2015. L’autre Carlos (Ghosn), le PDG de Renault, a engrangé pour sa part 7,25 millions.

 

 

Si les médias et les réseaux sociaux de gauche poussent des hauts cris, rapport à la paupérisation du peuple français, que l’on peut mesurer grâce au nombre de foyers abonnés au RSA (Revenu de Survie Autorisé), Rue89 rappelle que le PDG de Google, Sundar Pinchai, a gagné la bagatelle de 100 millions de dollars, soit 88 millions d’euros. Mais majoritairement en actions, qu’il aura le droit de revendre l’année prochaine. Si le cours de Google ne s’effondre pas, Sundar est à l’abri du besoin pour 10 ou 20 générations. Pour peu que la science nous fasse vivre 150 ou 200 ans, on n’a pas fini de voir sa tête de vainqueur.

Pourquoi ces chiffres choquent, ou font rêver ?
Parce que de plus en plus de Français doivent jongler avec les dettes et les pénalités bancaires. Et les indemnités de chômage risquent de baisser. Sans oublier l’horizon du marché du travail, qui n’est pas rose : la mondialisation a laissé des traces dans le tissu industriel, même si L’Opinion estime que la mondialisation heureuse arrive ! Globalement, le Nord qui a été impacté par le réveil des BRICS, connaîtra un regain d’activité parce ces BRICS sont à leur tour en crise. Selon nous, ça risque de faire une crise générale, mais ça, mieux vaut pas en parler. En période de multicrise, sociale, politique, économique, avec les dangers publics qui sont actuellement au pouvoir chez nous, le terrorisme qui frappe sans prévenir, et la pince Haziza-Hanouna qui nous torture à travers les médias, il n’est pas besoin de rajouter de la fonte sur le dos des Français.

 

Est-ce pour cela que beaucoup de personnalités choisissent de partir en ce moment ?

Le parti du jour, c’est Jean-Pierre Coffe, monsieur C’est d’la merde !, qui a popularisé le concept de malbouffe. Aidé de son assistant chéri, le vieux ronchon cultivait ses légumes bio dans le grand jardin potager de sa propriété, à l’écart du bruit parisien et de la pollution. Il ne remontait à la capitale que pour participer aux enregistrements des Grosses Têtes ou pour aller proposer la recette du dimanche chez Drucker. C’est Canal+ qui avait lancé Coffe dans La Grande Famille, l’émission du midi qui servait de pépinière ou de pouponnière pour les jeunes talents de la chaîne. Il fallait alors en quelque sorte passer par les Fourches Caudines de Jean-Pierre, et ça créait des relations profondes entre les générations :

 

 

Coffe illustre l’adage selon lequel les personnalités préférées des Français ne sont pas les hommes politiques, que l’on voit pourtant chaque jour occuper les médias. Une surexposition qui se retourne même contre eux : il y a un écœurement à voir toujours les mêmes, certains avec des kilomètres de casseroles, et des discours bidon changeant au gré des modes, donner des leçons au peuple.

 

Laurence Rossignol, une bonne raison de quitter la France

Ce matin, la sénatrice Laurence Rossignol, célèbre pour avoir énoncé que les enfants n’appartenaient pas à leurs parents (on ne s’en lasse pas), eh bien a récidivé chez Bourdin en énonçant que :

Mais ne faisons pas injure au contexte, que voici : le ministre des Familles, de l’Enfance (!) et des Droits des Femmes, interrogé sur la mode des voiles et des foulards, compare celles qui choisissent de porter le voile aux « nègres américains qui étaient pour l’esclavage » :

« Il y a des femmes qui choisissent, il y avait aussi des nègres américains qui étaient pour l’esclavage. (…) Je crois que ces femmes sont pour beaucoup d’entre elles des militantes de l’islam politique. Je les affronte sur le plan des idées et je dénonce le projet de société qu’elles portent. Je crois qu’il peut y avoir des femmes qui portent un foulard par foi et qu’il y a des femmes qui veulent l’imposer à tout le monde parce qu’elles en font une règle publique. »

Pur produit du militantisme de gauche, ancien membre du comité central de la LCR, elle n’aura jamais véritablement travaillé, de manière productive, mais aura grimpé dans la hiérarchie syndicale et politique. Une grande connaisseuse du réel, donc. Pas étonnant donc qu’elle dérape en permanence, laissant apercevoir derrière le discours bien-pensant des socialistes l’hydre de la Destruction de la famille et de l’école. Sa phrase qui fleure bon le racisme inconscient n’étonnera que les naïfs : les socialistes n’aiment les Noirs et les Arabes que parce qu’ils votent pour eux à une écrasante majorité. Pourtant, ce n’est pas par choix : le racisme social de la droite libérale est encore pire que l’hypocrisie de gauche. C’est justement pour ça que Hollande choisit pour ses « réformes » tordues des représentants des minorités victimaires : il avance plus tranquillement derrière ce bouclier humain pour faire passer la pilule du libéralisme et du terrorisme aux pauvres.

