Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : mardi 3 janvier 2016

Apprentis complotistes, Bondy Blog anti-inégalités, Marianne dévisse

 

Il y a des adultes qui croient au Père Noël socialiste. C’est l’histoire de Marie-Line et Anne, deux courageuses femmes. Devant le scepticisme affiché par ses élèves après les attentats de Charlie, Marie-Line, une enseignante au CFA (centre de formation des apprentis) d’Orléans, décide de prendre le taureau par les cornes et normaliser l’esprit maléfique de ces enfants.

 

JPEG - 62.7 ko
Les Laurel et Hardy de l’anticomplotisme orléanais

 

Elle embrigade Anne, sa copine journaliste à France Bleu (si si, ça existe), et les deux commères (féminin de compères) prennent leur bâton de pèlerin et s’attaquent à la désinformation pour «  limiter l’adhésion aux thèses complotistes  » avec leur projet pédagogique fait d’ateliers où les élèves se mettent dans la peau de journalistes. Ces sales petits complotistes découvrent alors comme il est difficile de faire de l’information, surtout officielle. L’article du Monde à la gloire de ces Don Quichotte et Sancho Panza de la propagande officielle, épaulées par une douzaine d’enseignants, montre qu’il y a un gouffre entre ces sympathiques Goebbels de la social-démocratie et leurs cibles rétives. Car les mômes rechignent à lire la presse, qui leur « fait peur », et qu’ils trouvent « trop compliquée ». Même eux sont obligés d’utiliser des euphémismes.

Ces salopards ne lisent plus les journaux, et préfèrent s’informer sur des forums qui parlent leur langage. Et là, évidemment, c’est le règne de la désinformation conspiratio-complotiste la plus éhontée ! Il y a bien un fayot, Samuel, qui finit par avouer, sous la torture, que « ce qu’on entend à la radio, à la télé, c’est pas les journalistes qui racontent des histoires, c’est bien réel  », mais il a dû ensuite se faire rectifier la gueule à la récré. Son témoignage flotte au milieu d’un océan de scepticisme. Car les cobayes involontaires de ces deux truffes n’en démordent pas : si leurs profs d’anticomplotisme assènent que Donald Trump n’a fait que mentir pendant sa campagne, eux rétorquent qu’il est un candidat « anti-système ». Et tout est à refaire. Deux ans de nettoyage de cerveaux qui partent en fumée.

 

En classe, les échanges sont parfois décourageants. Donald Trump est par exemple toujours perçu par certains comme un candidat « anti-système ». « Ce n’est pas encore ça », concède Anne Oger, la journaliste de France Bleu. La petite équipe ne se décourage pas pour autant, le moindre progrès est à prendre. « Parce que ces jeunes, ils sont la relève. »

Comme quoi, même peu instruits, les mômes ont de l’instinct. Ils refusent la cuillère de soupe douteuse, ou la recrachent une fois que la prof a le dos tourné. Malheureusement, on tombe dans le cliché de donner la parole à ceux qui ne l’ont pas, les jeunes des cités. Alors qu’un tas de catégories socio-professionnelles en France n’ont pas accès aux médias, c’est soudain à ces pauvres petites victimes qu’il faut tendre le micro (ce qui ne donne en général rien ou alors de mauvaises surprises complotistes). C’est l’objet du BBC, le Bondy Blog Centre, un site d’information participatif calqué sur le modèle du Bondy Blog du 93, cette pépinière de néo-journalistes bien-pensants issus des cités. Une expérience chapeautée par Libération, on vous laisse imaginer la marge de manœuvre de ces vainqueurs des éliminatoires de la diversité. Le Bondy Blog, qui veut peser dans la balance politique, vient de pondre 8 propositions « pour en finir avec les inégalités scolaires ».

 

 

L’article démarre sur le double constat que la France a dégringolé du classement mondial, avec des élèves globalement mauvais en maths et des difficultés sociales que l’école n’arrive plus à absorber ou à transformer. En gros, l’injustice sociale, à la base de la différence entre réussite et échec scolaire, est devenue plus forte que le creuset républicain que l’école aurait dû être. Voici les solutions du Bondy Blog : des profs spécialisés en plus dans les écoles primaires défavorisées, un psychologue à plein temps dans tous les établissements défavorisés, des assistants d’éducation dans les écoles primaires, la réduction considérable des effectifs dans les classes, l’institutionnalisation du lien entre l’école et les éducateurs de rue, et enfin plus de centres sociaux mieux financés…

On dirait la reprise des mesures de gauche qui consistent à croire que tout est un problème d’effectifs. Pourtant, le résultat de l’embauche de 40 à 60 000 enseignants ne s’est pas fait ressentir, sous le tandem Hollande-Belkacem. Les inégalités se creusent, la France décroche, la violence sociale augmente. Il y a bien deux France, celle dont les parents suivent de près la scolarité de leurs enfants, et l’autre. Ceux qui s’en foutent ou qui n’en ont pas les moyens, culturels ou matériels. Il faudrait dire au Bondy Blog que l’effort ne peut pas toujours venir de l’extérieur, et que la motivation ne s’achète pas. Un jour, les familles concernées devront comprendre que l’école – même imparfaite – est une chance pour leurs mômes, et que la société ne peut pas toujours réparer leur manque de préoccupation, d’autorité ou d’intérêt.

La preuve, il y a 50 ans, ces classes publiques bourrées d’enfants plus pauvres que ceux d’aujourd’hui, des enfants qui ne bouffaient pas tous à leur faim, mais qui avaient faim de savoir. Bien sûr, ils se prenaient quelques coups de pied au cul, à l’école ou à la maison, mais personne n’avait intérêt à déconner en classe.

 

 

Aujourd’hui, ceux qui le font creusent leur propre tombe sociale. C’est ce message qu’il faut faire passer, plutôt que d’accuser la puissance publique et le sempiternel manque d’argent. Les bahuts sont là, les classes sont là, les profs sont là, et même si les bahuts sont moches, si les classes sont pleines, les profs pas toujours passionnants, pas besoin de tablettes numériques dernier cri ou de drones qui ramassent les copies, il y a de quoi bosser. Alors au boulot, bande de branleurs ! C’est par le travail que vous vous en sortirez (le travail libère), pas par la déconne ! Oubliez Jamel, c’est un mirage, une voie de garage, seul le boulot vous sortira de votre merde. Rien ni personne d’autre ne le fera et ceux qui vous diront le contraire sont des menteurs ou des manipulateurs.

On parlait de presse, d’Internet et de désinformation avec les Laurel et Hardy orléanaises de l’anticomplotisme, voilà qu’une bien triste nouvelle tombe. Le magazine Marianne est « en cessation de paiement ». C’est son PDG et principal actionnaire (à 86%) Yves de Chaisemartin qui a pris cette décision pour « sauver » le journal. Dont les ventes sont passées en un an de 157 000 à 143 500 exemplaires (chiffres officiels, bien entendu). Naturellement, tout cela sent le nouveau tour de table et la nouvelle formule, avec paiement en ligne et compagnie, les solutions habituelles qui ne marchent pas.

 

 

Si on nous écoutait – mais ça a pas l’air d’être le genre de la maison – on dirait qu’un journal extrêmement communautaire dont la rédaction est dirigée par Renaud Dély, ce Bibi Netanyahu de l’impartialité, n’a pas vraiment d’avenir. Payer pour une leçon de sionisme, il faut être riche, idiot ou sioniste ! Or les Français ne sont pas riches actuellement, ils sont de moins en moins idiots grâce à l’information alternative, et sont à 99% non sionistes.

L’hebdo avait déjà plongé de 3 millions en 2012, il reperd du fric en 2016, et ce ne sont pas les rustines de la subvention (une aide publique de 250 000 euros, une avance remboursable de 450 000 et un acompte de 200 000 pour un projet numérique, selon Le Monde) qui vont relancer la machine. Pour ceux qui ne connaissent pas Marianne, c’est ce canard créé par Jean-François Kahn il y a 20 ans (en 1997) qui portait les idées de gauche nationaliste de Chevènement. Hélas, comme beaucoup de titres (Charlie Hebdo, Le Monde, Libération), il subira des injections de plus en plus fréquentes de sionisme, ce qui tue à petit feu(j).