 

 

La gauche de trahison à l’oeuvre

Nous voilà avec un gouvernement qui dit lutter contre le chômage mais impose une loi pro-Medef facilitant les licenciements, qui dit lutter contre le terrorisme mais pactise avec ses financiers (Qatar, Arabie saoudite), et qui se retrouve logiquement avec des chômeurs et des morts en plus.

La loi Travail défendue par Myriam el Khomri et inspirée par Me Badinter, est clairement un parti pris libéral. Pourquoi pas, si ça peut générer de l’emploi. Oui mais voilà, c’est pas du tout prouvé. Il semble que le concept de « lutte contre le chômage » soit devenu un alibi pour faire passer d’autres changements plus inquiétants pour les employés. Une fragilité accrue dans l’entreprise, voilà ce qui guette le travailleur français.

En parlant de Rossignol, triste symbole de ce parasitisme politique français, qui finit au Sénat ou au CES (Conseil économique et social), ces clubs de pantouflards de la République – la bonne fille qui se fait sou-tirer par ceux qui disent la représenter –, le classement des lycées français vient de tomber.

 

Comment masquer la dégringolade de l’éducation « nationale »

Autant vous avertir tout de suite, avant de vous précipiter sur le tableau, ce classement est quelque peu trafiqué. Pour éviter de retrouver toujours les mêmes au sommet, qui proposent aux enfants des classes favorisées un haut niveau d’éducation scolaire, le pouvoir socialiste établit un nouveau classement avec la notion de « valeur ajoutée ». C’est un peu comme les bonnes notes que distribuent les profs du 93 à leurs élèves turbulents pour avoir la paix sociale. Les idéologues à la barre de l’Éducation nationale continuent donc à nous dissimuler le réel, en valorisant les bahuts à faible taux de réussite au bac – et pourtant tout est fait pour en bonifier artificiellement les résultats – au détriment des lycées qui dispensent un enseignement encore classique. C’est ainsi que le lycée Alfred Nobel à Clichy-sous-Bois caracole en tête du podium…

Entendons-nous bien : il n’est pas question ici de « stigmatiser » un bahut en « zone sensible » – pour parler la novlangue des hypocrites qui nous gouvernent si mal – qui en plus fait de gros efforts, mais on sait par expérience qu’on ne peut rien construire sur du mensonge, à part un autre mensonge. À la fin, le château de mensonges s’écroule, les promoteurs-escrocs s’enfuient (avec la caisse), et les victimes se retrouvent à la rue. C’est d’ailleurs un peu ce qui se passe en France, non ?

Et quelle est la réponse du pouvoir à ces Français poussés dans la rue ou à la rue qui grognent ? La surveillance généralisée, la censure médiatique, la répression politique. Y a pas à dire, ces socialistes, ils savent se faire aimer du peuple !

 

 

Chômage, crime et terrorisme, alliés objectifs de la nouvelle (répression) politique

Désormais, et c’est tout frais, la loi Urvoas (encore un ami de l’humanité, on vous conseille son portrait poussé dans Faits & Documents) permettra d’écouter « tout un quartier » quand un suspect intéressera des enquêteurs.

On voit que la loi prévoit large, très large. Certes, histoire de montrer qu’il défend la liberté des Français, le Sénat va retoquer deux ou trois paragraphes relatifs aux fameux « IMSI-catchers », alors que la très soumise Assemblée nationale avait avalisé la chose. Comme le résume excellemment numerama.com, on pourra « écouter tout le monde pour surveiller quelqu’un ». Sauf que les grands criminels, braqueurs ou terroristes, ne touchent plus à leurs portables le temps de l’action, mais c’est pas grave. C’est l’intention qui compte ! On l’a vu avec l’épisode tragique de Bruxelles, où la surveillance électronique n’a rien donné, ou avec l’équipe de braqueurs qui sont peut-être responsables de la mort de la policière Aurélie Fouquet, et dont le procès est en cours.

L’insécurité à tous les niveaux (sociale ou criminelle) existe, mais elle n’est pas réellement combattue : elle est utilisée à des fins politiques pour augmenter la domination.