Voir aussi :

26 mai
Un jour en France : vendredi 26 mai 2017
Burkini contre nudité à Cannes, les LGBT en Corse, Ozon le cul
28
25 mai
Un jour en France : jeudi 25 mai 2017
Collomb ministre des Gaffes, Ferrand dans la merde, Schiappa et le sexe, Nyssen à l’assaut du Ridicule (8991m)
15
23 mai
Un jour en France : mardi 23 mai 2017
Hanouna l’homo, les (gros) nichons d’Afida Turner, Clitorine de Haas
20
22 mai
Un jour en France : lundi 22 mai 2017
France/Brésil en pots-de-vins sous-marins, les gros sponsors du Macron, L’Anne Hidalgo sur la sellette
3
19 mai
Un jour en France : vendredi 19 mai 2017
Spécial « 70e Festival mondialiste de Cannes dans l’indifférence générale »
12
18 mai
Un jour en France : jeudi 18 mai 2017
Les Patriotes de Philippot et ceux du Mossad, Didier Super se moque de l’antifascisme, Patrick Timsit se couvre
13
17 mai
Un jour en France : mercredi 17 mai 2017
Lapix croque Pujadas, Lassalle raconte, le film d’animation français
29
16 mai
Un jour en France : mardi 16 mai 2017
Francis Lalanne contre Valls, Mélenchon lorgne sur le FN, les homos de Tchétchénie
21
15 mai
Un jour en France : lundi 15 mai 2017
La cérémonie de passation de pouvoir entre Hollande et Macron, et l’effondrement du journalisme de cour
28
12 mai
Un jour en France : vendredi 12 mai 2017
Une Brigitte première dame, la France par Sylvain Tesson, les alcoolos punis de RSA
45
11 mai
Un jour en France : jeudi 11 mai 2017
Hidalgo-Aubry-Taubira ou les ruines du PS, Achtung au copyright sur la Shoah, Mélenchon le soviet cong !
14
10 mai
Un jour en France : mercredi 10 mai 2017
Valls mendie devant Macron, Cohen au mercato radio, Bloch patronne d’Inter
15
9 mai
Un jour en France : mardi 9 mai 2017
La France qui fait honte : “foodeuses” du Figaro, “interculturalité” d’Anne Hidalgo, électeurs de Macron “sans adhésion”
14
8 mai
Un jour en France : lundi 8 mai 2017
Le message de la petite Syrienne à Macron, RFI et le massacre de Sétif, la meilleure prof du monde is french
10
5 mai
Un jour en France : vendredi 5 mai 2017
Bürki à poil pour Macron, Doherty pété contre le FN, le Manouche antinazi
29
4 mai
Un jour en France : jeudi 4 mai 2017
Mgr Barbarin se couche, Loran des Bérurier Noir vote Macron, et le vrai Victor Lanoux
30
3 mai
Un jour en France : mercredi 3 mai 2017
La dernière de Kepel, la dernière de Charlie, la dernière de Décodex
15
2 mai
Un jour en France : mardi 2 mai 2017
L’abjection du collabo Stéphane Guillon, Laurent Delahousse et la manip de Yerres, Dany Boon for Macron
23
1er mai
Un jour en France : lundi 1er mai 2017
Macron la récup, la pleurniche des médias, Finky contre le shoah-business
26
28 avril
Un jour en France : vendredi 28 avril 2017
Marine fait de moins en moins peur, Macron de plus en plus
16
27 avril
Un jour en France : jeudi 27 avril 2017
Les deux candidats se préparent au grand débat du 3 mai
17
26 avril
Un jour en France : mercredi 26 avril 2017
Rions un peu entre deux tours : Valls revient, Lassalle chez Hanouna, Attali déraille
11
25 avril
Un jour en France : mardi 25 avril 2017
Autour de la fracture Marine/Macron : Fenech, Onfray, les profs d’histoire-géo
22
24 avril
Un jour en France : lundi 24 avril 2017
Deuil national : finale Hollande/Marine, suicide de la gauche, carte riches/pauvres
45
21 avril
Un jour en France : vendredi 21 avril 2017
Laetitia femme de flic, Molins et le papier tombé, le rapport attentats/élections
25

Propagande, école et désinformation sur Kontre Kulture

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

19 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1636365
    le 03/01/2017 par DocteurD
    Un jour en France : mardi 3 janvier 2016

    L’école cultive mais ne rend pas intelligent. Il vaut mieux tabler sur la génétique et l’éducation.

     

    • #1636399
      le 03/01/2017 par marrante
      Un jour en France : mardi 3 janvier 2016

      Durant sa scolarité un enfant développe sa mémoire, sa logique, ses capacité d’analyse et de raisonnement. Pas assez peut-être, peut-être plus assez effectivement.