Voir aussi :

30 juin
Un jour en France : vendredi 30 juin 2017
Adieu Loulou Nicollin, la priorité de Macron 1er, un député voilé !
19
29 juin
Un jour en France : jeudi 29 juin 2017
Tour de France sexy, Marseille anti kebabs, TGV Paris-Vinci-Bordeaux
24
28 juin
Un jour en France : mercredi 28 juin 2017
Rwanda/France, la rééducation nationale, Amrani/Valls
24
27 juin
Un jour en France : mardi 27 juin 2017
Les super riches, amoureuse d’un migrant, Pôle Emploi bidon, T411 à la rue
28
26 juin
Un jour en France : lundi 26 juin 2017
Xavier Niel le sauveur, Rebecca contre la chantilly, Stéphane Guillon le collabo viré
17
23 juin
Un jour en France : vendredi 23 juin 2017
La vérité sur les affaires NKM, Grégory et Hanouna
24
22 juin
Un jour en France : jeudi 22 juin 2017
Zemmour défonce (Aurore) Bergé, le cinoche Mélenchon, Macron un Roi seul ?
23
21 juin
Un jour en France : mercredi 21 juin 2017
Fête de la Musique mondiale, Starbucks aime les migrants, les multi(anti)nationales
13
20 juin
Un jour en France : mardi 20 juin 2017
Alerte canicule, alerte terrorisme social, deux morts pour la France
31
19 juin
Un jour en France : lundi 19 juin 2017
Lendemain de cuite politique
24
16 juin
Un jour en France : vendredi 16 juin 2017
La France dit adieu à Helmut Kohl, le bac d’histoire-géo, l’affaire Grégory-Bayrou
11
15 juin
Un jour en France : jeudi 15 juin 2017
Le petit Grégory rebondit, Hidalgo reine du chemsex, Booba corrige le bac de philo
37
14 juin
Un jour en France : mercredi 14 juin 2017
Sauvez Najat !, sauvez Bayrou !, sauvez l’école !
13
13 juin
Un jour en France : mardi 13 juin 2017
Musée de l’Homme antiraciste, députée LREM foireuse, Michel Onfray est Dieu
57
12 juin
Un jour en France : lundi 12 juin 2017
La mort du politique, la naissance de l’a-politique, et la victoire des mathématiques
31
9 juin
Un jour en France : vendredi 9 juin 2017
Blanquer dénajatise l’école, le boum du télétravail, Hanouna contre le CSA
10
8 juin
Un jour en France : jeudi 8 juin 2017
Taxi 5 sans Samy Naceri, Yannick Noah paye sa prune, Lefebvre balance et Griveaux blanchit
9
7 juin
Un jour en France : mercredi 7 juin 2017
Le Quasimodo de Notre-Dame, Barbier sur Macron TV, suicide paysan
13
6 juin
Un jour en France : mardi 6 juin 2017
Taddeï dans le cul chic, Dieudonné contre le Giflé (Valls), une Seconde Guerre mondiale sans guerre
11
5 juin
Un jour en France : lundi 5 juin 2017
Ruquier "cocufié" par Mélenchon, Drucker "déplacé" sur France 2, Les Enfants de la télé sans Arthur
8
2 juin
Un jour en France : vendredi 2 juin 2017
Thomas Pesquet atterrit, un Sénégalais patriote, Têtu contre les Grosses Têtes
24
1er juin
Un jour en France : jeudi 1er juin 2017
Aubenas se paye Ruffin, Tony Parker lâche Najat, la semaine de 4 jours
5
31 mai
Un jour en France : mercredi 31 mai 2017
Maxime Hamou dérape, Hanouna contre les gays, StreetPress dénonce
16
30 mai
Un jour en France : mardi 30 mai 2017
Arte antisémite ?, Blanche allume Polanski, Diane Kruger l’antinazie primaire
18
29 mai
Un jour en France : lundi 29 mai 2017
La milice Act Up primée à Cannes, la SNCF contre le public, Despentes dévisse
24
 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1431932
    le 30/03/2016 par The Shoavengers
    Un jour en France : mercredi 30 mars 2016

    Tous les auteurs (sans e) de science-fiction l’ont décris depuis longtemps : pour être libre, il va falloir se déconnecter (("dé-connerification") de la matrice.
    Adieu Twitter, Fessebouc,, Internet (interné ?), bonjour, veaux, vaches, cochons.

     

  • #1431945

    JP Coffe, voilà un homme à la vie exemplaire, qui n’a jamais transige sur ses convictions. Qu’on lui élève des statues, que l’on dédit des rues à son nom. Cela n’arrivera jamais mais prenons le temps d’espérer.

    Le zapping est à voir. Le premier sujet du zapping est une prémonition qui fait glacer le sang.


  • #1431966

    Bonjour,
    1-C’est pas rassurant de manger bio, il ont tendance a mourir avant les autres.J’ai d’autres exemples :
    2-reforme du travail, franchement la flexibilité du travail est une condition à l’embauche.L’entreprise n’est pas la vache à lait de tout le monde et spécialement des PME. La Suisse a une grande flexibilité et peu de chômage .