    • #1636466
      le 04/01/2017 par goy pride
      Un jour en France : mardi 3 janvier 2016

      Sans vouloir totalement faire fi de la génétique l’intelligence est très plastique et peut chez l’individu varier considérablement au fil du vécu et des années. Je me souviens il y a une vingtaine d’années j’avais fait quelques test de QI (les trucs mensa) pour m’amuser...résultat : j’avais obtenu entre 75 et 80 ce qui me plaçait à la limite du débile léger ou du chimpanzé (on estime que les grands singes et certains oiseaux ont environ 70 de QI)...20 ans plus tard je refais des test de QI, j’obtiens entre 110 et 120... ! Est-ce cela veut dire que je suis devenu plus intelligents ? Ou bien par le passé il y avait des facteurs exogènes qui avaient négativement impacté mes résultats ? Fatigue ? Malnutrition (à l’époque étudiant "pauvre") ? Difficile de savoir...
      Notons également qu’il est très difficile de quantifier l’intelligence et il semblerait que de ces instituts où l’on réuni ces prétendu surdoué avec des QI de 180 et plus ils ne sortent absolument rien en termes d’innovations, d’inventions...


    • #1636579
      le 04/01/2017 par Topaze
      Un jour en France : mardi 3 janvier 2016

      Quel était le secret des "forts en thème", des élèves qui étaient premier partout ? Ils apprenaient tous leurs cours (et parfois les manuels) par cœur . Mnémosyne (personnification de la mémoire) n’était pas la mère des Muses pour rien . Aujourd’hui c’est Singapour qui aurait les meilleures performances scolaires du monde : les élèves y apprennent tout par cœur .


  • #1636381
    le 03/01/2017 par VolpolnE
    Un jour en France : mardi 3 janvier 2016

    Pourquoi ils font tous la gueule sur la une de Libération ? Peuvent pas sourire pour se rendre sympathiques non ?

     

    • #1636527

      Ils ont faim.


    • #1636540
      le 04/01/2017 par Chuchemimb
      Un jour en France : mardi 3 janvier 2016

      T’as déjà vu un gauchiste qui respire la joie de vivre ?


    • #1636638
      le 04/01/2017 par Dirty Harry
      Un jour en France : mardi 3 janvier 2016

      C’est tout à fait juste : les gens de gauche sociétale attendent toujours que ce soit la "société" qui change, jamais eux à se remettre en question (ils sont parfaits car de gauche) donc leur déception liée à cette façon de voir la vie, toujours en attentes déçues et de frustrations cultivées avec le gout du bouc émissaire pas loin (le "facho" qui n’a pas le pouvoir pourtant)...alors que la personne de gauche sociale attends aussi l’émancipation de la classe ouvrière mais si elle n’arrive pas, c’est lui qui s’émancipe !


  • #1636412

    Il fut un temps ou j’achetais regulierement Marianne, c’était avant la demande du Crif au gouvernement Raffarin de faire une loi anti voile, juste après la seconde intifada en Palestine occupée.
    Encore ces temps un peu gaullistes ou Jacques "You want me to go black to my plane" Chirac pouvait dire à Bush que non, il n’irait pas ratonner en Irak.

    Marianne fait depuis ce temps-la dans le siono-republicano-laïciste.
    Qui apprécie encore cette tambouille a part la judéo maconnerie ?


  • #1636420
    le 03/01/2017 par Rachid
    Un jour en France : mardi 3 janvier 2016

    dans l’absolu c’est pas vraiment le contenu de l’enseignement qui compte mais plus la methode : l’ecole nous apprend a etudier.

    c’est seulement devenu adulte, quand je me suis interesse a d’autre sujet, que j’ai compris ca.