    Cordialement

     

    • #1432053
      le 30/03/2016 par fredus07
      Un jour en France : mercredi 30 mars 2016

      Bonjour à toi, pourrais tu nous donner quelques renseignements à propos de l’ésperance de vie et le fait de manger bio STP, merci beaucoup.


  • #1431968
    le 30/03/2016 par jeanquète
    Un jour en France : mercredi 30 mars 2016

    En période de multicrise, sociale, politique, économique...



    On parle souvent de crises comme d’échecs ou de conséquences, or, et c’est là toute la différence, les crises ne sont pas une problématique du libéralisme, mais son essence. Le libéralisme vit des crises.


  • #1431996

    Merveilleux « vivre ensemble » du Parti Sauce Sioniste !


  • #1432039

    Bonjour,

    très agréable ce nouveau format quotidien. Ce n’est pas super constructif comme commentaire mais bon fallait bien que quelqu’un le fasse !

    Courage à l’équipe en ces temps troublés.


  • #1432221

    Sacré Jean-Pierre ! Une part de la tradition française s’en va avec lui...

    Salut l’artiste !


  • #1432319

    Laurence Rossignol cette tarée qui disait sur le plateau de Taddéi lors des " débats " sur la théorie du genre, comme le rappelle opportunément cet article, que les enfants n’appartenaient pas à leurs parents. Elle n’en est donc pas à son coup d’essai.


  • #1432355
    le 30/03/2016 par listener
    Un jour en France : mercredi 30 mars 2016

    "Il y avait des nègres américains qui étaient pour l’esclavage". Ce qui est sûr c’est que d’anciens esclaves affranchis ou libérés devenaient marchands d’esclaves..

     

    • #1432609
      le 31/03/2016 par Mami Wata
      Un jour en France : mercredi 30 mars 2016

      Je ne comprends pas du tout la comparaison entre un trafic d’êtres humains et le port d’une étoffe. Porter un foulard ou un voile (ce qui n’est d’ailleurs pas interdit et ne revêt aucun danger) est-il comparable au fait de vendre, frapper, insulter et même tuer un être humain comme c’est le cas pour l’esclavage qui existe toujours à nos jours ? Expliquez-moi un peu je comprends vraiment pas..


    • #1432683
      le 31/03/2016 par listener
      Un jour en France : mercredi 30 mars 2016

      Réponse à Mami Wata : mon avis est que l’islam a été très très bien vue un temps par la franç maçonnerie française et européenne dans la mesure où elle n’avait pas trop de dogmatique et qu’elle n’avait pas de clergé. Miracle : un religion sans dogme et sans clergé ! Au fond, c’était une religion laïco-compatible qui allait évincer doucement ce qui restait de curé, de messe et de credo. Grave faute.

      Car l’islam d’abord et une religion qui, quoique sans dogme, (à part "Allah est grand et Mahomet et son prophète") est fortement "exotérique" à savoir qu’on est musulman dans la mesure où on le dit et qu’on passe sa vie à le montrer ! D’où une "orthopraxie" virulente dans la vie quotidienne (le voile vient de là) qui à première vue n’est pas mal du tout : pudeur, frugalité, pas d’alcool etc... mais qui finit par casser les pieds à certains non musulmans. Et d’un autre côté, c’est une religion qui accepte joyeusement le caractère patriarcal des sociétés méditerranéennes.

      C’est cela qui a fini par faire clash brutal avec la franc-maçonnerie bien disposée au départ qui s’aperçoit soudain que la religion musulmane est devenu trop visible sur la voie publique, et qu’elle insiste sur la sujétion des femmes et surtout la supériorité de l’homme ! Or la société française tolère les religions dans la mesure où elles sont discrètes, et qu’elles acceptent le matriarcalisme caractéristique des sociétés de l’Europe du nord... D’où le conflit qui n’est pas prêt à être résolu. Ce n’est pas tellement une affaire de religion, mais plutôt de société. Lorsque les musulmans arrivent quelque part, il font peu de préchi-précha théologique mais disent d’abord aux hommes à se respecter en tant qu’homme par rapport aux femmes. ! Et des femmes apprécient cela (avoir un mari qui ne rentre pas bourré, c’est déjà pas mal) car cela marche et équilibre des sociétés qui ont tendance à partir de la caisse. Quel scandale pour la franc-maçonnerie qui pourtant d’ailleurs a commencé dans une misogynie virulente mais est devenue sous l’influence des américains, totalement matriarcaux et jusqu’à en devenir fous. Elle est envahie par les femmes, les Grandes Maîtresses !