    Un bac pro mecanique generale c’est pas super sexy mais ca enseigne comment etudier un sujet et analyser un texte par exemple les fameux "these antithese synthese" et "introduction developement conclusion"

    sans parler de toute la partie mecanique qui enseigne l’outil mathematique, la cause et l’effet ainsi que la nature des materiaux

    en bref l’etude de la mecanique, sujet de bourrin n’est-ce pas, structure l’esprit et permet de s’atteler a l’etude de la biologie ou de la musique ou de tout autre sujet...

    c’est la methode qui compte car l’ecole nous apprend a etudier

     

    • #1636533
      le 04/01/2017 par Domino
      Un jour en France : mardi 3 janvier 2016

      C’est vrai et, plus précisément, c’est à travers ce qu’on enseigne et la manière de le faire que les élèves apprennent des choses aussi importantes que le sens de l’effort et le goût du travail bien fait. Des jeunes qui ont cela et une culture générale bien structurée se debrouilleront toujours dans la vie.
      Non seulement les contenus d’enseignement se sont considérablement appauvris, mais en abandonnant l’exigence (plus de devoirs, plus de redoublement, de moins en moins de notes, résultats d’examens faussés), c’est le sens de l’effort qui en pâtit. Après les jeunes ne comprennent pas pourquoi il y a problème quand ils veulent travailler en entreprise. Ce que ne veulent pas voir nos idéologues planqués au ministère et qui n’ont jamais bossé, c’est que la sélection intervient tôt ou tard.


  • #1636443
    le 03/01/2017 par Chaud king
    Un jour en France : mardi 3 janvier 2016

    Je me régal â lire vos chroniques, parfumées â la gouaille et â l’humour fin, une qualité d’écriture qui m’évoque feu Desproges. Merci.


  • #1636460

    Eh bien moi, plutôt que marianne, je ne suis abonné à PANAMZA
    En plus, il y a une offre à mi tarif jusqu’à ce mercredi 13 heures https://www.facebook.com/panhamza/p...


  • #1636576
    le 04/01/2017 par anonyme
    Un jour en France : mardi 3 janvier 2016

    ’Elle embrigade Anne, sa copine journaliste à France Bleu (si si, ça existe), et les deux commères (féminin de compères) prennent leur bâton de pèlerin et"...
    ...font des ravages, car ’elles’ font des ravages. Puis, noter que dans l’enseignement il y a des moins en moins de ’branleurs’ et de plus en plus de ’branleuses’, c’est un fait.


  • #1636642
    le 04/01/2017 par Dirty Harry
    Un jour en France : mardi 3 janvier 2016

    A noter que le plus gros pourcentage du budget part chaque année dans l’éducation et pourtant ils réclament toujours plus de "moyens" (alors qu’un savoir rendu captivant, une bonne paire pour affronter l’inspection et de la discipline à l’ancienne et tout tient !)


  • #1636659
    le 04/01/2017 par Ifuclcharlie
    Un jour en France : mardi 3 janvier 2016

    " Vos écoles sont des abattoirs " Au lieu de tuer l’ instinct et le sens critique ils feraient mieux de leur apprendre a maitriser la langue et le calcul , une fois cela fait , seuls ceux qui ont des dispositions et le gout de l’ étude devraient être encouragés , les autres orientés en fonction de leurs aptitudes et de leur gout vers des formations a divers métiers manuels . Ha ! il n’ y a plus de travail , faites en des soldats , vous avez toujours des petites guerres a faire , non ?


  • #1636731
    le 04/01/2017 par Booster
    Un jour en France : mardi 3 janvier 2016

    Les profs de mes enfants leur ont totalement ôté le goût d’apprendre en utilisant moulte moqueries sur leurs questions ou leur physique. Aucun moyen de les défendre, dans certains établissements les profs font ce qu’ils veulent. Il faudra du temps pour guérir ces plaies, pourtant à l’origine c’étaient des petits cerveaux bien motivés. L’un a un QI très normal 105 et l’autre en a un assez élevé mais pour les deux ce fut une catastrophe. Les deux ont un esprit naturellement critique et curieux, mais ils les ont cassés.


  • #1636823
    le 04/01/2017 par Mr robot
    Un jour en France : mardi 3 janvier 2016

    Travail et discipline, à l école et en famille,il me semblait que c était ca le secret...
    Mais non, je suis réac..Presque facho !

     

    • #1636903
      le 04/01/2017 par booster
      Un jour en France : mardi 3 janvier 2016

      Le problème est que de nos jours le jeune ne respecte plus l’adulte non friqué. L’air de rien, les si à 50 ans... Rolex on fait leur chemin dans la tête des jeunots. C’est pourquoi ils écouteront plus le dealer bourré de tune que leur père honnête et intelligent mais humble employé. Cela va de même dans tous les groupes sociaux et ethniques en occident. Notre erreur fut de donner une place honorable aux valeurs de l’argent.


Commentaires suivants